Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

les mystères qui seront lus aux enfants pendant le pélé
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Index  .::. Espace prières et pèlerinages

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Sobieski


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2008
Messages: 685
Localisation: France
Masculin

Message Posté le : Mar 6 Mai - 22:29 (2008)    Sujet du message : les mystères qui seront lus aux enfants pendant le pélé Répondre en citant

MYSTERES JOYEUX 
1ER MYSTERE JOYEUX : L’ANNONCIATION
FRUIT DU MYSTERE : L’HUMILITE 
L’Annonciation désigne la visite faite par l’Ange Gabriel à la Sainte Vierge Marie, pour lui annoncer qu’elle allait avoir un fils. Un enfant très extraordinaire, puisque c’est l’Enfant Jésus, le Fils de Dieu, la deuxième personne de la Sainte Trinité. 
Le Bon Dieu a choisi la jeune fille la plus pure que la terre ait jamais portée. En effet, Marie n’a jamais connu le péché originel. Elle va être la mère du sauveur de tous les hommes. Elle n’est pas encore mariée à Saint Joseph, et pourtant elle va avoir un enfant. Comment cette situation, qui pourrait être choquante aux yeux des hommes et particulièrement à cette époque, comment Marie va t'elle l’accepter ? C’est tout le mystère de cette rencontre entre l’Archange Gabriel, l’envoyé de Dieu, et cette pure et humble jeune fille qui « est bénie entre toutes les femmes et dont le fruit des entrailles est béni », comme lui dira sa cousine Elisabeth. 
Quelle est la réponse de la Vierge au Bon Dieu ? Elle dit tout simplement de tout son cœur : « Oui, je veux que la volonté du Bon Dieu soit faite ». De la même façon, moi aussi je vais apprendre à dire « Oui ». Un « oui » complet, joyeux, magnifique, instantané à tout ce que le Bon Dieu me demandera. Sans arrière-pensées. 
Aujourd’hui en marchant, demain à la maison, en classe, nous devons nous entraîner à dire des petits « oui » à tout ce que nos parents, nos professeurs, nos prêtres nous demandent. Même si c’est fatigant, même si je n’ai pas envie, même si ça n’est pas drôle. Par amour pour le Bon Dieu que j’aime par-dessus tout, je vais dire « oui » et faire tout ce que j’ai promis de faire avec ce « oui ». 
Ainsi, en imitant la Sainte Vierge Marie, en lui demandant de m’aider à franchir ce premier pas qui me fait tellement peur, en lui demandant son secours pour résister aux mauvaises tentations, en lui demandant plus de courage pour faire maintenant ce petit effort supplémentaire, alors je m’habituerai à dire « oui ». Jusqu’au jour où le Bon Dieu dira : « Oui, ce bon et fidèle serviteur peut entrer dans mon paradis. 
Grâces à demander : amour du devoir d’état, être attentif à l’appel du Bon Dieu, rester humble dans le succès. 
Intentions de prières : pour les mamans qui vont avoir un bébé, les fiancés, ceux qui ont la vocation, pour que le Christ règne en roi sur le monde. 
2EME MYSTERE JOYEUX : LA VISITATION 
FRUIT DU MYSTERE : LA CHARITE FRATERNELLE 
« Marie se rendit rapidement dans une ville de Judas... Et elle demeura avec Elisabeth environ trois mois puis s’en retourna chez elle. » 
La charité touche le cœur du Bon Dieu. Il faut faire tout le bien que nous pouvons à tout le monde mais n’attendre notre récompense que de Dieu seul. Le Bon Dieu demandera si nous avons employé nos forces à rendre service au prochain. 
IL FAUT TOUJOURS CHOISIR LE PLUS PARFAIT. 
Voici un homme tombé dans un puits, l’en retirer, c’est bien ! ! Mais le laisser se noyer pour aller soigner un blessé qui n’a qu’une égratignure, ce n’est pas un acte parfait de charité. 
Un bon Chrétien qui aime Dieu et son prochain, voyez comme il est heureux ! ! !Quelle paix dans son âme ! ! 
Ceux qui aiment le Bon Dieu sont heureux ainsi que ceux qui sont autour d’eux ! ! 
Il n’y a pas de chrétiens plus agréables à Dieu que ceux qui sont bons avec les malheureux ! ! 
On ne peut aimer le Bon Dieu sans le lui montrer par nos œuvres 
Ne soyez pas seulement le canal de la grâce, mais un réservoir surabondant, l’un à peine a-t-il reçu, qu’il se répand, l’autre attend d’être plein et communique, à ceux qui viennent y puiser de son superflu. 
Quand l’occasion se présentera, versez l’huile et le vin dans les plaies, comme Jésus, et non le vinaigre, sans préférence pour personne, et comme Jésus, m’attacher de préférence aux plus pauvres, aux plus souffrants, aux plus humbles, aux plus délaissés. 
ETRE PLUS CHARITABLE A L’AVENIR POUR LE PROCHAIN, POUR LES MISERES CORPORELLES ET SPIRITUELLES. 
3EME MYSTERE JOYEUX : LA NATIVITE 
FRUIT DU MYSTERE : L’ESPRIT DE PAUVRETE 
«  Marie mit au monde son Fils premier-né, l’enveloppa de langes et le coucha dans la mangeoire d’une étable...  ». 
Ainsi l’Enfant Jésus est né dans de très dures conditions : une mangeoire pour lit, en plein hiver alors qu’il fait très froid dehors... et il est là sous l’aspect d’un petit bébé vêtu pauvrement. Dans cette pauvreté, il faut voir deux choses : 
Tout comme vous l’avez été, Notre Seigneur Jésus-Christ est un bébé qui s’abandonne totalement aux soins prodigués par sa mère la Très sainte Vierge Marie. C’est Elle qui va se dévouer pour Lui. Notre Seigneur Jésus-Christ reçoit toutes les multiples attentions que sa mère Lui procure. Il fait confiance à sa Mère et à la Providence de Dieu son Père.  
Pour vous également, votre maman se dévoue totalement. C’est elle qui veille sur vous, pour vous aider à prier, à bien travailler. C’est elle qui vous nourrit, qui vous habille. Beaucoup d’enfants n’ont pas cette joie et cette chance d’avoir leur maman à leurs côtés. 
La Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ dans de telles conditions matérielles nous montre combien nous devons être loin des biens, des honneurs de ce monde et de tous les plaisirs. 
Notre Seigneur Jésus-Christ aurait pu naître dans un palais, entouré de toutes les richesses de la terre, ce qui pourrait nous paraître normal car tout appartient à Dieu son Père. Mais en fait, il n’en est rien. Souvenez-vous des évangiles où tous les hommes et les femmes qui suivaient Notre Seigneur Jésus-Christ voulaient Le faire Roi et à chaque fois Il répondait : « Mon Royaume n’est pas ici bas ». 
Il ne sert à rien de courir après l’argent ; l’argent finit toujours par vous détruire et vous éloigner de Notre Seigneur Jésus-Christ. Regardez autour de vous les exemples multiples de gens qui sont très riches sur terre et qui ont des attitudes offensantes vis à vis de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est sûr qu’ils détiennent une certaine forme de pouvoir sur terre mais tout bon chrétien que vous êtes, vous savez très bien que le paradis est ailleurs et qu’il ne s’achète pas avec des sous mais par une conduite exemplaire ( en commençant déjà à la maison en obéissant à ses parents, à l’école en étant respectueux avec son professeur, en se confessant régulièrement, en écoutant les conseils des prêtres...). 
4EME MYSTERE JOYEUX : PRESENTATION DE L’ENFANT JESUS AU TEMPLE 
FRUIT DU MYSTERE : L’OBEISSANCE 
Dieu venu sur la terre dans la pauvreté de la crèche, doit selon la loi juive être présenté au temple pour être consacré à Dieu et racheté par l’offrande de deux colombes. C’était inutile, parce que Jésus était Dieu. Pourtant, Jésus a voulu passer par-là. 
Et, pourquoi croyez-vous que le Bon Dieu a fait cela ? Pour nous montrer l’exemple. 
En effet, mes enfants, Dieu a voulu par son exemple nous montrer la valeur et l’importance de l’obéissance. Il a commencé sa vie sur la terre en obéissant. Et en obéissant à qui ? En obéissant aux lois des hommes qui demandaient de se présenter au temple, en obéissant aux lois de l’église qui prescrivaient d’offrir deux colombes et en obéissant à ses parents par ses trente années de soumission. 
De même, nous devons être obéissants à notre pays, à l’Eglise et à nos parents. Il n’y a pas d’autre voie, c’est celle que nous a montrée Notre Seigneur et nous ne sommes pas plus grand que notre maître. C’est Dieu qui nous l’ordonne. Le vrai bonheur, la vraie liberté ne consiste pas à faire notre petit caprice, notre misérable volonté. C’est de faire plaisir à Dieu, c’est de faire la volonté du Bon Dieu. Et, c’est nos parents, nos prêtres, nos professeurs qui tiennent, ici bas, la place du bon Dieu.
Comme le roi détrôné d'Orient, comme le petit enfant de la crèche, prenons, nous aussi, pendant cette dizaine de chapelet la résolution de toujours obéir. C’est à dire de toujours suivre la voie de notre conscience, de notre ange gardien. En effet, obéir c’est facile, il suffit de se laisser guider par notre bon ange. 
 
5EME MYSTERE JOYEUX : LE RECOUVREMENT DE JESUS AU TEMPLE 
FRUIT DU MYSTERE : LA RECHERCHE DE DIEU EN TOUTES CHOSES 
Lorsque Jésus eut 12 ans, Saint Joseph et la Sainte Vierge allèrent à Jérusalem pour la fête de Pâques (Pâques juive) comme c’était la coutume. Après la fête, ils repartirent pour Nazareth, pensant que Jésus était non loin d’eux, avec d’autres compagnons de marche. Mais, au bout d’une journée, ils se mirent à le chercher et ne le trouvèrent pas. Ils revinrent à Jérusalem, où, après trois jours et trois nuits, ils finirent par le trouver, assis dans le Temple, parmi les docteurs de la Loi, c’est-à-dire les Sages, les plus instruits des choses de Dieu. 
Marie dit alors à Jésus : « Mon enfant, votre père et moi vous cherchions tout affligés ! ». Jésus répondit : « Ne saviez-vous pas qu’il faut que je sois aux affaires de mon Père ? ». Saint Joseph et la Très Sainte Vierge ne comprirent pas ces paroles. Ils rentrèrent ensemble à Nazareth et Jésus leur était soumis. 
Combien il est angoissant pour des parents de perdre un enfant dans une foule ! Combien cette angoisse dut être terrible pour Saint Joseph et la Sainte Vierge qui savaient que Jésus était Dieu lui-même ! Sommes-nous aussi inquiets quand nous perdons Jésus en nous écartant de Lui par le péché ou l’éloignement des sacrements de Pénitence ou de l’Eucharistie ? C’est bien le plus grand malheur qui puisse nous arriver que de perdre Notre Seigneur ! C’est pourquoi, il nous faut avoir une sainte horreur du péché. 
Contemplons Jésus au milieu des Docteurs de la Loi leur enseignant les Ecritures et leur parlant de Dieu. Comme ils étaient étonnés de voir ce petit garçon de 12 ans ! Savons-nous également écouter la parole de Dieu pour la transmettre à notre tour ? Jésus a voulu montrer qu’il était d’abord venu pour transmettre un enseignement, pour convertir les âmes et donc pour que la volonté de Son Père soit faite sur la terre comme au Ciel. 
Vierge Marie, aidez-nous à rechercher toujours et partout Dieu dans toutes nos pensées et dans toutes nos actions. Faites que nous soyons soumis à nos parents comme l’Enfant Jésus lui-même était soumis à ses parents. 
Prions spécialement au cours de cette dizaine pour toutes les familles et encore plus pour la nôtre afin que le bon Dieu reste le seul but de notre vie et que tous ensemble, nous puissions le contempler au Ciel avec sa très sainte mère. 
 
MYSTERES DOULOUREUX 
1ER MYSTERE DOULOUREUX : l’AGONIE DE Notre Seigneur Jésus-Christ  
FRUIT DU MYSTERE : LA CONTRITION DE NOS FAUTES 
Il faut se représenter la scène de l’agonie de Notre Seigneur Jésus-Christ. L’heure de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ est désormais arrivée et il ne doit pas en retarder le déroulement. Le moment d’accomplir le seul sacrifice que veuille Dieu le Père pour le rachat du genre humain est arrivé.  
Il arrive donc à Géthsémani -un jardin- avec ses disciples, et tout de suite il ressent une très grande tristesse. Il se met un peu à l’écart avec 3 disciples, Pierre, Jacques et Jean. Ces 3 apôtres ont été choisis par Notre Seigneur Jésus Christ à dessein ; c’est déjà eux qui avaient eu une vision glorieuse de Notre Seigneur Jésus Christ et du Ciel lors du miracle de la Transfiguration sur le Mont Thabor. Notre Seigneur Jésus Christ avait voulu que ces 3 disciples aient une vision de lui glorieux pour que plus tard, le voyant souffrir sa Passion, supporter toutes les ignominies et humiliations de ses juges et de ses bourreaux et s’affaiblir à cause des mauvais traitements qu’on lui infligerait, ils restent confiants et fortifiés par le souvenir de ce moment d’intense bonheur. 
Notre Seigneur Jésus Christ pensait donc que ces 3 disciples resteraient éveillés pour le soutenir et lui apporter le réconfort attendu par toute personne dans l’affliction. Mais hélas les disciples s’endorment, et Notre Seigneur Jésus Christ se retrouve seul pour supporter l’angoisse et la tristesse qui s’emparent de lui comme de tout homme accablé par les mauvaises nouvelles, les difficultés ou les mauvais traitements.  
Cette tristesse de Notre Seigneur Jésus Christ n’est-elle pas due au fait qu’il pense que beaucoup des mérites qu’il va obtenir de son Père pour le salut des hommes vont être gâchés, perdus par des hommes qui vont rester indifférents ou même pour certains se détourner des secours préparés pour leurs âmes ? 
Eh ! bien, tâchons, au moins pendant ces jours de marche de SOULAGER autant que nous le pouvons Notre Seigneur Jésus-Christ, mais comment ? 
Déjà en n’augmentant pas sa tristesse, ce qui ne manquerait pas d’arriver si nous restions sourds aux appels des prêtres, de nos parents et de nos maîtres à demeurer proches de Notre Seigneur Jésus-Christ et à convertir nos cœurs... 
En ne gaspillant pas tous les secours et tous les mérites que Notre Seigneur Jésus-Christ nous a acquis par sa Passion pour notre Salut. 
En faisant un bon examen de conscience et une vraie confession pour obtenir le pardon de nos fautes passées, et pour recevoir aussi des grâces pour garder notre âme prête à recevoir Notre Seigneur Jésus-Christ.  
Voilà ce qui serait notre meilleure manière de VEILLER avec Notre Seigneur Jésus Christ comme il le demandait à ses disciples. Et c’est en priant encore la Sainte Vierge... 
2EME MYSTERE DOULOUREUX : LA FLAGELLATION 
FRUIT DU MYSTERE : LE REGRET DE NOS MAUVAIS DESIRS 
Pendant plus d'une heure, deux bourreaux vont fouetter Notre Seigneur à l'aide de lanières de cuir armées à leurs bouts de petites boules de plomb qui vont s'enfoncer profondément dans la chair du Christ. Le Saint Suaire de Turin montre que Jésus a reçu plus de 80 coups, chacun apportant son lot de souffrances et de douleurs. Pourquoi Jésus a-t-il voulu tant souffrir dans son corps ? La raison en est simple : parce que notre corps nous empêche bien souvent de faire la volonté du Bon Dieu.  
Les Saintes Ecritures nous disent que Dieu créa l'homme à son Image. Cette Image que Dieu a placée en chacun de nous, c'est notre Ame, formée de l'intelligence et de la volonté. Notre Ame donc, ressemble à Dieu et se dirige vers Lui afin de trouver le Bonheur. Notre corps au contraire, nous rattache à la terre et se dirige vers les choses matérielles qui lui plaisent, et toute notre vie sera un combat entre la volonté de notre Ame et les inclinations de notre corps. Le démon l'a bien compris et il commence toujours par nous tenter sur des choses matérielles pour oublier le Bon Dieu. Le démon ne nous tente pas avec des choses fantastiques mais avec des choses simples : par exemple un bonbon que maman a interdit de prendre mais que l'on voudrait bien avoir quand même. Au-dedans de nous, se déroule un combat entre notre Ame et notre corps. La conscience dit qu'il ne faut pas, que ce serait désobéir, voler et en plus pécher par gourmandise ; mais de l'autre côté, le corps veut se faire plaisir "comme il doit être agréable à manger ce bonbon ! vas-y. Prends le, personne ne te voit". Mais si, quelqu'un nous voit : le Bon Dieu. Il voit que l'on préfère un petit bonheur qui ne dure qu'un instant et que l'on néglige son Amour infini. Quelle erreur de jugement ! quelle bêtise dans le péché !Le Bon Dieu ne nous demande pas des choses impossibles, mais des petits sacrifices réguliers qui apprennent à notre corps à se maîtriser : dans la flagellation, Notre Seigneur nous a donné l'exemple.  
Notre arme, face au diable, c'est la prière. Il faut prier souvent et beaucoup, car par ce moyen, Dieu nous remet sur la bonne route, il réoriente notre Ame vers Lui. Ce n'est pas compliquer de prier : il suffit de se mettre à genoux et de parler à Dieu simplement, juste lui dire que nous l'aimons, que nous voulons aller au ciel et lui demander son aide, et la protection des Saints. Enfin, et surtout, Jésus nous a donné sa Sainte Mère, La Sainte Vierge Marie. Elle est au Ciel, et de là haut, elle nous regarde, nous, ses enfants, et elle nous aime. Elle connaît nos besoins et n'attend qu'une prière de nous pour supplier son Fils de nous accorder sa miséricorde. 
Alors, dans cette dizaine de chapelet, nous demanderons à la Sainte Vierge de nous obtenir non seulement la force de ne plus pécher et de faire pénitence, mais aussi la grâce de comprendre toute l'horreur du péché puisqu'il détruit l'Image de Dieu en nous et qu'il a fallu la flagellation pour l'expier. 
3EME MYSTERE DOULOUREUX : LE COURONNEMENT D’EPINES 
FRUIT DU MYSTERE : LE REGRET DES PECHES D’ORGUEIL 
Voyons ce que nous dit Saint Matthieu à ce sujet : 
L'ayant dévêtu, ils l'enveloppèrent d'un manteau écarlate... Et ayant tressé une couronne avec des épines, ils la mirent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite. Et ployant le genou devant lui, ils se moquaient de lui, en disant : "Salut, roi des juifs !" et crachant sur lui, ils prenaient le roseau et le frappaient à la tête. 
Que fit Jésus pendant toutes ces humiliations ? RIEN ! 
Il ne dit pas un mot il ne se rebelle pas. Il offre son sacrifice à son Père pour nous. 
Et nous ? De quoi sommes-nous capable ? Si on nous marche sur les pieds, si on nous bouscule, si un autre prend la part de gâteau que nous voulions nous montrons tout de suite notre mécontentement. Nous nous mettons en colère. Nous tapons du pied. 
Si l'on se moque de nous, si l'on nous fait de mauvaises plaisanteries, nous nous fâchons tout de suite, nous sommes même prêts à nous battre et souvent nous le faisons. Sommes-nous capables de pardonner, d'excuser ? 
Jésus nous a montré qu'il pouvait tout endurer et même tout pardonner. Nous prouvons tous les jours que nous sommes incapables de supporter la moindre contrariété. Les soldats se moquaient de Jésus qui ne l'avait pas mérité. Nous méritons souvent ce qui nous arrive mais nous sommes incapables de le reconnaître. 
Pendant cette dizaine, demandons à Marie de nous rendre patients et humbles. Demandons-lui la grâce d'accepter les contrariétés de la vie par amour de Jésus. 
4EME MYSTERE DOULOUREUX : LE PORTEMENT DE CROIX 
FRUIT DU MYSTERE : LA PATIENCE DANS LES EPREUVES 
Après avoir été insulté, bafoué, flagellé, couronné d’épines et renié par ses propres amis, Jésus doit rejoindre le lieu où il sera mis à mort. Le chemin ne monte pas beaucoup, mais il est long pour qui a le dos à vif, le crâne transpercé d’épines et les épaules chargées d’une lourde poutre en bois de 20 à 30 kg 
Vous le savez tous, Jésus va tomber trois fois d’épuisement malgré l’aide de Simon de Cyrène avant d’arriver au Golgotha. Lorsque l’on refait ce chemin, une seule chose doit nous frapper : Jésus ne se plaint jamais. C’est même lui qui console les Saintes Femmes qui le voient passer. 
Or, ce chemin de croix, Il l’a fait pour nous, en portant nos maladies, nos plaintes, nos douleurs, nos faiblesses, nos lâchetés. Et nous-mêmes, quelle est notre attitude lorsque nous avons une période difficile à traverser ? Nous sommes enclins à nous écouter, nous apitoyer sur notre sort, à nous croire seuls au monde, abandonnés à notre malheur. 
Au contraire, il faut réagir. Non pas en se révoltant, mais en acceptant comme cette maman chrétienne qui disait : « Je me résigne à tous les événements fâcheux qui m’arrivent et peuvent m’arriver. Je me dis que le bon Dieu permet cela, et aussitôt, je n’y pense plus. Il y a des peines pour tout le monde, et les plus heureux ne sont que les moins malheureux. » 
Alors, demandons à saint Joseph et à la Sainte Vierge Marie qui ont accepté que leur fils soit crucifié, la force de nous résigner nous aussi paisiblement devant tout ce qui nous arrive et qui nous arrivera encore. 
Oh ! mon Dieu, obtenez cette grâce à tous les malades de notre famille. 
5EME MYSTERE DOULOUREUX : LA MORT DE NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST 
FRUIT DU MYSTERE : UN PLUS GRAND AMOUR DE DIEU ET DES AMES 
Arrivé au calvaire, Jésus s’étend sur la croix qui est posée à terre. Après avoir fait les trous pour y fixer les clous, les bourreaux allongent sans ménagement Jésus pour opérer le supplice. L’un maintient sa main droite, pendant que l’autre bourreau plante un énorme clou dans son poignet. Pour clouer l’autre main, les bourreaux s’arc-boutent sur Jésus pour parvenir à clouer le poignet gauche. C’est ensuite les pieds où est planté le troisième et dernier clou. On ne peut réellement imaginer l’atrocité des douleurs que Jésus endure pour nous. Jésus veut que son sacrifice soit total pour prouver son amour infini pour chacun d’entre nous, pour toucher nos cœurs, pour convertir les pécheurs. 
Les soldats redressent la Croix à l’aide de cordes et de leurs lances. Enfin, la Croix se dresse sur le Golgotha. Mais tant de souffrances ne suffisent pas à certains qui se moquent de Jésus pendant que Marie prie au pied de la Croix en demandant à Dieu le Père de pardonner à cette populace qui ignore le crime qu’elle commet. 
Nous savons, à la lumière des Ecritures, de la Tradition et de l’enseignement de l’Eglise, nous savons ce que nous faisons et ce qu’il faut faire pour éviter le péché. Il nous faut être au pied de la Croix avec Marie. Jésus est mort pour nous sauver, adorons-le sur sa Croix et demandons à Marie, notre maman du Ciel depuis ce jour-là, de nous conduire au Calvaire et de soulager les souffrances de Jésus grâce à nos prières, nos sacrifices et notre refus de commettre le péché. 
 
MYSTERES GLORIEUX 
1ER MYSTERE GLORIEUX : LA RESURRECTION 
FRUIT DU MYSTERE : LA FOI 
Le matin de Pâques, Notre Seigneur Jésus-Christ ressuscite et témoigne ainsi de sa toute puissance. Oh ! Bien sûr il a vaincu la mort mais je voudrais vous faire surtout méditer sur les attitudes de Marie et de Marie-Madeleine. Leur attitude est, en effet un des plus beaux exemples de foi, d’espérance et de charité. 
La Très Sainte Vierge est tellement sûre de la nature divine de son fils qu’elle ne se déplace même pas pour aller s’occuper de son corps. Non ! Inutile de s’agiter dans tous les sens. Elle reste chez elle pour prier. On peut dire que la Très Sainte Vierge Marie a dépassé le stade de la foi et de l’espérance pour n’éprouver que de la charité. En effet, elle ne croit pas ! Elle est sûre. Elle n’espère pas ! Elle est certaine que son fils a vaincu la mort est qu’il règne pour l’éternité. Alors elle prie pour exprimer son amour, sa charité. 
Marie-Madeleine, elle, n’a pas encore atteint le niveau de perfection de la Très Sainte Vierge, elle décide d’aller embaumer le corps de Jésus. Bien qu’il soit mort, elle reste persuadée que Notre Seigneur reste son maître tel qu’il l’avait dit. En conséquence elle doit l’honorer en allant parfumer son corps. Elle témoigne ainsi de sa foi mais aussi de son espérance car le tombeau est fermé par une lourde pierre, gardé par des Romains qui pourraient lui causer des ennuis. Croyez-vous que cela l’arrête ? Pensez-vous ! Elle fait ce qu’elle doit faire et elle est sûre que le Bon Dieu l’aidera à faire le reste. Quelle espérance ! 
Comme il se doit, la Très Sainte Vierge Marie sera récompensée la première puisqu’il est dit que Notre Seigneur Jésus Christ lui apparut alors qu’elle priait. Marie-Madeleine, elle, commença par avoir très peur parce qu’elle trouva le tombeau vide et crût que l’on avait volé le corps de Jésus. Mais bien vite un ange lui expliqua ce qui s'était passé et elle eut le privilège d’annoncer la bonne nouvelle. 
Mes enfants demandons à la Très Sainte Vierge de nous aider pour que nous puissions, nous aussi, témoigner en toutes circonstances d’une telle foi, d’une telle espérance et d’une telle charité. 
2EME MYSTERE GLORIEUX : 
L’ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST 
FRUIT DU MYSTERE : L’ESPERANCE 
Nous avons fêté, il y a dix jours, ce grand mystère de notre foi. Jésus est ressuscité et pendant quarante jours, il va apparaître à sa Mère, aux saintes Femmes, à ses apôtres (épisode de saint Thomas) et à ses disciples. Puis, il remonte au Ciel. 
En effet, sa mission est accomplie. La Rédemption du genre humain est accomplie (expliquer ces mots). Il a ordonné les apôtres comme prêtres pour enseigner la vérité, fondé son Eglise pour la garder pour distribuer les sacrements et la grâce qui en découle, prescrire et expliquer les règles de la conduite, de la morale qu’il a fondée. 
Enfin, Il leur a promis de leur envoyer l’Esprit Saint. 
Il les emmène à Béthanie sur le Mont des Oliviers. Il élève les mains pour bénir une dernière fois ses disciples, puis Il s’élève tour et disparaît dans la nuée. Les disciples restent longtemps à regarder vers le ciel, jusqu'à ce que deux anges les renvoient. 
Jésus rentre dans le Ciel en Roi victorieux, en triomphateur au milieu des acclamations des anges. 
Il monte au Ciel pour sa propre glorification, car en mourant sur la Croix, il a vaincu le péché, après le combat de la passion. 
Il monte au Ciel pour notre propre sanctification, pour nous ouvrir les portes du paradis en nous donnant la grâce dont nous avons besoin pour vaincre le péché. 
Il monte au Ciel pour nous envoyer le Saint Esprit, pour intercéder auprès de son Père. 
Mais, Jésus n’a pas quitté complètement la terre, car il nous laisse l’Adorable Sacrement de l’Eucharistie. Il demeure donc sur la terre dans les tabernacles. En nous, quand nous communions, nous devenons à notre tour des tabernacles, des maisons du Christ. 
Il siège, assis à la droite du Père. Assis, car Il trône en majesté devant la Cour céleste. A la droite du Père, car Il est au-dessus de toutes les créatures par sa gloire et sa puissance et qu’Il intercède pour nous auprès de son Père. 
3EME MYSTERE GLORIEUX : LA PENTECOTE 
FRUIT DU MYSTERE : LE ZELE APOSTOLIQUE 
Après l’Ascension de Notre Seigneur, les apôtres, la Très Sainte Vierge Marie et les saintes femmes sont retournés à Jérusalem. Ils sont réunis dans le cénacle, où pendant 10 jours ils vont prier, méditer. Bref ils vont faire une petite retraite, pour se préparer à recevoir le Saint Esprit comme Notre Seigneur leur a promis. 
Imaginez un peu quel est leur état d’esprit, ils se rappellent tout ce qu’ils ont vécu avec Notre Seigneur, les trois années pendant lesquelles ils L’ont suivi, tous les miracles auxquels ils ont assisté ; l’horrible passion, cette merveilleuse résurrection, et enfin la promesse de l’envoi du Saint Esprit. 
Ils ne sont pas encore biens rassurés, et les portes du cénacle sont toujours bien verrouillées par peur des juifs 
Le dixième jour il y a comme un coup de tonnerre, un grand coup de vent, et le Saint Esprit descend sur la Très Sainte Vierge et sur les apôtres sous la forme de langues de feu. Il leur communique ses dons. 
Quelqu’un peut-il dire quels sont les dons du Saint Esprit ? ....Force, Science, Intelligence, Sagesse, Conseil, Piété et Crainte de Dieu. 
Voyez comment le Saint Esprit transforme les apôtres : Ils sortent du cénacle et enseignent la bonne Nouvelle à tous les curieux qui venaient voir ce qui s’était passé. Plus de 3000 personnes se feront baptiser ce jour là. Les apôtres n’ont plus peur des juifs, ils n’ont plus peur de parler de JESUS. 
Le don de Force est le premier don du Saint Esprit, c’est lui qui nous permet d’être les témoins de notre Foi, de devenir de vrais soldats du Christ. Nous prierons au cours de cette dizaine de chapelet plus spécialement pour obtenir ce don de force, pour devenir de bons soldats, fiers de notre Foi. 
4EME MYSTERE GLORIEUX : 
L’ASSOMPTION DE LA TRES SAINTE VIERE MARIE DANS LE CIEL 
FRUIT DU MYSTERE : LA GRACE D’UNE BONNE MORT 
Mourir en état de grâce, l’âme pure, pour monter au Ciel avec l’aide de la Très Sainte Vierge Marie : tel doit être le but de notre existence terrestre. A tout instant, dès à présent, en tout lieu, ici-même, vous devez vous tenir prêts. Car, si la mort vous frappe soudainement, votre âme doit répondre à l’appel de Dieu. 
Voici une histoire racontée au siècle dernier par Mgr Dupanloup, pour vous aider à mieux méditer le mystère de la Sainte mort : 
« Je me souviens avoir rencontré un exemple que je n’oublierai jamais. C’était auprès d’un lit de mort, en bénissant le dernier soupir d’une femme de 20 ans. Il y avait un an à peine que j’avais béni son mariage. Elle était riche, brillante, mère depuis quelques jours, heureuse au milieu de tout ce bonheur présent. Et elle allait mourir, frappée d’une maladie. Je fus stupéfait lorsque j’arrivais auprès d’elle de lui trouver le sourire sur les lèvres. Sa mort était proche, elle le savait, mais elle souriait avec une certaine tristesse douce. Je ne pus m’empêcher de lui dire : « Ô, mon enfant ! Quel coup ! Et elle, avec son inexprimable accent : « Est-ce que vous ne croyez pas que j’irai au Ciel ? Mon enfant, répondis-je, je n’en ai pas une grande expérience. - Et moi, reprit-elle, j’en suis sûre. Je lui demandai : « Qu’est-ce qui vous donne cette certitude ? - c’est, répondit-elle, un conseil reçu de vous autrefois. Quand j’ai fait ma première communion, vous nous aviez recommandé de dire tous les jours l’Ave Maria et de bien le dire. Je l’ai dit tous les jours, et même depuis quatre ans, je n’ai pas manqué de dire un seul jour mon chapelet. Et c’est cela qui fait que je suis sûr d’aller au Ciel. Ah ! Je ne puis pas croire que j’ai dit, depuis quatre ans, cinquante fois par jour à la Sainte Vierge : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour moi, pauvre pécheresse maintenant et à l’heure de notre mort », et qu’en ce moment où je vais mourir, elle ne soit pas près de moi. Elle y est, j’en suis sûre, Elle prie pour moi, et c’est Elle qui va m’introduire au Ciel. » 
Voilà ce que me dit cette jeune femme, et j’assistai vraiment à une mort céleste. Je vis cette femme que tout comblait sur terre, quitter ses parents bien aimés, son mari et son enfant chéris, non sans larmes, mais avec une sérénité radieuse. Elle consolait ses vieux parents, bénissait son enfant et encourageait son époux. Et au milieu de tous ces liens qui la retenaient en vain, elle ne voyait que le Ciel, ne parlait que du Ciel. Et son dernier soupir a été un sourire à la grâce et à la gloire éternelle. » 
Et vous, les enfants, gardez ce souvenir de Mgr Dupanloup aussi dans votre cœur. Quelle que puisse être la longueur de votre existence sur la terre, dites, vous aussi, avec confiance et fidélité : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour moi, pauvre pécheur maintenant et à l’heure de notre mort ! et quelle que soit l’heure à laquelle Dieu vous appellera, vous sentirez, vous aussi, à vos derniers moments, les bénédictions de Marie sur vous. Offrons cette prière pour nos familles, afin qu’un jour, nous nous trouvions tous au Ciel. Offrons la également pour les âmes du purgatoire qui attendent encore d’entrer au Ciel. 
5EME MYSTERE GLORIEUX : LE COURONNEMENT DE LA TRES SAINTE VIERGE 
FRUIT DU MYSTERE : UNE PLUS GRANDE DEVOTION MARIALE 
Contemplons Notre Dame couronnée par son divin fils, Jésus. 
Pour nous aider à méditer, souvenons-nous d’un tableau de Fra Angelico, ce grand peintre qui a si bien représenté ce mystère. Ou, rappelons-nous une image de notre missel : Jésus posant une couronne de gloire sur sa divine Mère. Tous les anges sont en adoration, prosternés devant cette magnifique récompense de la Sainte Vierge, qui a tant souffert sur la Terre. 
La Sainte Vierge est la Reine du ciel, mais aussi une Reine pour chacun d’entre nous, pour tous les hommes. Elle est la reine de notre cœur, où nous devons lui faire une place toute particulière. 
Elle est une Reine maternelle, pleine de tendresse pour chacun d’entre nous. Par Elle, comme nous l’a dit Jésus, nous pouvons tout obtenir, car comme tous les enfants, Jésus ne sait pas résister aux demandes de sa mère. 
Notre Dame est médiatrice de toute grâce, c’est à dire que par elle, nous pouvons recevoir tout ce qui est nécessaire à notre salut. 
C’est la raison pour laquelle, nous devons la prier chaque jour, pour lui demander de nous aider à aimer Dieu davantage. Avec elle, nous avons à cœur, nous aussi, d’aimer notre prochain et ceux qui nous entourent. 
 

_________________
J'aime l'oignon quand il est bon !


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Mar 6 Mai - 22:29 (2008)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Mardyck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 2 676
Localisation: Allier
Masculin

Message Posté le : Lun 12 Mai - 07:20 (2008)    Sujet du message : les mystères qui seront lus aux enfants pendant le pélé Répondre en citant

C'est beau, je les ai relus aujourd'hui lundi de Pentecôte (une façon comme une autre de cheminer à vos côtés en direction du Sacré-Cœur).

Merci Sobieski.
_________________
"Je porte une croix ? Deo gratias !"

Pourquoi la Tradition Catholique ? Pour ça !


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 19:23 (2016)    Sujet du message : les mystères qui seront lus aux enfants pendant le pélé

Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. Espace prières et pèlerinages
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.