Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Gestation extracorporelle
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Index  .::. Actualité de la famille et manifestations

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Mar 18 Mar - 08:39 (2008)    Sujet du message : Gestation extracorporelle Répondre en citant

 
Citation :
Henri Atlan : «Le progrès scientifique n'exclut pas le progrès moral»
Propos recueillis par Marie-Laure Germon et Alexis Lacroix
15/10/2007 | Mise à jour : 21:55 |
.

Né en 1931 en Algérie, le biologiste et philosophe Henri Atlan est professeur émérite de biophysique à l'université Paris-VI et au Hadassah Medical Center de Jérusalem. Après des travaux scientifiques qui ont contribué au renouvellement des connaissances biologiques, il a développé, dans L'Utérus artificiel (Seuil), l'hypothèse futuriste d'une «gestation extracorporelle». Prolongeant sa réflexion sur les relations entre science et éthique, il vient de signer aussi Athéisme de l'écriture, le deuxième tome des Etincelles de hasard (Seuil). Pour Le Figaro, il analyse la révolution anthropologique entraînée par la biologie contemporaine. LE FIGARO. – Vous avez créé le débat avec un livre au titre provocateur, L'Utérus artificiel. S'agit-il d'une métaphore pour rendre compte plus généralement du progrès accéléré qui emporte nos sociétés ?
Henri ATLAN. A mon grand regret, le public a beaucoup plus parlé de l'utérus artificiel que du contenu du livre. L'utérus artificiel n'est pas pour demain, bien que quelques rares chercheurs aient commencé à y travailler. Je n'en fais pas partie ; mais les dix-sept années passées au sein du comité national d'éthique m'ont fait réaliser que nous sommes engagés depuis une cinquantaine d'années – avec la pilule contraceptive, la libéralisation de l'avortement et les techniques diverses de plus en plus sophistiquées de procréation médicalement assistée – dans un processus de dissociation entre procréation et sexualité.
Ce processus a-t-il comme aboutissement l'utérus artificiel ?
L'utérus artificiel sera un point d'orgue dans cette évolution. La maternité sera devenue symétrique de la paternité et devra, comme elle, être construite. Mais en fait nous y sommes déjà et ce livre est une expérience de pensée qui utilise une demi-fiction pour éclairer d'une lumière plus crue un ensemble de problèmes de société actuels, posés par les bouleversements bien réels des structures familiales et des modes de procréation, avec relations nouvelles entre hommes et femmes et entre adultes et enfants.
Pouvez-vous dessiner les contours de cette rupture anthropologique ?
Nous sommes engagés dans un ensemble d'expérimentations, à la fois biologiques et sociales, dont l'homoparentalité n'est qu'un aspect, peut-être le plus spectaculaire. Ces techniques, ainsi que d'autres – comme la machine à laver – ont libéré les femmes de servitudes millénaires. L'évolution radicale de la condition féminine a également induit un bouleversement parallèle de la masculinité. D'où un énorme bouleversement de la condition humaine en général au XXe siècle. C'est quand même la première fois dans l'histoire de l'humanité qu'un enfant peut naître de l'ovule d'une femme et être porté dans l'utérus d'une autre. On peut imaginer que, dans un avenir lointain – d'ici cinquante ou cent ans –, la technique permettra à la grossesse de se dérouler totalement en dehors du corps d'une femme, comblant l'écart actuel entre les quelques jours qui suivent une fécondation in vitro (1) et les 24 semaines à partir desquelles des bébés grands prématurés peuvent actuellement achever leur développement en couveuse, lorsque cela est nécessaire.
Ces bouleversements que la science autorise sont-ils forcément acceptables ou désirables d'un point de vue éthique ou social ?
Je le répète, l'idée de l'utérus artificiel n'est qu'une façon d'éclairer, sous un jour plus cru, un processus actuel au sein duquel nous sommes déjà très largement engagés. D'ailleurs, je me suis rendu compte, à ma grande surprise, que deux colloques internationaux de bioéthique s'étaient d'ores et déjà tenus dans le monde, s'interrogeant sur le caractère légitime ou non d'une telle entreprise. Le processus est déjà entamé.
Et vous, quelle est votre position personnelle ?
Je pense que ce projet se réalisera non seulement parce que la technique le permettra, mais parce qu'il satisfera une demande sociale. Comme pour les autres techniques de procréation médicalement assistée, cette dernière s'appliquera au départ sur la base d'indications médicales – en alternative au recours à des mères porteuses, par exemple en cas d'impossibilités pathologiques de grossesse –, puis un certain nombre de femmes voudront l'utiliser en l'absence de toute pathologie. On voit mal comment une société démocratique pourra arrêter un tel processus : le prohiber reviendrait à interdire aux femmes la libre disposition de leur corps, à leur refuser le droit, pour celles qui le revendiqueront, de ne pas passer par les contraintes de la grossesse. D'autres, au contraire, continueront de considérer la grossesse comme un privilège auquel elles ne voudront pas renoncer.
D'accord. Mais ce discours apaisant n'abrite-t-il pas un déterminisme du progrès ?
Il ne s'agit pas d'un discours apaisant, mais d'un essai d'analyse des conditions dans lesquelles ce processus aboutira à des conséquences catastrophiques – on pense au Meilleurs des mondes de Huxley – ou, au contraire, à une libération des souffrances et aliénations naturelles et sociales, permettant un épanouissement des enfants et des adultes, dans ce que j'évoque à la fin du livre comme une «utopie fraternelle» retrouvant l'imagerie de l'Eden. Je ne plaide pas pour un déterminisme du progrès. Le progrès moral accompagnant le progrès scientifique et technique n'est pas inéluctable, je pense simplement qu'il n'est pas impossible. Le progrès scientifique a toujours – comme n'importe quelle connaissance – entraîné son lot de «miracles» et de maléfices.
Un des motifs récurrents de vos autres livres, et notamment des Etincelles de hasard, est le refus du «dualisme», le refus de la disjonction cartésienne entre l'âme et le corps...
L'illusion – ou plutôt le parti pris – du dualisme cartésien s'exprime pourtant aussi chez certains scientifiques... Tout de même, reconnaissons que l'évolution de la biologie actuelle a su mettre à mal cette vieille dissociation. Et la lecture de Spinoza a résolu, dans mon esprit, le faux divorce entre l'âme et le corps – puisque pour Spinoza, ces deux entités, la pensée et l'étendue, sont une seule et même chose. Cette unité psychophysique semble impliquer un paradoxe ; et c'est pour cela, peut-être, qu'elle est difficile à comprendre au premier abord, en ce sens qu'il ne peut y avoir de relation de cause à effet entre un phénomène mental et un phénomène corporel. Non pas parce qu'ils sont différents, mais parce que c'est la même chose !
Certains perçoivent dans le rejet du «dualisme» cartésien par Spinoza la source d'un certain fatalisme. Qu'en pensez-vous ?
Non, car il ne s'agit pas d'un fatum. La reconnaissance que toute chose arrive dans la nature de façon nécessaire et qu'elle ne pouvait pas être autre que ce qu'elle est, n'est pas forcément soumission passive au fatum. Le pouvoir de choisir est également donné, bien qu'il soit lui-même soumis à cette nécessité. On peut le comprendre en réalisant que nos choix s'effectuent dans le temps, tandis que la connaissance des nécessités naturelles nous dévoile un déterminisme intemporel, «sous une espèce d'éternité», comme dit Spinoza. C'est pourquoi la connaissance que nous pouvons avoir de cette nécessité nous fait vivre notre histoire autrement, de façon libre et non aliénée. La liberté spinoziste est très différente des expériences de libre arbitre qui découlent de notre ignorance des déterminismes de nos choix. Elle est construite par notre activité liée à l'effort de connaître et de comprendre.
(1) C'est-à-dire au laboratoire, sans relation sexuelle entre un homme et une femme.

http://www.lefigaro.fr/debats/20060320.FIG000000273_henri_atlan_le_progres_scientifique_n_exclut_pas_le_progres_moral.html
_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Mar 18 Mar - 08:39 (2008)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. Actualité de la famille et manifestations
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.