Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

L'Illumination des consciences - top important
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Index  .::. Education catholique & instruction scolaire

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
ROSA


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 51

Message Posté le : Ven 18 Jan - 14:49 (2013)    Sujet du message : L'Illumination des consciences - top important Répondre en citant

Je viens vous préparer à cet événement :
L’illumination des consciences
 

 
Edité par deux éditeurs catholiques et distribué par plusieurs librairies religieuses 
Préfacé par deux prêtres du Canada 



Prologue
 
« Heureux êtes-vous, mes enfants, si vous arrivez à rester éveillés dans la prière en cette nuit si profonde de la grande apostasie. Vous serez dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme quand vous allez entrer dans ce mouvement de la Miséricorde de Dieu, l’illumination des consciences. »
 
Marie, Reine de la paix
26 novembre 2011

Préfaces
I  Chers lecteurs et lectrices,
Après avoir lu ces courts messages d’amour et de tendresse, je constate qu’il n’y a pas d’affirmation contraire à la
foi catholique et que la finalité de ces inspirations nous aident à nous tourner vers Dieu.
Le chemin que le Seigneur nous propose est un chemin d’amour et d’abandon à la Volonté du Père, en passant par
la Vierge Marie qui nous fait comprendre la grandeur et la valeur de la souffrance offerte à Jésus qui nous conduit à
la croix, source de joie et d’espérance qui est le vrai chemin de conversion.
C’est aussi une constante invitation à répondre aux appels continuels de Jésus et de notre bonne Maman du Ciel, Maman
Marie, que sont les sacrements, la prière, l’adoration, le jeûne et la charité.
J’ai trouvé qu’à chaque invitation à la conversion, le Ciel nous bénit ; profitions de cette bénédiction trinitaire et mariale
pour y puiser les grâces dont nous avons besoin.

Père J. Rubén Riveros, prêtre
St-Étienne de Bolton, QC
 

II En lisant ce volume, on pourrait se dire : pas encore une personne qui reçoit des messages du Ciel.
Eh oui ! Dieu, dans sa bonté et sa miséricorde, ne cesse de se choisir des témoins pour réveiller ses enfants qui se sont
endormis et qui ne savent plus pourquoi ils sont sur la terre.
La situation ressemble au temps de Noé : on fêtait, on mangeait, on buvait sans se préoccuper d’écouter l’appel de Dieu
à la conversion.
Beaucoup de gens croient que l’Église vit ses derniers moments. Tout semble s’écrouler, mais le Seigneur a promis
d’être avec elle jusqu’à la fin des temps. Je le crois profondément ; Il le fera car Il est toujours fidèle à ses promesses.
L’Église doit passer par son Vendredi saint afin de vivre le dimanche de Pâques.
Ces messages sont remplis de fraîcheur et ne cessent d’inviter à la prière, à la conversion, aux sacrements du
pardon et de l’Eucharistie. En effet, l’amour s’est refroidi ; un peu partout dans le monde, nous voyons la violence se
répandre. Dieu souffre de voir ainsi ses enfants s’entredéchirer. Le remède à cette situation : lever les yeux vers
Dieu, demander la Lumière de son Esprit. En recevant cette Lumière, comme saint Paul, des écailles tomberont de nos
yeux pour que nous puissions mieux voir et mieux vivre.

Rappelons-nous la grande ville de Ninive qui s’est convertie suite à la proclamation de Jonas. La miséricorde de Dieu
est toujours à l’oeuvre. Des Jonas sont là un peu partout dans le monde. Ils parlent avec force, mais nous sommes sourds,
trop préoccupés par des babioles. La justice de Dieu va nous faire découvrir ce qui est essentiel : préparer nos coeurs à la
Grande Rencontre.
 

Des événements bouleversants sont annoncés, mais le Seigneur nous dit : « N’ayez pas peur. »
Ces événements arriveront pour le bien de tous. L’homme a besoin de vivre des épreuves pour lever les yeux vers Dieu
et crier vers lui.
Pour lire ce livre, je conseille de prendre un message par jour, le méditer, le prier et vous demander comment vous
pour riez changer votre vie pour qu’elle soit conforme à l’Évangile.
Je bénis chaque lecteur, lectrice. Je demande à Dieu de vous envahir de son Esprit pour que vous goûtiez sa paix et
que vous la répandiez autour de vous.

Guy Giroux, prêtre
Paroisse St-Philippe, Windsor, QC

11
Introduction
Dialogue entre Marie, Jésus et Sulema
 

 
Marie : Paix à toi, ma fille. Pourquoi ce chagrin, ce malaise que tu portes dans ton petit coeur ? Pourquoi ? Tu ne
veux pas continuer à écrire ? Ne sais-tu pas, mon enfant, que c’est à cause de ta nullité que tu as été choisie ? Sans rien com -
prendre, tu as dit oui, tu as prononcé ton fiat sans savoir où cela t’amènera, tu as sauté dans les bras de mon divin Fils
dans un abandon total.


Ouvre le livre des 24 heures de la Passion du Christ (éd. Résiac, 1999) et regarde ce que tu vas y trouver.
 

Sulema : J’ai ouvert le livre et j’ai lu en fin de page 5 que Luisa Piccarreta n’a fait que sa première année de scolarité ;
que ses écrits étaient bourrés de fautes bien que les termes appropriés étaient en parfaite correspondance avec ses révé -
lations inspirées par Notre-Seigneur.


Marie : Elle est une grande sainte et pourtant ses écrits ont touché seulement un certain nombre d’enfants. On ne veut
pas accueillir ses miels ruisselants. Regarde autour de toi, on suscite d’un peu partout des porte-paroles pour aller rejoindre
différents groupes d’enfants, car vous ne pouvez pas plaire à tous les coeurs.

Ma fille, on essaiera de trouver des failles, on disséquera les dons de prophéties et de voyance qui sont déposés en toi,
laisse-les faire, garde ta paix et n’oublie jamais que tu es sous notre protection.
Voici venir mon Fils : Jésus : Et c’est pour cela qu’il y a tant de messagers, car chacun d’eux est destiné à aller rejoindre un groupe de per -sonnes. Regarde-Moi, Je n’étais pas accepté par tout le peuple ; seuls les petits, les humbles m’ont accueilli, moi, Jésus, le Fils
de Dieu, la Parole de Dieu.

Pourquoi croire qu’un messager peut aller toucher tous les coeurs ? Non, mes enfants, vous devez me suivre. Moi qui
suis pourtant la Tête de l’Église, j’ai aussi été rejeté, méprisé et on me traitait de blasphémateur alors que je prêchais la vérité.
Regarde quand j’ai choisis les douze, je n’ai pas choisi des docteurs de la loi, ni des scribes ; J’ai choisi des pêcheurs,
des collecteurs d’impôts, ceux qui n’étaient rien aux yeux du monde et par ma grâce, ils sont devenus les Apôtres, ceux qui
jugeront les douze tribus d’Israël.


Je t’ai choisie comme tu es, par ta nullité, la grâce passe. Par toi, j’irai rejoindre les coeurs endurcis ; par toi, je ferai de
grandes choses ! Je t’ai choisie parce que je n’ai pas trouvé une autre plus petite que toi. Tu as su t’oublier toi-même en
renonçant à tout pour moi ; tu aimes rester cachée dans les bras de ma Très Sainte Mère car sans Moi tu n’es rien. Oui, je
suis tout en toi. Aurais-tu peur de me suivre tous les jours ?

Sulema : Non, mon Seigneur et mon Dieu.
 

Jésus : Les critiques, vous les aurez toujours. Lisez les Évangiles pour mieux me comprendre. Chose certaine, mon
petit coeur d’amour, si tu étais quelqu’un qui maîtrise bien la langue française, je ne t’aurais pas choisie. Alors, reste en
paix, continue d’écrire, car ce que tu as écrit jusqu’à aujourd’hui n’est rien à comparer à ce que tu écriras. Reste
dans les bras de ma Mère, fais tout ce qu’elle te dira, car rien ne saura arrêter cette oeuvre que le Père a confiée à sa fille
bien-aimée, Marie, Mère de Dieu. Vous serez étonnés de tout ce que je ferai et ce que je suis en train de faire par ce volume.
Continue à écrire, nous devons rattraper le temps perdu.
Le Père respecte votre liberté et votre volonté. C’est à vous de faire le bon choix. Moi, j’ai fait mon choix. Un peu
partout dans le monde j’ai choisi mes prophètes, mes messagers, mes porte-paroles et pour cette oeuvre, c’est vous
que j’ai choisis de toute éternité pour être auprès de mon instrument. Merci à vous tous mes collaborateurs que j’aime
tant. Merci de votre désir de la protéger et de la soutenir. Tout ce que vous faites pour elle, c’est à Moi que vous le faites. Je
vous enveloppe de ma bénédiction toute spéciale, je dépose sur chacun de vos fronts, Mon baiser de Paix.
Au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
Jésus, votre crucifié d’amour

2010
Marie, Reine de la paix 30 novembre 2010


Première semaine de l’Avent
 

1 – On pense à tout, sauf au suprême Sacrifice de Jésus-Amour, prisonnier dans une petite Hostie.
Merci, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur,
pour la Gloire de Dieu son Père. Oui, mon enfant, le moment est à l’adoration, à la méditation des Saintes Écritures qui nous parlent de la Passion de mon Fils, mon Dieu et mon Seigneur.
Dans les temps où vous vivez, mon enfant, on parle de tout, sauf du suprême Sacrifice, le crucifiement de mon divin Jésus-Amour. On a oublié ses souffrances atroces, tout ce qu’il a enduré pour vous sauver, sa douloureuse agonie au Jardin des Oliviers. On ne pense plus à tout cela. Qui est là pour Le remercier ? Qui pense à Lui dire : « Merci Jésus de t’être fait homme par amour pour moi, pour tout le genre humain ? »
Lui, de condition divine, a tout quitté : sa Gloire auprès du Père, pour se faire l’un de nous. On a oublié qu’il est vrai Dieu et vrai homme. De plus en plus, on se sent gêné de parler de Lui, de penser à Lui, l’auteur de la Vie, l’auteur de tout le créé visible et invisible, Lui qui n’a rien épargné, qui vous a tout donné jusqu’à la dernière goutte de son Précieux Sang… 

Remerciez-le souvent, mes enfants, pour tant d’amour. Comme il l’a dit (Jn 15, 13) : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ! » Il est allé jusqu’à devenir prisonnier dans une petite hostie. Lui, l’infiniment grand est devenu l’infiniment petit : sottise aux yeux des hommes, merveille aux yeux des anges !
Quand vous allez le recevoir, faites-le avec un grand respect, une grande dévotion, une grande reconnaissance, une grande humilité et surtout un grand amour. Qu’il trouve l’amour dans vos coeurs. Réchauffez-le avec votre amour. 
Il meurt d’amour pour ses enfants. Suivez-le tous les jours et ne craignez rien, Il est là votre Jésus-Amour, aimez-le, aimez-le, mes enfants.
Merci de consoler la Vie de ma vie, la Lumière de mes yeux, le Coeur de mon coeur, mon Dieu mon Seigneur.
Merci, mon enfant, d’écouter mon Coeur de Mère si affligé par tant et tant d’enfants qui ne pensent plus que Dieu existe, qu’il y a un Dieu qui les a créés et qui les attend. Soyez bénis, mes enfants, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

 

Marie, Reine de la paix 4 décembre 2010
Premier samedi du mois

2 – S’exercer à la vertu de patience ; la paix et la sérénité suivront.
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de
Dieu son Père.

Il faut, mon enfant, exercer la vertu de la patience envers soi-même et surtout envers les autres. Tu sais, pour arriver aux
autres il faut se vaincre soi-même pour arriver à l’oubli de soi. On peut y arriver autrement, mais c’est plus difficile. 
Tous les jours, je dirais même à chaque instant, on doit se pratiquer sans se décourager. Mes enfants de lumière, comme
vous vous êtes exercés dans la foi et dans la confiance, vous devez aussi le faire avec la patience. Et vous verrez ce qui se
produira en chacun de vous : vous vivrez une paix plus intense et la sérénité s’installera peu à peu dans votre coeur, grâce à
votre persévérance. Merci, mes enfants, de continuer à prier à mes intentions.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 


Marie, Reine de la paix 6 décembre 2010
3 – Méditons sur la foi.


Chantez comme les enfants dans la fournaise. Béni soit mon divin Fils Jésus Christ le Seigneur. Signe toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu son Père.

Mon enfant, méditons sur la foi d’Abraham. Il a tout quitté pour suivre son Seigneur et son Dieu. Il est allé jusqu’à offrir
en sacrifice son fils unique, car il était sûr que le Seigneur allait ressusciter Isaac pour accomplir sa promesse de lui
donner une grande descendance plus nombreuse que les étoiles dans le ciel, plus nombreuse que les grains de sable de la mer
(c.f Gn). C’est-à-dire que sa foi était absolue et inébranlable, une foi sans défaillance et totale en Dieu son Père. Il n’a
pas eu d’arrière-pensée, encore moins de doute, il écoutait la voix du Très-Haut et à l’instant même il accomplissait ce qu’il
avait entendu.

Pour le mettre à l’épreuve, le Seigneur lui a demandé le sacrifice suprême de son fils et, merveille des merveilles, aussitôt
dit aussitôt fait, jusqu’à la venue de l’ange qui l’a arrêté. Quelle foi ! C’est pour cela qu’on l’a appelé le père de la foi.

Tout cela pour vous faire comprendre que le Seigneur tient ses promesses, qu’il est fidèle, et qu’il soutient les accablés. Donc, n’ayez pas peur, ne vous laissez pas effrayer. Soyez forts, prenez courage, car il est le Dieu de l’impossible.
Vous le savez très bien, il vous a manifesté sa Gloire, et cela à plusieurs reprises. Réfléchissez-y mes enfants…
Alors, persévérez et chantez comme les enfants dans la fournaise (Da 3, 51), ils ne se sont pas apitoyés sur eux mêmes,
ils avaient foi en Dieu, leur Père. Ils savaient que jamais Il n’était pour les abandonner. Enfin mes enfants, que
votre foi soit plus ferme et plus forte. Continuez à prier, à chanter, à rendre grâce, à croire et surtout à espérer dans la
paix que seul le Seigneur peut vous donner.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 


Marie, Reine de la paix 10 décembre 2010
 

4 – Que vos coeurs soient très reconnaissants et pleins d’amour pour accueillir le Nouveau-Né.
Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.

Oui, mon enfant, que la paix soit avec vous tous, en ce beau temps de l’Avent qui prépare les coeurs de bonne volonté
à accueillir Dieu fait homme, l’Enfant de la crèche, le Créateur de tout l’univers, cet Enfant d’amour qui vous a aimés jus qu’à
la folie de la croix. Que vos coeurs soient très reconnaissants. 
Remerciez-Le en tout et partout. Mes enfants, ce temps est très important pour préparer vos coeurs à l’arrivée de ce
Nouveau-Né qui a tout changé sur la face de la terre. Préparez-vous pour qu’il puisse trouver un endroit chaud,
accueillant et plein d’amour. Que vos coeurs soient des berceaux où Il puisse se reposer, en ce temps où l’on pense seulement
aux cadeaux, aux achats, au réveillon… en excluant totalement le vrai sens de Noël, la naissance du Sauveur du monde.
Mon Coeur Immaculé saigne de voir tant et tant d’indifférence chez la grande majorité de nos enfants, l’oubli presque
total de la naissance du Fils de Dieu, Jésus l’Emmanuel.
Soyez bénis de penser à lui, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 


Marie, Mère des affligés 14 décembre 2010


5 – Quand un pauvre appelle, le Seigneur entend. Croyez et vous ne serez pas déçus. 
La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
Ne vous découragez pas, mes enfants. Soyez forts, tenez bon, car rien n’est impossible au Dieu Trinitaire ; Il a tous vos
soucis en main, faites-Lui confiance.
Quand un pauvre appelle, le Seigneur entend pour de vrai mes enfants (Ps 33). Plus que jamais, croyez et vous ne
serez pas déçus, car le Seigneur est proche de tous ceux qui espèrent en sa Divine Providence, proche de ceux qui se
confient à Lui, le Père trois fois saint. Continuez à prier, à croire et à espérer.
Moi, votre céleste Maman, l’Immaculée Conception, je me tiens près de vous, avec vous. Jamais je ne vous abandonnerai, croyez-moi.
Soyez bénis de continuer à prier à mes intentions au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.


Jésus-Eucharistie 15 décembre 2010
 

Le monde s’en va vers un chaos économique. Apprendre à vivre avec l’essentiel, savoir partager.
Ne craignez pas, mes enfants. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père. La
paix soit avec toi, mon enfant. Pourquoi toute cette agitation ? Pourquoi cette angoisse ? Pourquoi cette insécurité ? Où est votre confiance ? Je sais, moi, ce qu’il y a de mieux pour vous tous, mes enfants. Je connais, Moi, le moment précis de ce qui doit survenir. Il est
écrit : il y a un temps pour chaque chose, et chaque chose en son temps (Qo 3, 1). Alors, pourquoi ? Avez-vous confiance
en moi votre Jésus, votre Seigneur et votre Dieu ? Je vous ai dit : rien de mal ne saurait vous arriver. Croyez-le. Mes enfants, vous devez comprendre et accepter vos limites. Je ne peux pas vous dire que tout va changer, non mes enfants. Le monde s’en va vers un très grand chaos économique. Il va falloir apprendre à vivre uniquement avec l’essentiel, savoir partager. Ce n’est pas parce que Dieu veut
qu’il en soit ainsi, c’est parce que l’homme a tout détruit ! Et là, on met la faute sur l’un, on accuse l’autre, personne ne
prend sa responsabilité. On dit des paroles inutiles, pleines de poison pour tuer les âmes, pour tuer les esprits fragiles qui
se laissent empoisonner par le démon qui s’est bien déguisé.
C’est pour cela que je vous dis : soyez vigilants, faites attention, ne vous laissez pas entraîner par les faux courants de
pensée du monde.
Restez en prière, accrochez-vous aux sacrements, venez vous réfugier dans le Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère.
Et vous, mes tout-petits, n’ayez pas peur, car elle vous garde sous son manteau de protection. Soyez humbles de coeurs,
continuez à prier à ses intentions. Donnez-lui la main. Ce faisant, vous serez protégés de tout le mal qui est à vos portes.
Gardez courage, soyez forts, soyez fidèles. Je vous porte tous dans mon Sacré-Coeur ; n’ayez pas peur, votre délivrance est
proche (Lc 21, 2Cool ; continuez à prier, à adorer et à croire.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen alléluia.

L’Enfant-Dieu 25 décembre 2010


Le Jour de Noël, le matin
 

7 – Je veux partager avec vous ma joie, ma paix et mon grand amour.
Merci, mon enfant, signe-toi, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père.
Merci pour vos souhaits, pour vos chants et surtout pour votre amour. Je veux partager avec vous ma joie, ma paix et
surtout le grand amour que J’ai pour vous tous. Ne craignez pas, car Je suis avec vous (cf. Mt 28, 20).
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 25 décembre 2010
 

Le soir
 

Réjouissez-vous avec moi et soyez très reconnaissants. Mon enfant, que la paix soit avec toi et avec tous les hommes de bonne volonté (cf. Lc 2), car aujourd’hui un Sauveur vous est né : le divin Enfant, l’Enfant Dieu, le Fils unique de Dieu le Père, le Saint des saints.
Réjouissez-vous ! Que sa joie soit dans vos coeurs et que sa paix règne aussi dans vos coeurs. Soyez bénis, soyez
humbles à l’exemple de Dieu qui s’est manifesté à tous les peuples de la terre, en Enfant nouveau-né qui a choisi une
étable pour palais, une crèche pour berceau (Lc 2, 7) ! Soyez très reconnaissants pour tant d’amour et soyez bénis !

Marie, Reine de la paix 28 décembre 2010

8 – S’abandonner comme un enfant, avec confiance. Laisser agir à sa guise le divin Enfant.
Merci, mon enfant, signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la
Gloire de Dieu son Père, Seigneur Sabaoth.  Oui, mes enfants, vous devez vous exercer à avoir plus de confiance en Celui qui vous a tout donné, à croire à cent pour cent à sa puissance, à espérer tout, malgré toute apparence, à vous laisser conduire par sa main toute-puissante, à croire en sa Parole, car Il est la Parole du Père trois fois saint.
Je vous en prie, cessez de blesser son Sacré-Coeur avec toutes vos pensées négatives, vos peurs, vos craintes, vos
doutes. Une fois pour toutes, dites-Lui : « Oui, mon Seigneur et mon Dieu, je m’abandonne entre tes mains, fais de moi ce
qu’Il te plaira » comme un enfant qui sait s’abandonner entre les bras de sa mère, entre les bras de son père, car il sent la
protection, la sécurité, la confiance de ses parents.
Ce n’est pas trop vous demander, puisque je connais la grandeur de votre amour pour mon divin Enfant, Jésus-
Amour, faites-Lui confiance et laissez-Le agir à sa guise.
Continuez à prier à nos intentions et soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.

Jésus de Nazareth, votre Roi d’amour 30 décembre 2010
 

9 – L’apostasie est à son comble : le temps de la miséricorde s’achève.
La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.
Mon enfant, mon Coeur Sacré est triste jusqu’à la mort de voir une telle indifférence de la part de mes enfants. Plus que
jamais, on rejette tout ce qui est sacré. On ne veut rien savoir du Père trois fois saint, du Fils qui a donné Sa vie pour vous
racheter, du Saint-Esprit qui vient plus que jamais vous partager tous Ses dons et hélas, presque personne ne veut recevoir
ces dons de Dieu.

L’apostasie est à son comble. On a laissé toute la place au monde, à la chair et au démon. Voilà ce qui occupe la
première place chez les enfants de cette génération qui s’en vont directement à leur perdition, à leur destruction.
Ma très Sainte Mère et Moi avons réussi à retenir encore un peu les bras de la Justice divine, mais… ce ne sera plus
pour longtemps : vous le constatez de plus en plus ici et là sur la Terre.
Priez, priez, priez, mes enfants, car vous ne savez pas ce qui vous attend dans un avenir proche. Soyez certains de notre
protection. On est à préparer un autre complot contre mon fils Benoît XVI. Priez beaucoup pour lui, pour qu’il ait la force
nécessaire pour tenir bon.
Mon Coeur est si triste pour cette génération qui est la pire de toutes ! La dépravation a dépassé toutes les limites,
l’immoralité a pris toute la place. Il n’y a plus de respect pour Dieu ni pour personne. Mes enfants sont devenus pires que
les animaux. Le tout petit reste est devenu encore plus petit, pour que s’accomplisse ma Parole : « Quand le Fils de l’homme
reviendra, trouvera-t-il la foi ?» (Lc 18, 7)
Continuez, mes enfants, à demander la grâce de la persévérance finale pour tenir jusqu’au bout du combat, car
votre Jésus-Amour est sur son chemin de Retour pour vaincre le monde, la chair et le démon.
Préparez vos coeurs à cette rencontre avec votre Dieu et votre Seigneur. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et
au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 30 décembre 2010


10 – Consolez le Coeur de mon divin Enfant en priant pour le retour au bercail des brebis égarées.
Console le Coeur si peu aimé de mon divin Fils Jésus Christ. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux
Sang, pour la Gloire de Dieu son Père. 
Merci, mes enfants, de consoler le Sacré-Coeur de mon divin Enfant. Si vous saviez comme Il souffre de voir à quel
point son sacrifice a été en vain pour tant de nos enfants, spécialement pour ceux qui, après avoir été des priants, ont
renoncé à la Lumière pour accueillir les ténèbres du monde, pour suivre l’instinct de la chair, pour suivre le malin qui vous
connaît. Il reconnaît ceux qui aiment le péché, il sait que le nombre de damnés progresse d’heure en heure ; il sait aussi
que Dieu Tout-Puissant respecte votre liberté.
C’est pourquoi l’on vous demande des prières d’intercession pour essayer d’en sauver quelques-uns avant qu’il ne
soit trop tard. Mais le temps de la miséricorde achève, mes enfants. Il va falloir que la Justice divine sanctionne cette
génération qui a perdu le sens du sacré.

Priez, priez, priez, mes enfants, pour que vos frères et vos soeurs accueillent les grâces du repentir et reviennent au
bercail avant que la porte ne se ferme et qu’il ne soit trop tard.
Le temps presse mes enfants, je dirais même, qu’il n’y a plus de temps.

Merci de vouloir toujours faire la sainte Volonté du Très-Haut. Merci de votre oui d’amour. Soyez bénis au nom
du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 31 décembre 2010


11 – Beaucoup oublient de dire merci au Père et de Lui consacrer la nouvelle année.
Loué soit à tout jamais mon divin Enfant, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Signe-toi, mon
enfant, couverte de son Précieux Sang, et écris cette manne céleste.
Voilà, vous êtes rendus au dernier jour de cette année 2010. Dans quelques heures débutera la nouvelle année. Que
votre coeur et votre esprit soient dans le recueillement, unis à votre Dieu, votre Seigneur, votre Père. Remerciez-Le pour
tous les bienfaits reçus durant cette année, pour tant de grâces, de grandes faveurs, pour tant d’amour.
Si vous saviez, mes enfants, à quel point on a oublié de remercier Dieu le Père. Vous devriez même le remercier pour
l’air que vous respirez, pour le souffle de vie que vous donne l’Esprit Saint, pour le sang précieux qui circule dans vos
veines, car votre corps est devenu le temple du Saint-Esprit. Vous devez le protéger, prendre soin de ce corps sacré qui ne
vous appartient pas, car votre corps est la demeure du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Hélas ! combien d’enfants ont profané et continuent de profaner, de saccager ce corps qu’ils ont reçu ; il est devenu la
cause de votre perdition et de votre damnation, sottise humaine.
Bénissez le Très-Haut jour et nuit, bénissez-le pour le don de la vie, pour la paix qui habite dans vos coeurs, pour la joie
que seul Dieu le Fils peut vous donner. Bénissez-le pour sa sainte protection. Consacrez-lui votre vie, votre esprit, tout
votre être. Continuez à l’aimer davantage pour que vous arriviez à aimer comme il veut vous l’apprendre, pour que
vous deveniez ce canal d’amour, de grâce, d’eau vive pour consoler tous ceux qui seront autour de vous. (cf. Jn 4, 10)
Je vous aime dans l’Amour du Christ. Soyez bénis, mes enfants, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 1er janvier 2011
Premier samedi du mois
 

12 – Ce sera une année très difficile. Entrez dans les Coeurs unis de Jésus et de Marie pour être à l’abri de tout mal.
En ce premier jour de la nouvelle année, que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux
Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
Oui, mon enfant, que le Seigneur vous protège et vous garde, qu’il se penche sur vous tous pour vous envelopper de
sa bénédiction paternelle en ce début de l’année 2011. Soyez bénis de croire en Sa Parole, son Fils unique notre Seigneur,
qui a pris chair dans mon sein virginal pour accomplir la rédemption du genre humain, afin de rétablir cette relation
filiale entre le Créateur et ses créatures. Merci d’aimer mon Enfant-Dieu, l’Âme de mon âme, la Vie de ma vie.
Regardez la grandeur du Très-Haut : il a choisi que l’année commence avec la journée de la semaine dédiée à mon Coeur
Immaculé « le premier samedi du mois », cette dévotion si chère à mon Coeur. Et, en plus, c’est la fête de Marie, Mère
de Dieu. Comme tu le vois, mon enfant, il y a un sens à tout cela. Une année mariale commence pour toi et pour tous mes
enfants de bonne volonté : ceux qui ont dit non au mal et qui ont dit oui au bien, oui à l’Amour, oui au Père.

Cette année, mon enfant, sera une année très, très difficile, une année hors de l’ordinaire, une année sans pareille,
unique en tous les sens ; tu le verras en temps et lieu. Une année où vous devrez vous approcher plus que jamais du
Sacré-Coeur de Jésus pour qu’il vous conduise au Père Tout-Puissant, et où vous devrez vous accrocher à moi, l’Immaculée
Conception, pour être à l’abri de toutes les attaques de l’ennemi, pour être protégés de tant de désastres naturels qui vont
s’intensifier d’une façon extraordinaire dans les mois à venir.
Vous devrez entrer dans les Coeurs unis de Jésus et de Marie pour être préservés de tout mal ; ce sera la nouvelle
Arche, votre bateau de sauvetage, votre lieu sûr où vous pourrez vous reposer pour refaire vos forces, pour suivre nos directives.
Je le répète, l’année qui débute sera une année dévastatrice, comme mon doux Jésus t’a laissé entrevoir avant-hier.
Priez, priez, priez mes enfants, car l’heure est très grave. Adorez, priez, adorez, priez tandis qu’il y a encore du temps et
soyez bénis. Remerciez le Très-Haut pour tant de bienfaits, je vous enveloppe de mon manteau de protection et vous bénis
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 3 janvier 2011


13 – Jésus est rejeté comme à sa première venue. Mais « on ne se moque pas de Dieu ! »
Loué sois mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Signe-toi et écris, couverte de son
Précieux Sang. Merci, mon enfant, de répondre rapidement à mon appel, merci de bien vouloir entendre mes paroles et de
les accueillir avec tant d’amour, merci, merci, merci. 
Continue, je t’en prie, à prier à mes intentions, à nos intentions qui, de jour en jour, sont de plus en plus nombreuses. Il
faut essayer de sauver quelques âmes de plus, car mes enfants sont devenus aveugles, pas seulement des yeux, mais aussi
du coeur. 
Tout, je dis bien tout, est devenu banal : on a oublié le respect qu’on doit aux enfants, aux aînés, à la vie et surtout
le respect qu’on doit à Dieu le Père Tout-Puissant, à Dieu le Fils et à Dieu le Saint-Esprit, et cela, mon enfant, c’est très
grave ; il va falloir que justice se fasse, car on ne se moque pas de Dieu. (Gal 6, 7)
Il a été très patient envers la présente génération, en souhaitant un changement dans les coeurs de ses enfants. Mais,
de jour en jour, on court pour ne pas dire qu’on vole vers la perdition. On a renoncé volontairement à la foi, à l’amour et
au respect envers Dieu le Très-Haut, envers Dieu le Créateur, le Père, l’essence de la sainteté. On ne veut rien savoir de son
Fils unique, son Verbe, sa Parole, Celui qui est venu apporter la lumière, sa lumière. Hélas ! ses enfants ne le reconnaissent
pas plus aujourd’hui qu’il y a de 2 000 ans. En toute vérité, si Jésus revenait en sa Sainte humanité parmi vous, on commettrait le même crime que la première fois, on le ferait crucifier. Pire encore, on veut même vous faire oublier son saint nom « Jésus », car le nom de Jésus
dérange, on ne veut pas l’entendre. 
Mes enfants, je vous en prie, priez et adorez, car vous n’avez pas la moindre idée de tout ce qui est à vos portes.
Cependant, gardez votre paix, votre confiance et surtout votre foi en Celui qui vous a tout donné par amour pour vous, Ses
tout-petits. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 7 janvier 2011
 

14 – Quel grand privilège que d’assister à la sainte messe et de communier  
Se préparer avec grand recueillement. Que toute Gloire soit rendue à Dieu le Père de Notre Seigneur Jésus Christ. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de son Précieux Sang. Merci de bien vouloir recevoir mes enseignements, cette manne céleste, ce miel ruisselant qui se
déverse dans ton petit coeur. Dieu est Amour (1 Jn 4, 16), vous a dit saint Jean le bien aimé.
Il a compris le grand amour de Dieu le Père qui vous a donné son Fils unique, le Verbe. Il a compris le grand amour
de Dieu le Fils, le Verbe, qui a pris chair dans mon sein virginal pour accomplir la Volonté du Père, la rédemption de ses enfants
dispersés. Il a compris le grand amour de Dieu le Saint-Esprit, l’essence de l’amour du Père et du Fils, qui est venu me couvrir
de son ombre pour engendrer le Verbe de Dieu, la parole de vie, la vérité tout entière en Jésus le Christ Notre Seigneur,
dans le mystère de l’Incarnation, le sublime mystère où le Fils de Dieu fait homme est descendu du Ciel pour se faire l’un de
nous et habiter parmi nous. Quelle merveille ! 
Et tout cela, mon enfant, pour vous faire comprendre jusqu’où est allé l’amour de Dieu le Fils qui a pensé à instituer les
sacrements pour rester avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde et qui a pensé à se faire tout petit pour être dans une
Hostie ! Hélas, Il est le plus grand solitaire dans tant de tabernacles, où Il est devenu, par sa propre Volonté, prisonnier de
son amour pour ses enfants, ses frères et ses soeurs de la terre.
Vois-tu quel grand privilège vous avez d’assister à la sainte messe, de recevoir votre Créateur dans vos coeurs, de
recevoir son Corps et son Sang qui viennent préparer vos coeurs et vos corps à vivre le mystère de l’Incarnation dans vos
coeurs, à recevoir le Fils de Dieu, le Fils de l’homme, vrai Dieu et vrai homme, Jésus Christ le Seigneur ?

Bien sûr, toutes ces merveilles s’opèrent dans un coeur qui est en état de grâce, un coeur qui se prépare à recevoir le
Roi des rois, le Seigneur des seigneurs.  C’est pour cela qu’on vous demande d’arriver quelque temps à l’avance pour vous préparer, vous débarrasser de vos soucis, vos distractions, vos inquiétudes, pour vivre le saint sacrifice de la messe. Et en vidant votre coeur, vous laisser
remplir de toutes les grâces que le Père, le Fils et le Saint- Esprit veulent vous accorder pour vous aider à devenir chaque
jour plus saint, selon l’exemple de votre Père céleste.
Comprends-tu, petite fille, l’importance de vous préparer dans un grand recueillement avant la sainte messe ? Hélas ! on
arrive à la dernière minute. On gaspille les grâces que mon divin Fils vous a méritées par sa Passion et sa mort. Et les
enfants partent les mains vides sans avoir voulu recevoir les trésors que le Père trois fois saint voulait leur donner. Les
anges pleurent de voir toutes ces grâces perdues. Merci, mon enfant, de recevoir avec amour mes enseignements, merci de nous prendre au sérieux. Sois bénie au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.

Marie, Reine de la paix 8 janvier 2011


15 – Une expérience heureuse ou malheureuse selon l’état des consciences.
 

Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur. Signe-toi mon enfant et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ pour la Gloire de Dieu son Père.
Oui, mon enfant, tu dois te préparer à vivre ce changement que les enfants de lumière vont vivre d’une façon
spéciale. Ce sera un événement pour tous les enfants de la terre, mais vous, vous allez le vivre d’une façon différente.
Ce qui pour les autres sera une occasion de confusion, de peur, de détresse, de grande crainte, pour vous sera la joie de sentir
et d’entrevoir Celui que votre coeur aime.
Oui, je te parle de l’illumination des consciences, ce que d’autres appellent l’avertissement. Continuez de réciter l’acte
de contrition au fur et à mesure que vous en sentez le besoin et surtout dépêchez-vous d’aller au sacrement du Pardon pour
recevoir le pardon de Dieu et les grâces qui en découlent.  (Pour bien se confesser, cliquez sur ce lien) : Je ne te dis pas que cela va arriver bientôt, tout de suite.
Certaines choses doivent arriver auparavant, des événements naturels ; oui, il va y avoir un froid glacial qui va vous enve -
lopper, un froid inconnu de mes enfants…  Continue à écrire, fille bien-aimée, c’est moi l’Immaculée
Conception, la Mère de Dieu, qui te parle en ce moment par le divin vouloir de Dieu le Père, Seigneur Sabaoth (cf.1 Sa 1, 3).
Mes enfants ne veulent pas comprendre le langage de la nature et même s’ils arrivent à découvrir les choses à temps, ils ne
veulent pas accepter la vérité.
Regarde bien : crois-tu que c’est une coïncidence que la mort de tant et tant d’oiseaux en différentes parties de la
planète, de tant de poissons ? En vérité, mon enfant, Je te le dis, c’est le présage de ce qui s’en vient, de ce qui est à vos
portes : un méga tremblement de terre, un froid brutal, et que dire de la folie du vent, un élément nouveau qui va balayer
tout ce qu’il trouve sur son passage ; et après, arrivera une chaleur étouffante...
Quand cela arrivera, dis-toi bien que l’illumination des consciences est tout proche pour laisser place à la grande
persécution que subira l’Église, afin de donner une entrée triomphale à l’antéchrist.

Pourquoi est-ce que je te dis cela aujourd’hui ? Pour t’avertir mon enfant. Et lorsque tu l’entendras des autres tu
diras au fond de ton coeur : « Maman Marie me l’avait dit. »
Comme mon divin Fils, Jésus-Amour, l’a dit : tu seras avertie, instruite, renseignée directement par nous pour que tu com -
mences déjà à prier, à te préparer et garder la paix que seul Dieu peut donner. Et, ce faisant, tu transmets la paix à ceux
qui sont affligés, tu pacifies les coeurs angoissés. Sois bénie, enfant de ma tendresse, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 9 janvier 2011

16 – S’arrêter à l’essentiel, la Parole de Dieu. 
Combien renient leur Baptême, la saine doctrine ! Bénie sois-tu, mon enfant, de bien accueillir mes ensei -
gnements. Signe-toi et écris couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de
Dieu son Père. 
Oui, mon enfant, par le Baptême vous êtes devenus à nouveau les enfants de Dieu le Père. Par l’eau, le prêtre vous
a lavés du péché originel, cette tache qui empêchait la grâce de circuler dans vos coeurs, cette tache qui vous éloignait de
votre Dieu, votre Créateur.
Si tu savais combien d’enfants en ce moment renient leur Baptême ! Et que dire de cette nouvelle génération qui laisse
les enfants sans recevoir aucun sacrement ? Sottise humaine.
Qu’est-ce qu’ils vont répondre à la question que leur posera Dieu le Fils : qu’as-tu fait de mes enfants ? Qui es-tu pour
enlever le droit de Dieu le Père de recevoir à nouveau ses enfants ? Ne sais-tu pas que chaque enfant a le droit de devenir
héritier du Royaume ? Prie, mon enfant, pour tous ces insensés qui ne veulent pas profiter des grâces que leur donne chaque sacrement, car un jour ils vont le regretter amèrement. On en est rendu à laisser de côté la saine doctrine ; chaque jour, on change les rites liturgiques. On trouve que c’est trop long. Cette génération a oublié l’essentiel : le temps le plus important, c’est le temps donné au Seigneur.
Vous avez oublié la valeur du temps. Au soir de sa vie, chaque être humain doit rendre compte de son temps. Malheur
à ceux qui ont gaspillé leur temps dans les choses du monde, de la chair et du démon. Malheur à ceux qui ont perdu leur
temps. Malheur à ceux qui se sont arrêtés dans leurs bonnes intentions sans passer à l’action. Malheur à ceux qui ont eu le
temps pour tout, sauf pour Dieu.
Oui, mon enfant, je suis triste, mon Coeur Immaculé pleure des larmes de sang de voir le petit nombre de ceux qui
pensent, qui aiment vraiment, qui adorent Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit.
Combien d’enfants se laissent distraire par toutes sortes de choses ! C’est pour cela, mon enfant, que je vous dis : soyez
vigilants, ne vous laissez pas désorienter, laissez passer le bruit, laissez passer le vent. Arrêtez-vous à l’essentiel qui est
la Parole de Dieu dans les Saintes Écritures.
Tout vous a été dit et tout doit s’accomplir. Rien ni personne ne peut changer la Bible ; on ne peut rien y ajouter et
encore moins y enlever, car c’est l’Esprit Saint qui a écrit par la main des prophètes, des évangélistes et des apôtres.
Gardez votre lampe allumée, car il se fait tard. Gardez-la avec l’huile de la foi que vous allez puiser dans les Saintes
Écritures, dans la Parole de Dieu qui est le Chemin qui vous conduit sur la bonne voie ; il est la Vie qui vous donne le goût
de continuer malgré tout ; il est la Vérité qui vous donne la lumière en ce temps de grande confusion.
Faites attention aussi de ne pas tomber dans le piège de la curiosité, de vouloir tout savoir. Tout doit s’accomplir. Priez,
priez, priez pour ne pas succomber à la tentation. C’est par la prière, par l’adoration, que vous allez arriver à traverser tout
ce qui est à vos portes. Consacrez-vous au Sacré-Coeur de Jésus et au Coeur Immaculé de votre céleste Maman. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 10 janvier 2011
 

17 – Le temps de la Miséricorde divine tire à sa fin pour laisser place à la Justice divine.
Que toute la Gloire soit rendue à Dieu le Père, à Dieu le Fils et à Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon enfant,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Le temps passe mon enfant, le temps de la miséricorde tire à sa fin pour laisser place à la Justice divine. C’est pour
cela que vous devez vous préparer en gardant votre âme en état de grâce, en étant charitables envers votre prochain, en
vous exerçant à être plus patients les uns envers les autres, en essayant de voir ce qu’il y a de meilleur en celui qui est devant
vous, en essayant aussi de vivre la sainte humilité et de vouloir toujours servir votre prochain, à l’exemple du Maître
qui est venu pour servir et non se faire servir.
Mais pour arriver à cela, il faut pratiquer la sainte obéissance, toujours être prêts à obéir. Qu’est-ce que cela coûte
de suivre les pas de mon doux Jésus qui s’est fait obéissant jusqu’à la mort sur une croix ?
Pourquoi te parler de tout cela ? Parce que tu dois, mon enfant, t’exercer de plus en plus à pratiquer les vertus comme
tous mes enfants de lumière.
Si vous vivez dans un monde où règne l’égoïsme, vous devez y opposer la charité ; où vous êtes entourés de beaucoup
d’impatience, vous devez y être très patients ; où règne l’orgueil, vous devez briller par votre humilité en gardant dans
votre esprit que le plus grand dans le Royaume est celui qui est le plus petit au service des autres.
Vous êtes dans un monde de libertinage où chacun fait ce qu’il veut… Vous devez obéir aux lois de Dieu, respecter
chacun des Commandements (Ex 20). Et si tu aimes le Seigneur, tu verras que c’est facile d’aimer ton prochain, d’aimer tous
ceux qui sont autour de toi, ceux qui se confient à toi, etc. 

Ah ! mon enfant, si le monde suivait la doctrine que mon divin Fils est venu vous enseigner, le monde serait si différent !
Il n’y aurait ni guerre, ni toutes sortes d’injustices, il n’y aurait plus de faim, plus de haine. Partout règneraient la paix,
l’amour et l’harmonie. L’Amour du Père circulerait librement dans tous les coeurs. Tous les enfants pourraient vivre dans
la Divine Volonté en disant : « Oui, Père, que ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel ! » Ce serait le paradis sur
la terre.  Prie, mon enfant, pour qu’un jour tous les coeurs acceptent de s’ouvrir pour accueillir les grâces et qu’ils puissent
dire leur fiat à leur tour avant qu’il ne soit trop tard. Merci, mon enfant, de me donner ton temps. Va te reposer et sois
bénie au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 11 janvier 2011

18 – Les théories mensongères du Nouvel Âge. Plusieurs reviendront à Dieu après l’illumination.
L’Esprit Saint est descendu, il a plané sur les eaux du Jourdain pour montrer aux peuples que Jésus est le Fils de
Dieu, son Fils bien-aimé et hélas ! les grands de ce monde ne l’ont pas reconnu comme vrai Dieu et vrai homme. Signe toi
et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang pour la Gloire de Dieu son Père.
L’histoire se répète aujourd’hui comme hier : on ne veut pas reconnaître que Jésus est vrai Dieu, né de Dieu, né de la
Lumière, qu’Il a été engendré par l’Esprit Saint pour venir accomplir la Volonté de Celui qui l’a envoyé, Dieu le Père.
Seuls les plus petits du petit reste l’ont accueilli comme vrai Dieu, comme le Messie, comme le Rédempteur.
Dans toutes les générations, l’histoire s’est répétée jusqu’à la génération actuelle où, même dans le petit reste, la
division et le doute sont entrés. On se pose ces questions :
• Est-ce que Dieu existe vraiment ?
• Y a-t-il vraiment il y a une vie après la mort ?
Et les enfants se laissent tromper par ces théories du Nouvel-Âge qui vous font croire que tout finit avec la mort
du corps, que l’âme est une invention des grands-parents, qu’il faut vivre pleinement en cette vie, car après tout est
fini, que la résurrection est une fable que les apôtres ont inventée...
Mon enfant, je me demande jusqu’où va aller la présente génération avec cette science qui va jusqu’à nier totalement
l’existence de Dieu et, par conséquent, vous amène à renier la saine doctrine, à renier vos origines.
Je souffre de voir ce qui vous attend, la surprise que vont vivre ceux qui ont refusé d’accueillir la grâce… Dis-toi bien,
mon enfant, que les suppôts de Satan vont vous faire croire que l’illumination des consciences est le résultat de la peur
que vont vivre nos enfants avec tous les événements qui vont la précéder, et ils vont accueillir cette théorie. Je parle de ceux
qui ont dit non à l’Amour…
Mais d’autres enfants comprendront le mal qu’ils ont fait à leur âme et le regretteront. À ce moment, ils courront pour
chercher de l’aide. Ils ouvriront leurs coeurs pour accueillir et connaître les Saintes Écritures, pour mieux connaître Jésus, le
Père et le Saint-Esprit…
Et, à ce moment-là, l’heure sonnera pour que les enfants de lumière viennent à leur aide pour les évangéliser, les
accueillir, les guérir, les encourager, leur faire connaître Jésus, leur enseigner que Dieu est Amour (1 Jn 4, 16) et que Dieu
qui est leur Père les a tant aimés qu’Il leur a donné son Fils unique pour les sauver.

Vois-tu, mon enfant, la tâche immense qui vous attend ?
C’est pour cela qu’on vous demande d’adorer pour vous laisser former, pour recevoir de l’Esprit Saint les grâces nécessaires,
les dons et les charismes dont chaque enfant aura besoin pour accomplir la mission que Dieu le Père lui a confiée.
Je vous demande de prier aussi pour le Saint-Père Benoît XVI. Il faut le soutenir par vos prières qui lui donneront la force d’aller jusqu’au bout, sans oublier de prier pour tous mes fils de prédilection, les prêtres, qui ont tant besoin de vos prières.
Merci de votre générosité. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 13 janvier 2011

19 – Il reste quelques miettes de temps. Suivront l’épreuve de la foi et le passage vers une ère de paix et d’amour.
Que la paix du Seigneur soit avec toi, mon enfant. Signe toi  et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils,
Jésus Christ le Seigneur. Tu peux te demander, te surprendre ou même t’habituer progressivement à recevoir mes enseignements tous les jours.
Au fond de toi, tu sais mon enfant, qu’il n’y a plus de temps à perdre ; les miettes de temps que vous avez en ce
moment tirent à leur fin. Et un jour doit s’accomplir aussi « le moment du grand silence » où vous devrez passer l’ultime
épreuve de la foi, pour que s’accomplisse la Parole (Lc 18, 7) :
« Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il encore la foi ?»
C’est pour cela qu’on vous demande de nous donner votre temps pour recevoir cette manne céleste qui vous aidera
tellement aux moments de grande détresse. Vous irez puiser l’eau vive (cf. Jn 4, 10) dans les Saintes Écritures, et aussi
dans les enseignements que le Père trois fois saint vous a permis de recevoir : il veut avertir ses enfants de ce qui
les attend, de ce qu’ils doivent faire, de se préparer par les sacrements et de rester en état de grâce afin d’accueillir
l’Esprit Saint qui vient pour les réveiller et les faire sortir de cette léthargie où sont tombés un grand nombre de ses
enfants. 
C’est pour cela que je vous demande de prier, de louer, d’adorer, de fermer les portes aux mauvaises pensées, de
fermer votre coeur à toutes sortes de tentations, d’être plus vigilants et de passer à l’action.
C’est bien de demander la force de ne pas tomber, mais vous devez agir en conséquence en évitant de faire le mal, ou
encore de vous approcher du mal : fuyez le mal mes enfants !
Lisez la vie des saints et vous allez voir et comprendre tout ce qu’ils ont fait pour observer les Commandements
(Ex 20), pratiquer les vertus, rester en état de grâce. Tous les enfants sont appelés à vivre dans la grâce sanctifiante pour
devenir des saints à l’exemple du Père trois fois saint. Si vous l’aimez vraiment, vous allez vivre dans son amour, vous allez
tout faire pour son amour. Et petit à petit, vous allez commencer à vivre dans la Nouvelle Terre et les Nouveaux Cieux.
Et vous allez franchir allégrement ce passage de la grande purification à la nouvelle ère de paix, d’Amour Trinitaire
où l’Amour du Père va circuler librement sur la terre comme au Ciel.
Priez mes enfants pour que le temps soit abrégé. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 14 janvier 2011
 

20 – Quelle humilité l’Enfant-Dieu dégage dans la crèche ! Il vient allumer le feu de l’amour dans les coeurs.
Il vous faudra beaucoup d’humilité, de douceur et de paix, mon enfant, pour aimer à rester cachés avec moi à l’ombre de
Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils Jésus, pour la Gloire de Dieu son Père.
Regarde, mon enfant, quelle humilité, quelle douceur et quelle paix dégage l’Enfant-Dieu dans la crèche : Lui, l’infi -
niment grand se présente à l’humanité infiniment petit, en Nouveau-Né. Merveille des merveilles ! Le Créateur de toute
la création visible et invisible choisit une grotte pour être pauvre parmi les pauvres.
Il a choisi les bergers comme ses premiers adorateurs pour vous apprendre la béatitude (Mt 5, Cool : « Heureux les
coeurs purs, car ils verront Dieu. » C’est cette béatitude que vous devez vous exercer à vivre dès ici-bas pour que votre
coeur soit uni au Sacré-Coeur de Jésus, pour apprendre à aimer avec et dans son amour : 1) Aimer Dieu le Père et Lui donner
la première place dans votre vie ; 2) Aimer votre prochain avec cet amour filial qui doit exister dans les coeurs de tous les
enfants du Père ; 3) Imiter la sainte humilité de Celui qui est venu servir et non pas être servi ; de Celui qui est venu faire la
Volonté de Celui qui l’a envoyé, qui lui a remis tout honneur, toute Gloire et tout son Amour ; 4) Apprendre la douceur qu’il
faut opposer à toute contrariété dans la vie quotidienne ; 5) Et, arriver à devenir doux et humble à l’exemple de ce Coeur
qui vous a tant aimés. Le Sacré-Coeur de Jésus s’est laissé transpercer par l’Amour ardent qui brûlait tout son être, une soif d’Amour,
une soif d’âmes amoureuses, qui à leur tour, se laisseraient brûler de son amour dans la fournaise de son Coeur. Il désire
que ces âmes puissent allumer à leur tour toutes les étincelles qui attendent un souffle d’espoir, d’amour, de compassion,
d’écoute et leur dire : ma soeur tu n’es pas seule, je suis là, l’Amour m’envoie vers toi pour t’aider, t’encourager, te
donner à boire pour que tu n’aies plus jamais soif, soif de sa Parole, soif de son amour. Viens refaire tes forces et reprendre
les chemins qui te conduisent au Père. Monte sur la montagne sainte où tu verras la lumière dans cette nuit où tu es tombée,
cette nuit des ténèbres qui te garde prisonnière.
Vois-tu, mon enfant, tout ce que vous pouvez faire avec vos prières, votre adoration ? Vous pouvez devenir des instruments, des vases communicants, pour nourrir vos frères et vos soeurs qui seront sur votre route, pour les accueillir tels qu’ils sont à l’exemple de Celui qui a eu pitié de la foule, une foule sans berger pour la guider, et que le monde a laissé à son compte.
Aujourd’hui comme hier, mon doux Jésus a pitié de la foule. Il a besoin de vos mains pour bénir, de vos pieds pour
aller accueillir et de votre voix pour proclamer votre foi. Merci mes enfants pour votre oui d’amour. Soyez bénis au nom de
Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 15 janvier 2011


21 – Le saint abandon filial produit l’amour comme le disait la petite Thérèse.
Que ton coeur soit très reconnaissant, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Signe-toi mon enfant et écris, couverte
du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Ne craignez pas, mes enfants,
car Dieu le Père sait ce dont vous avez besoin avant même que vous le lui demandiez. Que votre foi soit plus forte, que votre
confiance soit sans borne ! 

Nous allons parler aujourd’hui du saint abandon. La petite Thérèse disait : « l’abandon, c’est le fruit délicieux de l’amour » ;
plus vous allez apprendre à aimer votre Dieu, votre Père, plus vous avancerez dans cette voie de l’abandon, qui est une voie
mystérieuse de l’amour infini du Père pour ses enfants de la terre. Comme il aime voir ses enfants venir se jeter dans ses
bras dans un abandon confiant, en cette belle relation Pèrefils/fille, un enfant qui attend tout de lui, qui espère tout de lui,
qui a confiance en Lui son Dieu, son Créateur. 
Hélas ! ils sont peu nombreux ceux qui arrivent à vivre cet abandon filial. Car, pour plusieurs enfants, il est très diffi -
cile de reconnaître leur impuissance, leurs limites, de renoncer à leur façon de faire, à leurs vieilles habitudes. Très difficile
de renoncer au vieil homme avec toute son arrogance, son air de supériorité, son orgueil, pour laisser la place à l’homme
nouveau revêtu de la grâce sanctifiante (Eph 4, 24), cet homme nouveau qui aime, qui adore, qui loue, qui respecte
son Dieu, son Créateur, son Père. Par tout cet amour, il découvre au fond de lui la connaissance de savoir jusqu’où le Père
l’a aimé en lui donnant son Fils unique venu le racheter par sa Passion et sa Mort et lui ouvrir les portes du Ciel.
Quand cet amour a pris racine en lui, son coeur commence à s’ouvrir pour accueillir les grâces, les vertus, les fruits
que l’Esprit Saint vient déposer en lui. C’est à ce moment qu’il commence à connaître son Père, à lui faire confiance,
et, petit à petit, il goûte les fruits savoureux de l’abandon quand il comprend que Dieu est son Père, que Dieu est amour
(1 Jn 4, 16), que Dieu l’a aimé le premier tel qu’il était avant même sa conception.
Cette pensée dépasse son intelligence, car il n’est pas habitué à recevoir tant d’amour et, dès ce moment, avec un
coeur contrit il demande pardon pour son arrogance, son orgueil et humblement il accepte de mourir à lui-même pour
enfin vivre dans le saint abandon.
Voilà ce que je voulais te dire ce soir pour que tu comprennes jusqu’où doit vous mener la vie dans un abandon
total entre les bras de Dieu le Père : un dépouillement total « du faire » pour accueillir « d’être » ce que le Père espère de
chacun de vous qui arrivera à être cet enfant de lumière qui vit pour accomplir, la volonté de Celui qui l’a créé, lui aussi.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Ton Sacré-Coeur de Jésus 16 janvier 2011


22 – L’Église vit sa passion, on la croira morte ; elle ressuscitera et connaîtra une nouvelle Pentecôte d’amour.
Que la paix soit avec toi petite fille de mon Sacré-Coeur. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu mon Père.
Vois-tu, mon enfant, comment ma très Sainte Mère t’a préparée d’avance à recevoir cette brochure qui est un puits
où tu viendras puiser l’eau vive (cf. Jn 4, 10) qui coule de mon Sacré-Coeur, car je t’amène à vivre la spiritualité de ce Coeur
qui a tant aimé ses frères et soeurs. Regarde comment je suis tout amour, toute délicatesse, comment je prends soin de tout
quand je trouve une âme qui se donne totalement à moi, une âme qui honore et qui aime cette dévotion si chère à mon
Coeur. En ce moment l’on voit les séminaires, les communautés, les monastères se vider : on croit qu’ils vont tous disparaître
un jour, que l’Église s’en va directement à sa mort comme son fondateur. Mais ce que les enfants du mal ignorent, c’est que
mon Église aussi doit passer par son Vendredi saint. On la croira morte comme ils ont cru qu’ils en avaient fini avec moi
à la mise au tombeau… Et c’est à ce moment que j’ai remporté la victoire, j’ai vaincu la mort, mon dernier ennemi. La
Vie a vaincu la mort avec ma Résurrection.
Et quand l’heure va sonner, l’Église aussi ressuscitera toute belle, toute humble, toute pure comme aux premiers
temps. Car vous allez tous vivre ma nouvelle Pentecôte d’Amour où l’Esprit Saint viendra laver tout ce qui est souillé,
vous remplir de sa force, guérir vos faiblesses pour que vous puissiez marcher sans aucun danger sur les chemins de ce
monde. Il viendra inspirer vos paroles pour cette grande tâche de la nouvelle évangélisation où vous allez allumer la divine
flamme de l’Amour Trinitaire dans les coeurs de ceux que je placerai sur vos routes, pour faire fuir l’ennemi qui veut la
perte de mes enfants et ramener au Père tous ses enfants dispersés. Mon Église recevra un nouveau souffle pour rendre
tout honneur, toute Gloire, tout amour au Dieu Trinitaire. Tu verras aussi, mon enfant, comment tous mes prêtres
ont au fond de leur coeur cet appel reçu le jour de leur ordination lorsque l’évêque les a appelés par leur nom, et qu’ils
ont répondu « Me voici ». Avec le temps, certains ont étouffé cette réponse et sont partis vers des chimères, ils se sont
éloignés et même ils ont renoncé à suivre le Saint-Père, successeur de Pierre.
Tu verras, mon enfant, comment peu à peu les écailles de leurs yeux vont commencer à tomber. Ils vont se réveiller, ils
vont comprendre tout le mal qu’ils ont fait, tout le mal qu’ils se sont fait à eux-mêmes, et à ce moment ils vont revenir au
bercail en demandant pardon, en reconnaissant la gravité de leurs fautes. Ils vont se jeter au pied des évêques en demandant pardon. Le Père sera là pour les accueillir comme ses bien-aimés, comme ses fils de prédilection. C’est pour cela
mon enfant qu’on ne doit pas juger un prêtre ; on doit prier pour lui, le soutenir, l’encourager. Lorsque vous entendez dire
qu’on condamne un prêtre, vous ne savez pas si c’est vrai ou si c’est une calomnie.
Priez pour le Saint-Père, priez pour les prêtres. Priez aussi pour les religieuses pour que les communautés deviennent des
maisons de prières, d’adoration, de jeûne, de sacrifices, où l’on vit la charité, la paix, dans une grande humilité. Qu’on
ferme les portes aux tendances du monde pour laisser toute la place à l’essentiel : la spiritualité de chaque fondateur ; qu’on
revienne aux origines, aux règles que l’Esprit Saint leur a inspirées.
Vois-tu, mon enfant, l’importance de prier, de faire des offrandes pour tous mes consacrés ? Merci pour ta grande
générosité de prier pour eux, jour et nuit. Et à toi aussi je dis : Occupe-toi de mes affaires et laisse-moi m’occuper des tiennes !
Je ne t’ai pas oubliée. Dans les jours à venir, vous verrez à nouveau la Gloire de Dieu (Jn 11, 40). Continuez à croire,
à prier et à espérer. Voilà ce que j’avais à te dire aujourd’hui. Reçois ma bénédiction et mon baiser de paix, au nom du Père, au nom
du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 18 janvier 2011


23 – Se revêtir de l’armure du chrétien pour arrêter les flèches que le monde envoie par les médias, la télévision, l’internet…
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur pour la Gloire de
Dieu, son Père. 
Mon enfant, aujourd’hui je vais te parler de l’armure du chrétien. En ces temps qui sont les derniers, il faut que
tous les enfants de lumière soient revêtus du casque du salut (Eph 6, 17) pour empêcher toutes mauvaises pensées, toutes
paroles qui veulent empoisonner vos esprits, avec ces images diaboliques qui veulent votre perte, je parle de celle de votre
âme. Vous devez vous revêtir de la cuirasse de justice pour arrêter toutes ces flèches que le monde vous envoie soit par
les médias que sont les journaux, les films, la radio, les magazines. Et quoi dire de la télévision, l’internet, etc. Pour vous
protéger de tous ces dangers, vous devez porter la ceinture de vérité et de fidélité, être vrais et fidèles envers Dieu et
envers vous-mêmes pour arriver à garder votre paix malgré tout ce qui se passe autour de vous.
Prenez l’épée de l’Esprit Saint, c’est-à-dire, la Parole de Dieu (Eph 6, 17), pour avoir le courage d’aller proclamer votre
foi, votre engagement en Église, d’annoncer l’Évangile avec un esprit de miséricorde, d’humilité, de patience et de douceur.
On vous reconnaîtra comme de vrais disciples de Jésus Christ qui imitent ses vertus et qui marchent dans ses pas en fréquen -
tant la sainte Eucharistie. Ainsi, vous vivrez de sa Vie. 
Voilà l’importance capitale de vous revêtir chaque jour de cette armure divine de la foi en Celui qui vous a créés, Dieu
le Père, de l’espérance qui devient confiance en Celui qui vous a rachetés Dieu le Fils, de la charité qui vient vous
sanctifier, Dieu Esprit Saint qui vous ouvre au Père et qui comble de grâces tous ceux qui aiment le Seigneur.
Si vous prenez cette belle habitude, vous allez voir comment vous allez passer de victoire en victoire dans tous les
combats auxquels vous ferez face chaque jour. C’est cette armure qu’ont utilisée les apôtres, les martyrs et les disciples
de tous les temps, le moyen par excellence qui vous protège contre toutes les embûches du démon.
Alors, faites-moi confiance en l’utilisant tous les jours. Allez souvent au sacrement du Pardon, récitez le chapelet
et recevez la sainte Eucharistie pour rester en état de grâce. Soyez bénis mes enfants, je vous aime. Je vous bénis au nom
du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 19 janvier 2011


24 – Prendre l’habitude de demander la bénédiction du Très-Haut avant d’entreprendre quoi que ce soit.
Merci, mon enfant, de me donner la priorité dans ta journée. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon
divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
Vous devez, mes enfants, prendre l’habitude de demander au Très-Haut de vous bénir avant de faire quoi que ce soit,
pour arriver à tout faire pour sa Gloire à l’exemple de son Fils unique Jésus Christ et de votre céleste Maman. Au début, cela
peut vous paraître difficile, mais au fur et à mesure vous allez le faire sans même y penser. Demandez l’aide de votre ange
gardien, il se fera un plaisir de vous apprendre.
C’est un autre chemin pour faire la Divine Volonté de votre Père trois fois saint. Au fond de vous-mêmes, vous allez
vous accrocher à vivre cette intimité, et votre amour va devenir chaque jour plus grand, plus fort. Peu à peu, vous allez com -
mencer un dialogue avec votre Dieu et Seigneur, jusqu’au moment où vous allez être en oraison pour nourrir votre âme,
vous laisser nourrir et combler de tout l’amour que Dieu le Père veut déverser en vos coeurs. Et vous recevrez le feu du
Coeur de Dieu le Fils qui viendra vous enflammer par Dieu l’Esprit Saint.
Cela servira à former cette unité tant désirée par mon doux Jésus, comme Il l’a demandée à son Père le soir du Jeudi
saint. Jésus veut que ses enfants soient un comme Il l’est avec son Père. Il veut offrir au Père tous ses enfants qui forment
une seule famille, avec un seul Père, une seule mère : l’Église, catholique, sainte et apostolique.
Voilà pourquoi l’Esprit Saint a inspiré à ses enfants de prier pour l’unité des Églises, pour que toutes reviennent à
leur fondateur Jésus le Christ notre Seigneur qui a confié son Église à Pierre. C’est pour cela que vous devez être fidèles au
pape, car c’est lui qui a été choisi par le Dieu Trinitaire, et aucun autre. Un seul Dieu, un seul pape.
Continuez à prier pour le Saint-Père et pour tous les prêtres. Ils ont ce pouvoir inouï de faire descendre du Ciel
le Fils de Dieu avec toute la cohorte céleste au moment de la Consécration. Soutenez-les, encouragez-les, aimez-les, car ils
sont très contestés ces temps-ci. L’ennemi s’acharne contre eux, car il sait qu’ils sont d’autres Christ. Priez, priez, priez
pour mes fils de prédilection. Merci, mes enfants. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, l’Immaculée Conception 20 janvier 2011
25 – Puissance du saint nom de Jésus.
Le prononcer et l’invoquer en toutes circonstances. La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
Oui, mon enfant, c’est moi, l’Immaculée Conception, qui te parle en ce moment par le Vouloir divin ; remercions le Très-
Haut, car il a fait des merveilles. Persévérez dans la louange, l’adoration et la prière du coeur.
Ainsi vous allez éviter de tomber dans les pièges du désespoir, de l’impatience, du manque de confiance ; tu sais
mon enfant, quand un enfant manque de confiance ou doute, cet enfant blesse profondément le Coeur-Sacré de Jésus. Quand
le doute veut s’installer dans vos coeurs, vite dépêchez-vous de dire « Jésus, j’ai confiance en Toi », « Jésus, je crois en Toi »
ou simplement prononcez son saint Nom : « Jésus ». Vous allez voir comment la paix revient dans vos coeurs.
Même la nuit quand vous n’arrivez pas à dormir, commencez à dire Jésus, Jésus, Jésus, très lentement, car le nom
de Jésus est très puissant, le nom de Jésus guérit, réconforte ses enfants, donne la joie où il y a la tristesse, donne
la force où il y a la fatigue, donne le courage où il y a l’impuissance, donne la paix où il y a l’agressivité et l’on pourrait
continuer…
Le nom de Jésus est Tout-Puissant, libérateur, le nom de Jésus est amour, tendresse, etc. Prenez l’habitude de répéter
le doux nom de Jésus en toute circonstance, et vous allez constater comment cela va changer votre façon de voir toutes
choses, comment les yeux de votre coeur vont s’ouvrir par la Toute-Puissance du saint Nom de Jésus, et comment vous
allez l’aimer davantage.
Merci, mes enfants, de recevoir mes enseignements avec amour. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 24 janvier 2011
26 – Le Tout-Puissant vous guidera et vous protégera
comme Il a protégé les Hébreux au désert. Bénie sois-tu, mon enfant, d’être attentive à mon appel.
Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son
Père.
Me voici à nouveau pour te dire : Ne craignez pas, soyez assurés que tout doit s’accomplir selon les prophéties qui vous
ont été annoncées dans les Saintes Écritures. Bien sûr que par les prières d’intercession vous pouvez obtenir beaucoup de la
miséricorde de Dieu. Profitez du peu de temps qui reste. Voilà l’importance de prier, de réciter le Rosaire, de faire de l’ado -
ration, car la paix dans le monde est en péril. On veut éliminer une grande partie de l’humanité, on veut tout faire pour réduire
le nombre des habitants de la terre.

Mais n’ayez pas peur, le Seigneur, le Tout-Puissant sera là pour vous protéger comme il a protégé et guidé son peuple
pendant quarante ans au désert. Son pouvoir est le même hier, aujourd’hui et demain. Faites-lui confiance.
Les catastrophes vont s’aggraver, mais il faut que tout cela arrive. La persécution dans l’Église va augmenter. Mais
dis-toi bien, mon enfant, que personne ne peut arrêter ce qui est déjà commencé. Seules la prière et l’adoration peuvent en
atténuer les conséquences.
C’est pour cela que partout dans le monde je vous demande de prier, prier, prier pendant qu’il y a du temps : après ce sera
trop tard. Ne vous laissez pas troubler par toutes sortes de choses que vous entendez et que vous allez entendre encore.
Continuez à garder votre paix, votre calme, en sachant que votre céleste Maman vous enveloppe de son manteau
de protection. Tous mes enfants qui ont dit un oui à l’Amour sont sous mon manteau qui est devenu une grande tente pour
abriter mes tout-petits.
Merci, mes enfants, de votre fidélité. Merci de votre amour. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 25 janvier 2011
27 – Vous vivez sur terre la bataille des esprits : Le bien contre le mal. Oui, mon enfant, que la paix soit avec toi. Signe-toi et
écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
En ces temps, vous vivez la bataille des esprits : le bien contre le mal, l’armée de saint Michel Archange contre la
milice des mauvais esprits qui ont à leur tête Lucifer. C’est le combat des combats.

On vous a dit que l’enfer est vide, car tous les démons sont sur la terre. Mais sachez-le aussi, le Ciel est vide, car
toutes les phalanges d’anges sont sous les ordres de saint Michel, car le Père trois fois saint a envoyé tous ses anges
pour vous protéger, vous défendre, vous soutenir, vous guider.
La cible du mal c’est la perte de votre âme et la destruction de votre corps. Et en vérité je vous le dis : il n’y a rien de pire
que cette lutte des esprits, car vous ne savez pas par où, par qui, comment ni quand, vous serez atteints.
C’est pour cela que nous vous demandons d’être très vigilants, de rester en tenue de service (Lc 12, 35), de fixer le
Soleil de justice (Ml 4, 2), mon doux Jésus-Amour. Évitez de regarder à droite et à gauche, regardez toujours votre Jésus,
suivez-le, suivez ses pas et sa doctrine. Préservez-vous de tout mal, car aujourd’hui le mal est partout.
Et vous savez ce qu’est le mal, car la Loi de Dieu est inscrite dans vos coeurs. Voilà le grand cadeau que vous a
fait Dieu le Père. C’est à vous de suivre ses Commandements (Ex 20), de vous revêtir de l’armure du chrétien (Eph 6, 17)
pour échapper aux puissances du mal, en vivant et en vous occupant de l’essentiel, en refusant toutes sortes de distrac -
tions qui vous empêchent d’entendre la voix de l’Esprit Saint, en gardant le silence rejetant toutes sortes de bruits comme
la radio, la télévision, l’internet, etc.
Soyez très attentifs, mes enfants. Vous devez combattre chaque jour contre le vieil homme (Col 3, 10) qui est encore
en vous, qui veut vous fatiguer en épuisant vos forces par des choses inutiles.
Gardez votre paix en revenant à la source, venez vous reposer dans ce coeur à coeur avec votre Jésus. Il est toujours
là à vous attendre dans le tabernacle, toujours en quête d’une visite, d’une parole, d’un soupir. Revenez à l’essentiel : la
prière, l’adoration pour que l’homme nouveau prenne plus de place en chacun de vous (Eph 4, 24). Venez-vous nourrir dans
le silence de votre coeur, vous préparer à recevoir le Roi des rois dans la sainte Eucharistie.
Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia !

Jésus, Maître de l’univers 27 janvier 2011
28 – Vous entrez dans une nouvelle étape du plan du Père en vue du Retour prochain de Jésus.
Oui, mon enfant, vous venez d’entrer dans une autre étape du Plan de Dieu le Père pour vous préparer à mon
prochain Retour. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang, et que tout soit pour sa sainte Gloire.
Vous venez de franchir une étape de plus, je parle à mes enfants de lumière, ceux qui ont dit au Père (Ps 39) : « Oui,
nous voici pour faire ta Volonté. » Je vous demande encore aujourd’hui d’être très vigilants et très attentifs à l’agir du
Saint-Esprit. Il est bien à l’oeuvre parmi les enfants de lumière pour vous donner toutes les grâces nécessaires, tous ses fruits,
tous les dons et charismes dont vous aurez besoin pour aider les autres lorsque l’heure sonnera.
Tous les jours, demandez à ma très Sainte Mère de vous couvrir de son manteau d’humilité, de paix, de douceur et
aussi de patience envers les autres.
Évitez, je vous en prie, de vous énerver en voyant les défauts, les faiblesses de votre prochain. Regardez plutôt
les efforts qu’ils ont faits pour se corriger ; ainsi, vous éviterez de porter des jugements.
Il ne faut pas oublier qu’au soir de votre vie, on va vous mesurer avec la mesure que vous avez employée avec les
autres. Je le répète, ne jugez pas, ne critiquez pas. S’il arrive que vous n’aimiez pas quelque chose chez les autres, vite, mes
enfants, donnez-le-moi, je saurai changer ce malaise et vous redonner la paix, l’amour, la patience…
Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous apprendre à être plus tolérants et plus attentifs, à ne pas man -
quer à la charité : on commence par de toutes petites choses, puis peu à peu, cela devient une habitude.
Entendez ce que vous entendrez, voyez ce que vous verrez, ne jugez pas, ne condamnez pas. Priez plutôt, et remerciez
le Père trois fois saint de vous avoir préservés de faire de pareilles choses, et priez pour les autres. Attention à ne pas
tomber dans le piège du : « je n’ai rien dit », alors que dans vos coeurs vous prononcez toutes sortes de jugements. N’oubliez
pas que Dieu voit tout, Dieu entend tout. Soyez très compréhensifs les uns envers les autres, car notre ennemi essaie de
semer la division partout. En ce moment, je peux vous dire qu’il n’y a pas beaucoup d’enfants qui vivent la charité à son juste degré, la charité qui est le fruit de l’amour de Dieu Trinitaire, la charité de celui qui aime la Sainte Trinité vraiment. C’est pour cela que je vous ai
dit : « On reconnaîtra que vous êtes mes disciples à l’amour que vous avez les uns pour les autres » (Jn 13, 35). Je veux
vous apprendre à vivre réellement ma saine doctrine. Formez une seule famille unie des enfants de Dieu le Père pour com -
mencer à préparer la Nouvelle Terre et hâter son avènement, cette nouvelle société d’amour qui va accueillir l’amour du
Père, l’amour du Fils, par l’amour du Saint-Esprit qui va enflammer tous les coeurs de bonne volonté.
Merci mes enfants, de bien accueillir mes enseignements. 
Je vous porte dans mon Coeur et vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, ton Roi d’amour 28 janvier 2011
29 – Marie a obtenu du Père la grâce de l’illumination des consciences pour donner une dernière chance
de faire le bon choix.
Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon
Père. 
Voici venir le temps où l’on va envier les morts, le temps où toutes les prophéties vont s’accomplir, le temps où les saints
Anges viendront séparer l’ivraie du bon grain (Mt 13, 24), le temps où le Fils de l’homme fera ses délices parmi ses
frères et ses soeurs de toute race et de toute langue qui n’auront qu’une seule croyance, un seul Dieu, un seul Père, où
l’amour de Dieu circulera librement dans tous les coeurs de nos enfants.
Ce sera le temps où l’amour régnera sur la terre, où la paix régnera dans chaque coeur, où la joie couvrira toute
la création pour vous faire contempler la Gloire de votre Dieu et votre Père. Quelle joie, mon enfant ! Mon Sacré-Coeur
tressaille d’allégresse à la pensée de cette ère de paix et l ’Amour Trinitaire.
Mais hélas ! pour arriver à ce temps, il faut d’abord passer par le temps de la grande tribulation où chaque enfant devra
se prononcer et dire oui à Dieu ou dire oui au démon, et vivre avec les conséquences qui découleront de son choix. Ce sera
l’heure solennelle où vous choisirez pour toujours le lieu de votre destination.
C’est pour cela, mon enfant, que ma très Sainte Mère a obtenu de la miséricorde du Père trois fois saint cette grâce de
vous faire vivre l’illumination des consciences. Cela vous fera comprendre une fois pour toutes que Dieu existe vraiment
et vous fera voir où vous ont conduits le péché et votre façon de vivre, où vous ont conduits votre éloignement des sacre -
ments et votre tiédeur. Cet événement sera une prise en charge pour vous réveiller de votre torpeur, pour secouer votre esprit
et vous mettre en marche sur la route qui vous conduit au Royaume éternel où le Père vous attend les bras grands ouverts.
Voilà pourquoi vous devrez vivre cet événement. Plusieurs enfants ne veulent pas y croire, d’autres le voient seulement
d’un côté catastrophique, et très peu le saisissent comme la dernière chance que le Ciel leur offre de revenir à Moi, votre
Dieu et votre Seigneur. 
Préparez-vous par la prière et l’adoration pour arriver à vivre tout cela dans ma paix, dans la confiance à ma Providence
avec la grâce de l’Esprit Saint, en entrant dans la nouvelle Arche, le Coeur Immaculé de Marie et le Sacré-Coeur de Jésus,
pour vous protéger de cette tempête des derniers temps. 
Je vous aime. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 30 janvier 2011
30 – Le glaive de la Justice divine est suspendu sur vos têtes. Il y a encore un petit reste fidèle.
La paix soit avec toi. Signe-toi mon enfant et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus-Amour
pour la Gloire de Dieu son Père.

Vraiment, mon enfant, il n’y a plus de temps à perdre. Il vous faut donner la priorité au Très-Haut, car tout est
mesuré, vous ne voulez pas comprendre que le glaive de la Justice divine est suspendu au-dessus des têtes des enfants de
la génération actuelle qui a dépassé toutes les limites imaginables et inimaginables. Une puanteur extrême se dégage de
votre planète terre et l’enveloppe : c’est l’odeur nauséabonde du péché que le Ciel a en grande horreur.
Ce qui console le Sacré-Coeur de mon Jésus, ce sont les petites lumières qu’on voit un peu partout, les lumières de son
petit reste fidèle des enfants de lumière qui se laissent encore guider par la Lumière du monde, Jésus, le Fils de Dieu.
Et avec ses petites flammes d’amour, Il va rallumer la petite étincelle qui est bien cachée dans les coeurs en ce
moment de grande noirceur. Voilà l’importance d’être et de vivre dans la vérité de l’Évangile, de bien le méditer, en
demandant à l’Esprit Saint de vous éclairer en vous donnant chaque jour les grâces dont vous aurez besoin pour vous mêmes
et pour les autres qui seront sur vos chemins. Car vous êtes aussi, en cette nuit de grande confusion, la
lumière du monde (Mt 5, 14). Cette nuit où les mauvais esprits sont déchaînés et font tout pour décourager le monde, pour
les amener à vivre dans une grande violence, pour leur faire perdre toute espérance et les amener peu à peu au suicide en
leur faisant croire que tout finit avec la mort du corps. Sottise humaine de croire cela.
Prie, mon enfant, pour tous les suicidés. On vous disait autrefois que tous les suicidés allaient en enfer… Mais non,
mon enfant, il y en a qui, au tout dernier instant demandent pardon. Ceux-là sont au purgatoire, trop souvent oubliés par
leurs familles et leurs amis. Merci de prier pour eux, car en ces temps il y a beaucoup plus de victimes de suicide que vous
ne le croyez. Fréquemment, on vous dira qu’une personne est décédée suite à la maladie ou de cause naturelle, alors que
c’était plutôt un suicide. Auparavant, le plus grand nombre de suicides survenaient chez les adolescents, mais aujourd’hui il
y en a de plus en plus chez les personnes âgées. Il faut prier pour tous ceux qui sont atteints par le désespoir, ceux qui ont
perdu le goût de vivre, ceux qui se sont éloignés de l’Église, de la foi, ou pire encore de Dieu.
Merci, mes enfants, de votre grande générosité et de vos prières pour tous vos frères et vos soeurs en Jésus Christ.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 31 janvier 2011
31 – Le choc que subiront ceux qui pensent que jamais ils ne feront face à Dieu ! Le ministère dans l’invisible.
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de
Dieu son Père.
Oui, mon enfant, rends grâce au Seigneur car il fait des merveilles à nouveau, grand est son Nom ! Que ton petit coeur
soit dans l’allégresse, la reconnaissance… Je t’en prie mon enfant, continue d’intercéder pour tous tes frères et tes soeurs
du monde entier, surtout pour tous ceux et celles qui ne veulent pas croire en Dieu, notre Seigneur, ceux et celles qui
sont plongés dans les pièges que l’ennemi leur a préparés.
Ces enfants insensés croient dans leur tête et dans leur coeur, presque à cent pour cent, que jamais ils ne feront face à
Dieu pour lui rendre compte de tout ce qu’ils ont fait et aussi de tout ce qu’ils n’ont pas fait pour Dieu, pour leur prochain,
pour eux-mêmes. Ce sera un très grand choc pour certains, pas pour tous, car il y en a plusieurs qui ont tout donné à Satan.
C’est pourquoi l’on vous demande des prières d’intercession. C’est un grand ministère non connu à sa juste valeur.
Il faut avoir une âme généreuse pour l’accepter, le pratiquer, le mettre à l’oeuvre dans le silence du coeur, dans la vie cachée
de tous les jours sans que personne ne s’en aperçoive. Je vous dirais d’accepter ce ministère dans l’invisible pour qu’il
devienne visible aux yeux de Dieu le Père qui voit dans le secret du coeur de chacun de ses enfants.
C’est un ministère basé sur une vie de prière, d’offrande, de sacrifice, d’oubli de soi en faveur des autres qui sont
dans le besoin, tout en continuant à vivre dans le monde. C’est plus facile pour les contemplatifs ou contemplatives dans les
monastères ou les communautés, mais en ce moment nous avons besoin de laïcs consacrés qui acceptent de bon coeur
d’intercéder pour tous leurs frères et leurs soeurs. 
Merci, mon enfant, pour ta grande générosité, et prions le Père trois fois saint d’envoyer des ouvriers à sa moisson en
ces temps qui sont les derniers. Merci mes enfants de votre générosité et ensemble faisons un petit peu plus chaque jour
pour ramener un plus grand nombre d’enfants dans les bras du Père Tout-Puissant. Soyez bénis au nom du Père, au nom du
Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Sacré-Coeur de Jésus 1er février 2011
32 – Mes enfants sont indifférents à mes appels.
La Vierge Marie affligée pleure pour ses enfants. Oui, mon enfant, mon Coeur saigne à nouveau de voir
et de constater que l’indifférence est bien installée dans les coeurs d’un grand nombre de mes enfants. Ils ont fermé la porte
à l’appel déchirant de mon Sacré-Coeur, le grand mendiant de votre amour… « J’ai soif, j’ai soif de votre amour et mes
enfants sont indifférents à mes cris ! » (cf. Jn 19, 2Cool Signe-toi, mon enfant, et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la
Gloire de Dieu mon Père. Mon Coeur saigne aussi de voir ma très Sainte Mère si affligée, de la voir pleurer pour ses enfants qui ne veulent pas de leur salut en n’accueillant pas son Fils, Celui qui est et qui a les Paroles de vie. Oui Je suis le Verbe de Dieu, le Fils
unique du Père, Celui qui a pris chair de la Vierge Marie. Ma Mère parcourt le monde pour vous avertir du grand danger
qui est à vos portes, vous appelant à la conversion, vous demandant de prier, de jeûner, de faire pénitence avant qu’il
ne soit trop tard…
Je vous aime, je suis la Miséricorde, je suis votre Dieu, mais ma Divinité m’oblige à laisser de côté ma miséricorde et
laisser la place à la Justice divine. C’est pour cela que mon Sacré-Coeur et le Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère
versent des larmes de sang… Nous savons ce qui est à vos portes, nous savons que le temps de la miséricorde de Dieu
touche à sa fin. C’est pour cela que je vous demande, mes enfants, de nous aider à retenir le bras de la justice du Père par vos prières
et par votre adoration, permettant ainsi d’abréger le temps de la Justice divine.
Cependant, mes enfants, demeurez dans la paix, gardez votre confiance en Celui qui a donné sa vie pour vous sauver.
Merci mes enfants fidèles, je vous aime, je vous aime, vous consolez ce Coeur si peu aimé.
Aux moments de détresse, n’oubliez pas, les enfants, que Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps. Je ne vous aban -
donnerai pas. Ma Mère sera là aussi pour vous guider, vous protéger. Priez, priez, priez pour ne pas succomber à la ten -
tation. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 2 février 2011
Présentation de Jésus au temple


33 – Joie et souffrance de Marie choisie comme Mère de Dieu. Déchaînement des éléments de la nature avant l’illumination des consciences. 
Merci, mon enfant, pour ta bonne volonté à vouloir faire en tout la Volonté du Très-Haut. Signe-toi et écris, couverte
du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
En ce grand jour de la Présentation au temple du Seigneur à son Seigneur, je veux te partager, mon enfant, la joie et la
souffrance de mon Coeur Immaculé au moment où l’archange saint Gabriel m’a annoncé que Dieu désirait que je sois la Mère
de son Fils. 
J’ai dit mon « fiat » et j’ai accepté de vivre dans la souffrance tout le reste de ma vie. Je connaissais par coeur les
Saintes Écritures ; je savais ce que mon divin Fils devrait souffrir pour opérer votre rédemption ; je savais que seuls les
petits étaient pour l’accepter et croire en lui, la Lumière du monde.
Dès qu’il fut dans mon sein virginal, il contemplait son affreuse Passion et cela, mon enfant, transperçait mon Coeur
Immaculé. Sa pire souffrance était de voir tous les enfants qui se perdraient au fil des siècles sans vouloir accepter leur salut,
sans vouloir reconnaître le sacrifice suprême d’un Dieu mourant sur une croix.
Tu sais que si le Père acceptait, mon doux Jésus serait prêt à venir mourir encore une fois pour ses enfants. C’est là
sa grande souffrance de savoir qu’il ne peut plus rien faire.
Dieu respecte votre volonté et votre liberté, et il doit accepter votre choix, vous laisser libres d’aller où votre choix vous
conduira.
Moi, je pleure des larmes de sang de voir sa souffrance, et aussi de voir le grand nombre de ses enfants qui vont se
damner. C’est pour cela, mon enfant, que je parcours le monde en ces derniers temps pour vous demander des prières, des
sacrifices, de dire autant que possible le saint Rosaire qui est l’arme puissante pour contrecarrer les forces du mal. Essayez
d’obtenir la grâce du repentir dans les coeurs de ceux qui vont mourir dans les jours à venir à cause de ces événements
catastrophiques qui vont arriver un peu partout dans le monde.
La nature est vraiment déchaînée, elle crie vengeance à son Créateur, elle a en pitié la terre qui est saturée du sang de
tant d’innocents, de tant des bébés avortés, de tant de violence de toutes sortes, de tant de martyrs…
Toute la création est consternée de voir votre irrévérence vis-à-vis de votre Créateur, votre Dieu et Seigneur. Vous
n’avez plus de respect pour la vie. L’obéissance aux lois de Dieu n’existe plus sauf pour le petit reste du petit reste.

Je suis si affligée par tout ce qui vous attend. Crois-moi, mon enfant, ce sera terrible pour quelques nations, surtout
celles qui sont contre la vie. Le Père va laisser faire les éléments de la nature jusqu’au moment où Il dira : c’est assez !
pour laisser place à la grande illumination des consciences, au moment où chaque enfant vivra un jugement particulier
à l’instant où tout va s’arrêter pour écouter la voix de Dieu.
Vous allez voir comment toute la création obéit à la voix de son Créateur, sauf l’être humain qui se croit supérieur à lui,
qui va jusqu’à nier l’existence de Dieu, le Créateur de tout l’univers.
Mes enfants, priez pour tous les incroyants. Priez et soyez très vigilants pour garder votre âme en état de grâce.
Priez pour entretenir l’huile de la foi dans vos âmes : ainsi quand l’Époux de vos âmes reviendra, il vous trouvera avec
vos lampes bien allumées en cette nuit de grande confusion.
Merci, mes enfants. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 4 février 2011
Premier vendredi du mois


34 – Grâces de choix et fruits d’une visite au Saint Sacrement. Joie et consolation pour le Sacré-Coeur de Jésus. Oui, mon enfant, rends grâce au Seigneur pour cette paix.
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ ton Seigneur.
Si tu savais la grande joie que vous donnez au Sacré-Coeur de mon doux Jésus quand il vous voit devant lui au
Saint Sacrement de l’autel. Présentez-Lui un coeur libre de tout souci, de toute distraction, de toute entrave. Si tu savais
les grâces de choix qu’il dépose dans vos coeurs quand vous arrivez devant lui avec un coeur d’enfant, un coeur plein
d’amour qui se laisse façonner au feu de son amour. Si tu savais avec quel amour il vous reçoit pour refaire vos forces,
pour vous donner tout ce dont vous avez besoin pour votre journée.
Mais hélas ! ce ne sont pas tous les coeurs qui se présentent devant lui qui lui permettent de le laisser faire et
qui veulent se reposer en lui. Merci, mes enfants, de bien accueillir tout l’amour qu’il veut vous donner, en partie
seulement car vous ne seriez pas capables de recevoir tout cet océan d’amour. Il vient vous arroser, vous rafraîchir avec une
pluie de grâces. 
Merci de consoler son Coeur si peu aimé. Ce Coeur qui vous aime à la folie, ce Coeur qui vous appelle chaque jour
pour venir à sa suite. Merci pour tous vos oui d’amour, pour être de vaillants soldats de cette armée céleste choisie par
Dieu Trinité. Merci, mes enfants. Recevez ma paix. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Église 5 février 2011
Premier samedi du mois


35 – Importance d’obéir à l’Église, au pape.


Quelques critères pour repérer les faux prophètes. La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Oui, mon enfant, c’est moi, l’Immaculée Conception, la Mère de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus-Amour,
qui te parle en ce moment par le Vouloir divin de Dieu le Père.  Aujourd’hui, mon enfant, on va parler de l’importance
d’être obéissant à l’Église et à son chef, le pape qui est le successeur de Pierre, le seul à qui mon Seigneur a donné les
clés de Son Royaume. C’est lui, son représentant sur la terre, que vous devez suivre, pour qui vous devez prier pour le soute -
nir dans son lourd ministère, car il est contesté de toutes parts.
On veut même l’anéantir totalement, on veut le détruire pour qu’il laisse la place à l’Antéchrist qui veut s’asseoir sur
son trône, pour faire croire aux peuples de la terre qu’il sera le nouveau pape, l’envoyé de Jésus, qui a reçu tout pouvoir du
Ciel. Vous allez le reconnaître par la fausseté de ses paroles.
Il va même citer quelques phrases de l’Évangile en leur donnant un autre sens. Il va permettre le mariage des prêtres,
l’ordination des femmes, et que dire de l’homosexualité… En résumé, il va tout permettre pour se faire aimer et ensuite pour
se faire adorer par ses adeptes.
Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous prévenir comme je le fais un peu partout. Vous devez vous
préparer en demandant la grâce de la persévérance finale, en méditant les Saints Évangiles. Vous savez bien qu’on ne peut
rien y changer, rien y ajouter et encore moins rien y enlever. 
Vous devez être très vigilants car en ces temps il y a beaucoup de faux prophètes. Faites attention, vous les reconnaîtrez
à leurs fruits.

Voici quelques vérités comme points de repère :
• Si l’on vous dit que Jésus est vrai Dieu et vrai homme ;
• Qu’il est le Fils de Dieu le Père, qui, par Amour pour vous, est présent dans la Sainte Eucharistie ;
• Si l’on vous dit qu’il faut suivre, obéir et croire au pape comme le successeur de Pierre dans l’Église ;
• Si l’on vous parle de Marie sa très Sainte Mère, qu’on vous la présente comme l’Immaculée Conception, vraie
Mère et vraie Vierge ;
• Et si l’on vous dit que tout a été dit dans la Bible, la Parole de Dieu ; allez-y.
Autrement, laissez passer tous bruits, tous vents, et poursuivez votre route. Il y a beaucoup d’enfants qui, par curiosité,
tombent dans les pièges. Pour avoir des nouvelles, lisez la Bible.

En ce moment, nous vivons l’accomplissement de la Parole de Dieu, selon ce qui vous a été dit par les prophétes.
C’est pour cela que je vous parle ce soir : vous entendrez parler de plus en plus, d’un personnage qui répandra toutes
sortes de faussetés. Laissez-le aller sans le juger, sans vous surprendre.
Priez, priez, priez et restez centrés sur l’essentiel. Je dois vous prévenir car le temps presse.
Continuez à prier, à faire de l’adoration, et ensemble suivez cette route que le Père trois fois saint a tracée pour
vous tous. Merci de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Jésus, Lumière du monde 6 février 2011
36 – J’ai choisi mes enfants de lumière.


Allez communiquer la vie, l’amour, la lumière dans le visible comme dans l’invisible. Je suis la Lumière du monde, et celui qui me suit aura la vie éternelle. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang.
C’est pour cela, mon enfant, que j’appelle enfants de lumière tous ceux que j’ai choisis (cf. Jn 15, 19) et qui m’ont
choisi aussi à leur tour, qui ont renoncé au monde, à la chair et au démon. Ils ont choisi de suivre mes Commandements,
mes lois d’amour (Ex 20). Vous, mes enfants bien-aimés, mes chers enfants d’amour, vous faites partie de mes enfants de
lumière, et je veux vous combler de mon amour, de cette lumière qui vient de Celui qui m’a envoyé, Dieu le Père.
Jean, mon disciple bien-aimé, a dit (1 Jn 4, 16) : « Dieu est Amour, Dieu est Lumière. » Il a bien compris l’essence de
Dieu Trinitaire. Si vous me le permettez, c’est à cela que je vous amène lorsque vous me donnez du temps dans l’adora -
tion : vous faire rayonner d’amour pour que vous soyez lumière en cette nuit si obscure, pour faire avancer les autres en éclai -
rant leur chemin par votre présence, par votre façon d’être, et leur donner le goût de me suivre. Qu’ils sachent que Je suis
vivant en chacun de vous, que mon Esprit Saint est agissant en vos coeurs. Cela leur apprendra à me connaître, à me faire con -
fiance, à m’aimer. Qu’ils apprennent que Dieu est vivant, que je suis au milieu de vous, que je ne suis pas un Dieu absent
loin de mes enfants. 
Par vous, mes enfants d’amour, je veux donner le goût aux autres de venir me rencontrer au tabernacle. Je veux qu’en
vous regardant ils comprennent et ressentent votre paix, votre joie, votre amour, que les coeurs commencent à se réveiller et
à sortir de cette léthargie, qu’ils sentent la vie qui circule en vous, l’amour qui rayonne en vous.
À votre tour, vous communiquez cette vie, cet amour et cette lumière, non seulement à ceux qui sont autour de vous
mais à tous les enfants que je vous ai confiés, dans le visible comme dans l’invisible.
Merci mes enfants de me permettre de faire de vous des canaux par lesquels je peux rejoindre les coeurs éloignés par -
tout dans le monde. Merci de votre disponibilité. Soyez bénis, chers enfants d’amour, au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 7 février 2011


37 – Louez Dieu pour tant de bienfaits reçus.
 

Puissance de la prière, de la bénédiction, des sacramentaux, lors des épreuves.
Que la paix et la joie du Christ soient avec toi. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu, son Père. Que votre coeur soit très reconnaissant, que votre âme n’oublie aucun de ses bienfaits, qu’elle
exalte le Seigneur trois fois saint.
Votre vie, mes enfants, doit devenir action de grâce pour tant des bienfaits reçus. Si vous faites un petit examen de
votre vie, vous allez constater comment la Providence a été très présente dans les petites choses comme dans les grandes,
comment Dieu le Père vous a protégés, comment Dieu le Fils a marché avec vous pour vous montrer la route à suivre et
comment Dieu l’Esprit Saint a su vous guider sur le bon chemin, vous a détournés des mauvais sentiers qui se présentaient
devant vous avec tous leurs attraits . Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous faire prendre conscience que
la divine Providence a toujours été, est et sera à tout jamais, d’âge en âge, avec tous ceux qui se confient à sa protection.
Voyez dans l’Ancien Testament comment le Père a protégé le peuple hébreu pendant quarante ans au désert, comment
il leur a appris à prier et à bénir. Et voyez, dans le Nouveau Testament comment Jésus, son Fils unique, vous a appris à
prier et à bénir en rendant grâce au Père. Voyez comment les apôtres et les disciples l’ont fait, d’âge en âge.
Pourquoi je vous parle de la puissance de la bénédiction et de la puissance de la prière ? Dans les jours prochains, vous
devez vous habituer à tout bénir. Par exemple, pour opérer des multiplications d’aliments et pour vous protéger de tout ce qui
vous entoure, car les esprits mauvais sont bien à l’oeuvre pour nuire aux enfants de lumière. Prenez l’habitude, mes enfants,
de tout bénir. Vous allez comprendre l’importance et la grande protection que vous pouvez obtenir en posant ce geste.
Vous savez, quand on vous annonce qu’il y a danger d’une tempête, d’un ouragan ou autre chose, vous pouvez avec
la prière, la bénédiction, les sacramentaux, soit éloigner soit atténuer les ravages ou même arrêter les intempéries au nom
de Jésus. Même quand il y a une épidémie, vous pouvez obtenir tout cela et davantage avec la foi, la confiance, car vous
recevrez la force pour traverser ces épreuves.

Vous serez instruits par Jésus lui-même aux moments de grande adoration. N’oubliez pas que je serai et je suis avec
vous pour vous protéger. N’ayez pas peur. Je dois commencer à préparer vos coeurs, comme une bonne maman qui prend
soin de ses enfants. Ainsi, le moment arrivé, vous saurez quoi faire.
Merci, mes enfants, de vous laisser instruire petit à petit. 
Continuez à prier à mes intentions sans oublier de prier Dieu le Père d’envoyer des ouvriers, car la moisson est abondante.
Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 9 février 2011
38 – Écoutez attentivement ce que l’Esprit Saint veut vous dire au fond du coeur.
Dans les jours à venir, il vous faudra vivre dans l’abandon. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang
de mon divin Fils, Jésus Christ, pour la Gloire de Dieu, son Père.
C’est le saint abandon dans les bras de votre Père, votre Seigneur et votre Dieu, qui vous aidera à garder votre paix,
votre calme, votre joie et votre sérénité. 
Autrement, ce sera très difficile de franchir tous les obstacles, même les petites épreuves de chaque jour. Vos
chemins sont parsemés de pièges et d’embûches, comme des tentations de toutes sortes qui, parfois, vous font croire qu’il
n’y a rien là, que cela entre dans le cours des choses : car pour le monde, tout est permis…
Comme de bons soldats, vous devez porter en tout temps l’armure du chrétien afin d’arriver à résister aux attaques
avec une fermeté de fer et rester très, très vigilants, sans vous endormir, croyant que vous êtes sauvés, que vous êtes forts,
que vous êtes préparés, que vous pouvez vous reposer en toute sécurité. Un bon soldat reste à son poste, toujours aux aguets,
vigilant, très attentif au moindre bruit. C’est la même chose pour vous qui faites partie de l’armée céleste. Soyez vigilants et attentifs aux appels de la grâce, attentifs à la brise légère (1 R 19, 12) pour écouter ce que l’Esprit Saint veut vous dire au fond du coeur et vous avertir
des dangers, des tentations. Abandonnez-vous comme des petits enfants dans mes bras de Maman, je saurai vous protéger et vous guider pour faire face aux épreuves que la vie vous présente. Je veux vous apprendre à vous abandonner totalement à la Divine
Providence, à garder la paix et à vivre dans la paix que seul mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils, peut vous donner.
Merci de continuer à prier à mes intentions. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Trône de la sagesse 10 février 2011


39 – L’Esprit Saint, promis par Jésus, vient répandre son souffle pour nous initier à la vie dans la Divine Volonté. Que la grâce du Très-Haut comble ton petit coeur, fille de Sion. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Soyez sans crainte, laissez-vous guider et instruire par l’Esprit Saint qui est bien à l’oeuvre en ces temps qui sont les
derniers. Demandez la grâce d’ouvrir grands vos coeurs pour accueillir ses paroles, ses dons, ses charismes et surtout, la
grâce de la persévérance finale.
N’ayez pas peur, faites-Lui confiance, soyez attentifs à ses élans d’amour, à ses appels. Il est votre défenseur dans les
combats quotidiens, il vous apprend la souplesse pour vous amener à vous défaire de vos vieilles habitudes et de vos mau -
vaises tendances ; et après, il vous refait avec un esprit et un coeur nouveaux pour vous donner le goût de continuer la route,
vous donner l’espérance d’un monde nouveau où régnera l’Amour Trinitaire. Vous allez vivre en plénitude le comman -
dement nouveau que vous a laissé mon Fils « Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous ai aimés. » (Jn 13, 34)
Ce sera la vie dans la Divine Volonté, la vie des élus, la vie telle qu’elle aurait dû être dès le commencement, là où il
n’y avait pas place ni pour la souffrance, ni pour aucun péché, ni pour la mort. Mais hélas ! tout a changé dans l’ordre que
Dieu le Père avait établi. Il a donc fallu que Son Fils unique, Son Verbe, vienne pour réparer ce qui a été brisé : cette rela -
tion filiale entre le Créateur et sa créature, entre les enfants et leur Père, cette relation d’amour, de respect, de reconnais -
sance, de confiance envers Dieu le Père. Et voilà que l’Esprit Saint qui vous a été promis par Jésus lui-même vient répandre
son souffle pour vous initier à vivre dans la Divine Volonté, afin que cette Volonté trois fois sainte du Père soit faite sur la
terre comme au Ciel. 
Merci, mes enfants, pour votre oui d’amour, merci pour votre fiat, car le Seigneur a vraiment besoin de vous tous, tels
que vous êtes, avec vos aridités et vos jours d’ensoleillement.
Demandez tous les jours à l’Esprit Saint de venir envahir vos coeurs pour vous rendre plus disponibles à son agir. Ce n’est
plus vous qui vivez, c’est le Christ qui vit en vous par la puissance de l’Esprit Saint. Soyez bénis mes enfants d’amour,
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Notre-Dame de Lourdes 11 février 2011
 

40 – L’Immaculée Conception est le plus grand privilège que le Père a donné à Marie.

En ce grand anniversaire de mes apparitions à Lourdes dans cette grotte si chère à mon Coeur, signe-toi, mon enfant,
et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Remarque bien, mon enfant, que Je suis apparue dans une grotte à une petite fille méprisée, oubliée du monde,
ridicu lisée par tous, pour proclamer à l’Église et au monde entier mon Immaculée Conception, le joyau le plus grand que
le Père m’a donné : la pureté du corps, de l’âme, de l’esprit. Tout mon être était pur pour accueillir la Pureté même, du Fils
du Père, son Verbe, Jésus. Regarde, mon enfant, comment j’ai suivi son exemple. Il est vrai que je suis sa Mère… mais je suis aussi sa disciple et je devais l’imiter en tout. Quand il est venu au monde, il a choisi comme palais une grotte. À qui s’est-il manifesté en
premier pour se faire connaître ? Il a choisi des bergers. Pourquoi est-ce que je vous fais voir ce parallèle ?
Pour vous faire comprendre qu’il faut fuir les honneurs, chercher à être très humbles, imitant notre divin Maître, pour
vous faire comprendre que seuls les purs de coeur verront Dieu. Bienheureux ceux qui arrivent à posséder un coeur pur.
(cf. Mt 5, Cool Pour cela, il faut être prêt à livrer le bon combat tous les jours, à chaque instant, et être très vigilants.
Et tu sais, qu’un des moyens très efficace pour éviter de tomber dans les pièges tendus par les esprits mauvais, c’est
le dialogue continuel avec Jésus, c’est-à-dire la prière du coeur. Qu’est-ce que la prière du coeur ? C’est laisser jaillir
cet amour, cette tendresse et ces paroles que vous voulez dire à votre Bien-Aimé, établir une conversation avec votre meil -
leur ami, votre meilleur confident, votre Père, votre Frère, votre Tout.
Ce faisant, vous obtiendrez deux choses : 
• Rendre l’amour, l’honneur et la reconnaissance à votre Seigneur et votre Dieu en partageant votre vie avec la
sienne ;

• Éviter de tomber dans les fautes qui peuvent vous conduire au péché véniel.
Tout en vaquant à vos occupations, vous pouvez réussir à entretenir ce coeur à coeur si vous le voulez bien. En rencon -
trant votre prochain, vous pouvez exercer la charité et garder ce lien étroit qui vous permettra de remettre à votre Dieu
tout ce que vous n’aimez pas dans l’autre. Vous allez voir que l’amour filial progressera en chacun de vous, que votre
patience sera plus grande, comment vous allez servir l’autre avec une grande sollicitude.
Aujourd’hui, mes enfants, je vous demande de prier pour tous les médecins, les infirmières, les préposés qui sont au
service des malades dans les hôpitaux, de même que dans les foyers, les orphelinats, et d’une façon plus spéciale pour mes
pauvres enfants en psychiatrie, ces enfants abandonnés, ces enfants martyrisés par des traitements inhumains.
Merci, mes enfants d’amour, de votre générosité, et ensemble prions pour tous nos frères et nos soeurs qui souf -
frent, qui sont malades partout dans le monde. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Jésus, Sauveur du monde 12 février 2011


41 – L’Église, malade, doit vivre sa persécution, sa passion, sa résurrection.
Le jour viendra où l’on courra pour recevoir la Parole de Dieu, pour rassasier la faim, la soif de la connaissance du vrai
Dieu, Dieu le Père. Signe-toi et écris, fille bien-aimée, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.
Oui, mon enfant, en ces jours on ne veut pas entendre parler de mes lois divines, on ne veut pas entendre parler de
Jésus comme vrai Dieu et vrai homme, on ne veut rien savoir de mon Évangile. Les grands de ce monde veulent effacer
totalement mon saint Nom, et pire encore, tout ce qui vous rappelle ma douloureuse Passion. Ils vont jusqu’à se moquer
de moi parce que j’ai proclamé que mon Royaume n’est pas de ce monde.
Moi, j’ai vécu une vie humble, pauvre parmi les pauvres, je me suis soumis à la Volonté de Celui qui m’a envoyé, et
pour cela, on m’a traité de blasphémateur, de sorcier, de fou, de possédé, d’ivrogne, de glouton… Qu’est-ce qu’ils n’ont pas
dit contre moi, Jésus de Nazareth, le Fils de l’homme ! Je te dis qu’en cette année 2011, ils me vouent une haine impla -
cable, encore pire que celle que j’ai vécue quand j’étais en cette terre d’exil. La génération actuelle est la pire génération
dans l’histoire du monde. 
Et en vérité Je te dis, qu’un jour viendra, où vous devrez vous cacher pour recevoir les saints Sacrements ; vous devrez
cacher vos prêtres, vos saints prêtres pour faire célébrer la sainte Messe. Mon Église est malade et elle aussi doit vivre sa
persécution, sa passion et sa résurrection. Sauf qu’elle ne sera pas morte même si on la croira morte.
C’est à ce moment qu’elle surgira comme la fleur au printemps : plus belle, plus humble, plus forte et plus sainte.
Mais avant que cela n’arrive, il faudra passer par une dure épreuve de la foi, et c’est à ce moment qu’on courra
comme des affolés, en cherchant une parole d’espoir, de soutien, de force, de paix… Vous reconnaîtrez la grande erreur
d’avoir mis de côté votre Dieu, votre Créateur. 
Vous allez comprendre tout le mal que vous avez fait à votre âme. Tous vont comprendre que chacun a une âme, qu’elle
est malade, qu’elle est en train de mourir de faim, de soif de la Parole de son Créateur, son Père, son Dieu et Seigneur.
C’est pour cela que je vous demande de prier pour les incroyants, pour ceux qui sont en danger de se perdre ; et
quand le moment viendra, grâce à vos prières, ils pourront ouvrir leur coeur et aller chercher la nourriture céleste, cette
manne qui est ma Parole. Tout passera sauf ma Parole, car je suis le Verbe, la Parole vivante de Dieu le Père, et vous la
recevez par la puissance de l’Esprit Saint. Merci, mes enfants. Je vous aime. Soyez bénis au nom
du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 14 février 2011
42 – On ne croit plus à l’enfer, encore moins au purgatoire. Rares sont les âmes qui vont directement au Ciel.
Loué soit mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père. Signe-toi, mon enfant, et écris,
couverte de son Précieux Sang.

Oui, mon enfant, c’est moi qui te parle, ta céleste Maman Marie, la Fille bien-aimée de Dieu le Père, la Mère Immaculée
de Dieu le Fils et l’Épouse sans tache de Dieu l’Esprit Saint. Aujourd’hui, je viens te partager ma tristesse, ma douleur
de voir le refus de tant d’enfants d’accepter la grâce de vivre dans la grâce. Je suis si affligée, car je sais très bien tout ce qui
s’en vient, tout ce qui est à vos portes… Hélas ! on ne veut pas nous prendre au sérieux.
On ne croit plus à l’enfer et encore moins au purgatoire. Crois-moi, mon enfant, les deux lieux sont d’une extrême
souffrance. La grande différence, c’est que l’enfer c’est pour l’éternité ; par contre, au purgatoire, quand l’âme a fini d’expier
ses péchés, sa terrible souffrance prend fin ; puis, quand elle est pure, elle s’envole au Ciel où l’attend sa couronne de gloire.
Un grand nombre d’enfants croient que la vie finit avec la mort. Il y en a aussi beaucoup qui croient qu’après la mort,
l’âme s’en va directement au Ciel. Sottise humaine de croire cela. Je te dis qu’elles sont très rares les âmes qui vont
directement au Ciel. Même chez les grands saints, quelques uns doivent passer un court séjour dans les flammes du
purgatoire pour enlever toute souillure si petite soit-elle, car pour entrer au Royaume des Cieux, il faut être pur, sans
aucune tache. Voilà l’importance d’expier, de réparer les fautes et de se convertir un peu plus chaque jour pour devenir parfaits
comme votre Père céleste est parfait (Mt 5, 4Cool. Voilà l’importance de faire ses examens de conscience.
Quand on arrive à aimer Dieu en toutes choses, quand on comprend le grand Amour qu’Il a pour ses enfants, on cesse
de faire le mal non pas par peur du châtiment, mais pour ne pas Lui faire de peine, pour ne pas Le faire souffrir.
Et c’est à ce moment que l’enfant développe en lui la sainte crainte révérencielle qui croît en chaque enfant en
même temps que l’amour pour Dieu son Créateur, son Père.
Cette crainte est basée sur l’amour du fils pour son Père, de la créature pour son Créateur, faisant place à la piété filiale.
C’est à ce moment que l’Esprit Saint vient transformer progressivement cet enfant qui s’ouvre à l’amour et qui accepte
d’unir ou plutôt de donner sa volonté à Dieu son Père. C’est à ce moment qu’il essaie de se corriger des plus petites fautes,
les plus légères, pour faire plaisir à son Seigneur et son Dieu. 
Il ne voit pas cela comme une obligation, comme un poids, oh non ! il le voit comme une preuve de son amour ne pensant
plus au châtiment que produit le péché. Il perçoit ces corrections comme la moindre des choses qu’il peut faire par amour
pour son Père.
Quand Jésus voit une âme qui est rendue à cet état, Il la prend sur son Coeur, Il vient la cajoler, en faire Ses délices
et la présenter au Père trois fois saint et réaliser sa Parole (cf. Jn 14, 23) : « Quand une âme m’ouvre la porte et m’aime
vraiment, le Père et Moi, nous viendrons faire notre demeure en elle. » Par son oui d’amour, cet enfant entre dans la Divine
Volonté et accomplit ainsi le premier Commandement : « Tu aimeras ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de
toutes tes forces. » (Mc 12, 30)
Voilà la merveille que produit l’Amour dans une âme qui aime et qui se laisse aimer. Soyez bénis, mes enfants, au nom
du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 15 février 2011


43 – Peu nombreux sont ceux qui accueillent nos avertissements et nos appels. La terre va être secouée très fortement. Que la paix du Seigneur soit avec toi, mon enfant. Signe toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon Divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur des seigneurs.
Je viens te demander de prier pour toutes les personnes qui vont périr, car le jour vient où la terre va être secouée
très fortement par un mouvement violent de son centre ; tu le verras en temps et lieu.
Je souffre de voir que mes enfants ne sont pas préparés spirituellement. Ceux qui vont rester seront sous le choc,
subissant un grand traumatisme.  Dans le monde entier, mon doux Jésus et moi, sa très Sainte Mère, avons donné des avertissements ; mais hélas ! on ne veut pas nous prendre au sérieux… Nous vous demandons de prier, de vous convertir, de faire de l’adoration, mais très
peu d’entre vous répondent généreusement à notre appel. Très peu font des sacrifices et très peu jeûnent.

C’est pour cela que je vous demande, mes enfants d’amour, de prier à mes intentions. Je vois partout dans le
monde, je vois tous mes enfants, tous les besoins, toutes les injustices. Je parcours le monde pour sécher les larmes de
ceux qui ont perdu tout espoir, de ceux qui sont les plus abandonnés, les plus pauvres, de ceux qui sont laissés pour
compte. Avec vos prières, je peux aller porter secours aux malades, aux affligés, aux enfants de la rue.
Vois-tu, mon enfant, même si vous êtes ici, avec votre prière vous pouvez visiter celui qui est en prison quelque part
ailleurs. Je peux susciter une main charitable qui peut nourrir où habiller quelqu’un dans le besoin. Votre petite prière peut
soutenir un frère, une soeur qui sont fatigués ; elle peut encourager une veuve, un orphelin…
Par la générosité de vos prières, mon Fils et Moi pouvons faire tant de choses en ce monde qui est en train de mourir
puisqu’on ne pense uniquement qu’à soi, au pouvoir et à la vaine gloire. C’est donc avec le petit reste que nous allons
chercher l’aide puissante de la prière, de l’offrande pour venir en aide aux enfants les plus démunis.
Par votre adoration, mon doux Jésus peut aller rejoindre les coeurs de ceux qui ont perdu la paix, la joie, l’espérance.
En ce moment, il y a une très grande insécurité pour l’avenir dans les coeurs des enfants de ce monde. En même temps, dans
et par l’adoration, vous recevez la paix dans vos coeurs, un surplus de force et une grande joie de vous savoir aimés de
votre Dieu Trinitaire.
Merci, mes enfants, de m’aider à apporter la Bonne Nouvelle à tous vos frères et vos soeurs de toute la terre. Je
vous aime. Soyez bénis de votre grande générosité au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia. 

Votre Jésus-Eucharistie 17 février 2011

 

44 – Relire l’histoire des patriarches et les prodiges de l’Ancien Testament.
Garder confiance en Jésus-Eucharistie. Il ne faut pas oublier, mon enfant, que Dieu est le Dieu de
l’impossible. Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, l’Éternel. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon
Précieux Sang. 
Quand le désespoir et le désarroi veulent entrer dans vos coeurs, vite les enfants, il faut penser à tous les bienfaits reçus,
aux grandes grâces que le Très-Haut vous a accordées. Relisez l’histoire des patriarches et méditez sur les mer -
veilles que le Père trois fois saint a faites pour ses enfants ; l’Ancien Testament est rempli de prodiges accordés à ses
serviteurs, les prophètes. 
En ce moment, l’avenir vous paraît très incertain mais gardez confiance, c’est Moi votre Seigneur et votre Dieu qui
vous le dis : soyez forts, continuez, persévérez, vous ne serez pas déçus. Je suis là, je me tiens parmi vous et faites-moi
confiance, je vous en prie. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Église 18 février 2011


45 – Le grand privilège d’avoir encore des prêtres qui sont revêtus de Jésus Lui-même.
L’importance et la grandeur de leur ministère.


Loué soit mon doux Sauveur, mon Fils Jésus Christ le Seigneur. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de son
Précieux Sang.

Oui, mon enfant, vous ne connaissez pas à sa juste valeur le grand privilège d’avoir encore des prêtres qui vous prêchent
la saine doctrine, la grâce inouïe de pouvoir aller à la sainte messe tous les jours. Il y a tant et tant d’enfants dans le monde
qui sont privés de recevoir la sainte Eucharistie et le pain de la Parole pourtant nécessaires à leur croissance spirituelle et leur
cheminement quotidien.
Remerciez le Très-Haut pour cette grande grâce et priez pour ceux qui ne peuvent se nourrir à la grande table à cause
du manque de prêtres. 
Priez, priez, priez pour que le Seigneur suscite de nouvelles vocations sacerdotales et religieuses. Priez pour les
prêtres qui sont encore au service du peuple de Dieu. Priez pour tous les missionnaires qui parcourent le monde pour
annoncer la Bonne Nouvelle et faire connaître le saint Nom de Jésus. Et surtout les enfants, priez pour mes fils de prédi -
lec tion qui sont fortement persécutés. Les attaques les plus fortes de tous les mauvais esprits sont dirigées contre les
prêtres puisqu’ils connaissent l’importance et la grandeur de leur ministère.
Seul le prêtre, par la puissance de l’Esprit Saint peut faire descendre le Fils de Dieu du Ciel pour opérer le grand miracle
de la transsubstantiation ; seul le prêtre peut changer le pain et le vin en Corps et Sang de Jésus-Amour ; seul le prêtre peut
pardonner les péchés, car à ce moment sublime il est revêtu de Jésus lui-même. C’est pour cela que le prêtre devient un autre
Christ qui donne sa vie pour ses enfants, à l’exemple du Christ prenant soin de la brebis égarée.
Pourquoi est-ce que je vous parle aujourd’hui des prêtres ? Pour vous faire comprendre la raison pour laquelle on vous
demande de prier en premier lieu pour le Saint-Père qui est à la tête de tous les prêtres, et pour tous les enfants qui ont dit
oui au sacerdoce. Tant qu’il y aura un saint prêtre, il y aura la perpétuité du sacrifice de la sainte messe. Il faut les soutenir,
les aimer, les encourager, car ils vivent une très grande solitude. Il faut beaucoup prier pour eux.

Merci mes enfants, car Je sais que je peux compter sur votre générosité pour soutenir ceux qui sont malades physi -
quement ou spirituellement. Il ne faut pas oublier que l’Église est malade, que l’Église est votre mère, et comme de bons
enfants vous devez intercéder pour elle. Aujourd’hui, Je vous confie nos prêtres.
Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia. 

Le Sacré-Coeur de Jésus 19 février 2011
46 – Le jour de l’illumination des consciences approche. Comme au temps de Noé… le réveil sera brutal.
Merci de ta promptitude à recevoir mes paroles. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de mon Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu, mon Père.
Les jours passent et l’on ne veut pas se préparer à purifier l’état de son âme. On continue à vivre comme si rien n’allait
se passer, mais, en vérité, Je te le dis mon enfant : le jour de l’illumination des consciences approche à grands pas !
Il viendra comme un voleur (Ap 3, 3). Comme au temps de Noé (Gn 7), les gens continuent à boire, à manger, à fes toyer
sans nous prendre au sérieux, sans prendre le temps d’essayer d’être en état de grâce, sans prendre le temps de se mettre en
tenue de service (Lc 12, 35) pour que le Seigneur et leur Dieu les trouve avec leurs lampes bien allumées et avec une bonne
provision de l’huile de la foi. Il faudra une foi forte pour tenir bon dans ce grand combat contre les forces du mal qui se livre
présentement. 
Si vous saviez combien de sectes ont proliféré, combien de messes noires sont dites autour du monde, comment les sciences
occultes ont pris de l’ampleur dans toutes les sphères sociales, comment mes enfants se sont laissé lier avec des chaînes qui
les tiennent esclaves du mal. Ils sont tellement aveuglés qu’ils se sentent bien d’être pris dans ce tourbillon qui les entoure.
Oh, mes enfants ! quelle douleur et quelle tristesse subiront ceux qui verront, dans la lumière de Dieu, tout le mal qu’ils
ont accepté dans leur vie, le mal qu’ils se sont laissé imposer par le monde, la chair et le démon. Le réveil sera si brutal pour
quelques-uns en découvrant jusqu’où les a conduit le vouloir paraître en suivant les modes, les tendances malsaines quand
ils vont reconnaître la vérité malgré tout ce que les grands de ce monde ont fait pour les convaincre que Dieu n’existe
pas, prétendant que c’était une arme que l’Église prêchait pour avoir le contrôle, le pouvoir.
Ils vont découvrir que Dieu existe, que Dieu est vivant et qu’il vient vous demander : qu’avez-vous fait des talents
qu’il vous a donnés ? Qu’avez-vous fait du temps qu’il vous a donné ? Qu’avez-vous fait du don de la vie qu’il vous a
confié ? Qu’avez-vous fait des lois divines qui sont inscrites dans vos coeurs ? Qu’allez-vous répondre à l’observance de
chaque Commandement ? Réfléchissez, les enfants ! Prenez le temps de faire un examen de conscience pendant que vous avez encore un peu de temps. Après ce sera trop tard et vous allez le regretter.
Essayez de vivre en harmonie avec votre Dieu et votre Père.
Réconciliez-vous et augmentez votre foi. Quand le moment viendra, ne soyez pas comme les vierges affolées qui
sont parties à la course pour chercher ce qui leur manquait : l’huile de la foi, l’huile du pardon, l’huile de la grâce de
Dieu, l’huile de la miséricorde de Dieu. Le jour vient où la Miséricorde divine doit laisser toute la place à la Justice
divine de Dieu Trinitaire. 
Je ne vous parle pas pour vous faire peur. Je vous avertis pour vous donner la chance de vous préparer. Le temps presse
et parce que je vous aime, mes enfants d’amour, je désire…
oui, je veux vous avoir avec moi, je veux que vous soyez tous dans mon Sacré-Coeur.
Merci, merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du
Saint-Esprit. Amen, alléluia.

 
Marie, Reine de la paix 20 février 2011
47 – L’adversaire fait tout pour vous distraire.

Donnez la priorité à l’essentiel et cherchez à faire la joie du Père.
Soyez attentifs et ne vous laissez pas distraire par quoi que ce soit ou qui que ce soit. Signe-toi et écris, mon enfant,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur des seigneurs.
Tu sais qu’en ces temps qui sont les derniers, l’adversaire fait tout pour vous distraire et pour vous enlever le goût de la
prière, de l’adoration, en vous faisant faire certaines choses inutiles dans le but de vous fatiguer et de vous épuiser.
Soyez vigilants, mes enfants, ne remettez pas à demain ce que vous pouvez ou devez faire aujourd’hui, car demain il
sera peut-être trop tard. Vous savez, les tombeaux sont remplis de bonnes intentions. Au soir de votre vie, ce seront les actions
que vous avez faites qui auront de la valeur, pas celles que vous auriez voulu faire. Faites attention ! Pensez-y bien.
Soyez aussi attentifs à la façon de répartir votre temps. 
Sachez donner la priorité à l’essentiel, car vous ne connaissez pas l’heure où vous serez appelés à paraître devant votre Dieu
et Seigneur qui sera à ce moment le Juge suprême. Que vos mains soient pleines de bonnes actions, de bons fruits, de
cadeaux pour votre Père trois fois saint. 
Devenez chaque jour des enfants très reconnaissants envers votre Père, votre Papa bon Dieu, des enfants qui,
chaque jour, essayent de lui ressembler un petit peu plus pour faire sa joie. Essayez d’ouvrir votre coeur un peu plus chaque
jour pour accueillir les grâces qu’il veut vous donner et surtout pour accueillir son Amour, vous laisser transformer au feu de
Son Amour.
Laissez-vous combler, afin d’emplir tous les vides de vos vies, pour devenir des enfants pleins d’amour, de paix et
de joie, pour ainsi toucher convenablement vos frères et vos soeurs qui seront sur vos routes et leur donner l’espérance, le
goût de vivre comme des enfants de Dieu. Soyez des témoins courageux en ce monde qui est malade.
Merci, mes enfants, pour votre oui d’amour. Merci de consoler le Sacré-Coeur de mon doux Jésus-Amour. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 21 février 2011


48 – Recevoir le sacrement du Pardon.
 

Choisir librement le chemin à prendre : la vie éternelle ou la mort éternelle.
Ne vous laissez pas accabler par tout ce que vous pouvez entendre. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux
Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. C’est moi, ta céleste Maman Marie, qui te parle en ce
moment par le Vouloir divin, pour vous dire d’être vigilants, forts et de laisser passer tous bruits et/ou tous propos visant
à vous faire perdre la foi et la paix, ces plus précieux dons que vous pouvez avoir. Soyez fermes dans vos croyances, vos
décisions, vos choix de chaque jour. Votre vie est composée de décisions et de conséquences que vous devez assumer selon vos choix.
Il y a certaines conséquences que vous traînez tout au long de votre vie, des conséquences qui vous font souffrir et
qui se répercutent de génération en génération. Ces conséquences peuvent entre autres entraîner des maladies ou des
mauvais états d’âme.
Vous allez en voir plusieurs exemples en lisant et en méditant les Saintes Écritures. Pour arriver à vous libérer, il
faut recevoir le sacrement du Pardon, réparer pour les péchés commis, recevoir les indulgences que l’Église accorde pour
enlever toute séquelle et arriver à la guérison totale. 
Aujourd’hui, le monde est malade, les enfants sont malades de maladies inconnues, de désordres de toutes sortes car
on a oublié l’importance d’être en état de grâce. On fait tout ce qui est abominable aux yeux de Dieu, Père, Fils et Esprit
Saint. On n’a plus de respect pour rien ni pour personne, et encore moins pour soi-même.
On a totalement oublié que le corps est le temple du Saint-Esprit, qui, avec son âme, a été fait à l’image et à la
ressemblance de Dieu. On a oublié que le corps est mortel et que l’âme est immortelle. Il y a une vie après la mort : la vraie
vie en Dieu. On a oublié que la vie sur la terre est un court passage que le vrai but de la vie pour lequel vous avez été
créés c’est le Ciel. Le Père trois fois saint vous a laissé votre liberté et votre volonté pour que vous puissiez tous choisir librement le che -
min à prendre pendant votre séjour sur la terre : soit le chemin qui vous conduit à la vie éternelle, au Royaume des Cieux,
soit le chemin qui vous conduit à la mort éternelle, à l’enfer. Voyez-vous comment et pourquoi vous devez être très attentifs
à vos choix de chaque jour ? Je vous aime mes enfants et c’est pour cela que je vous parle, que je vous invite à réfléchir avant qu’il ne soit trop tard et à profiter des sacrements de la sainte Église pour que votre robe soit propre quand l’Époux viendra vous prendre
pour aller au festin des noces et vous faire entrer avant que les portes ne soient fermées.
N’oubliez pas que Jésus est le meilleur médecin. Il est venu pour soigner et guérir les malades. Il a pris sur lui toute
maladie, tous péchés, pour les clouer à sa Croix et vous rendre libres de tout esclavage, libres d’accueillir et de faire la volonté
de Dieu le Père. 
Quelle est la Volonté du Père ? C’est de vous avoir tous avec Lui dans son Royaume, Celui qu’Il a préparé pour tous
ses enfants. Il veut qu’aucun de ses enfants ne se perde, et Il vous a donné son Fils unique pour vous sauver.
Réfléchissez, mes enfants, à la très douloureuse Passion de Jésus, et je suis certaine qu’avant de faire un choix entre
le bien et le mal, vous allez y penser deux fois, et que, par amour pour Lui, vous ferez le bon choix – si vous L’aimez
vraiment. Merci, mes amours. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 24 février 2011


49 – Les anges et les saints sont consternés de voir l’état de la génération actuelle.
Loué soit mon divin Enfant, Jésus Christ le Seigneur.
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang.
Les saints anges et les saints sont consternés de voir dans quel état est rendue la génération actuelle. Ils ont pitié de voir
l’aveuglement de la plupart des enfants qui ne veulent pas accepter la Lumière du monde (Jn 8, 12), qui ont fermé leurs
coeurs à ses paroles qui sont le Chemin, la Vérité et la Vie. Ces enfants ne croient plus à rien sauf à eux-mêmes, à l’argent, au
pouvoir. Ces enfants qui ont oublié totalement le prix payé par mon doux Jésus pour opérer leur rédemption.
Priez, mes enfants, priez pour ceux qui ont perdu leur foi baptismale, ceux qui ont perdu la grâce, ceux qui ne veulent
rien savoir de l’Église et de Jésus Christ son fondateur. Priez pour vos frères et vos soeurs qui sont en proie au désespoir et
près de l’abîme qu’est le suicide.
Mes enfants, merci pour vos offrandes et vos sacrifices qui nous aident tant pour soutenir ceux qui n’ont plus d’espoir.
Je vous en prie, continuez d’intercéder pour eux. Grande sera votre récompense. N’oubliez pas que tout ce que vous faites
pour ces petits, c’est pour le Christ que vous le faites, pour son Corps Mystique. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils
et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, ton Roi d’amour 25 février 2011

50 – Comme Jésus est venu par Marie, il reviendra par elle à son deuxième avènement.
Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon
Père.
Vous ne devez pas douter de mes paroles, car mes paroles sont le Chemin, la Vérité et la Vie. Regardez autour de vous et
voyez tous ces malheureux qui se plaignent de leur sort, qui ne trouvent aucune sortie de secours à toutes leurs épreuves, leurs
chagrins, leurs maladies… Pauvres enfants, ils vont à la dérive. Encore aujourd’hui, j’ai pitié de cette foule qui a faim,
qui a soif de la Parole de Dieu. Voyez-vous mes enfants, combien la moisson est abondante ? Voyez-vous à quel point j’ai
besoin de mes enfants de lumière pour éclairer leur route, leur donner le goût de revenir au bercail ?
Vous êtes le sel de la terre, j’ai besoin de vous (Mt 5, 13). 
Ma très Sainte Mère et moi, le Sacré-Coeur de Jésus, nous parcourons le monde pour chercher et former les apôtres des
derniers temps, ceux qui viendront à ma suite en s’oubliant eux-mêmes, ceux qui iront chercher les brebis égarées, bles -
sées, malades, ou qui sont entrées dans d’autres bergeries, celles qui sont oubliées dans le monde, par leur propre famille,
celles qui ont perdu tout espoir. 
L’heure est venue où ma très Sainte Mère, l’Immaculée Conception, va envoyer ses apôtres, ceux qui ont un coeur
marial et qui ont été formés par elle, le Trône de la sagesse, ceux qui ont été prophétisés par saint Louis-Marie Grignion
de Monfort…
Continue à écrire, fille bien-aimée, car c’est moi, ton Jésus-Amour qui te parle en ce moment. Ces apôtres iront
parcourir tous les confins de la terre pour ressembler les rescapés de ce naufrage, ceux qui sont tombés où se sont
laissés tomber de l’arche qu’est l’Église, hors de l’arche qui est le Coeur Immaculé de Marie, mère de l’Église.
Toute son Armée céleste est en train de se positionner, chacun à sa place pour livrer le dernier combat, quand la
Reine du Ciel et de la terre viendra écraser la tête de l’antique serpent, chasser le mal et préparer mon Retour glorieux.
Comme je suis venu par elle à mon premier avènement, ce sera par elle que je viendrai à mon deuxième avènement
pour que tous les peuples de la terre la reconnaissent comme leur Mère et leur Reine, comme la Créature la plus pure que la
terre a portée.
Oh, ma Mère ! c’est le chef-d’oeuvre que le Père trois fois saint a créé pour opérer le grand mystère de mon Incarnation.
C’est par elle que mon Père m’a donné à vous, mes frères et mes soeurs du monde entier, et c’est par elle que vous allez
tous me voir à mon Retour glorieux pour entrer dans la Nouvelle Terre et les Cieux Nouveaux.
Continuez, mes enfants, de prier pour la conversion des incroyants, pour que l’Église devienne une, sainte, aposto -
lique, et pour l’unité des chrétiens. Merci, mes enfants, pour votre oui d’amour. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père,
au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 27 février 2011
 

51 – S’abandonner à la Providence au jour le jour, tout remettre au Père. Jésus Christ viendra avec Puissance et Majesté…
Merci, mon enfant, d’être attentive à mon appel. Signe toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils,
Jésus Christ le Seigneur.


Vois-tu, mon enfant, tout ce que le Père fait pour vous rendre libres de vos esclavages et de vos vieilles habitudes, de
sorte que le vieil homme qui vous habite encore diminue pour laisser plus d’espace à l’homme nouveau ? (Eph 4, 24)
Remerciez le Très-Haut pour tant de délicatesses. Chaque jour, prenez l’habitude de recevoir et de donner sans rien
garder, de fermer toutes les portes aux mauvais esprits qui veulent votre perte, qui veulent vous distraire. Il ne faut
pas oublier, mes enfants qu’à chaque jour suffit sa peine (Mt 6, 34). Vivez votre aujourd’hui, autrement vous allez
perdre les grâces du moment présent. Celui qui s’abandonne à la Providence doit vivre au jour le jour, car hier est fini et demain : êtes-vous certains que vous serez encore ici-bas ? Je crois mes enfants que personne n’est sûr de cela. Voilà pourquoi on vous a dit aussi de ne pas remettre à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui…
L’être humain veut devenir le maître du temps, de son temps et aussi du temps des autres, ce qui est une grave erreur,
car au jour du jugement, chacun sera jugé individuellement pour ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas fait. Chacun va rendre
compte de ses actes. Chacun, qui suit présentement sa volonté et sa liberté, ne pourra pas dire que c’est la faute d’un tel ou
que ce n’est pas cela qu’on voulait dire ou faire…
Non, mes enfants, ne gaspillez pas votre temps, ne vous laissez pas distraire par vos soucis, votre santé, vos peurs.
Remettez tout à votre Père trois fois saint. Suivez le chemin qu’il vous a tracé, la lumière des paroles divines, de sa loi
d’Amour et suivez la voix si douce de l’Esprit Saint d’Amour qui murmure dans vos coeurs.
Soyez en état de grâce, laissez-vous guider, laissez-vous instruire, préparez-vous au Retour glorieux de Jésus Christ le
Seigneur, vrai Dieu et vrai homme. Il viendra avec puissance et majesté ouvrir les yeux des aveugles, guérir les estropiés,
délier les langues de ceux qui se sont fermés à la louange. Il viendra ouvrir les coeurs qui se sont fermés à l’Amour du Père
qui veut leur donner Sa paix, Sa joie.  Soyez bénis, mes enfants, de vouloir vivre le saint abandon au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 28 février 2011


52 – Appelez l’Esprit Saint avant de débuter vos prières.
 

Les attraits du monde… et ses nombreux mensonges.

Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.


Oui, mon enfant, je suis l’Épouse de l’éternel Amour, l’Esprit Saint, l’Amour qui procède du Père et du Fils. Et c’est
pour cela que je suis aussi la Mère du bel Amour, le Fils unique de Dieu le Père, son Verbe, sa Parole qui est la Vie et qui
est Amour. Dieu est Amour (1 Jn 4, 16) et Dieu est Lumière. Il est la Lumière qui éclaire vos vies et qui guide vos pas sur
cette route qui devient de plus en plus difficile.
Le monde vous offre et vous présente tant de sentiers, de raccourcis pleins de fleurs toutes belles en apparence, mais
quand vous vous en approchez, vous pouvez alors voir les vices qu’elles contiennent, les pièges pour vous séduire et ces parfums
pour vous désorienter en enivrant vos sens de torpeur pour que vos coeurs deviennent lourds de méchanceté, de cupidité…
 
C’est pourquoi nous vous demandons de rester très vigilants, d’être attentifs aux appels de la grâce, de tenir vos
lampes bien allumées et de suivre la voix du Bon Pasteur pour ne pas vous laisser influencer par tant de loups déguisés en
brebis.
Rendez grâce à mon divin Fils de vous avoir envoyé le Saint-Esprit qui est en chaque coeur de bonne volonté, en
chaque coeur bien ouvert pour l’accueillir, en chaque coeur qui porte un oui à l’Amour Trinitaire, l’Esprit Saint qui vient vous
guider, vous révéler la vérité, vous expliquer le sens caché des Saintes Écritures.
Voyez-vous l’importance d’appeler l’Esprit Saint avant de commencer vos lectures, vos méditations, vos prières, vos
louanges, pour qu’il vienne vous éclairer, vous donner ses lumières si nécessaires en ce temps de ténèbres ?
Invoquez-le chaque jour, mes enfants : il est là, il vous attend. Ne l’oubliez pas, donnez-lui la place qui lui est due,
qu’il soit au centre de vos vies, qu’il soit votre guide sur cette terre d’exil. En le suivant, vous êtes certains d’arriver à bon
port, là où le Père trois fois saint vous attend, là où son Fils unique Jésus veut que vous soyez : sur la montagne sainte.
Merci, mes enfants, d’accueillir l’Esprit de Vérité, l’Esprit de Lumière, l’Esprit d’Amour, le Paraclet promis par mon
divin Fils Jésus-Amour. Soyez bénis de votre fidélité au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.

Marie, Reine de la paix 1er mars 2011


53 – Les guerres civiles vont déclencher la guerre entre les nations. Dieu dira bientôt : c’est assez !
Le jour viendra, mon enfant, où vous allez désirer avoir le temps que vous avez en ce moment. Signe-toi et écris,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Car tout va basculer d’un moment à l’autre. Regardez autour de vous : déjà, le mal et la destruction sont partout et
cela ira en s’accentuant car l’homme veut tout détruire. Les mêmes frères de race et de langue sont en rébellion les uns
contre les autres. En ce moment, ces guerres sont à l’interne de chacun de ces pays, mais la guerre des nations contre les
nations est à vos portes. Mes enfants, il faut prier pour la paix dans le monde car elle est sérieusement menacée.
Regarde, il y a aussi de nouvelles maladies créées par l’homme car on veut réduire l’humanité, on veut la réduire par
toutes sortes de moyens, à tout prix, au détriment des innocents. L’homme est dominé par ses soifs du pouvoir, de
l’argent et des idoles de toutes sortes. Il est devenu pire que les bêtes sauvages. Je te le dis mon enfant, observez les ani maux
et voyez comme ils vous font la leçon, étant plus respectueux des lois divines et des lois de la nature. L’homme a oublié le
respect du prochain ; mais le jour vient où Dieu va dire : c’est assez ! car on ne se moque pas impunément de Dieu, et à ce
moment-là, la Justice divine va sévir. (Gal 6, 7) Priez, priez, priez pour que les temps soient abrégés. Priez,
pour ne pas succomber dans le désespoir, la peur, le doute.
Priez l’Esprit Saint de vous donner la force, ce don si nécessaire pour les temps à venir, ainsi que le discernement car la
confusion sera à son sommet. Avec la force, vous allez persévérer dans la foi, la confiance en Dieu votre Père. Avec le discernement, vous allez suivre les pas de votre Rédempteur. Avec la Lumière, le Saint-Esprit viendra éclairer pour vous le bon chemin en cette nuit obscure.  Merci mes enfants, de continuer de prier à mes intentions. Merci de prier pour tous les prêtres et pour votre Très Saint
Père le Pape, Benoit XVI. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 3 mars 2011
 

54 – Devant le livre de votre vie, vous allez vous juger vous-mêmes. Fréquentez les sacrements, surtout l’Eucharistie.
Signe-toi et écris, enfant chérie de mon Coeur Immaculé, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur. 
Écoute bien ceci : les jours avancent et les gens passent leur temps comme si rien n’était pour arriver. Chacun vit son
quotidien, sa vie au maximum pour utiliser une expression tout humaine. Ils sont très peu nombreux ceux qui pensent à
l’au-delà dans le sens qu’il y a une vie qui commence aussitôt que l’âme sort du corps, le moment décisif où l’âme va à la
rencontre de Jésus-Amour, le juge des vivants et des morts. C’est le moment où vous allez tous voir défiler le livre de votre
vie, où vous allez vous juger vous-mêmes selon ce que vous avez fait de bien et de mal. Vous allez comprendre l’impor -
tance exagérée que vous avez donnée à votre corps, comment vous êtes devenus des esclaves, comment l’orgueil, la vanité
et la luxure vous ont nourri, tout au long de votre vie.
Et vous allez comprendre l’importance des saints Sacrements. Tout aurait été différent si vous les aviez fréquentés,
puisque vous seriez arrivés à comprendre le grand amour que Jésus, Fils de Dieu, a eu pour ses frères et soeurs, en les
instituant pour vous aider à vous relever après une chute, à vous nourrir du pain des anges – la Sainte Eucharistie et à
vous donner la force, le courage et la lumière de l’Amour Trinitaire. Tout ceci pour vous aider à persévérer à avancer
dans le bon chemin. Il ne faut pas vous laisser distraire et surtout ne pas vous laisser influencer par aucun courant négatif. Préparez-vous !
car nul ne connaît l’heure où il doit quitter ce monde pour aller à la rencontre de son Créateur, le Dieu Souverain. Comprenezvous
mieux l’importance de remercier le Très-Haut tous les jours, pour la vie qu’il vous donne, et de le bénir tous les soirs,
pour la journée qui s’achève, en remettant votre esprit entre Ses mains trois fois saintes ?
Pourquoi est-ce que je vous parle des sacrements ? Pour vous apprendre à les recevoir avec un coeur grand ouvert, un
coeur plein d’amour, de reconnaissance et aussi plein d’un repentir sincère pour vous éviter de tomber dans la routine.
Chaque fois que vous allez les recevoir, que ce soit une rencontre d’amour comme si c’était la dernière fois que vous
alliez recevoir ce grand privilège ! Vous allez voir comment votre vie changera, comment vous goûterez à cet amour, à
cette relation filiale, comment l’Esprit Saint sera plus agissant en chacun de vos coeurs et comment l’image du Fils bien aimé,
votre Jésus, resplendira en chacun de vos gestes. Tout ce que vous ferez alors sera pour la Gloire de Dieu le Père qui,
en vous voyant, verra son Fils, son Verbe, par le pouvoir du Saint-Esprit bien agissant en vous.
Merci, mes enfants, de vous laisser transformer par l’Amour Trinitaire, par le feu de cette fournaise d’amour.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 5 mars 2011


55 – Plus vous allez donner, plus vous allez recevoir. Dieu a besoin de témoins pour proclamer l’Évangile.
Prends le temps de recevoir cette manne céleste. Signe toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon
divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Tout en vaquant à tes occupations, mon enfant, soit attentive aux appels de la grâce, car le temps passé est passé.
Merci de tout accueillir et de tout remettre entre les mains de ton Seigneur et ton Dieu.

Ne craignez pas mes enfants, ce que vous êtes en train de vivre c’est une préparation pour les temps à venir qui iront
de mal en pis. À l’échelle mondiale, dans tous les continents, il se produira une grande famine causée par les guerres et par
les désastres naturels qui seront de plus en plus dévastateurs. Les épidémies vont aussi se propager…
D’autre part, vous allez voir comment la divine Providence du Père trois fois saint va se multiplier grâce à la générosité
des enfants de lumière. Plus vous allez donner, plus vous allez recevoir, c’est une loi de Dieu le Père. Son Fils unique l’a bien
dit : « Tout ce que vous allez faire pour un de ces petits, c’est à moi que vous allez le faire. » (Mt 25, 40)
Prenez l’habitude de tout bénir. Dès maintenant, même si vous êtes dans l’abondance et habitués d’y être, quand l’heure de
l’épreuve sonnera, vous verrez les gens apeurés courir de tous côtés. N’oubliez pas que Dieu le Père prend bien soin de ses
enfants qui lui sont fidèles, ceux qui l’aiment vraiment, d’une façon très particulière. Il prend soin de tous, même de ceux
qui l’ont mis de côté. Voyez-vous jusqu’où va sa Providence ? C’est pour cela qu’il a besoin de témoins pour proclamer
son Évangile, pour le faire connaître, pour que le monde sache que Dieu est vivant, qu’il est Amour, qu’il prend soin de ceux
qui se confient à lui, qu’il les a tant aimés qu’il leur a donné son Fils unique pour opérer leur rédemption.
Il a besoin de témoins qui proclament la vérité en ce temps de mensonges, de témoins qui soient la lumière en ces
temps de ténèbres, de témoins qui soient le sel de la terre pour donner le goût de vivre comme enfants de Dieu (Mt 5, 13).
En vous voyant, les gens se diront : voyez leur bonheur ! Ils s’interrogeront : comment se fait-il qu’ils soient en paix et
dans la joie ? Comment se fait-il qu’ils sont si heureux ? Ils se sentiront interpellés par ce qu’ils verront. Le plus grand
témoignage sera votre façon d’être, votre façon de vivre. C’est en vous voyant vivre ainsi qu’ils auront le goût de connaître
cet amour qui va émaner de chacun de vous, cette paix si différente de la paix du monde que seul Dieu peut donner.
Comme les disciples d’Emmaüs (Lc 24, 13-21), vous allez leur faire connaître Jésus, pour qu’ils sachent le recon -
naître quand vous allez rompre le pain de sa Parole. Voyez vous la tâche immense qui vous attend ? N’ayez pas peur,
Dieu a besoin de votre oui, c’est tout. Le reste c’est l’Esprit Saint qui vous donnera tout ce dont vous aurez besoin le
moment venu. 
N’oubliez pas qu’avec de toutes petites choses, le Seigneur peut faire des merveilles ! La sainteté ce n’est pas de faire des
choses éclatantes, la sainteté consiste à aimer Dieu, tout faire par amour pour lui, en s’oubliant soi-même, en s’effaçant
complètement pour sa sainte Gloire. Merci, mes enfants d’être ses témoins. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 6 mars 2011


56 – Les enfants dispersés se repentiront, ils vont pleurer le temps perdu. Le beau cadeau de la foi.
Un jour, tu verras comment les enfants qui sont éloignés, vivront à ce moment un repentir sincère. Signe-toi et écris,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Je ne te parle pas de tous les enfants, mais d’un certain nombre. Ils vont comprendre dans quelle erreur ils ont vécu
une bonne partie de leur vie, comment ils ont gaspillé les grâces que le Seigneur leur avait réservées pour continuer leur
chemin. Hélas ! ils ont fait semblant de rien, comme si le seul but de leur vie était le plaisir, et cela au détriment des autres
personnes autour d’eux.
Ces enfants vont pleurer amèrement pour tout ce temps perdu, et quand les écailles vont tomber de leurs yeux ils vont
découvrir que la vie est belle quand on la vit sous le regard de Dieu le Père, en suivant le Chemin, la Vérité et la Vie, Dieu le
Fils, en suivant la voix très douce de Dieu l’Esprit Saint.
Ils vont vouloir connaître leur Dieu, leur Père, suivre ses préceptes et accueillir cet amour inconnu d’eux, accueillir ses
paroles plus douces que le miel et ce langage nouveau, plein de tendresse, de justice et de paix. Ils vont comprendre la
valeur de la vie, pourquoi ils ont été créés, comment la vie est métamorphosée lorsqu’on a la foi.
La foi c’est le plus beau cadeau qu’on peut recevoir. C’est grâce à la foi qu’on peut croire aux réalités qu’on ne voit
pas, c’est par la foi et dans la foi qu’on apprend à lire la Sainte Bible pour connaître notre Dieu, c’est par la foi qu’on peut
tout obtenir du Dieu de l’impossible, car la Parole nous dit : « Tout est possible à celui qui croit. » (Mc 9, 23)
Et pour croire, il faut avoir la foi en Celui qui est votre Père, votre vie et votre tout. Une foi sans défaillance qui vous
soutient aux moments les plus difficiles de votre vie, une foi qui nous donne la conviction que jamais vous ne serez seuls,
car le Père n’abandonne pas Son enfant qui se confie à Lui.  Même si le monde vous abandonne, le Père est là pour vous
protéger, vous consoler, vous soutenir, pour vous aimer. Voilà la foi que je veux voir en chacun de vous, mes
enfants bien-aimés. Soyez bénis d’accueillir avec amour mes paroles, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.
 


Marie, Reine de la paix 7 mars 2011


57 – La confiance au Père est une grande vertu ; l’abandon, c’est le fruit délicieux de l’amour.
Comme tu le vois, le Père est là pour prendre soin des plus petits détails aux plus grands. Signe-toi et écris, mon enfant,

6. Citation de saint Augustin, reprise par sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ
le Seigneur.
La confiance est une des grandes vertus qui naît, qui croît par l’amour de Dieu le Père. Plus on la connaît, plus on l’aime,
plus la confiance progresse, se fortifie, plus on apprend aussi à s’abandonner entre les bras du Père. Pour comprendre de quel
amour il nous a aimés, de quel amour il nous aime, pose-toi une question : « Quel est le père ou la mère sur la terre qui, par
amour des autres, va sacrifier son propre et unique enfant ? »
Voilà une question que chacun doit se poser. « Est-ce que je le ferais ? » Je ne crois pas qu’il y ait un père ou une mère qui le
fassent. Cela prend un Dieu pour aimer ainsi, cela nécessite l’amour de Dieu le Père pour le faire.
Quand on arrive à mieux comprendre ce prodige, c’est là que la confiance naît de même que l’abandon. L’abandon,
c’est le fruit délicieux de l’amour, et quand on aime on peut comprendre de quel amour le Père nous a aimés. On ne
peut plus l’offenser, lui déplaire, transgresser un seul de ses préceptes, par crainte de le blesser, de lui faire du mal. Et
c’est le début du chemin de la sainteté. Tous les enfants sont appelés à la sainteté, à devenir saints à l’exemple du Père trois
fois saint, comme ce devait être dès l’origine de la création.
Voilà l’importance de demander à l’Esprit Saint de nous faire comprendre la Parole dans les Saintes Écritures. Plus
vous allez le connaître, plus vous allez l’aimer d’un amour pur, sincère, filial, et plus vous allez aimer votre prochain.
Vous allez le louer pour sa création, pour ses créatures. Vous allez tout voir avec un nouveau regard, avec les yeux du coeur,
avec le regard limpide d’un enfant qui s’émerveille de tout ce que son Père a fait pour lui et autour de lui, ce regard d’amour
qui lui fera voir l’empreinte de l’Amour Trinitaire dans les coeurs de ses frères et de ses soeurs qui sont sur sa route et
autour de lui.  C’est cela qu’ont vu les apôtres et les premiers disciples, et c’est ce qui leur a permis de vivre une relation filiale
pour former la grande famille des enfants de Dieu où tous ne faisaient qu’un pour prier, pour louer, pour bénir Dieu le Père,
Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. C’est à cette communion que vous êtes appellés pour établir cette grande et belle relation filiale. Et tout cela sera possible grâce à l’amour, la confiance et l’abandon que vous aurez dans le coeur à l’égard de votre Dieu Trinitaire.
Merci, mes enfants, de vous laisser instruire et de bien accueillir mes enseignements. Soyez bénis au nom du Père, au
nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 10 mars 2011


58 – Le carême est un temps de préparation, de pénitence et de jeûne.

En quoi consiste le jeûne ? 
Que toute la Gloire soit rendue à Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon enfant,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Oui, les temps sont accomplis et vous verrez l’accomplissement des prophéties. Vous êtes rendus de nouveau au
temps du carême, le temps où les enfants de lumière doivent tenir compagnie à mon doux Jésus. C’est un temps de pré -
paration, de pénitence, de jeûne. Tu sais, mon enfant, le jeûne ne con cerne pas seulement la nourriture. On peut le faire de
diffé rentes façons : se priver de mauvaises habitudes, de certaines commodités, de choses qui ne sont pas nécessaires.
On peut faire un jeûne en vivant le temps du carême d’une façon plus austère dans tous les sens, même pour ce qui
concerne le silence. En quoi cela consiste-t-il ? Cela consiste à mortifier le corps pour essayer de le dompter, de lui apprendre à faire ce
pour quoi il a été créé : servir l’âme et l’esprit (et non se faire servir) pour donner toute la place à la vie spirituelle. Et ne
croyez pas que c’est impossible, car mon Fils, mon Jésus-Amour, vous a donné l’exemple qu’on peut vaincre toutes les
tentations si l’on reste en prière, si l’on demeure les yeux tournés vers le Ciel, vers le Père, et si l’on s’éloigne de tout danger.
En votre temps, vous savez bien que le mal vous guette sous toutes sortes d’apparences et de formes. Il y a des pièges
partout. Soyez très vigilants, très attentifs, pour ne pas succomber à la tentation.
Cependant, n’ayez pas peur, l’Esprit Saint est toujours présent. Si vous l’appelez, il saura vous donner ses lumières,
le discernement nécessaire, la force pour sortir vainqueurs, l’audace pour dénoncer le mal. Il vous montrera la vérité pour
réfuter le mensonge, il vous donnera tout ce dont vous aurez besoin pour rester fidèles au Père trois fois saint, pourvu qu’il
y ait la bonne volonté en vos coeurs, le désir de persévérer dans le bien pour aller jusqu’au bout de ce que Dieu le Père
attend de chacun de ses enfants. 
Que ce temps de carême soit profitable à votre vie spirituelle, à la réconciliation avec votre Dieu Trinitaire. Faites
l’au mône de votre pardon à ceux qui vous ont blessés, qui vous ont fait du mal. Merci, mes enfants, soyez bénis au nom
du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 11 mars 2011


59 – Le cataclysme au Japon.


Les prophéties conditionnées aux prières nombreuses. Il faut prier, mon enfant, pour ceux qui ont péri au Japon.
Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.

Cataclysme au Japon, le 11 mars 2011 : 30,000 morts et combien de sinistrés ?


Mon Coeur Immaculé est bien triste, mon enfant, car je sais ce qui s’en vient sur cette génération si pécheresse. On
vous a avertis par tous les moyens, mais hélas ! vous ne voulez pas prendre au sérieux la voix du Ciel, vous ne voulez pas
croire au Retour glorieux de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus-Amour, vous le mettez en doute, vous osez même
dire : « Depuis le temps qu’on attend l’avertissement, et il n’arrive pas. » Oh ! enfants insensés, vous ne savez pas ce que
vous dites. Tout doit s’accomplir… Bien sûr, toutes les prophéties peuvent être conditionnelles, tout dépend de votre façon d’agir : si l’on prie, si l’on jeûne, si l’on pratique l’adoration, on peut alors atténuer, abréger et même arrêter une prophétie. Pensez à Ninive (Jon 3) : lors que Jonas a parcouru Ninive, tous les habitants ont prié ; même les animaux ont jeûné et le coeur de Dieu le Père a été touché et Il
leur a pardonné. En vérité, Je vous le dis, en cette année plusieurs choses vont arriver. L’heure est très grave, priez, priez,
priez, mes enfants. Aujourd’hui c’est le Japon, demain ce sera peut-être un autre endroit. Personne ne sait quel sera le prochain.
On vous a annoncé plusieurs désastres, et malheureusement tout doit s’accomplir à moins qu’il y ait un repentir sincère,
que les prières deviennent très nombreuses, que les habitants de certaines nations changent leur conduite…
Que les autres enfants qui ne sont pas touchés pour le moment prennent le temps de réfléchir et de comprendre que
quelque chose d’anormal est sur le point d’arriver et qu’en conséquence, ils doivent se tourner vers Dieu, leur Créateur et
leur Père, le reconnaître comme le seul et unique Dieu. Autrement la nature et tous ses éléments vont leur faire comprendre
le grand respect qu’on doit à notre Seigneur et notre Dieu, l’Éternel.
Que ce temps du carême vous fasse méditer en vos coeurs sur le grand amour du Créateur pour ses créatures sur l’amour
et la protection qu’il donne aux enfants qui se confient à lui.
Merci pour vos prières. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils, au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 13 mars 2011
 

60 – La puissance absolue de la foi sur le Coeur du Père… Être des instruments pour l’évangélisation.
Si tu savais, mon enfant, tout ce qu’on peut faire quand on a la foi. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de
mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Quand on a la vraie foi, on sait qu’on peut tout obtenir du Dieu de l’impossible. Dieu le Père fait ses délices en accordant ce qu’on lui demande avec amour et avec confiance, si votre demande est pour le bien de votre âme ou de celle d’autrui. C’est pour cela que je te dis la foi est le plus grand trésor qu’on peut avoir.
Et pour les temps qui viennent, il vous faudra une foi à l’état pur, charismatique, c’est-à-dire, une foi ferme, forte, sans
défaillance, une foi absolue pour aller jusqu’au bout, dans la persévérance finale. Et aussi pour aider ceux qui vont frapper
à vos portes en cherchant votre aide pour les guider, les écouter, leur apprendre la vérité, c’est-à-dire les évangéliser, pour qu’ils
puissent connaître Jésus Fils de Dieu, Jésus leur Rédempteur, Jésus qui est sur le chemin de son Retour prochain, car l’heure
                                                                                                                                                                                                                        approche. 
Merci, mes enfants, d’accepter d’être les instruments par lesquels Dieu Trinité ira rejoindre ses enfants à la dernière
heure. Vous agirez en toute douceur, le coeur plein de miséricorde à l’exemple de mon doux Jésus qui s’est fait tout à tous,
pauvre parmi les pauvres, avec un coeur compatissant et plein d’amour pour tous ses enfants malades, et ceux qui étaient des
esclaves du péché. En ce temps du carême, mes enfants, exercez-vous à être plus patients les uns envers les autres ; à être plus souples et
accepter de bon coeur tout ce qui vous dérange chez les autres ; à être plus disponibles à l’égard de votre prochain, même
si vous devez remettre à plus tard ce que vous auriez le goût de faire.
Voyez-vous mes enfants, combien de choses vous pouvez faire et offrir, des petites choses par amour de votre Jésus, et
consoler son Coeur si peu aimé ? Merci, mes enfants. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 15 mars 2011


61 – L’homme a tout perverti. Préparez le Retour de Jésus Christ. Méditez sur la Passion de Jésus.
 

Merci, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Le temps sera raccourci, car autrement personne ne saurait tenir jusqu’au bout. Voilà l’importance de la prière, de
l’ado ration. Regarde, mon enfant, comment la température commence à changer. D’ici peu, l’hiver sera terminé et fera
place au printemps sans que personne ne puisse arrêter ce décret que Dieu le Père a donné à la nature. Même les saisons
ne se suivent pas comme avant, à cause de l’homme qui a tout perverti ; les cycles se poursuivent comme ils le peuvent.
Ce sera ainsi pour la série des événements qui vont arriver un peu partout dans le monde. Personne ne saura les
détecter, les arrêter. Vous êtes entrés dans cette étape prédite depuis toujours pour préparer le Retour Glorieux de Jésus
Christ, le Seigneur des seigneurs. Soyez très vigilants, essayez d’être en état de grâce.
Ouvrez votre coeur à la générosité pour venir en aide à tous ceux qui auront besoin d’une parole de lumière, d’une oreille
attentive à les écouter, de quelqu’un pour les encourager. Merci, mes enfants, pour votre oui d’amour, votre oui à faire
et à accueillir la Divine Volonté du Père trois fois saint. Continuez de prier pour le Saint-Père et tous les prêtres.
Continuez à les soutenir par votre prière. Ils en ont un grand besoin pour poursuivre leur route qui devient chaque jour plus
difficile.
Vivez ce temps du carême en méditant de façon particulière sur les souffrances et les outrages que mon divin Fils
Jésus Christ a endurés pour opérer votre rédemption. Tenez-Lui compagnie en ces heures si douloureuses, car encore
aujour d’hui, Il est abandonné, bafoué, méprisé et oublié de ceux qu’Il a tant aimés : les enfants créés par le Père, les
enfants que le Père Lui a confiés. Merci, mes enfants, d’être à l’écoute. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 17 mars 2011

62 – La Vierge exprime sa tristesse devant le refus de croire d’un grand nombre. L’adversaire travaille fort.
Oui, mon enfant, mon Coeur Immaculé est bien triste de constater le refus du grand nombre d’enfants qui ne veulent pas
croire, accepter et accueillir Jésus comme leur Rédempteur, leur Seigneur et surtout leur Dieu, car Jésus est vrai Dieu et
vrai homme. Signe-toi et écris, couverte de son Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu son Père.
Mon Coeur est si affligé, mon enfant. J’ai parcouru le monde, j’ai parlé pour vous avertir, pour vous préparer à ce
qui s’en vient, mais hélas ! le nombre de ceux qui ont accueilli mes paroles est si petit…
Continuez mes enfants, continuez à prier à mes intentions ; continuez à intercéder pour tous vos frères et vos soeurs dans
le besoin ; continuez et persévérez dans la foi, la confiance et l’abandon, surtout dans ce temps du carême, où l’adversaire
va tout faire pour vous détourner, vous décourager, vous enlever le goût de la prière, du sacrifice, si petit soit-il, qui
monte comme l’encens jusqu’au Trône Trinitaire. Soyez forts, mes enfants, soyez fermes dans votre foi. Ne
vous laissez pas influencer par personne ni par rien de ce que vous allez entendre ou voir provenant de l’esprit du monde.
Je le répète, merci de tenir compagnie à mon doux Jésus-Amour, merci de consoler son Coeur si peu aimé, merci
de continuer à rayonner sa lumière, son amour, sa paix. Continuez, mes enfants, de prier pour mes fils de prédilection, les
prêtres. Merci de votre générosité. Soyez bénis. Je vous aime au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Mère des affligés 18 mars 2011


63 – Il y aura une autre attaque très forte contre l’Église.

Tenir jusqu’au Triomphe du Coeur Immaculé de Marie. Sois très reconnaissante pour toutes les merveilles que
le Très-Haut fait pour vous tous. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur.

Ce soir, parlons de la persévérance qui sera une vertu très nécessaire pour les temps à venir. Par elle, vous saurez rester
debout au lieu de tomber et vous apitoyer sur vous-mêmes. Par elle, vous allez puiser la force dans la prière pour aller
jusqu’au bout du chemin que le Père vous a tracé. Par elle, vous saurez continuer votre route en suivant la Lumière du
monde (Jn 8, 12), mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus. Par elle, vous saurez rester dans la paix et vous accrocher à
la foi, à l’espérance… 
Qu’est-ce que la persévérance ? C’est la vertu qui vous pousse à espérer sans cesse malgré toute apparence, à croire
malgré tout doute, à louer même si votre coeur est broyé par la souffrance, à persévérer sur le bon chemin même si l’on se
moque de vous, si l’on vous ridiculise. 
Pourquoi est-ce que je vous parle de persévérance ? Parce que pour les temps où vous vivez, et surtout qui viennent,
vous devrez persévérer dans la fidélité à votre Dieu et votre Père, car il y aura une autre attaque très forte contre l’Église,
contre le Saint-Père. Et c’est à ce moment que beaucoup de fidèles vont renier leur foi, vont démissionner, cela même
chez les bergers, c’est-à-dire, les prêtres, les évêques, et c’est alors que le petit reste deviendra encore plus petit.
Ne sois pas triste, mon enfant, car il faut que cela arrive pour accomplir ce que mon Fils a dit : « Heureux l’homme
qui saura persévérer et tenir jusqu’au bout en ces jours de douleur » (cf. Jc 1, 12). Voyez-vous l’importance de savoir
persévérer, malgré tout, malgré tout ce qu’on entend, tout ce qu’on voit ? Il faut garder à l’esprit, qu’à la fin, mon Coeur
Immaculé triomphera. Et vous, mes enfants, en persévérant vous serez du côté vainqueur. Soyez bénis pour vos oui et pour votre docilité,
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 19 mars 2011


Fête de saint Joseph
 

64 – Si les familles imitaient saint Joseph, le monde serait différent. Il faut se consacrer à la Sainte Famille. En ce grand jour dédié à Joseph, mon chaste et saint époux, signe-toi et écris, enfant de ma tendresse, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. 
Aujourd’hui, c’est fête au Ciel en l’honneur du fidèle serviteur du Très-Haut, celui qui a été choisi de toute éternité
pour prendre soin du Fils unique du Père Éternel, mon doux Jésus, l’Agneau sans tache, qui a pris chair pour opérer la
rédemption du genre humain. Quelle grande responsabilité et quel privilège pour l’humble saint Joseph !
Il a dû prendre soin de moi aussi, la Mère de son Seigneur et son Dieu. Il a pratiqué toutes les vertus à un haut degré de
perfection. Il a été gratifié de grandes faveurs, de grandes grâces, car son coeur et tout son être étaient tournés vers son
Dieu, son Père. C’est le modèle que tous les hommes doivent imiter ou essayer d’imiter en méditant sa vie et ses vertus.
Toutes les familles chrétiennes sont appelées à suivre l’exemple de la Sainte Famille de Nazareth.
Oh, que le monde serait différent ! Les familles seraient plus saintes, plus unies, il n’y aurait plus de foyers brisés,
d’enfants abandonnés, de crimes... Les couples seraient protégés par le sacrement de mariage, leurs enfants seraient une
bénédiction. Ce seraient des foyers où régneraient la paix, l’amour, l’harmonie, le respect, la confiance, ce qui fermerait
la porte à la haine, la division, la colère, l’esprit de vengeance. En ces temps où vous vivez, on a perdu le sens de la
famille. On dirait que les enfants sont de trop. Et que dire des vieillards ? On essaie de s’en débarrasser en oubliant que le
Seigneur a dit : « Tu honoreras ton père et ta mère » (Ex 20).
Les parents ont oublié qu’un jour ils devront rendre compte au Juge suprême de chaque enfant qui leur a été confié.
Voyez-vous, mes enfants, comment on doit se confier et se consacrer à la Sainte Famille de Nazareth est l’exemple à
suivre que le Père Tout-Puissant vous a laissé. Demandez chaque jour les grâces nécessaires pour traverser vos difficultés
quotidiennes, vos petites contrariétés. Vous pouvez aussi prier pour les familles qui sont en difficulté, à qui vous pouvez
aussi obtenir les grâces nécessaires par votre intercession.
Merci de votre grande générosité, mes enfants. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.


Votre Sacré-Coeur de Jésus 21 mars 2011
 

65 – On veut se débarrasser de Dieu, le Créateur : foyers, écoles, lieux publics, nations...
Réveille-toi, génération insensée ! Si tu savais comment les coeurs sont endurcis et ne veulent pas s’ouvrir pour accueillir mon amour, alors que mon Sacré-Coeur est brûlant d’amour pour tous les enfants que le Père m’a confiés. Signe-toi, mon enfant, et écris couverte de
mon Précieux Sang. 
Mon Coeur est si triste de voir et de constater l’endurcissement des coeurs, hier comme aujourd’hui. Cette génération
n’a pas changé. Les grands de ce monde m’ont fermé la porte : ils ne veulent rien savoir du Père qui les a créés et encore
moins de moi, son Fils unique. 
On a banni tous les signes sacrés des lieux publics. Les croyants qui affichent leur foi sont très rares. On m’a fait sortir
de presque tous les foyers, de toutes les écoles et d’autres lieux publics. On ne veut rien savoir de la religion catholique
et on veut se débarrasser de Moi, le seul et l’unique Dieu, le Créateur.
Mon Coeur saigne à nouveau de voir toutes ces guerres. Je ne parle pas seulement des guerres entre les nations, je
parle aussi de ces guerres qui se vivent à l’intérieur de chaque pays, et même dans chaque maison avec ces bombardements
de blasphèmes, d’injures, de jugements, de critiques. Je parle de cette attaque très forte contre la pudeur, contre la modestie,
contre la pureté. On a tué l’innocence chez les enfants, on leur apprend l’égoïsme, l’orgueil, la vanité, la haine, la violence
pour les mener à la vengeance. Avez-vous remarqué que vous êtes dans un monde de non respect ? Pas de respect pour Dieu, pas plus de respect pour ses créatures et pour sa création. Par toutes sortes de moyens, dès le sein de la mère, on apprend à tuer sans aucune
pitié. On a perdu la valeur de la vie. Ces enfants grandissent avec un coeur vide, vide de la grâce de Dieu, vide de l’amour
de Dieu, vide de la Parole de Dieu…
Réveille-toi, génération insensée, écoute la voix de ton Seigneur ! Appelle-moi et je te répondrai avant qu’il ne soit
trop tard. Pensez un peu jusqu’où vous mènera ce désir de dominer, le désir fou de vous croire supérieur à Dieu, l’Être
suprême, l’Alpha et l’Oméga (Ap 22, 13). 
Mes enfants, aidez-moi avec vos prières, votre adoration et surtout par vos prières d’intercession pour obtenir la
conversion des incroyants et le retour de toutes mes brebis qui sont sorties du bercail, afin qu’elles reviennent avec un coeur
repentant avant qu’il ne soit trop tard, avant que la Justice divine ne leur tombe dessus.
Merci, mes enfants, merci de votre grande générosité en ce temps du carême. Merci de consoler mon Coeur si peu
aimé, merci d’écouter la douleur de mon Sacré-Coeur. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Sauveur 25 mars 2011


L’Annonciation
 

66 – Le sort du monde dépendait du « fiat » de Marie !
 

Elle prépare le Retour Glorieux de son Fils… Un grand jour, celui où le Fils de Dieu a quitté sa Gloire
pour opérer votre rédemption. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
Tu sais, mon enfant, tout le sort du monde dépendait à ce moment-là de la créature la plus pure que la terre a portée,
l’hum ble petite Marie de Nazareth, quand elle a dit : « Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta
Parole» (Lc 1, 3Cool. Elle a prononcé son « fiat ». À l’instant même, Je suis descendu dans ce tabernacle vivant, dans son
être comme dans un ostensoir, et le Verbe a pris chair, et Il a habité parmi vous. (Jn 1, 14)
La Reine du Ciel et de la Terre, Mère du Fils de Dieu – le Verbe de Dieu le Père – se présente devant toutes les générations comme la servante de son Seigneur et de son Dieu. Quelle grande humilité ! Quel exemple elle vous a donné !
J’aimerais, mes enfants, qu’elle devienne votre modèle, que vous sachiez vous abandonner entre Ses bras, apprendre
à connaître sa vie et ses vertus. Faites-lui confiance. Confiez-Lui votre vie et tous vos soucis, elle saura vous guider et vous
conseiller puisqu’elle est le Trône de la sagesse, l’Arche de la Nouvelle Alliance.
Elle est aussi la Femme vêtue du soleil, celle qui écrasera la tête de Satan pour préparer mon Retour glorieux (cf. 2 Pi 3).
Elle sera aussi l’étoile qui vous guidera en cette nuit de ténèbres où l’on fera tout pour anéantir mon Église, le successeur
de Pierre et tous les prêtres qui me seront fidèles.
Priez, priez, priez, mes enfants, car l’heure est très grave. Il faut soutenir mes bergers par vos prières, vos sacrifices. Priez
pour abréger cette grande attaque que les suppôts de Satan ont préparée contre le pape, les prêtres et aussi contre les fidèles.
Cependant, n’ayez pas peur (Mt 14, 27) ; Je suis avec vous, ma Mère est avec vous, et le Père en sa grande bonté a
posé sur vous sa main Toute-Puissante pour vous protéger.
Merci, mes enfants ! Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 27 mars 2011


67 – Le Père va laisser aller les éléments de la nature pour que le monde comprenne.
Que toute la Gloire, tout l’honneur et toute la majesté soient rendus à Dieu le Père, Père de mon Seigneur et mon
Dieu, mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur ! Signe-toi, mon enfant, et écris couverte de son Précieux Sang.
Voici venir le jour où tout genou devra fléchir pour adorer et reconnaître que Jésus est le Fils du Dieu vivant, que Jésus
est vrai Dieu et vrai homme, que Jésus est le Sauveur du monde… Le jour approche où Dieu le Père va laisser aller les
éléments de la nature pour que l’homme comprenne qu’il n’est rien sans Dieu, qu’il ne peut pas être protégé ni être en
sécurité sans Dieu. Quand l’homme comprendra-t-il que personne ne peut rien faire pour arrêter ce qui est à vos portes ?
En vérité, mon enfant, je te le dis à nouveau, je souffre car je sais ce qui vous attend ; je souffre de voir votre indif -
férence face à nos avertissements ; de voir la tiédeur du grand nombre d’enfants qui se laissent influencer par l’esprit du
monde, ses modes et ses tendances néfastes. Oui, je souffre beaucoup de voir le refus obstiné de croire en Dieu. Ce monde
est devenu un monde païen, sans coeur, d’où l’on a chassé tout le sacré. Il faut que Justice se fasse.
C’est pour cela que je vous demande de réciter votre chapelet tous les jours pour la conversion des indécis, des
incroyants et aussi de prier à mes intentions : ce faisant, je prierai aussi pour chacun de vous.
De plus, mes enfants, soyez nos témoins pour que le monde sache que Dieu est vivant. Rayonnez la paix, la joie,
que seul votre Dieu et votre Seigneur peut vous donner. Soyez des témoins de lumière en ces temps de grande confusion.
Demandez aussi la grâce du discernement, car vous allez entendre tant et tant de choses. N’oubliez pas que dans les
derniers temps l’adversaire et ses suppôts vont susciter des faux prophètes. Suivez toujours la voix de Pierre, votre Pape
Benoit XVI : il est votre boussole, faites-lui con fiance, car il enseigne la saine doctrine.
Mes chers enfants, merci de permettre à votre célesteMaman de se pencher sur vous pour partager ce qui l’afflige.
Merci d’être à mon écoute. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 


Marie, Reine de la paix 28 mars 2011


68 – Nous verrons des horreurs dans le monde.
 

La valeur d’une goutte du Précieux Sang de l’Agneau. Me voici, mon enfant, pour te donner cette manne céleste.
Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Cette fois, mon enfant, on va parler de la Toute-Puissance du Précieux Sang de Jésus. Si le monde en connaissait la
valeur… la vraie valeur d’une seule goutte du Sang de l’Agneau immolé ! Je vous assure, mes enfants, que vous seriez tous
prosternés face contre terre, adorant et vénérant ce Sang Précieux auquel vous devez votre rédemption, ce Sang libé -
rateur, ce Sang qui vous protège de tout danger et de toute tentation, ce Sang qui vous a lavés du péché originel…
J’aimerais, mes enfants, que vous preniez l’habitude de vous couvrir du Précieux Sang de Jésus. Ainsi vous éloigneriez
les mauvais esprits qui guettent le monde. Vous en êtes rendus à livrer le combat des combats : les forces du bien contre les
forces du mal. C’est un combat spirituel pour lequel vous devez revêtir l’armure du chrétien et vous couvrir du Précieux
Sang, le chapelet à la main, car vous allez voir comment les choses vont aller de mal en pis.
Aurez-vous peur ? Non, mes enfants, car les anges sont là pour vous protéger, les saints sont et seront de plus en plus
présents, et l’Esprit Saint vient et viendra fortifier votre foi. Il vient vous redonner la force et surtout pacifier vos coeurs.
D’ici peu, vous commencerez à voir des horreurs dans le monde. Les saisons vont s’inverser, rien ne sera plus comme
avant, la violence chez les êtres humains va s’accentuer…
Je vous parle de cela pour vous prévenir, pour vous laisser le temps de vous préparer, et pour éviter que tous ces événements
ne vous arrivent par surprise !
N’ayez pas peur, car il faut que cela arrive ; tout doit s’accomplir. Je veux que vous reteniez ceci dans vos coeurs :
moi, l’Immaculée Conception, la servante de mon Fils, mon Seigneur et mon Dieu, je vous protège, car vous êtes tous sous
mon manteau de protection ; et le Père dans sa grande bonté, a préparé, pour ces temps, qui sont les derniers, des phalanges
d’anges protecteurs pour protéger chaque enfant qui aura une croix sur son front, car le moment de faire le tri est arrivé.
Chacun doit faire son choix. Lisez l’Apocalypse et vous comprendrez où nous en sommes. « Soyez dans l’allégresse,
convertissez-vous, car votre délivrance est proche » (Lc 21, 2Cool.
Il faut que tout soit prêt pour le Retour Glorieux de Jésus Christ. Il faut L’attendre avec des hosannas, avec les rameaux
de la foi, de l’amour et de la confiance. Jésus de Nazareth est sur Son chemin de Retour.
Préparez vos coeurs à vivre cette Pâque comme un mémo rial en union avec Celui qui vous a tant aimés, qui vous
a donné jusqu’à la dernière goutte de son Précieux Sang. Avec un coeur brûlant d’amour, venez accueillir les fruits abondants
de sa cruelle Passion, de sa sainte et douloureuse Mort. Que vos coeurs soient de ceux qu’Il a vus, qui l’ont
réconforté en Son affreuse agonie où Il a sué des gouttes de Sang. Merci mes enfants, de consoler son Sacré-Coeur si peu
aimé. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 29 mars 2011


69 – Le monde commence à vivre sa purification.


La souffrance bien accueillie est une grande richesse. Le Seigneur est tout près d’un coeur qui l’appelle, d’un enfant qui crie sa détresse. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de Jésus Christ le Seigneur.
Soyez bénis, mes enfants, pour votre persévérance et pour votre fidélité. Oui, le Seigneur prend soin de tous ceux qui se
confient à Lui, Dieu le Père, Dieu de miséricorde et Dieu de l’impossible. Abandonnez-vous entre Ses bras, goûtez sa
tendresse infinie et voyez comme Il est bon, car Il fait Ses délices en donnant continuellement à ses enfants bien-aimés,
ce dont ils ont besoin au moment présent.  Vous allez voir comment tout ce que vous avez vécu en
ces derniers temps a été ce qu’il y avait de meilleur pour chacun de vous tous, comment vous avez grandi spirituellement, comment votre foi et votre confiance sont plus fortes.
En ce moment, le monde vit le temps de la grande purification. Tous les enfants de la terre ont quelque chose de
particulier à vivre, à changer, à offrir et à accepter. C’est un temps très spécial qui vous permettra de passer à une vie
spirituelle plus profonde. En l’accueillant, vous pourrez aider ceux qui vivront à leur tour leur temps de purification. Ce
temps est déjà commencé pour quelques-uns. C’est pour cela que je vous demande de tout donner, de tout accueillir, même
sans rien comprendre, sans savoir où tout cela vous mènera. Rien n’est perdu mes enfants.
Vous savez, les anges ont une sainte jalousie de vous, car vous pouvez souffrir par amour pour Dieu, alors qu’eux ne
peuvent pas offrir ce trésor au Seigneur, car la souffrance bien accueillie est vraiment un trésor d’un grand prix. Vous
pouvez aller puiser vos forces au sacrement de l’Eucharistie, où vous avez ce privilège inouï de recevoir votre Seigneur
et votre Dieu dans vos coeurs. Les anges, eux, ne peuvent pas communier ainsi.
Commencez-vous à comprendre un peu la raison de la haine de Satan pour le genre humain, l’immense jalousie qu’il
a envers vous ? Le Père vous a tant aimés qu’il vous a donné son propre et unique Fils pour opérer votre rédemption et
ouvrir les Cieux qui avaient été fermés à cause du péché.
Qui est Dieu pour vous aimer ainsi ? Il est amour ! Croyez-vous qu’il peut oublier un seul enfant qui se confie à lui, un
enfant qui croit en lui, un enfant qui l’aime pour ce qu’il est : Dieu le Père ? Non, mes enfants, jamais au grand jamais il ne
peut vous oublier. Ce serait comme de s’oublier Lui-même. Rappelez-vous que c’est Dieu qui a fait les premiers pas pour
aller vous chercher, c’est Dieu qui vous a choisis tels que vous êtes, malgré toutes vos imperfections.
Il saura donner toutes les grâces nécessaires pour transformer en êtres nouveaux ceux qui l’aimeront et l’adoreront
de tout leur coeur, de toutes leurs forces et de toute leur âme. Devenir un adorateur du Père en esprit et en vérité, c’est cela
que vous devrez faire comprendre à ceux qui auront perdu tout espoir, à ceux que la peur paralyse, à ceux qui n’ont pas
le goût de vivre. Dans votre quotidien, vous partagerez votre paix, votre joie et votre amour pour Celui qui vous a créés. Vous parta -
gerez à tous votre confiance en Celui qui vous a tout donné par amour ; votre obéissance à Celui qui vous conseille et vous
guide avec la lumière de ses dons. Mes enfants, courage, nous sommes avec vous. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint- Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 1er avril 2011
 

Premier vendredi du mois

70 – Jésus au désert guidé par l’Esprit Saint. Préparez-vous pour la mission reçue au Baptême. Oui, mes enfants, revenez à moi de tout votre coeur, de tout votre esprit, de toutes vos forces. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur.


C’est l’appel de Dieu Trinitaire, une invitation qu’il vous fait en ce temps du carême. C’est l’appel de Son grand Amour
pour tous ses enfants. Convertissez-vous, réconciliez-vous avec le Père qui vous a créés, avec son Fils unique qui vous a rachetés et avec
l’Esprit Saint qui veut vous donner les grâces d’un nouveau départ. N’ayez pas peur mes enfants, et n’allez surtout pas dire
que vous ne serez pas capables de suivre Jésus, votre seul et unique Maître.
Réfléchissons un peu sur ce que Jésus a fait après qu’il eut reçu son Baptême. L’Esprit Saint est descendu sur lui et
l’a conduit au désert où il a été tenté. En ce temps du carême, le Seigneur vous conduit aussi au désert, pour vous permettre
de vivre un plus grand recueillement, pour méditer sa Parole, source de vie, pour puiser l’eau vive (cf. Jn 4, 10) qui coule
de son Sacré-Coeur et pour vous y abreuver en étanchant votre soif d’amour et de vérité. Cela vous redonnera les forces nécessaires
pour poursuivre votre route et pour marcher dans Ses pas. Regardez comment Il a affronté chaque tentation : quelle
paix, quel calme, quelle sagesse, quel exemple Il vous a donné ! Voyez-vous, Lui, le Fils de Dieu, s’est laissé guider
par l’Esprit Saint, son Coeur et ses yeux étaient tournés vers le Père Tout-Puissant. Il a refusé chaque tentation avec une
parole de vie. Il n’a pas lutté contre la tentation. Ainsi, mes enfants, quand la tentation se présente, tournez immédiatement votre
coeur vers le Seigneur. Priez-le, louez-le, adorez votre Dieu votre Père, parlez le langage de la Sainte Bible. Ce faisant,
vous garderez votre paix et vous sortirez vainqueurs sans avoir succombé, quelle que soit la tentation. Dans vos coeurs,
soyez tournés vers le Seigneur, parlez-lui et prenez tous les moyens pour ne pas l’offenser. Vous verrez que vous étancherez cette soif d’amour, car vous aimerez ainsi votre Seigneur Dieu de tout votre coeur, de tout votre esprit et de toutes vos forces qui vous seront données par le Saint-Esprit. Vous verrez comment tout devient facile, tout est simple quand on accepte de s’effacer et laisser la place
à Celui qui vient vous rappeler tout ce qui a été dit par le Verbe, Dieu le Fils, Jésus Christ, Fils unique du Père trois fois
saint, l’Esprit Saint qui vit dans vos coeurs et agit en vous, par vous et avec vous.
Faites confiance à Jésus, mes enfants, abandonnez-vous à Lui, pour qu’il accomplisse en chacun de vous une transformation pour vous permettre de devenir des enfants spirituels, des instruments dociles et malléables entre Ses mains. Vous irez à votre tour porter la Bonne Nouvelle, vivre avec l’Esprit Saint ce renouveau spirituel qui vous prépare à la mission que vous avez reçue en votre baptême.
Voilà ce que je vous demande aujourd’hui : bien accueillir cette grâce d’un nouveau départ qui vous permettra de vivre
cette Pâque avec un coeur plus léger et brûlant d’amour. Vous laisserez au désert vos vieilles habitudes et les chaînes qui
vous rendent esclaves du péché, esclaves du démon. Merci, mes enfants, de bien accueillir mes enseignements.
Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, Sauveur du monde 3 avril 2011


71 – Le jour de l’illumination approche à grands pas. De très grandes catastrophes précéderont celle-ci.
Ne te laisse pas distraire, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu
mon Père.


Le jour vient où vous regretterez amèrement de ne pas avoir mis de l’ordre dans votre vie. Combien de fois j’ai dit
à votre génération : reviens à moi, ton Seigneur et ton Dieu. Convertissez-vous avant qu’il ne soit trop tard, réconciliezvous
avec votre Père qui est aux Cieux. Soyez comme l’enfant prodigue qui a réfléchi avant de mourir de faim, avant
de perdre sa vie. Ne gaspillez pas le peu de temps qui vous reste…

Le jour de l’illumination approche à grands pas. Ne pensez pas que vous aurez encore le temps de régler vos
comptes envers Dieu, car nul ne connaît l’heure, le jour, le mois où vous allez entrer et vivre dans ce grand mouvement
spirituel, où toute votre vie défilera devant vos yeux, où votre conscience sera éclairée par la Lumière du monde (Jn 8, 12),
où tout autre mouvement va s’arrêter, où même les animaux et toute la création vont se taire. Par respect pour Dieu, le
Créateur, l’univers entier va s’arrêter.  En vérité, soyez certain qu’à ce moment vous allez pleurer le temps perdu, le temps où vous avez ignoré le Saint Sacrement que j’ai institué pour vous aider à rester en état de grâce, le temps où vous avez transgressé mes préceptes…
Vous allez vous voir avec mes yeux. J’aurais voulu que tous nos enfants nous prennent au sérieux, qu’ils prennent le temps de réfléchir, d’aller à la confession, d’essayer de changer de conduite et revenir à Dieu le Père par amour et non pas par peur.
Je vous ai avertis qu’avant l’illumination vous vivrez de grandes, voire de très grandes catastrophes. Elles sont déjà
commencées, mais vos coeurs sont devenus insensibles à la douleur d’autrui. Vous ne priez pas assez pour vos frères et
vos soeurs qui en ont tant besoin. Sachez-le, mes enfants, le calvaire de l’humanité est bel et bien commencé.
On vous a dit que l’heure est à l’adoration, à la prière ; récitez le chapelet, le chapelet de la Miséricorde… Intercédez
pour arrêter la colère du Père trois fois saint. Réveillez-vous, mes enfants, réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard,
profitez des dernières miettes de la Miséricorde divine. Je vous le répète, réconciliez-vous avec Dieu le Père, écoutez
son Fils qui est sa Parole, écoutez ma très Sainte Mère, l’Immaculée Conception. Nos coeurs unis saignent de voir
l’indifférence de la plupart de nos enfants. Aidez vos frères et vos soeurs de partout dans le monde.
Mes enfants d’amour, n’ayez pas peur ! (Mt 14, 27) Il faut que tout s’accomplisse. Soyez forts, prenez courage, car votre
délivrance approche. Nous sommes avec vous, nous sommes en vous. Gardez votre paix, Ma paix, gardez votre joie, Ma joie,
car c’est moi, le Seigneur, qui vous le demande. Merci,  mes enfants. Je vous aime et je vous protège. Soyez bénis au
nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des affligés 4 avril 2011


72 – On prive les tout-petits du baptême. Le Nouvel Âge est entré dans l’éducation et chez les personnes âgées.
La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ
le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
Que votre coeur soit dans la paix, que votre esprit soit dans un calme profond, attentif aux appels de la grâce. Merci,
mes enfants, de bien disposer votre coeur à recevoir cette manne céleste.
Oui, ce monde s’en va à la dérive, on ne sait plus qui croire ou quoi croire. Les enfants vivent leur vie sans but, sans
espoir, sans attente : c’est l’ère du non-sens. Et malgré le taux élevé de suicide, la société ne fait rien. Quand je parle de
société, je pense aux personnes qui doivent s’impliquer pour transmettre les bonnes valeurs, soit par l’exemple, soit par
la parole, ou même par le silence qui est de rigueur en certaines occasions.
Voyez-vous comment le Nouvel-Âge est entré dans le milieu de l’éducation, comment il a une mauvaise influence
chez les enfants et les adolescents en leur faisant croire qu’ils n’ont pas besoin de Dieu, que Dieu n’existe pas, que c’est
une invention de l’Église pour manipuler le monde ? Sottise humaine !
Et que dire des personnes âgées ? On voit de plus en plus la révolte qui s’installe dans leur coeur pour leur faire renier la
foi, pour qu’ils s’abandonnent aux plaisirs du monde. Cela a occasionné la perte de la foi : les églises se vident, on ridi -
culise ceux qui sont restés fidèles, on se moque de ce qui est sacré, on se moque de Jésus et de son Évangile. Mon Coeur
Immaculé est bien triste de voir le grand nombre de coeurs qui se refroidissent, ces coeurs qui autrefois étaient brûlants
d’amour pour leur Dieu, leur Créateur. Voyez comme on prive les tout-petits de recevoir le baptême. On les prive du droit de devenir enfants de Dieu. Je me demande jusqu’où va aller cette génération. Qu’est-ce qu’ils vont faire quand le bras de la Justice divine va sévir sur cette terre ? Quand ils seront devant Jésus, Lumière du monde (Jn 8, 12), qui va se présenter tel qu’Il est : le Fils de Dieu
Tout-Puissant avec sa Gloire et Sa Majesté ? J’espère qu’ils vont admettre la grave erreur qu’ils ont faite en mettant Dieu
le Père de côté. Priez, mes enfants, pour qu’ils accueillent la grâce du repentir, qu’ils reviennent avant qu’il ne soit trop tard, et qu’ils
obtiennent la grâce de la persévérance finale. Priez pour ne pas démissionner de votre foi catholique et pour continuer
d’être ces missionnaires qui vont porter la Bonne Nouvelle à leurs frères et leurs soeurs. Ils en ont tant besoin pour se
préparer à recevoir le Roi des rois, pour sortir des ténèbres, devenir des enfants de lumière et accueillir la Lumière du
monde (Jn 8, 12), le Seigneur des seigneurs, qui crie en chaque coeur : « Reviens, mon enfant, reviens à moi.»
Merci, mes enfants, d’entendre le cri de mon Coeur affligé. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du
Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 5 avril 2011
 

73 – Jésus pleure sur le grand nombre des damnés. Il nous attend en chaque confessionnal. Reviens à la grâce, c’est le cri déchirant du Sacré-Coeur de mon divin Fils, Jésus Christ. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang.
Oh ! mon enfant, mon Coeur Immaculé pleure et saigne à nouveau devant les pleurs de mon doux Jésus. Sa douleur est
si grande en constatant le grand nombre des enfants damnés qui sont complètement fermés à la grâce. Ils ne laissent pas
circuler en eux la sève divine. Ils ont fermé leur coeur aux appels du Bon Berger qui les invite à venir se reposer auprès
des eaux tranquilles qui jaillissent de son Coeur transpercé, qui les appelle à se nourrir de sa sainte Parole dans les Évangiles,
à se laisser conduire sur le chemin qui les conduit à la vie éternelle.
Combien de fois Jésus a-t-il appelé la génération actuelle pour qu’elle revienne à la grâce, pour que les enfants se
convertissent et changent leur conduite ? Mes enfants font la sourde oreille et ne veulent pas comprendre que le temps de
la miséricorde achève…
En ce temps du carême, revenez, mes enfants, revenez à la source d’eau vive (cf. Jn 4, 10), venez vous désaltérer et
refaire vos forces. Venez simplement lui tenir compagnie, lui dire : « Merci Jésus, je t’aime ; Jésus, j’espère en toi ; je crois
en toi. » Venez mes enfants, venez consoler l’Agneau qui s’est laissé immoler (cf. Apoc.) sans ouvrir la bouche pour se défendre. Venez consoler Celui qui s’est laissé clouer sur la croix, ouvrant ses bras divins pour accueillir tous les enfants
qui reviendront à la grâce, Sa grâce. Il vous appelle encore, il vous attend en chaque confessionnal pour vous laver de son sang et de l’eau qui ont jailli de son Sacré-Coeur ; venez, venez à lui. Venez le visiter au Saint Sacrement de l’autel, lui, le grand solitaire qui est devenu
prisonnier de son amour insondable pour tous ses frères et ses soeurs.
Priez, mes enfants, pour sauver un grand nombre d’âmes, priez pour le salut des pécheurs. Qu’ils reviennent à la grâce
avant qu’il ne soit trop tard. Merci, mes enfants, merci, merci.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 10 avril 2011


74 – Commentaires sur un épisode de l’Évangile :
 

Marthe et Marie.
Merci, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus Christ, le Seigneur, pour la Gloire
de Dieu, son Père. 
Il y a des faits, mon enfant, qui sont très difficiles à comprendre. Pourquoi telles ou telles situations nous arrivent
au quotidien de nos vies ? Parfois ces faits sont pratiquement insaisissables pour l’intelligence qui veut tout savoir à l’avance.
Il vous est parfois difficile d’accepter le délai que le Seigneur prend pour vous exaucer et sa façon de le faire.
Regardez les coeurs de Marthe et Marie (Jn 11, 21. 32), les deux ont vécu l’arrivée de mon doux Jésus d’une façon très
différente. Au fond de son coeur, Marthe était déçue, car elle a cru que Jésus l’avait laissé tomber. Elle lui dit : « Seigneur,
si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort ! » Elle a fait sortir de son coeur sa souffrance, son désespoir, son manque de
foi et le doute qui occasionna ce reproche si spontané, car pour elle tout était fini, il n’y avait plus d’espoir, la mort avait
emporté son frère, si cher à son coeur ! Marie, elle, partit aussitôt rejoindre Jésus. Dès qu’elle Le vit, elle se jeta à Ses pieds et, en sanglots, lui dit la même phrase. Pense mon enfant, à l’émotion profonde qu’a vécue le Sacré-Coeur de Jésus. Si grande, qu’Il pleura, non seulement de voir pleurer Marthe et Marie, mais aussi de voir la grande souffrance qu’elles portaient dans leur coeur qui les aveuglait,
au point de croire que tout était terminé pour Lazare. Elles pensaient que Jésus n’avait pas voulu être auprès de lui pour
empêcher sa mort. Pourquoi est-ce que je vous parle de cela ? Pour vous enseigner, mes enfants d’amour, que le Seigneur connaît la
raison pour chaque situation qui survient dans vos vies, heureuse ou malheureuse, et qu’Il vous connaît mieux que vous mêmes.
Si vous pleurez, il pleure aussi avec vous, car il vous aime. Si votre coeur est broyé par la souffrance au point même
de vous aveugler, il est là pour vous soutenir. Et si la douleur est telle qu’elle épuise toutes vos forces, il est là pour vous
prendre dans ses bras. C’est pour cela que le Père me permet de vous donner ces enseignements, pour vous faire comprendre qu’il est là bien présent dans vos vies de tous les jours et que jamais Il ne vous laissera tomber. Le Père exauce tout ce qu’on Lui demande au
nom de son Fils Jésus, et son Fils fait tout pour faire éclater la Gloire de son Père. Allons, mes enfants, ne perdez pas courage,
soyez forts, car rien n’est perdu. Priez, croyez et vous verrez aussi la Gloire de Dieu (Jn 11, 40).
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 15 avril 2011


75 – Les douleurs atroces du Coeur de Marie à la Passion.


Les souffrances du Coeur de Jésus aux derniers jours de sa vie. Loué soit mon divin Fils au très Saint Sacrement de l’autel.
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang.

Soyez persévérants, mes enfants, dans les moments les plus difficiles de votre vie ; pensez à toutes les souffrances, les douleurs atroces que le Coeur Immaculé de votre céleste Maman a dû endurer pour accompagner son divin Fils tout au long de sa Passion.
En vérité, je vous le dis, ce n’était pas seulement pendant le temps de sa Passion, cela a duré tout au long de ma vie ter -
restre : je connaissais par coeur les Saintes Écritures, je savais par quelle mort mon divin Fils devait rendre Gloire à Dieu son
Père. Mes souffrances ont été si immenses, si profondes qu’à un moment donné le Père trois fois saint a dû me donner un
nouveau souffle de vie pour que mon coeur continue à battre. C’est pour cela que je suis devenue la Mère des Douleurs.
Je veux vous faire comprendre qu’en chaque peine, qu’en chaque moment d’épreuve ou de désolation, chaque fois que
vous aurez le coeur gros à cause de tant de soucis, tournez-vous vers Moi, je saurai vous consoler et j’intercéderai pour
vous auprès de mon doux Jésus. Remerciez souvent le Seigneur pour le don de la foi déposé en chacun de vous. Voyez-vous comment tout est plus simple lorsqu’on a la foi, lorsqu’on a la confiance qui fait renaître les coeurs ouverts à la grâce et lorsqu’on a l’espérance ? Oui, l’espérance que la Providence est là pour nos besoins, l’espérance que notre Père du Ciel ne va jamais nous abandonner,
l’espérance d’avoir la certitude que vos prières seront exaucées. Priez, priez, priez, mes enfants pour ceux qui n’ont pas
la foi, pour ceux qui l’ont perdue et surtout pour ceux qui l’ont reniée. Pendant ces derniers jours du carême, contemplez, mes
enfants, la peine, le rejet et la souffrance qu’a endurés le Sacré-Coeur de Jésus, les derniers jours qu’Il a vécus parmi les
hommes. Et pendant ce temps, Il offrait et déposait tout entre les mains très saintes de Dieu son Père.
Merci, mes enfants, car vous consolez beaucoup son Coeur si peu aimé. Soyez bénis au nom du Père, au nom du
Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de Dieu 17 avril 2011
 

76 – La surface de la terre va changer. Se couvrir du Précieux Sang de Jésus… l’Ère de paix s’en vient.
Le jour vient, mon enfant, où la surface de la terre va changer d’une façon draconienne. Le changement sera considérable. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus Christ, le Seigneur.
C’est moi, l’Immaculée Conception, qui te parle en ce moment par le Vouloir divin de Dieu Trinitaire.
Je vous demande d’essayer d’être en état de grâce, de rester fidèles au sacrement de Réconciliation, d’être en prière,
de fixer avec les yeux du coeur le Soleil de justice, la Lumière du monde (Jn 8, 12), pour garder la paix, le calme et la séré -
nité. Mes enfants, vous n’avez pas la moindre idée de tout ce que vous devrez vivre avant qu’arrive l’illumination des
consciences, car cette génération comme je vous l’ai déjà dit, a dépassé toutes les limites…
Il va falloir que Justice se fasse pour vous réveiller et vous faire sortir de cette léthargie dans laquelle vous êtes
tombés. Vous le savez très bien, on ne se moque pas de Dieu, on ne peut pas et on ne doit pas offenser l’Esprit Saint, ce qui
est un péché grave : malheur à celui qui le fait. (cf. Lc 12, 32)
Regardez autour de vous et vous pourrez lire les signes des temps. Vous saurez où nous sommes rendus en ce qui
concerne l’accomplissement de toutes les prophéties. N’ayez pas peur et priez, priez, priez. Couvrez-vous à
chaque instant du Précieux Sang de mon divin Fils, mon Seigneur et mon Dieu, ce sera votre seule protection. Récitez
le chapelet. Demandez miséricorde au Père trois fois saint. Priez pour tous vos frères et vos soeurs qui seront touchés par
cette série de cataclysmes qui vont sévir en différentes nations, sans oublier votre cher pays : Vancouver, Régina, Toronto…
continue d’écrire mon enfant… pour la partie nord-est de votre belle province du Québec. Et d’une façon plus particulière,
priez, priez, priez pour vos voisins du Sud, ils auront une très, très lourde croix à porter. Enfin, mes enfants, priez pour toute
l’humanité. Car l’heure est trop grave, et connaissant votre générosité, je peux vous dire que je compte sur vous, mes enfants de
lumière. Par votre prière je peux aller toucher les âmes. Je suis si affligée et je sais ce qui s’en vient. J’ai besoin de vous et de
vos prières pour que les coeurs des enfants dispersés puissent s’ouvrir à la grâce avant qu’il ne soit trop tard.
N’ayez pas peur, je suis avec vous pour vous protéger, moi, la Mère de Dieu et votre Mère. Je vous ai tous enfantés
au pied de la sainte Croix. Je vous préviens pour que vous ne soyez pas surpris. Ayez confiance en votre Père qui est aux
Cieux. Ayez confiance en votre Jésus-Amour qui vous a tout donné pour vous sauver. Ayez confiance en Celui qui vous
guidera, instruira et consolera en ces temps de grandes tribulations : l’Esprit Saint.
Et soyez dans la joie, relevez la tête, car votre délivrance est toute proche. Regardez au loin, ne vous arrêtez pas aux
catastrophes, voyez ce qui s’en vient, la Nouvelle Terre, les Nouveaux Cieux, l’ère de Paix où Jésus sera avec vous dans
toute sa Gloire et Sa Majesté, où Je serai aussi avec vous, moi votre céleste Maman Marie, la Fille du Père Éternel, la Mère
de Dieu le Fils et l’Épouse Immaculée de l’Esprit Saint. Merci, mes enfants, merci de bien accueillir mes paroles.
Soyez dans la paix. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


9. Les États-Unis.

Marie, Mère des Douleurs 18 avril 2011 Lundi saint

77 – Souffrances du Fils et de la Mère proportionnées à leur amour pour leurs enfants.
Merci, mon enfant, d’être fidèle à mon appel. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ, le Seigneur.  Oui, mon enfant, nous sommes rendus à la Semaine Sainte, la semaine des douleurs où le Sacré-Coeur de mon
doux Jésus et mon Coeur Immaculé ont été fondus en une seule plaie : nos coeurs battaient à l’unisson.
Pensez, mes enfants, à la douleur et à l’angoisse si profondes, si aiguës que j’ai vécues quand mon Fils a pris congé
de moi, en demandant ma bénédiction maternelle, pour aller accomplir le sacrifice suprême de son effroyable Passion et
opérer votre rédemption. Quand je l’ai vu partir, mon Coeur de Mère fut broyé, la vie s’est arrêtée en moi, mon Coeur
était déchiré en lambeaux. J’aurais voulu prendre sa place, mais hélas ! …
Puis, merveille des merveilles, mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils m’a redonné la force, sa force pour aller
jusqu’au bout et accomplir comme Lui la Divine Volonté de Dieu le Père. Je voyais l’Agneau sans tache marcher en silence,
la tête haute, en direction de l’abattoir, l’Agneau si doux, si humble. Quel bel exemple Il m’a donné, quel exemple Il a
donné à tous ses disciples, ses apôtres…
Il avait hâte de célébrer cette Pâque pour rendre Gloire à son Père trois fois saint. Il avait hâte d’embrasser l’autel de la
Croix, son trône de Gloire par lequel il attirerait tous les hommes à son Père. Son Coeur brûlait d’amour : amour pour
ses frères et ses soeurs et aussi l’amour immense pour son Père ; il avait hâte d’ouvrir les portes du Ciel qui étaient fermées
depuis la faute originelle, pour que le Père puisse avoir à nouveau avec Lui Ses enfants.
Pourquoi est-ce que je vous parle de tout cela ? Pour vous faire prendre conscience de l’immense amour que Jésus, Fils
de Dieu, a pour chacun de ses enfants. Son amour a été plus fort que toutes ses souffrances. Son amour a vaincu la mort.
Avec tout son amour, il frappe à la porte de chacun de vos coeurs pour entrer, pour vous aimer, pour vous transformer,
vous consoler, pour vous redonner l’espoir et le goût de la vie en ces temps si difficiles sur cette terre d’exil.
Venez à lui, n’ayez pas peur. Faites-lui confiance comme des petits enfants. Voyez comment il vous a aimés, comment il
vous aime tels que vous êtes ? Ce qu’il vous demande c’est de le laisser entrer dans votre vie ; il vient panser vos blessures,
guérir vos plaies, redresser votre conduite et vous apprendre la vraie vie en Dieu.
Soyez des enfants reconnaissants et devenez de vrais disciples qui porteront des fruits en abondance. Consolez son
Sacré-Coeur si peu aimé, montrez-lui que son sacrifice et sa mort n’ont pas été en vain. Croyez en lui, espérez en lui,
soyez-lui très reconnaissants. Merci, mes enfants d’amour. Merci de tenir compagnie à l’Homme des douleurs. Merci, merci, merci. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Église 23 avril 2011


Samedi saint
 

78 – Marie a connu toutes les souffrances : elle espérait malgré tout. L’Église est née du Coeur ouvert de Jésus.
Si tu savais, mon enfant, la souffrance extrême que j’ai vécue le Samedi saint, le premier jour que j’ai été séparée de
mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils, le fruit de mes entrailles virginales. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son
Précieux Sang pour la Gloire de Dieu son Père. À un certain moment, j’étais folle de douleur, la souffrance était si aiguë que je croyais mourir, car je n’avais plus l’Âme de mon âme, la Lumière de mes yeux, la Vie de ma vie.
J’étais seule, j’étais vide, j’étais comme une morte vivante, ma solitude était totale. Je pleurais, je priais, je criais… mon
Coeur Immaculé criait à Dieu mon Père d’avoir pitié de moi de me laisser aller auprès de mon Fils, son Fils. Mon Coeur
gémissait comme une colombe en appelant la Vie de sa vie.
C’est la souffrance la plus cruelle que mon être a vécue, le fait de ne pas être avec Jésus, mon Dieu, mon Seigneur.
Pourquoi est-ce que je vous parle de cela ? Pour que vous sachiez que j’ai connu toutes les souffrances et que je suis
devenue la Mère des Douleurs, la Reine des martyrs. Pour que vous sachiez que vous pouvez partager tout avec moi, tout me
confier, car j’ai vécu et j’ai connu bien avant vous tout ce que vous pouvez avoir comme épreuve.
Pour que vous sachiez que même si la douleur nous aveugle, notre coeur, notre âme ne peut pas et ne doit pas
s’arrêter de prier, d’espérer en dépit de toute apparence, en Celui qui est tout, qui peut tout : Dieu le Père, Dieu le Fils et
Dieu le Saint-Esprit. Même si l’on se sent seul et abandonné, Il est là pour nous soutenir, nous consoler, accueillir nos
larmes et nos prières qui viendront féconder notre mission, car rien n’est perdu, tout, tout doit être offert pour la Gloire
de Dieu.
Sans comprendre, nous devons continuer à prier, à méditer ses paroles qui sont sources de vie, ses paroles qui sont la
vérité, ses paroles qui sont la lumière qui nous guide quand nous sommes plongés dans la nuit de l’esprit où notre foi est
mise à rude épreuve.
Voyez-vous, cette souffrance du Samedi saint a fécondé la mission que mon Fils m’a confiée avant de partir vers son
Père, celle qui m’a octroyé le titre de Marie, Mère de l’Église ?
Avec cette souffrance j’ai pu encourager et soutenir les apôtres et tous les disciples pour former l’Église, le plus beau cadeau
que mon Fils vous a donné quand Longin, le soldat romain, a ouvert son Coeur Sacré avec une lance, le moment solennel où
l’Église a été fondée. De là ont coulé le Sang et l’Eau, comme des torrents de la Divine Miséricorde, où les apôtres iraient
puiser les forces et les grâces nécessaires pour accomplir leur mission et distribuer les saints sacrements.
Voyez-vous comment Jésus, le Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme, a fécondé sa mission en devenant obéissant jus -
qu’à la mort sur une croix ?  
Enfin, mes enfants d’amour, soyez dans la paix et dans la joie, en la douce attente de sa Résurrection. Pour l’instant,
soyez forts et courageux. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 24 avril 2011 Jour de Pâques


79 – Jour glorieux où Jésus a vaincu la mort et ouvert le Ciel. Le laisser entrer en nos coeurs.
Oui, mon Coeur Immaculé est dans la joie, car mon Seigneur et mon Dieu est ressuscité. Signe-toi et écris, mon
enfant, couverte de son Précieux Sang pour la Gloire de Dieu son Père.
Voici le jour glorieux que fit le Seigneur (cf. Ps 117) : jour où son Fils a vaincu la mort, jour où son Père l’a fait Seigneur
des seigneurs et Roi des rois, jour où Il lui a rendu toute Sa Gloire. Le jour béni où mon divin Fils a ouvert les portes du
Ciel pour que Dieu le Père puisse accueillir ses enfants dans la nouvelle alliance de l’Amour Trinitaire, où Dieu le Fils a
lavé par son Précieux Sang les péchés des hommes par sa mort sur la croix. L’Esprit Saint lui a redonné son souffle de vie
et ses apôtres et ses disciples ont vu sa Gloire de Ressuscité comme il l’avait prédit.
Mes enfants, soyez, vous aussi dans la joie, dans l’allégresse, car il est vraiment ressuscité en chaque coeur de bonne
volonté où il veut établir sa Royauté, Sa Seigneurie.
Soyez très attentifs quand il frappe à la porte de vos coeurs, ouvrez-la et laissez-le entrer pour qu’Il reste avec
vous, qu’il devienne la Lumière de vos vies et l’amour de vos coeurs troublés. Il pourra ainsi vous combler de sa paix, de sa
chaleur, au feu de Son amour en cette froide nuit. Soyez bénis, mes enfants, et recevez ma bénédiction
spéciale en ce jour de joie, de paix, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, Lumière du monde 25 avril 2011


80 – Jésus vient redonner l’espoir, la force. Priez pour les indécis, les victimes des désastres.
Oui, je suis vraiment ressuscité, car je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de
mon Précieux Sang.

Je suis le Fils du Dieu vivant, l’Alpha et l’Oméga (Ap 22, 13). Je suis le Verbe de Dieu le Père et je viens vous
redonner l’espoir, refaire vos forces, vous donner la fermeté et l’audace de proclamer et de défendre ma Parole.
Car l’ennemi a redoublé ses attaques et ses tentations pour vous faire tomber. Il sait que ses jours sont comptés.
Il veut vous détruire, il veut la perte de votre âme et votre défaite spirituelle. Mais il ne réussira pas, car vous avez mes
lois burinées en vos coeurs, vous mes enfants de lumière, vous qui portez un oui en vos coeurs, vous qui avez placé votre
confiance en votre Dieu, votre Père. Merci, mes enfants, de continuer à prier à nos intentions
et d’accueillir nos enseignements avec un coeur plein d’amour. Je vous demande de prier pour que les indécis fassent le bon
choix quand le moment sera arrivé, quand la peur va les envahir en voyant l’anéantissement de quelques nations… Je
vous ai déjà avertis que la topographie de la terre va changer d’une façon importante sur certains continents. La nature va
sévir avec toute sa rigueur. Priez, priez, priez pour ceux qui vont périr soit par des désastres naturels, soit par les guerres qui sont commencées en Orient et qui vont s’étendre en Occident, pour revenir à nouveau en Orient, avec plus de force et plus de destruction.
Voyez-vous mes enfants, l’heure est à la prière d’intercession, à l’adoration pour demander encore la Miséricorde du Père
pendant que vous avez quelques miettes de temps. Mes enfants d’amour, à vous aussi je vous dis : n’ayez
pas peur, c’est moi Jésus de Nazareth qui vous protège, qui vous précède sur cette route semée d’embûches de toutes
sortes. Soyez vigilants, suivez mes pas, ne vous laissez pas égarer. Soyez forts, fuyez le tentateur qui fera tout pour vous
accabler et pour vous conduire au désespoir. Faites-moi confiance, car je suis le Dieu vivant qui se tient avec vous, en vous. Recevez ma paix. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 27 avril 2011


81 – L’illumination des consciences approche à grands pas : les yeux et les coeurs s’ouvriront.
Le jour vient où votre coeur sera brûlant d’amour. Signe toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon
divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.

En ces jours que vous vivez, les enfants de la terre sont aveugles. Ils voient les événements qui les entourent et, encore
là, ils ne comprennent pas. Leur coeur est lent à croire aux nombreux avertissements que le Ciel leur a donnés, à croire
aux prophéties concernant l’illumination des consciences. Croyez-le ou non mes enfants, elle approche à grands
pas ; mon divin Fils Jésus l’a dit. Elle sera précédée de toutes sortes de catastrophes : tremblements de terre, tsunamis, inon -
dations, grêle, un froid glacial, un vent qui va tout balayer, un orage très, très fort, une chaleur mortelle à l’approche de la
comète… Voyez-vous comment vous êtes prévenus de cela et pourtant vous ne voulez pas croire ?
Seul un petit reste a pris au sérieux nos appels à la conversion, au retour à la grâce en fréquentant le sacrement du
Pardon. Vous ne connaissez pas le moment ni le jour que le Père trois fois saint a choisis pour que vous soyez devant Dieu
le Fils qui vous montrera l’état de votre vie, là où le monde, la chair et le démon vous ont conduits par vos péchés. C’est à ce
moment-là que vos yeux s’ouvriront pour reconnaître Celui qui vous a créés, qui vous a tout donné pour vous racheter en
mourant sur une croix, Celui que vous avez rejeté avec mépris, en reniant son existence : Dieu le Père, créateur du Ciel et de
la terre.  Et vous, mes enfants d’amour et de lumière, vous allez leur apprendre à connaître le Père, Jésus et l’Esprit Saint, avec
un coeur brûlant d’amour pour votre Seigneur Dieu et pour votre prochain. Car après cet événement de l’illumination des
consciences, les coeurs seront disposés à accueillir les paroles de vie, la saine doctrine qui est inscrite dans les Évangiles.
Vous allez les préparer à recevoir le sacrement du Pardon, et par la suite recevoir le Roi des rois dans leurs coeurs assoiffés
et affamés de l’Amour Trinitaire. Ils chercheront des enfants de lumière pour les guider et pour leur apprendre la Bonne Nouvelle, les écouter, les consoler et les encourager. Merci, mes enfants, de continuer à prier pour la conversion des incroyants et le salut des pécheurs afin qu’ils soient nombreux ceux qui après l’avertissement se tourneront vers Dieu, leur Père. Soyez bénis au nom du Père,
au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 30 avril 2011


82 – Vivre le moment présent, bien abandonnés dans les mains du Père. Aimez-Le pour les autres…
Béni soit mon divin Fils au Saint Sacrement de l’autel. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang
pour la Gloire de Dieu son Père. Vois-tu mon enfant comme le temps passe vite ? Vivez le moment présent et votre quotidien, en laissant le passé derrière vous, car il est terminé. Votre demain est incertain, car vous ne savez pas si vous serez là pour le vivre.
Essayez de faire davantage confiance à votre Père du Ciel, à sa Providence qui veille sur tous les enfants qui se sont
abandonnés à lui. Il prend grand soin de ses enfants, et d’une façon très spéciale de ceux qui l’ont reconnu comme leur
Père, qui l’aiment d’un amour filial et qui ont renoncé à tout, pour suivre son Fils unique, Jésus Christ le Seigneur.
Si vous saviez à quel point le Père désire avoir tous ses enfants avec Lui, avec quel amour il vous attend, avec quelle
joie il reçoit vos prières quand vous lui donnez le nom de ‘Papa’, ‘Père’, ‘Abba’. Vous faites sa joie, il tressaille d’allégresse à ces mots.

Jésus Miséricordieux 1er mai 2011
 

Fête de la Miséricorde Divine.
 

83 – Priez pour le pape, les prêtres, les consacrés.
 

La persécution sera forte.
 

Voici commencé le mois le plus beau, le mois dédié à ma Très Sainte Mère, Marie. Signe-toi et écris, mon enfant,
cou verte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
Ce mois débute avec la fête de ma grande Miséricorde, transmise par les mains de celle qui est la pleine de grâce. Le
jour aussi que le Père a choisi pour béatifier celui qui s’est donné tout entier à sa Mère du Ciel, mon saint serviteur
Jean-Paul II. Et aussi le jour de saint Joseph, travailleur. C’est une journée hors de l’ordinaire.
« papa » et le mot « père ». Il reflète à la fois l’affection, la proximité et le respect. Ce terme exprime donc une intimité avec Dieu.
12. Lorsqu’il découvrit cet enseignement de saint Louis-Marie Grignion de Montfort : « Je suis tout à vous, et tout ce que j’ai vous appartient, ô mon aimable Jésus, par Marie, votre sainte Mère », Jean Paul II s’exclama :
« J’ai trouvé la réponse à mes doutes », et il s’y voua tout entier. Totus Tuus.
Vous êtes rendus au mois de mai où certains événements vont commencer à arriver. Mais vous serez protégés par la
prière du Rosaire, par la Reine du Ciel et de la terre. Comme le pape si cher à mon Coeur vous a dit : « N’ayez pas peur ! »
(Mt 14, 27). Soyez forts, soyez des témoins en ce monde qui a tant besoin d’être éclairé par votre lumière, d’être guidé
par le flambeau de votre foi. Il faut que les coeurs arrivent à s’ouvrir pour accueillir cet amour et cette miséricorde dont ils
ont besoin pour revenir sur le bon chemin. 
Sous la protection de saint Joseph, votre patron, qui a reçu un grand pouvoir d’intercession pour ceux qui se confient
à lui en tous leurs besoins, il est une aide précieuse pour ma très Sainte Mère, l’Immaculée Conception.
Pourquoi est-ce que je vous parle de cela ? Pour vous faire comprendre que même si les choses iront de mal en pis,
vous, les enfants de lumière, vous êtes et vous serez protégés par le Ciel. Oui, Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps.
Priez, priez, priez pour mon saint Vicaire Benoît XVI.
Il a besoin de vos prières pour résister à toutes les machinations qui se trament contre lui. Priez pour tous mes prêtres,
mes bons et saints prêtres, car le jour vient où ils seront attaqués très durement. La persécution sera très forte contre
mes consacrés ; l’esprit de division est entré même au Vatican. 
Priez, priez, priez pour rester fidèles jusqu’au bout et surtout n’ayez pas peur. Suivez mes pas, ne vous éloignez pas,
ne vous laissez influencer par rien ni personne. Restez fidèles à ma Parole, la Sainte Bible, suivez le Saint-Père, car c’est
mon Esprit qui le guide.  N’ayez pas honte de vous appeler chrétiens, d’être enfants de Dieu le Père. Affichez votre foi et votre persévérance aux lois de Dieu. Mes enfants, ouvrez vos coeurs, pour accueillir des grâces spéciales en ce jour dédié à ma Miséricorde. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

13. Saint Joseph, patron du Canada.
Jésus, Lumière du monde 2 mai 2011

 
84 – L’Esprit est actif pour préparer la nouvelle Pentecôte d’amour. Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris,
couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
C’est moi, ton Seigneur et ton Dieu qui viens te parler de l’Esprit Saint qui est bien à l’oeuvre en chacun de vous
tous. Laissez-le agir, je vous en prie, cessez de vouloir tout contrôler, tout savoir. L’Esprit Saint sait ce qu’il fait, il souffle
où il veut, quand il veut, sans faire de bruit, car le bien ne fait pas de bruit. Il passe très souvent inaperçu.
En ces temps que vous vivez, mes enfants, essayez de vous abandonner de plus en plus à la mouvance de l’Esprit Saint.
Soyez très dociles, très souples, en vous laissant déranger par Lui qui vient vous débarrasser de vos vieilles habitudes,
qui vient couper ce qui vous attache au monde et à ses convoitises. Il vient avec puissance vous émonder de ce qui est en
dehors de la Volonté de Dieu Trinitaire ; pour vous préparer à la nouvelle Pentecôte d’Amour qui vient pour tous les enfants
de bonne volonté. Laissez-vous instruire, guider et préparer à cette belle rencontre avec l’Amour Trinitaire.
Oui, mes enfants d’amour, vous vivez les temps prédits par tous mes prophètes, les temps qui annoncent le Retour en
Gloire de votre Sauveur et votre Rédempteur. Heureux êtes- vous d’avoir cru sans avoir vu. (Jn 20, 29)
Merci, mes enfants, de vouloir vivre dans le saint abandon en ces temps de grande confusion. Merci, mes enfants
fidèles à ma Parole. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 3 mai 2011


85 – Priez pour la paix surtout au Moyen-Orient.
 

Les prières peuvent diminuer les dégâts. Saint Michel au combat avec ses troupes célestes. Oh ! mon enfant, si tu savais comment mon Coeur Immaculé est affligé pour cette génération à la nuque raide. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon
divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Il faut prier pour la paix dans le monde, surtout au Moyen-Orient où il y a une menace de guerre imminente ;
on va tuer un autre leader en Orient et un autre grand leader en Occident. Priez, priez, priez, pour la paix dans le monde.
Prenez mes avertissements au sérieux, car ces grandes nations vont utiliser des armements nucléaires, bactériologiques, bio -
logiques… pour détruire une bonne partie de l’humanité. Priez, adorez, faites pénitence, mes enfants, pour contre -
carrer les manoeuvres qu’ils ont planifiées. N’oubliez pas que par une prière faite avec le coeur, vous pouvez obtenir beau -
coup. Par un temps d’adoration, vous pouvez encore goûter la miséricorde de Dieu le Père. Profitez, mes enfants, des derniers
moments de ce temps de miséricorde, car après il sera trop tard.
Ne gaspillez pas votre temps, restez centrés sur l’essentiel, tout est mesuré. Le compte à rebours tire à sa fin pour
faire place à la Justice divine qui va démasquer la violence qui niche dans les coeurs de ceux qui se sont donnés au démon et
qui sont devenus ses complices.
Merci, mes enfants d’amour, merci de vos prières, car vous êtes en ce moment aux barricades. Vous êtes au front
pour livrer le grand combat avec votre armure de chrétien, le chapelet à la main pour implorer miséricorde pour vos
frères et soeurs du monde entier. Avec votre générosité, nous pouvons abréger le temps de détresse, par votre adoration nous
pouvons atténuer les dégâts que peut occasionner une guerre atomique.
N’ayez pas peur, mes enfants. Saint Michel Archange est à la tête du combat avec ses troupes célestes qui vous pro -
tègent et vous protégeront de tout danger. Et moi, votre céleste Maman Marie, je suis avec vous et
en vous, pour vous guider, vous encourager, vous soutenir et surtout, mes enfants… pour vous aimer. Merci, mes amours.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 6 mai 2011


Premier vendredi du mois.
 

86 – L’illumination des consciences fera revenir des enfants prodigues.
Loué soit mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour
la Gloire de Dieu, son Père.

Réjouissez-vous mes enfants, car le Seigneur est bon, éternel est son amour (cf. Ps 118) ! Remerciez-le souvent pour
l’institution des saints Sacrements qui sont une aide précieuse en ces temps qui sont les derniers. Vous savez où puiser les
grâces nécessaires pour traverser toutes vos épreuves, où puiser la force et le courage pour continuer votre route. Car l’ennemi
fait tout pour vous décourager, vous fatiguer, vous enlever le goût de la prière, le goût de faire oraison et pire encore, le
goût de pratiquer l’adoration. Vous savez très bien qu’il y a certaines grâces que l’âme peut recevoir uniquement lorsqu’elle se trouve à l’adoration devant son Seigneur et son Dieu, dans ces moments de grande intimité et de silence, où elle se détache de tous ses soucis, de
ses problèmes, de ses affections et même de ses désirs spirituels. L’âme se présente à son Créateur, libre, dépouillée des
choses et de l’esprit du monde, pour se laisser aimer par Dieu, son Père, se laisser transformer par l’amour de Dieu le Fils,
et se laisser instruire par Dieu l’Esprit Saint, Celui qui vient infuser la grâce sanctifiante à l’âme pour qu’elle devienne
sainte à l’exemple de Dieu Trinitaire. Voyez-vous l’importance de ces moments d’adoration ?
C’est le temps le plus important, le plus précieux de votre vie ! C’est le temps où vous laissez tout pour vous donner à votre
Dieu et Père, où vous venez l’aimer, l’adorer, l’écouter et lui parler dans un coeur à coeur d’amour filial ; avec le respect
qui lui est dû, avec la reconnaissance d’avoir pensé à vous au moment où il a institué la sainte Eucharistie et accompli
sa promesse : « Je serai avec vous jusqu’à la fin des temps. » (Mt 28, 20)

Quel amour ! Il a pensé au premier homme jusqu’au dernier qui sera sur la terre ; car jamais au grand jamais Il
ne peut vous abandonner. Il est là à vous attendre. Avec quel amour, Il espère avoir avec lui ses enfants présentement
dispersés, ses enfants qui se sont laissé égarer ! Il espère avec une sainte impatience ceux qui vont revenir à la grâce après
l’illumination des consciences. Il a hâte de les accueillir, comme l’enfant prodigue qui est revenu sur ses pas et qui
demanda pardon à son Père (Lc 15, 21). Il y a encore plus de joie au Ciel pour un pécheur qui revient dans les bras de Dieu
le Père avec un coeur plein de contritions et de regrets… 
C’est pour cela, mes enfants, que je vous demande de prier pour la conversion des incroyants, le salut des pécheurs,
pour ainsi donner plus de Gloire et plus de joie au Père trois fois saint. Merci de votre générosité, de vos prières. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 8 mai 2011
 

Fête des mères
 

87 – Combien de mères sont oubliées dans le monde !
 

Où est la vie de famille ? Quel avenir pour les petits enfants ?
Que toute la Gloire soit rendue à Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon enfant,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Merci, mon enfant, pour les chants et les souhaits que tu m’as adressés pour la fête des Mères, pour moi et ma très
sainte mère Anne. Merci pour tes prières pour les mamans du Ciel, du purgatoire et celles qui sont encore sur la terre. Merci
à vous aussi, mes enfants d’amour, pour toutes les délicatesses à mon égard à l’occasion de la fête des Mères. J’ai accueilli
vos prières, vos chants, vos paroles avec amour.  Si vous saviez, mes enfants, combien de mères ont été oubliées partout dans le monde ! Celles qui n’ont pas reçu d’appel ou qui n’ont pas eu de visite. Et que dire de celles qui ont quitté cette vie : combien n’ont pas reçu une prière, un soupir, une parole… Le temps a passé et l’amour s’est refroidi.
On ne pense plus à la personne qui nous a donné la vie, aux grands-mamans, car la génération actuelle perd de jour en
jour toutes les bonnes valeurs. On efface ce qu’on appelle les vieilles traditions, l’amour familial. On ne sait plus s’amuser sainement entre parents et enfants, on n’a plus le temps de s’asseoir autour d’une table pour manger ensemble, pour partager, écouter les enfants, écouter
les parents. Il n’y a plus de place pour établir une conversation fraternelle, rendre une visite aux membres de la famille, tout
cela est passé de mode. Et pourtant, on passe des heures devant la télévision, devant l’ordinateur, devant toutes sortes d’appa -
reils sur lesquels on pitonne à longueur de journée. On est dans une ère de sans-coeur, où chacun vit pour soi.
Regardons dans une famille : chacun vit dans son monde bien à lui… Qui pense à son prochain ? Qui pense à faire une
toute petite prière durant le jour au Seigneur ? Qui pense à arrêter dans une église pour rendre visite au Saint Sacrement ?
Mon Coeur Immaculé est bien triste de voir où vous a amenés toute la technologie, le modernisme… Avez-vous pensé à ce
que vont faire tous les enfants demain ? Qu’est-ce qui les attend ? Quel avenir ? Quel héritage ?
La génération actuelle a détruit l’environnement peu à peu. Maintenant il est trop tard pour tout réparer. Pire encore,
elle a détruit l’avenir spirituel de tous les petits enfants. Les adultes n’ont pas pensé qu’en s’éloignant de Dieu ils courent à
leur perte, à leur damnation éternelle, en traînant avec eux ces pauvres innocents qui n’ont eu personne pour les éduquer
avec de bonnes valeurs, personne pour leur transmettre la foi, personne pour leur enseigner qu’ils ont un Père qui est Dieu.
Priez, mes enfants, pour les parents et pour les éducateurs. Qu’ils sortent de cette léthargie où ils sont tombés ; ils ont
oublié la grande responsabilité qu’ils ont envers Dieu. Priez pour ces dirigeants qui ont fait sortir la religion des écoles : ils
auront aussi de sérieux comptes à rendre au Juge suprême. Priez aussi pour que les prêtres parlent ouvertement
de l’existence du purgatoire et de l’enfer. Qu’ils parlent de la gravité du péché mortel et aussi des péchés véniels. Qu’ils
parlent de l’importance de recevoir les Sacrements. Que le monde sache que Dieu existe, qu’il est vivant, qu’il est amour
et miséricorde… mais aussi que Dieu est juste et qu’il fait justice. Mes enfants, continuez s’il vous plaît, de prier pour la conversion des incroyants et le salut des pécheurs. Merci de me permettre de me pencher sur vous. Soyez bénis de votre
grande générosité. Je vous aime. Merci de consoler mon Coeur affligé, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Mère de l’Église 9 mai 2011
 

88 – Le Ciel se taira. Vous ne trouverez pas de prêtres.
Une grande apostasie. Demandez la grâce du discernement.
Béni soit le Sacré-Coeur de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son
Précieux Sang.

Merci, mon enfant, pour ta disponibilité à accueillir cette manne céleste, car un jour viendra où le Ciel se taira. Vous
vivrez un temps de silence. C’est pour cela que je vous demande avec grande insistance de vous laisser instruire, de mettre en
pratique les paroles de vie que vous recevez par le Vouloir divin, de vous nourrir du Pain des Anges, la sainte Eucharistie,
de la recevoir avec ferveur, avec tout l’amour, le respect et la reconnaissance possibles pendant que vous avez encore ce
grand privilège.  Le jour vient aussi où vous chercherez un endroit pour assister à la messe, où vous chercherez un prêtre pour recevoir
le sacrement du Pardon et vous n’en trouverez pas, car les bons prêtres devront se cacher pour célébrer le Saint Sacrifice
clandestinement. La persécution de l’Église sera si forte que les bons prêtres devront se cacher. Vous savez comment la
science a progressé : ils seront recherchés. On fera tout pour les trouver, mais Saint Michel Archange sera là pour les pro -
téger, les guider et même pour les rendre invisibles aux yeux de l’ennemi.
Il y a actuellement une grande apostasie et une grande confusion ! Demandez toujours le discernement, cessez de
courir de tous côtés. Restez obéissants au pape ; laissez-vous conduire par lui, il a la saine doctrine. Vivez l’Évangile pour
apprendre à tout faire pour la Gloire de Dieu le Père. Merci, mes enfants, de prendre au sérieux mes paroles.
Comme une bonne maman, je viens vous avertir, vous guider, vous mettre en garde contre les ruses des mauvais esprits.
Soyez vigilants, priez, adorez, louez, car l’heure est très grave ! Et surtout, remerciez le Très-Haut de permettre à son humble
servante de vous prévenir des choses qui vont arriver dans un proche avenir. Merci, mes enfants. Soyez bénis au nom du
Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Sauveur 12 mai 2011


89 – L’indifférence du grand nombre qui court au gouffre de l’abîme. Marie vient les avertir ; on se moque d’elle.
Que toute Gloire soit rendue à Dieu, mon Père. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang.
Voici mon Sacré-Coeur qui vient se pencher sur vous, mes enfants d’amour. Mon Coeur est si triste de voir la grande
indifférence du grand nombre de nos enfants qui vont directement au gouffre de l’abîme d’où il n’y a pas de retour. Tous
ces enfants insensés qui vivent en esclaves du plaisir, de la chair, du monde et du démon. Ces enfants qui ne pensent pas
à la vie éternelle, qu’ils ont une âme, qu’ils ont un Père qui les aime tant, sont devenus insensibles à la souffrance de leurs
frères et leurs soeurs du monde entier. Ils restent sourds aux gémissements de la nature qui crie justice, aux cris de la terre
qui est saturée du sang des innocents, des martyrs et des victimes de toutes sortes de tragédies…
Qu’est-ce qu’ils vont faire quand la terre va commencer à vomir le feu ? Que feront-ils lorsque la terre sévira par des
mouvements sismiques très violents dans les Amériques, en Europe et en Asie ? Ce sera l’horreur partout, mes enfants.
Ma très Sainte Mère est venue vous avertir, vous mettre en garde et vous supplier de changer, de vous convertir, de
revenir dans le bon chemin, de vous réconcilier avec votre Père, votre Dieu… Mais hélas ! Sottise humaine, on la ridiculise, on
se moque d’elle, la Reine du Ciel et de la terre, elle, la Mère de Dieu et votre Mère.
Je viens aussi vous préparer, vous avertir pour que vous soyez au courant des événements à venir. Mais c’est seule -
ment le petit, le tout petit reste qui nous prend au sérieux. Le temps passe et tire à sa fin… Encore une fois, je le répète,
n’ayez pas peur, il faut que tout arrive, car vous vivez et vivrez de plus en plus l’accomplissement des prophéties telles qu’elles
vous ont été annoncées. Priez, priez, priez, mes enfants, que votre vie devienne une vie d’offrande, de prière, d’adoration. Il faut tout offrir : des petites choses aux plus grandes, les joies, les peines, les désagréments. Il faut remplir les mains de ma très Sainte Mère
pour qu’elle puisse tout présenter au Père trois fois saint. Merci de continuer à prier à ses intentions. Merci de
soutenir le Saint-Père de vos prières sans oublier tous mes consacrés. Merci mes enfants, merci de consoler mon Sacré-
Coeur et le Coeur Immaculé de Marie. Je vous aime, je vous protège. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 16 mai 2011


90 – Marie enseigne le Notre Père.


Merci, mon enfant, pour ta disponibilité à recevoir mes enseignements. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang
de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Vois-tu comment le Seigneur est bon, comment il est plein de délicatesse pour ceux qui se confient à sa divine Providence ? Mes enfants, je vous en prie, continuez à louer, à bénir et à glorifier son saint Nom, car éternel est son Amour pour les enfants qui l’aiment avec un coeur pur et un coeur plein de reconnaissance (cf. Ps 136). Si vous saviez à quel
point vous faites Sa joie quand Il vous regarde comme des tout-petits enfants qui viennent lui parler, le prier, le chanter.
Il est là tout attentif à vos demandes, à vos prières et à vos besoins.
Quand vous récitez le Notre Père, méditez chaque mot, goûtez cet amour et cette grande confiance que renferme
chaque mot. C’est la prière que mon divin Fils Jésus vous a apprise ; c’est plus qu’une prière, c’est un dialogue entre les
enfants et le Père. Si vous saviez la puissance libératrice, la puissance de protection, la Toute-Puissance d’amour qui se
trouve dans cette prière du Notre Père. Chaque fois que vous la récitez avec tout votre coeur, c’est Jésus qui prie son Père
en vous, oui mes enfants, en chacun de vous. Et le Père trois fois saint la reçoit comme de l’encens, voyant au fond de
vos coeurs l’image de son Fils unique, le Verbe éternel, son Jésus-Amour. Quand vous la récitez ainsi, croyez, mes enfants
d’amour, que tout ce que vous demandez, vous l’obtiendrez, en autant que ce soit pour le bien de votre âme ou de celle
d’autrui.  Je vous invite, mes enfants, à prier avec votre coeur, à lire la Parole de Dieu avec votre coeur, à méditer la Parole
de Dieu avec votre coeur… Laissez de côté votre tête, vos soucis, vos inquiétudes, pour que la Parole devienne vivante.
Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur. Laissez-vous instruire par sa Parole, laissez-vous nourrir, laissez-vous appri -
voiser par ce miel ruisselant qui coule de la fontaine de vie, la Sainte Bible.
Merci de votre dévouement, mes enfants. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 17 mai 2011


91 – Priez pour ceux qui sont en danger de perdre leur âme : ils refusent de croire en Jésus et à son Évangile.
Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Merci, mon enfant, de répondre
à mon appel.
C’est moi, la Mère des Douleurs, qui te parle en ce moment. Mon Coeur Immaculé est à nouveau transpercé par le
glaive de l’indifférence qui s’est installé dans les coeurs d’un grand nombre de mes enfants. Ils ont fermé l’oreille à toute
parole de vie, ils ne veulent rien savoir de la vie qui les attend après le passage de leur mort terrestre… Le Nouvel Âge leur
a fait croire que tout finit avec la mort du corps. Pire encore, il y en a qui croient qu’ils vont vivre la réincarnation. On est
ouvert à tout sauf aux lois de Dieu et à la doctrine de la sainte Église catholique et apostolique.
Mon Coeur saigne à nouveau devant le refus obstiné de croire que Jésus est le Fils unique du Père, le refus de suivre
ses pas sur le chemin de l’Évangile, le rejet de ce qui est sacré. On ne croit plus à sa Résurrection… c’est comme des épines
qui pénètrent mon Coeur affligé, lacéré de voir tous ses enfants qui courent à la damnation éternelle.
Mes enfants, s’il vous plaît, priez pour tous vos frères et vos soeurs qui sont en danger. Ils ne croient plus au purgatoire
et encore moins à l’enfer. Priez pour qu’ils se réveillent avant qu’il ne soit trop tard. Vous savez, la seule différence qu’il y a
entre ces lieux d’expiation, c’est qu’au purgatoire les souffrances vont finir un jour, tandis qu’en enfer, c’est pour toujours, les flammes ne s’éteignent pas. Ce feu dévorant n’est en rien comparable au feu de la terre ; le feu que vous connaissez est une caresse comparée au feu de la Justice divine où il faut payer la dette causée par les péchés.
C’est pour cela que je vous demande avec grande insistance : convertissez-vous et réconciliez-vous avec votre Père.
Soyez des enfants fidèles à ses Commandements (Ex 20). Allez au sacrement du Pardon. Ne soyez pas comme les vierges
folles (Mt 25), soyez vigilants et tenez vos lampes allumées (Lc 12, 35), car votre Époux est sur le chemin de son Grand
Retour. Merci, mes enfants, d’accueillir mes paroles. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Sacré-Coeur de Jésus 18 mai 2011


92 – Toute prière formulée avec un coeur d’enfant est exaucée.


Me voici mon enfant, je viens pour rassurer les coeurs. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu, mon Père. C’est moi, le Sacré-Coeur de Jésus, qui vous dis : « N’ayez pas peur !» (Mt 14, 27). J’ai entendu vos demandes, j’ai accueilli tout ce que vous m’avez donné ; faites-moi confiance maintenant, croyez seulement. Je veux aussi vous dire que toute prière
faite avec un coeur d’enfant monte comme une fumée d’encens vers le Trône Trinitaire et elle est exaucée, puis elle revient à
vous avec la grâce obtenue. Je ne suis pas sourd… Mais votre temps n’est pas mon temps, car Je suis hors du temps, le Maître
du temps. Il est certain que l’enfant qui se donne à moi, qui espère en moi et qui croit en Moi, doit être certain de ma protection et
de mon intervention divine, car Je n’abandonne jamais celui ou celle qui a mis son espoir en moi Dieu le Père, Dieu le Fils
et Dieu le Saint-Esprit.
Mes enfants, dans toutes les épreuves que la vie vous apporte, venez vite à moi votre Seigneur et votre Dieu. Ne
vous laissez pas distraire, ne vous laissez pas décourager et surtout ne vous laissez pas angoisser.
N’oubliez pas que mon fardeau est léger lorsque vous venez à moi pour me le remettre (Mt 11, 2Cool. Dans vos épreuves
quotidiennes et dans vos soucis, venez à moi. Je vous attends les bras grand ouverts, pour vous accueillir, mes enfants
d’amour. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 21 mai 2011

93 – Description de l’illumination des consciences. Tous verront la Gloire de Dieu et leur conscience telle qu’Il la voit.
Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ
le Seigneur.
Réjouissez-vous, mes enfants, car le Seigneur est bon et me permet de vous adresser mes paroles. Comme une bonne
maman, je veux vous préparer à vivre ce grand événement de l’illumination des consciences dans la paix, dans l’abandon
à la Divine Volonté. Ce sera un mouvement d’amour et de miséricorde où tous les enfants de la terre doivent entrer pour vivre ce moment,
par la puissance du Saint-Esprit. Vos coeurs doivent s’ouvrir pour accueillir les grâces nécessaires, sans lesquelles vous
serez incapables de bien vivre cette expérience surnaturelle.
Car vos âmes seront en présence de la Gloire, la Majesté, la Toute-Puissance de Dieu le Fils qui vient vous montrer
l’état de vos vies pour vous faire voir où vous ont conduits vos péchés. Puis, chacun saura où il doit aller. Mon divin Fils
vient en cette occasion vous avertir, chacun en particulier, des choses que vous devrez faire, des choses que vous ne
devrez pas accepter et aussi des choses que vous devrez vous abstenir de regarder…

Voyez-vous comment le Seigneur est bon, comment il prend soin de chacun de ses enfants ? Vous devez vous préparer
dans la prière, la louange, l’adoration, pour garder votre paix intérieure, pour être attentifs aux inspirations de la grâce et
ainsi vous laisser instruire par l’Esprit Saint qui est bien à l’oeuvre en ces temps qui sont les derniers.
Demandez-Lui de vous envahir de ses dons, de ses fruits et ses charismes. Demandez-Lui d’ouvrir votre intelligence à
la Parole de Dieu et à la Sainte Bible. Demandez-Lui d’ouvrir les yeux et les oreilles de votre coeur, pour vous apprendre
à voir avec le regard de Dieu et à écouter comme Dieu, pour faire progresser votre vie spirituelle d’enfants de lumière.
Demandez-Lui l’amour pour Dieu le Père et Dieu le Fils, pour que l’amour filial soit plus fort et plus vivant en chacun
de vous.
Merci, mes enfants, pour vos oui d’amour. Merci de bien accueillir mes enseignements. Je vous aime. Soyez bénis au
nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 23 mai 2011


94 – Ce sera un avertissement, comme le jugement particulier au moment de la mort physique.
Que la paix du Ressuscité soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Merci mon enfant, de me donner ton temps. Oui, le jour approche à grands pas : le jour de l’Avertissement. Car Dieu le
Fils vient vous prévenir en vous donnant un aperçu de ce qui vous attend après la mort de votre corps physique, cette
enveloppe de chair, fierté de tant d’enfants, ce corps esclave de toutes sortes de vices, ce corps cause de damnation d’un
grand nombre d’enfants qui ont oublié qu’ils ont une âme immortelle.
Priez, mes enfants, pour tous ces enfants qui vont vivre cette expérience mystique sans le secours de la grâce. En
vérité je vous le dis, un grand nombre vont penser mourir à la vue de la grande Majesté et de la Toute-Puissance de
Dieu. Certains vont mourir littéralement, car ce sera trop pour leur coeur.
S’il vous plaît, priez, mes enfants d’amour, pour vos frères et pour vos soeurs qui ne veulent pas savoir qu’il y a un
Dieu, pour ceux qui se sont éloignés de la Vérité en prenant le chemin du monde et ses convoitises. Priez et soyez vigilants.
Faites attention à ne pas vous laisser distraire, ni à vous laisser influencer par ce qui est contraire à la Vérité.
Rapprochez-vous du Sacré-Coeur de Jésus et de mon Coeur Immaculé. Priez le chapelet de la Miséricorde, couvrez-vous
du Précieux Sang de l’Agneau immolé. Récitez avec votre coeur le chapelet sans oublier la prière à Saint Michel
Archange et celle qu’il a apprise aux enfants à Fatima : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime et je vous
demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne vous aiment pas. »
Voilà les conseils que votre céleste Maman vous donne ce soir pour vous préparer à vivre ce mouvement d’amour dans la
paix et à vous protéger contre les attaques des mauvais esprits.
De même que le Seigneur a protégé les membres de son peuple en disant à Moïse de badigeonner de sang le linteau
(Ex 12, 7) et les deux montants de leurs portes pour épargner leurs habitants de la colère du Très-Haut, de même Il souhaite
protéger ses enfants de lumière, son petit reste, ses enfants fidèles aux lois de Dieu. Prenez aussi l’habitude d’asperger
d’eau bénite l’endroit où vous êtes et gardez votre paix. N’ayez pas peur. Venez à votre refuge : nos deux Coeurs.
Merci, mes enfants, de nous prendre au sérieux. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia. 
 

Marie, Reine de la paix 29 mai 2011
 

95 – La Divine Volonté règnera sur la terre comme au Ciel.
 

Que toute la Gloire soit rendue à Dieu le Père ! Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Rendez grâce au Seigneur pour la journée d’hier15, une journée remplie de grâces, une journée qui a donné le goût
à certains d’avancer dans la Divine Volonté et à d’autres, le désir d’entrer et de faire les premiers pas…Je vous demande mes enfants de prier pour ceux qui ont de la difficulté à s’abandonner dans ce mouvement d’amour et qui préfèrent demeurer à l’écart avec leurs réticences, leurs doutes et leurs peurs, de perdre leur propre volonté. Vous étiez nombreux à cet événement d’hier, mais ce n’est pas tous qui ont fait leur consécration à la Divine Volonté en acceptant chaque mot, ce n’est pas tous qui ont donné leur fiat pour que
la Divine Volonté circule librement dans tout leur être.  Sachez-le, mes enfants, le but de votre rédemption a été,
est et sera que la Divine Volonté circule librement sur la terre comme au Ciel. La création a donné son fiat, l’univers a donné
son fiat, les animaux créés par la main de Dieu trois fois saint ont donné leur fiat… et cependant l’homme qui a été créé à
l’image et à la ressemblance de Dieu Trinitaire est le seul à montrer cette réticence qui le porte à vouloir garder sa propre
volonté : l’orgueil l’a tellement aveuglé qu’il se croit égal à Dieu… et même, je dirais, qu’il se croit supérieur à Dieu en
le chassant de sa vie en reniant l’existence d’un Être suprême qui est Dieu.
Les années et les générations ont passé, mais en vérité, je vous le dis mes enfants, la génération actuelle est la pire de
toutes, elle a dépassé toutes les limites. On a perdu totalement le respect de Dieu et du prochain, on a tué l’innocence des
enfants, on a empoisonné l’esprit des vieillards, le libertinage est à son comble. J’ose dire que la décadence est presque
totale… Le Ciel frémit d’horreur. Le petit reste est devenu plus petit. L’homme est devenu pire que les bêtes sauvages.
Il va falloir que justice se fasse. Vous êtes rendus aux dernières gouttelettes de la Miséricorde divine qui laissera la
place à la Justice divine. Il faut préserver le petit reste fidèle aux lois divines. Il faut vous protéger, vous les enfants de
lumière, mes enfants d’amour qui avez donné votre oui, votre fiat à recevoir dans vos coeurs ce torrent d’amour, de paix,
de joie qui vous préparera à vivre ici-bas dans la Divine Volonté tel que décrété par le Père trois fois saint, tel que le
vivent les élus au paradis, et tel que cela aurait dû être dès le commencement.
Voilà ce que je voulais vous dire aujourd’hui pour vous faire comprendre qu’un jour proche vous allez commencer
à vivre dans une nouvelle ère, une ère de paix, de joie, où l’Amour Trinitaire circulera librement en chacun de vous.
Réjouissez-vous, car votre délivrance approche, n’ayez pas peur, ne soyez pas tristes et ne vous laissez pas entraîner
dans cette confusion qui règne chez un grand nombre d’enfants, car vous savez bien qu’il faut que toutes les prophéties
s’accomplissent. Il faut que la terre soit purifiée de toute souillure, il faut que le coeur de l’homme soit purifié pour accueillir
le Fils de Dieu. Merci mes enfants de continuer à intercéder pour toute l’humanité.
Merci de bien accueillir mes paroles qui sont les paroles d’une Maman qui veut sauver tous ses enfants. Je vous aime.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus de Nazareth, votre Crucifié d’amour 30 mai 2011
 

96 – Les indifférents pleureront amèrement.
Jésus ne peut venir sur cette terre non purifiée.  Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris,
couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
Oui, mon enfant, mon Coeur Sacré est bien triste de voir la froideur des coeurs d’un grand nombre de mes enfants.
Merci à vous, mes enfants chéris, vous qui me lisez. Merci mes amours de bien accueillir mes enseignements et ceux
de ma très Sainte Mère. Vous consolez beaucoup, beaucoup nos Coeurs unis.
Le temps passe ; le moment où vous entrerez dans ce grand mouvement de l’avertissement approche à grands pas.
Ma Mère est venue l’annoncer en vous avertissant du grand danger qui vous guette avec cette série d’événements qui
arrivent un peu partout dans le monde. Et on l’a ridiculisée, rejetée, on ne croit pas à ses paroles, ni à ses apparitions…
Moi, son Fils, son Jésus, je viens vous dire en vérité : un jour cette humanité va regretter amèrement cette indifférence
à l’égard de ma très Sainte Mère. Ils vont pleurer amèrement le fait d’avoir fermé leurs oreilles et leur coeur à ses paroles,
elle, la Mère de Dieu. Par décret divin, elle a été choisie pour devenir ma Mère. Je devais venir au monde par Elle, la toute pure, la pleine
de grâce ! C’est aussi par Elle que je dois venir instaurer dans tous les coeurs de bonne volonté, le règne de paix et
d’amour Trinitaire, pour accueillir le Royaume de la Divine Volonté et pour présenter mes frères et mes soeurs, en disant
à mon Père : « Voici, Père, tes enfants qui viennent te donner leur fiat pour que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Les
voici, Père très saint, les enfants que ma sainte Mère t’a enfantés au pied de ma sainte Croix.

Voici ceux pour qui j’ai prié à la dernière Cène (Jn 17) en te disant : Père, j’ai prié aussi pour ceux qui, grâce à leurs
paroles, croiront en moi afin que tous soient un pour qu’ils soient un comme nous, nous sommes un, moi en eux et toi en
moi… Ces enfants, Père, ont donné leur fiat avec un amour filial. En toute liberté, ils ont renoncé à leur propre volonté
pour accueillir librement ta Divine Volonté. » Voyez-vous, mes enfants, comment Je suis en train de rassembler tous mes enfants fidèles aux quatre coins de la terre pour les présenter au Père trois fois saint ? Tout cela, mes enfants d’amour, pour vous faire comprendre que ce temps de purification est nécessaire pour préparer le temps de la grande purification qui précédera mon Retour en Gloire. Je ne
peux pas venir sur la terre avant qu’elle ne soit purifiée totalement. Priez, priez, priez, mes enfants pour abréger le temps
de la grande purification. Priez pour l’Europe. Les Européens auront une très lourde croix à porter… très, très, lourde croix !
La mort passera par plusieurs pays, la terre est rendue aux douleurs de l’enfantement.
Merci d’intercéder pour tous ceux qui vont périr dans la période à venir. Merci de soutenir le Saint-Père par vos prières.
Merci de m’aimer ainsi avec un coeur d’enfant. Merci surtout d’entendre les gémissements de mon Sacré-Coeur. Soyez bénis
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 31 mai 2011


97 – Consolez le Coeur de Jésus
en le visitant souvent au pied du tabernacle.
 

Merci, mon enfant, d’être attentive à mon appel. Signetoi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils,
Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.

Si tu savais, mon enfant, la joie que mon Coeur Immaculé ressent quand je vois mes enfants de lumière venir au pied du
tabernacle pour tenir compagnie à mon doux Jésus au Saint Sacrement de l’autel ! Même si c’est une courte visite, car sa
solitude est si profonde. Il passe son temps à espérer que ses enfants viennent le voir, lui parler ou simplement le regarder
sans rien dire, lui le mendiant d’amour, lui qui ne peut pas se passer de voir ses enfants qu’il a tant aimés au point de
donner sa vie pour les sauver tous.  Merci, mes enfants, de lui rendre visite. C’est moi, sa Mère et votre Mère qui vous dis merci de tout mon Coeur. Savez-vous comment vous consolez son Sacré-Coeur en ces temps où l’humanité ne veut rien savoir de Jésus ? Ces
temps où on le rejette avec sarcasme, ces temps où l’on ne croit plus à sa sainte Présence dans l’Eucharistie, où l’on
ne croit plus qu’il est le Fils de Dieu ? Mon Coeur Immaculé est de nouveau transpercé par un glaive devant l’indifférence,
la tiédeur, l’oubli envers sa sainte et douloureuse Passion. On ne pense plus à cela, on a oublié le prix inouï qu’il a payé pour
vous racheter.  Merci à vous, mes petits-enfants d’amour. Merci de permettre à votre céleste Maman de se pencher sur vous pour
exprimer sa douleur. Soyez bénis de l’aimer ainsi. Soyez bénis de proclamer votre foi. Soyez bénis d’être lumière en ces
temps de ténèbres. Soyez bénis d’être des témoins authentiques. Je vous aime. Au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des affligés 4 juin 2011
 

98 – Voici venir des jours sombres pour l’humanité.
 

Mes enfants sont entraînés dans une course folle contre le temps.
Voici venir des jours sombres pour l’humanité. Signe-toi et écris mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.

 
Vois-tu combien le monde est stressé ? Partout, les enfants sont angoissés et très inquiets pour l’avenir. On pense que
le suicide est la solution, on n’a plus de foi. Les enfants sont entraînés dans une course folle contre le temps. On fait tout
pour passer le temps, on gaspille follement le temps de la vie que le Seigneur donne. La terre est un court passage pour
arriver à la vraie vie en Dieu.
J’ai pitié de nos enfants qui vont à la dérive sans trouver personne pour les guider. Les pasteurs sont sortis des bergeries
laissant leurs troupeaux seuls et à découvert. Les pasteurs se sont laissé influencer par l’esprit du monde. Les comités pas -
toraux ont créé tant de comités pour éloigner et distraire les vrais pasteurs, dans le but de les épuiser en leur faisant faire
toutes sortes de choses en dehors de l’essentiel.  Un bon prêtre doit toujours donner beaucoup de temps au
confessionnal, se donner du temps pour prier et pour adorer, afin de demeurer greffé au Christ, dont il est le représentant.
Priez, priez, priez de tout votre coeur mes enfants pour vos prêtres, pour qu’ils reviennent à l’essentiel, car l’heure est trop
grave. Il faut les soutenir, c’est votre responsabilité Mon Coeur Immaculé saigne à nouveau de voir comment la
tiédeur est entrée dans les coeurs des consacrés, de voir comment ils ont laissé de côté la prière, le Rosaire, le bréviaire. Priez pour
demander à l’Esprit Saint de venir les enflammer du feu de son amour le jour de la Pentecôte. Priez pour qu’ils ouvrent leurs
coeurs pour accueillir les grâces, les fruits et les dons que Dieu le Père et Dieu le Fils veulent leur donner par l’Esprit Saint.
Merci, chers enfants, de continuer à prier pour le salut des pécheurs et la conversion des incroyants, avant qu’il ne
soit trop tard. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, Lumière du monde 5 juin 2011


99 – Présent dans chaque tabernacle, mendiant votre amour. Tout le Ciel participe à chaque messe.
 

Merci, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
En ce grand jour de la commémoration de mon Ascension au Ciel, ce jour solennel où je fus élevé au Ciel pour m’asseoir
à la droite de Dieu le Père, je veux vous rappeler ma promesse : « Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20).
Oui, mes enfants, Je suis et Je serai avec vous tous les jours. Chaque instant Je suis là. Je vous aime tellement, je m’ennuie
de vous tous, enfants chéris de mon Sacré-Coeur. Je suis le grand mendiant de votre amour. Je suis en quête d’une parole,
d’un regard plein d’amour, d’un soupir, d’un sourire… Oui, je suis votre amoureux qui vous attend jour et nuit dans chaque
tabernacle… et hélas ! Je suis tant oublié… On vient à la messe… mais ce n’est pas tous mes enfants
qui me saluent et/ou qui me disent « Bonjour Jésus ». On ne se prépare plus pour me recevoir, moi, le Roi des rois. On ne
prend pas le temps de se recueillir pour vivre le saint Sacrifice de la messe, la sainte Messe qui est le grand Mémorial de ma
Passion. Dès que le prêtre entre, c’est moi qui entre en portant ma sainte Croix. C’est ma très Sainte Mère qui se trouve à la droite
du prêtre. Tout le Ciel est présent dans chaque Eucharistie qui se célèbre partout dans le monde. C’est le moment où l’infiniment grand se fait infiniment petit pour entrer dans vos coeurs, pour transformer les coeurs qui me reçoivent en état de grâce,
qui me reçoivent avec amour, respect et reconnaissance. Comme J’aime entrer dans un coeur qui accepte de se
perdre totalement en Moi, qui accepte d’être cette petite goutte qui se perd dans l’immensité de l’océan de ma miséricorde
et de mon amour. Oh ! combien Je suis dans la joie quand je trouve un coeur plein d’amour pour moi, son Seigneur et son
Dieu, un coeur qui oublie tout pour m’accueillir, moi l’Amour Trinitaire, l’Amour infini.
Oui, je suis monté au Ciel pour préparer votre demeure et vous préparer à recevoir l’Esprit de Vérité, le Paraclet promis.
Merci, mes enfants, de prendre le temps de bien vous disposer à vivre cette fête de la Pentecôte. Je vous aime tous. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 6 juin 2011


100 – Persévérez dans le saint abandon, comme Abraham. Demandez l’Esprit de force.


Continuez, mes enfants d’amour, à vivre dans le saint abandon. Que vos coeurs soient dans la louange, dans la joie,
car le Seigneur est bon. Cherchez d’abord à plaire à Dieu votre Père, et le reste vous sera donné par surcroît. Vous le
verrez en temps et lieu. 
Il n’y a rien de plus beau que de voir des enfants qui prient, qui espèrent, qui croient en Dieu le Père. Même si rien
ne paraît bouger, il faut continuer de croire et d’espérer contre toute espérance. Comme votre père Abraham l’a fait : il a cru
et devint ainsi le père d’une multitude de peuples. Tout est possible à celui qui croit.
Mes enfants, en ce temps de préparation à la grande fête de la Pentecôte, demandez une foi forte et persévérante au
milieu de toutes vos épreuves quotidiennes, une foi qui vous donnera la force de surmonter toutes les entraves que l’ennemi
pose sur vos routes pour vous décourager, vous mettre en colère, vous faire perdre confiance.
Oui, mes enfants, demandez l’Esprit de force qui vous donnera le courage de continuer votre route, l’audace d’avancer,
la persévérance de prier. La prière est le seul moyen qui saura vous soutenir sur la bonne voie. Il faut que vous restiez accro -
chés au Sacré-Coeur de Jésus et à mon Coeur Immaculé, bien unis ; tenez nos mains par votre chapelet. Partout, le danger
vous guette. Soyez très vigilants, portez des sacramentaux sur vous pour votre protection. Prenez mes paroles au sérieux, ce
ne sont pas des plaisanteries. Protégez-vous, je vous en prie, car les tentations seront plus fortes.
Priez, priez, priez pour vos familles et aussi pour ceux qui n’ont personne qui prie pour eux. Merci de votre générosité. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 10 juin 2011


101 – La coupe de la Justice divine déborde ; vous êtes à la veille d’un grand cataclysme.
Voici venir les jours prédits par mon Fils. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu son Père.


Oui, mes enfants, voici venir des jours de douleurs. Vous êtes à la veille d’un grand cataclysme. On vous a prévenus…
et pourtant, vous avez continué à faire semblant de rien. On ne croit plus à nos paroles, à nos avertissements. Le temps passe
et mon divin Fils Jésus et moi, l’Immaculée Conception, nous ne sommes plus capables de retenir le bras de la Justice divine.
La coupe déborde et ceux qui prient sont peu nombreux. 
Continuez à demander avec insistance la grâce de la persévérance finale, celle de la force, pour résister à cette
tempête qui va ébranler les coeurs des enfants. Demandez une foi forte et inébranlable pour être dans le petit reste. L’heure
arrive où le Fils de Dieu viendra sur la terre pour accomplir la Parole (Lc 18, 7) : « Quand le Fils de l’homme reviendra ,
trouvera-t-il la foi sur terre ?»  Soyez très vigilants, restez en tenue de service (Lc 12, 35),
pour que le Maître vous trouve bien à l’oeuvre à vos postes. Ne vous laissez pas distraire quand vous verrez cette série
d’événements majeurs se produire. Priez, priez, priez pour ne pas succomber à la tentation du désespoir. Ne vous laissez pas
affoler par la peur car tout doit s’accomplir. Personne ne sera épargné de vivre sa purification. La terre aussi doit être purifiée
et nulle partie ne sera épargnée. Alors, mes enfants, priez les uns pour les autres et soutenez-vous tous.
Dans vos prières, je vous le demande, incluez vos frères et vos soeurs du monde entier, cessez de prier seulement pour
les vôtres. Soyez plus généreux envers tous ceux et celles qui n’ont personne qui prie pour eux, ainsi que pour les victimes
de ces événements qui seront impitoyables et priez pour ceux qui en resteront bouleversés.
Merci, mes enfants, de continuer à prier à mes intentions. Merci de prendre au sérieux mes paroles. Mes enfants, je
vous demande aussi de vous préparer à recevoir l’Esprit Saint avec les grâces qu’il veut déposer en vos coeurs, des grâces
très spéciales qui vous aideront à passer à travers tout ce qui est à vos portes. Merci, mes enfants d’amour. Soyez bénis
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. 
Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Église 12 juin 2011
 

102 – Marie est la précurseure qui prépare le chemin du Retour de son Fils.
 

En ce grand jour de la Pentecôte, signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur. Je suis présente avec vous comme Je l’étais avec les Apôtres au Cénacle. Je suis avec tous les enfants de lumière,
avec ceux qui se sont préparés à vivre cette grande fête, avec ceux que vous portez dans vos coeurs et pour qui vous priez,
car je suis la Mère de l’Église. De même que j’étais présente avec l’Église primitive pour la guider, l’instruire, la soutenir dans ses premiers pas, de même je suis très présente dans ces temps où l’Église doit vivre sa purification pour devenir sainte, pure, humble, pauvre
et obéissante au successeur de Pierre. Jamais auparavant je n’ai été si présente sur toute la terre. L’heure a sonné où je dois
préparer le chemin du Retour de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus. Comme Jean-Baptiste a été son précurseur (Mc 1) par
décret divin pour son premier avènement, moi, sa sainte Mère, je dois préparer la voie pour son deuxième avènement et
ouvrir les coeurs des enfants de bonne volonté. Oui, je viens, moi, l’Immaculée Conception, avec mon Époux divin, l’Esprit
Saint, vous préparer à vivre cette nouvelle Pentecôte d’Amour, pour que vous puissiez entrer dans la Nouvelle Terre et les
Nouveaux Cieux.  Oui, mes enfants d’amour, l’Esprit Saint vient avec sa puissance enflammer vos coeurs, vous brûler au feu de son
amour, pour faire disparaître vos peurs, vos doutes, vos faiblesses, tout ce qui ne vient pas de Dieu, tout transformer par
l’amour du Père, par la force du Fils, pour aller jusqu’au bout dans la docilité au Saint-Esprit. Oui, mes enfants d’amour, tout
ce que l’Esprit Saint a fait pour les premiers apôtres et les disciples, il le fait et le fera davantage pour vous. Ce qu’il attend
de vous, c’est votre oui, un oui sincère, et Lui, Dieu l’Esprit Saint, fera tout en vous pour que vous soyez de vrais témoins.
Merci pour votre oui, mes enfants d’amour. Merci de vous laisser purifier et de faire mourir en vous le vieil homme.
Merci de vous laisser refaire et de faire grandir en vous l’homme nouveau. (Eph 4, 24) Soyez comblés. Soyez bénis
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 13 juin 2011


103 – Marie sait ce qui s’en vient pour cette humanité pécheresse. Elle pleure sur ses enfants comme Rachel…
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Oui, mon enfant, un peu partout dans le monde mes images, mes icônes et même mes statues pleurent. Je verse
aussi des larmes de sang, puisque je connais très bien tout ce qui s’en vient pour cette humanité pécheresse qui ne veut
pas changer sa façon de vivre où tout est permis ; où rien n’est péché, où l’on transgresse les dix Commandements (Ex 20),
où l’on n’a plus de respect pour Dieu… Je vous demande, je vous implore, je vous appelle à la conversion, je vous appelle à la prière et je vous appelle au repentir ; mais hélas ! on ne veut pas m’écouter, ni me prendre au sérieux. On me rejette, on se moque de moi… alors, je prie, je pleure, comme Rachel a pleuré sur ses enfants. Oui, je pleure pour tous mes enfants qui ont fermé leur coeur aux
appels de la grâce… Continuez mes enfants, à prier à mes intentions. Écoutez les cris de la Mère des Douleurs. Aidez-moi à intercéder pour vos frères et vos soeurs incroyants, ceux qui ont quitté le bon chemin pour prendre le chemin large que vous offrent le
monde, la chair et Satan. Merci, mes enfants, de consoler mon Coeur Immaculé tant affligé. Soyez des artisans de paix et de joie pour tous
ceux qui sont autour de vous. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 14 juin 2011


104 – Avec le Saint-Esprit, Marie prépare ses enfants à entrer dans l’illumination des consciences.
Merci, mon enfant, signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Le temps passe, il faut mettre de l’ordre pour que tout soit prêt lorsque l’heure sonnera où le Fils de Dieu, mon
Jésus-Amour, viendra à votre rencontre au moment où tout va s’arrêtera pour entendre la voix de Dieu.
Je dois vous préparer, vous, mes enfants de lumière comme j’ai préparé les apôtres pour recevoir le Saint-Esprit
à la Pentecôte. J’ai reçu la tâche de vous préparer à entrer et vivre dans ce mouvement de l’illumination des consciences.
C’est pour cela que je vous demande avec insistance de rester en état de grâce, car vous ne savez pas le moment ni l’heure de
cet événement. En vérité, je vous le dis : il est très proche. 
Je viens vous instruire, n’ayez pas peur. Le Père prend soin de chacun de ses enfants, ceux qui ont ouvert leur coeur,
ceux qui restent fidèles à ses Commandements (Ex 20) et surtout ceux qui le reconnaissent et l’aiment comme un Père.
Merci, mes enfants, de vous laisser enseigner. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia. 

Jésus, votre Rédempteur 15 juin 2011

105 – Des événements majeurs vont frapper la planète pour la purifier. Que toute la gloire soit rendue à Dieu, mon Père. Signetoi
et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang. Oui, mon enfant, dans les jours à venir il vous faudra une
foi forte, une foi ferme. Demandez-la à l’Esprit Saint par l’intercession de ma très Sainte Mère l’Immaculée Conception
qui, en ces temps, se sont unis pour préparer mon prochain Retour dans toute la splendeur de ma Gloire.
Oui, l’Esprit Saint est bien à l’oeuvre en ces temps qui sont les derniers, en ces temps où vous allez voir de vos
propres yeux du jamais vu auparavant. Vous verrez ce qui vous avait été prédit par mes prophètes, ce que ma très Sainte
Mère vous a annoncé en tous les lieux de ses apparitions. Priez, priez, priez pendant que vous bénéficiez encore
des toutes dernières petites miettes de temps de notre miséricorde. Priez d’une façon toute spéciale pour ces enfants qui
seront touchés de plus près avec cette série d’événements majeurs annoncés par votre céleste Maman, notamment des
tremblements de terre puissants, des ouragans et que dire de ces tempêtes qui produiront de violentes tornades. La nature
va sévir avec furie, les vents seront impitoyables… N’ayez pas peur, car il faut que tout cela arrive. Il faut
que la terre soit purifiée, et surtout que cette génération se réveille et comprenne qu’on ne se moque pas impunément
de Dieu… Oh ! non, on ne se moque pas de Dieu le Père… (Gal 6, 7) Il est Amour et par amour de ses enfants, il a été
très, très patient, car il est lent à la colère… Mais la coupe a débordé et la Justice de Dieu doit intervenir pour arrêter ce fléau de péchés. Cette génération a été très loin… Profitez des enseignements de ma Sainte Mère, le Trône de la sagesse, car un jour proche ses apparitions vont cesser pour laisser un temps de grand silence.
Pratiquez l’adoration, exercez-vous au recueillement. C’est seulement dans le silence que vous entendrez ma voix
au fond de vos coeurs. Fuyez le bruit, les conversations inutiles, donnez de la nourriture à votre âme, elle meurt de faim,
de soif de la Parole de Dieu, et de vérité. Ayez pitié d’elle. Soyez plus généreux, priez, entrez dans votre chambre et
fermez la porte. (Mt 6, 6) Mes enfants, apprenez à vous recueillir. Éloignez-vous pour quelques instants de cet esprit du monde qui fait tout, tout, pour vous éloigner et vous empoisonner, avec toutes sortes d’images, de sons, de paroles…
Un jour, vous regretterez amèrement tout ce temps perdu. Revenez à la source, à l’essentiel. Donnez à votre Père des
cieux la place qui Lui est due, la primauté en tout. Faites tout pour sa sainte gloire…
Ouvrez vos coeurs pour accueillir sa Divine Volonté en vous, qu’elle puisse circuler librement sur la terre comme au
Ciel. Vivez, je vous en prie, le Notre Père pour qu’à l’exemple de votre céleste Maman, vous puissiez aussi vivre et chanter le
Magnificat… Laissez-vous envelopper par l’amour paternel du Père, par sa divine Providence qui a été, est et sera très présente
surtout dans ces temps qui sont les derniers. N’ayez pas peur ! Le Père est là, Il vous protège, Il vous garde… Vous, ses tout-petits qui avez accueilli son Fils unique, vous qui avez cru en Lui et en Celui qu’Il a envoyé. Soyez bénis, mes amours, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 18 juin 2011
 

106 – Dès son enfance, Marie demandait la bénédiction de Dieu sur toutes ses actions : imitons-la.
Tout concourt à la Gloire de Dieu. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur.


Dans la vie, tout doit concourir à la Gloire de Dieu le Père, tout doit revenir à lui, le Créateur : toutes les actions, les
gestes, les paroles et même les pensées. Dès ma plus tendre enfance, quand j’ai commencé à faire des petites actions, j’ai
pris l’habitude de demander à Dieu le Père sa bénédiction. Je m’agenouillais pour la recevoir avec un grand respect et
avec grand amour. Quand je suis devenue la Mère de mon Seigneur et mon Dieu, dès qu’Il a été dans mon sein virginal, je L’adorais et
Lui demandais de me bénir. Ainsi, avant de commencer ma journée ou d’entreprendre quoi que ce soit, j’étais toujours
bénie de Dieu. Pourquoi est-ce que je vous parle de ces choses ? Pour vous apprendre, vous aussi, à demander à Dieu le Père, Dieu le
Fils et Dieu le Saint-Esprit de vous bénir avant d’entreprendre vos travaux, vos actions ou vos rencontres et pour sanctifier
tout ce que vous devez accomplir durant vos journées. Vous allez voir comment tout va se simplifier, comment tout va
devenir plus facile, que vous serez plus patients, plus calmes. Petit à petit l’harmonie va s’installer en vous et autour de
vous. Vous remarquerez comment la paix va grandir en vous et autour de vous. On a mis de côté le pouvoir de la bénédiction. Par la bénédiction, le Seigneur nous délivre de tout mal, il nous libère de toute peur, de toute angoisse, Il nous
protège et Il nous pacifie. J’aimerais, mes enfants, que vous repreniez à nouveau, cette belle et grande habitude de tout
bénir et aussi de demander la bénédiction pour vous-mêmes à l’exemple de votre céleste Maman.
Cet enseignement est très important pour le temps présent et surtout pour les temps à venir ; cela vous protégera pour ne
pas succomber à la tentation. Je vous demande de le faire pour vous protéger et pour vous aider à garder votre paix. Merci,
mes enfants, d’écouter mes conseils. Soyez bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Rédempteur 24 juin 2011


Nativité de saint Jean Baptiste


107 – Suivez Benoît XVI, votre guide en ces derniers temps. Des loups veulent le faire disparaître pour faire entrer l’antéchrist.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu, mon Père.


En ce grand jour de fête en l’honneur de celui qui a rendu témoignage à la Lumière du monde (Jn 8, 12), mon cher
Jean Baptiste (Mc 1), je viens vous dire, mes enfants, qu’il se fait tard et qu’il faut préparer le chemin pour que les coeurs
s’ouvrent et accueillent mes paroles de vie. L’heure vient où tous mes enfants de lumière doivent
rendre témoignage par leur façon de vivre et leur façon d’être. Il ne faut pas avoir peur d’afficher votre foi ni avoir honte
de vous appeler chrétiens. Il ne faut pas vous cacher pour suivre la voix que j’ai choisie, celle de mon vicaire le Pape
Benoît XVI, pour vous guider en ces temps qui sont les derniers. Il a la saine doctrine, il est guidé et habité par
l’Esprit Saint ; il est devenu la voix qui dérange… surtout les grands de ce monde… ceux qui ne veulent pas obéir à mes
lois d’amour : mes Commandements. (Ex 20)

Comme Jean, on veut le faire taire, on veut l’anéantir en complotant pour le faire disparaître. Mes enfants, priez pour
votre pape. Il est fortement contesté au sein même du Vatican. Il est entouré de loups, ces enfants qui se sont laissé aveugler
par le mal, qui ont donné leur oui à Satan pour devenir ses acolytes… Ils veulent faire disparaître mon pape pour préparer l’arrivée de l’antéchrist, celui qui veut anéantir mon Église et qui veut faire disparaître tous mes enfants fidèles, mes enfants de lumière, mes choisis…
Mais n’ayez pas peur. Je viens, oui, je viens avec puissance et majesté, je viens avec la splendeur de ma Gloire, car
je suis Jésus, le Fils unique du Père. Je viens rassembler tous mes frères et mes soeurs pour les présenter au Père trois fois
saint. Je viens vous rassembler de toutes les nations pour faire de vous mon petit reste, un peuple saint, pour ouvrir vos coeurs
à accueillir la Divine Volonté qui circulera bientôt librement sur la terre comme au Ciel.
Préparez le chemin comme mon précurseur (cf. Mc 1). Laissez-vous guider par l’Esprit Saint qui est bien à l’oeuvre,
laissez-vous instruire par ma très Sainte Mère l’Immaculée Conception. L’Esprit et l’Épouse disent « Viens Seigneur
Jésus ». Oui, me voici. Soyez bénis, mes enfants d’amour, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 26 juin 2011


108 – Jésus nous a laissé sa Présence perpétuelle dans la sainte Eucharistie. Marie commente ce mystère insondable.
En ce grand jour de la fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, signe-toi et écris, mon enfant, couverte
du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.

Aujourd’hui est une grande fête au Ciel, la fête de l’Amour, l’Amour insondable de Jésus, Fils de Dieu le Père, pour tous
ses frères et ses soeurs. Son amour a été si grand qu’Il a livré son Corps au supplice de la croix. Il a versé jusqu’à la dernière
goutte de son Sang pour vous racheter… Un Amour si grand et si fort qu’il brûlait son Sacré-Coeur.
La veille de sa mort, il ne vous a pas laissés orphelins. Il a voulu rassurer ses apôtres, ses disciples, et aussi ceux qui
les suivraient dans les siècles à venir en leur laissant sa sainte Présence. Il a institué la sainte Eucharistie à la dernière Cène,
au moment solennel de la transsubstantiation quand il a dit : « Ceci est mon Corps, ceci est mon Sang. » (Lc 22, 19-20)
Par Amour, il est devenu prisonnier dans cette petite hostie pour s’unir aux coeurs de ceux et celles qui le recevront
dans la communion avec amour et respect. Quel privilège de recevoir Dieu en son coeur, lui le Roi des rois ! C’est le moment
où le Créateur s’unit à sa créature, où l’enfant en état de grâce reçoit le Corps et le Sang du Christ, où votre corps se laisse
transformer peu à peu pour devenir un être spirituel qui pourra un jour devenir à l’image et à la ressemblance de son Créateur,
comme Adam et Ève le furent à l’origine. Oui, mes enfants, quand vous vous approchez de la table
pour recevoir la sainte Eucharistie, pensez à ce grand mystère où se renouvelle la Nouvelle Alliance, où l’infiniment grand,
le Dieu Tout-Puissant se fait infiniment petit pour entrer en vos coeurs, vous parler et mendier votre amour. Il a soif de
votre amour et de votre présence. Préparez-vous, mes enfants, préparez vos coeurs, vos âmes,
tout votre être à recevoir Celui qui vous a tout donné, et qui a donné sa vie pour sauver l’humanité, Jésus, le Fils de Dieu.
Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des tout-petits 27 juin 2011
 

109 – Le Retour glorieux du Messie.

Si vous connaissiez la valeur d’une âme ! Voici venir le jour glorieux où mon Divin Fils, Jésus Christ, sera reconnu par tous les peuples de la terre comme le Fils de Dieu, le Messie, l’envoyé du Père. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de son Précieux Sang pour la Gloire de Dieu, son Père. Oui, mes enfants, priez pour hâter ce grand jour, jour de joie pour tous les enfants de lumière qui diront oui à l’Amour
Trinitaire et au Père trois fois Saint. Jour d’allégresse et jour de paix pour les enfants de bonne volonté qui verront le Fils
de Dieu en toute sa Gloire, où il sera avec ses choisis… Mais hélas ! ce sera aussi un jour de peur, de haine et de
colère où l’on entendra les grincements de dents de ceux qui encore une fois le rejetteront et le blasphémeront, de ceux
qui ne veulent pas l’accepter comme vrai Dieu et vrai homme, de ceux qui font tout pour anéantir son saint Nom, de ceux qui
auront choisi la damnation éternelle… Priez, mes enfants, pour ceux qui se sont laissé aveugler par le mal sous toutes ses formes. Priez pour demander que les coeurs endurcis s’ouvrent à la dernière seconde et acceptent la grâce du repentir. La prière d’intercession est très puissante. Souvenez-vous de la petite Thérèse lorsqu’elle a prié et intercédé pour la conversion de Pranzini18 : ce n’est qu’à la dernière
seconde qu’il a arraché le crucifix des mains du prêtre pour le baiser. Un autre qui a volé le Ciel.
Aidez-moi à sauver plus d’âmes. Si vous saviez la valeur d’une âme, vous feriez tout pour sauver la vôtre en premier,

18. En 1887, entendant parler d’un assassin qui a tué trois femmes à Paris, elle prie et se sacrifie pour lui, voulant à tout prix l’arracher à l’enfer. Henri Pranzini est jugé et condamné à être guillotiné. Mais, au moment de mourir, il embrasse le crucifix ! Thérèse pleure de joie : exaucée, elle le nomme son premier enfant. et ensuite essayer d’en sauver un plus grand nombre par le puissant ministère de la prière d’intercession dans l’invisible. Merci, mes enfants, de votre grande générosité envers vos frères et vos soeurs du monde entier. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Le Sacré-Coeur de Jésus 1er juillet 2011


Fête du Sacré-Coeur de Jésus et premier vendredi du mois
 

110 – La terre va s’arrêter pour écouter la voix de Dieu. Un avertissement et une dernière chance.
Aujourd’hui, l’Église a célébré la fête du Sacré-Coeur de Jésus en ce premier vendredi du mois. Autrefois, c’était la fête
du Précieux Sang. Signe-toi, mon enfant, et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu, mon Père.
 

En ce premier jour du septième mois, c’est une façon spéciale de commencer la deuxième moitié de cette année
2011, et vous allez comprendre pourquoi d’ici peu de temps. C’est moi, votre Jésus, qui viens vous parler, vous remercier
pour votre amour, votre fidélité, votre persévérance. Également pour votre foi qui vous soutient dans votre engagement à
mon Église, à la fidélité à mon vicaire, le pape Benoît XVI.
Dans la période que vous vivez mes enfants, il vous faut une foi à toute épreuve, forte pour ne pas vous laisser entraîner
par les courants dévastateurs du monde, de la chair et du démon très actifs en ces derniers temps. Oui, mes enfants,
soyez forts dans vos convictions, ne vous laissez pas influencer par qui ou quoi que ce soit. Suivez-moi, car il se fait tard…
Tout va chavirer d’un moment à l’autre ; seule la foi vous soutiendra et vous permettra de traverser cette nuit de ténèbres.
Quand je vous ai parlé de la parabole des dix vierges, l’huile faisait référence à la foi (Mt 25). L’Époux tardait à
venir, cinq vierges étaient prévoyantes, cinq âmes se tenaient en prière et en adoration pour se laisser nourrir, aimer, fortifier. La nuit tomba, la froideur s’installa autour d’elles… mais l’amour de Dieu Trinitaire les réchauffa, leur amour était ardent, leur foi si parfaite qu’elles n’ont pas été surprises quand la voix se fit entendre : « Voici l’Époux. » Elles sortirent
à la rencontre de l’Époux : la lumière qui s’en dégageait était si puissante qu’elles se sont fondues dans la Lumière du
monde (Jn 8, 12). Elles avaient persévéré dans l’attente, sans se laisser influencer ni distraire par les vierges folles, elles
ne se sont pas endormies dans l’attente. La nuit avançait… plus les ténèbres enveloppaient la terre, plus elles priaient,
adoraient, louaient… Quand l’Époux arriva, elles étaient prêtes et entrèrent avec lui dans la salle des noces.
Pourquoi est-ce que je vous parle de cette parabole ? Pour vous faire comprendre, mes enfants, que vous devez veiller,
car vous ne savez ni le jour ni l’heure où moi, Jésus, Fils du Dieu vivant, je serai là devant vous (Mt 25, 13). Soyez pré -
voyants, gardez courage, soyez forts, car en vérité, je vous le dis « Je viens. » L’heure approche à grands pas où toute la
terre et tout ce qu’elle comprend vont s’arrêter pour écouter la voix de Dieu.
Jour de joie pour les enfants de lumière, jour d’horreur pour les sots enfants du monde qui vont voir où les a conduits
cette folie de croire que rien n’est péché, que tout est permis, que le démon n’existe pas, qu’on peut se passer de Dieu et
qu’on n’a pas besoin de lui. Oui, mes enfants, je viens vous prévenir. Je suis déjà sur le chemin de mon Retour, comme ma très Sainte Mère, l’Immaculée Conception, vous l’a annoncé. Priez, convertissez-vous, restez en état de grâce, allez à la confession, faites
pénitence. Car l’heure approche, l’heure que Dieu a choisie pour vous avertir et vous donner une dernière chance. Merci,
mes enfants, de prendre au sérieux mes paroles. Regardez autour de vous, lisez les signes des temps, en cette période de l’année où l’on pense aux vacances et aux plaisirs de toutes sortes. Je vous en prie, mes enfants, demeurez vigilants. Au temps de Noé (Gn 7), on festoyait, on buvait… la terre se pervertissait sous le regard de Dieu ; on avait oublié Dieu. L’histoire se répète, et je vous le redis : cette génération est la pire de toutes les générations ! Comme mon Père a protégé Noé (Gn 7) et sa famille,
vous aussi, mes enfants fidèles, mes enfants de lumière, mes enfants d’amour, vous serez protégés par votre Seigneur et
votre Dieu. Dieu le Père protège tous ceux qui se confient à lui ; sa Providence est toujours là. Soyez bénis, mes enfants,
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. 
Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Église 2 juillet 2011

Fête du Coeur Immaculé de Marie et premier samedi du mois
 

111 – L’Église née du Coeur transpercé. Qui sacrifierait son fils unique pour sauver un autre enfant ? Merci, mon enfant, d’être attentive aux appels de la grâce. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Oui, mon enfant, c’est son regard qui t’a séduite, c’est son regard qui t’a saisie. C’est une grâce spéciale qu’il donne
à chaque enfant qui s’approche de lui avec amour, avec tendresse, avec pitié, laissant de côté la peur, le respect humain.
Si tu savais, mon enfant, les grandes conversions qui s’opèrent partout dans le monde où est vénéré le Crucifix de Limpias.
Toi, dès que tu l’as vu pour la première fois, tu as compris tout son amour pour toi et pour toute l’humanité. Tu as reçu
une grâce spéciale et depuis ce jour tu es restée unie à la Passion du Christ…

Le Saint Christ de l’agonie de Limpias. Continue à écrire, mon enfant. C’est moi, la Sainte Vierge, la Mère de Dieu, l’Immaculée Conception, qui te parle en ce moment pour faire comprendre aux enfants qui verront et vénèreront le Crucifix de Limpias de ne pas avoir peur. Il n’est qu’Amour. Par amour il a donné sa vie pour vous sauver, par amour il a beaucoup souffert. Si tu savais combien de coeurs
ont changé après l’avoir vu de près, ceux qui se sont laissé regarder par lui, le Crucifié d’amour. Combien d’enfants ont
vécu et ont reçu la même grâce que toi ! Les grâces sont offertes à tous ceux qui veulent ouvrir leur coeur pour les recevoir. Le Seigneur vous a laissé la liberté, c’est à vous de choisir ce que vous voulez recevoir, ce que vous voulez faire ou ne pas faire.
On vous a dit aussi que tous sont appelés à se convertir, à devenir des enfants de Dieu, à venir travailler pour le
Royaume, car la moisson est abondante… mais hélas ! les ouvriers sont très peu nombreux (Mt 9, 37). Chaque jour,
le nombre de ceux qui répondent « Oui Seigneur, me voici » diminue. On ne veut s’engager en rien, on a peur de tout ce
qui est sacré, on a peur du ridicule, on a peur que le Seigneur soit trop exigeant, on a peur de renoncer aux vieilles habi -
tudes, on a peur d’avoir mal, on a peur d’entrer par la porte étroite des dix Commandements (Ex 20) et on a surtout peur
de vivre l’Évangile… Mes enfants, qu’est-ce que vous voyez quand vous regardez Jésus en croix ? Pensez-vous qu’un être humain ferait le même sacrifice pour sauver chacun de vous en particulier ? Croyez-vous trouver cet amour pour vous chez une autre
personne dans ce monde ? Non, mes enfants, je ne le crois pas. Seul Dieu qui est Amour peut vous aimer ainsi jusqu’à la folie
de la croix. Il fallait ce Coeur qui a tant aimé le monde qu’Il s’est laissé transpercer pour vous combler de grâces...
Oui, mes enfants d’amour, l’Église est née de son Coeur transpercé pour prendre soin de tous ses enfants comme une
bonne maman et, par le ministère des prêtres, vous assurer la réception des saints sacrements qui vous aident à rester en
état de grâce, à vous relever quand vous tombez, à chercher la force dans la sainte Eucharistie. Voyez-vous de quel amour
mon doux Jésus vous a aimés, de quel amour il vous aime ? Réfléchissez, je vous en prie, n’ayez pas peur (Mt 14, 27)
qu’il soit exigeant envers vous. Il a besoin de vous, ses enfants de lumière, oui, vous. N’oubliez pas que c’est lui qui vous a
choisis comme vous êtes. Ce qu’Il attend de vous, c’est votre oui ; le reste, l’Esprit Saint le fera en chacun de vous.
Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Mère de l’Église 4 juillet 2011
 

112 – L’Église doit vivre son Vendredi saint.
 

Il ne faut pas juger les prêtres, mais les soutenir. Mon Coeur Immaculé saigne à nouveau. Signe-toi et écris,
mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
 

Oh, mes enfants, je suis très affligée, car l’heure a sonné où l’Église catholique doit vivre, elle aussi, son Vendredi saint.
Elle va vivre sa douloureuse passion comme son Fondateur, car les Judas sont entrés au Vatican. La franc-maçonnerie est
installée partout ; de façon sournoise elle agit dans l’ombre, se cache de la lumière du jour. Mes fils de prédilection se sont
laissé séduire et le tiers des étoiles du Ciel a été balayé.  Priez, priez, priez, mes enfants, pour mes consacrés, car
le mal s’est infiltré au sein de l’Église. Le but de Satan est de détruire le Christ dans son Église en construisant une fausse
Église. Voyez-vous pourquoi je pleure des larmes de sang, pourquoi je vous demande de prier, d’offrir vos souffrances
pour mes prêtres, mes enfants que j’aime tant ? Ils sont d’autres Christ. C’est pour cela qu’ils sont devenus la cible du mal.
Satan veut les détruire, les anéantir en leur offrant le pouvoir, la vaine gloire, les plaisirs de toutes sortes, et en les détournant
de l’essentiel. Il ne faut pas juger les prêtres, mes enfants, il faut les soutenir par vos prières, car ils sont tentés fortement, et mal -
heureusement le tiers a succombé à la tentation. Ils se sont éloignés de la prière, du sacrifice, du jeûne ; ils n’ont pas pris
le temps de réciter le Rosaire. Oui, mes enfants, l’Église va subir une très grande persécution. Priez pour persévérer dans la foi et surtout priez pour ne pas succomber à la tentation du désespoir, du découragement, de la peur et, pire encore, du doute. C’est pour cela
que je viens vous avertir et vous préparer à vivre ce grand combat contre la foi.

Tenez bon, mes enfants, ensemble nous irons jusqu’au bout. On croira que l’Église est morte, mais vous saurez qu’elle
doit être purifiée elle aussi pour devenir une Église humble, sans tache, ni ride, sainte et pure, telle que mon Seigneur et
mon Dieu, mon Fils Jésus, l’a fondée. Merci, mes enfants, de prier pour votre sainte mère l’Église. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Votre Sacré-Coeur de Jésus 7 juillet 2011
 

113 – L’axe de la terre a bougé.
 

Le Canada sera durement touché. Consacrez-vous aux Coeurs unis de Jésus et Marie. Merci, mon enfant, de répondre à mon appel. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
La paix soit avec vous, mes enfants. Cette tempête que vous avez vue hier20, c’est un aperçu de ce que vous allez vivre
de plus en plus ; les tempêtes et les vents vont s’intensifier. Voyez-vous comment les saisons ont changé ? Le printemps
a été différent… et pour l’été, tantôt il fait chaud, tantôt il fait froid, et entre les deux le vent fait sa part, car la nature est bien
perturbée, comme conséquence du déplacement de l’axe de la terre… vous allez avoir des changements dramatiques.
Je vous ai avertis auparavant pour vous préparer, je vous ai parlé de violents tremblements de terre, d’inondations, de
glissements de terrain, de tempêtes tellement fortes qu’elles occasionneront beaucoup de dégâts !

20. Une tempête de poussière exceptionnelle et très impressionnante s’est abattue sur la ville de Phoenix, Arizona (États-Unis). Inondations en Montérégie et dans l’Ouest Canadien au printemps 2011. Je viens vous rafraîchir la mémoire. En septembre 2010,
je t’avais dit que le Canada serait durement touché, car ce pays que j’aime tant est en train de me tourner le dos. On prie
de moins en moins. On m’a mis de côté, on ne me demande plus ma protection. Vous êtes habitués de voir des désastres
sur les écrans de la télévision… Ma très Sainte Mère et moi, le Sacré-Coeur de Jésus, nous vous avons dit d’être prêts…
Tous les enfants doivent vivre la purification, personne ne sera

 
21. Message du 25 septembre 2010 : Jésus de Nazareth sur son chemin de retour
 

Citation :
Ma paix soit avec toi, ma fille. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père. Oui, mon enfant, nous
devons discuter de choses très importantes aujourd’hui. C’est moi, le Verbe Éternel qui te parle en ce moment par le Vouloir divin de Dieu
mon Père, Seigneur Sabaoth. Je veux t’avertir que tout va basculer d’un moment à l’autre ; je veux aussi te dire d’utiliser l’encens exor cisé, l’eau bénite et le sel exorcisé dans la maison ; tu le feras en ton nom et au nom de tous ceux que tu portes dans ton coeur. Quand tu entends parler d’une catastrophe, prie avec tout ton coeur pour ceux qui sont partis à ma rencontre, pour ceux qui sont restés et pour tous les sinistrés, car il y aura beaucoup de catastrophes un peu partout dans le monde… mais un des pays les plus gravement touchés sera votre pays voisin, les États-Unis. Même votre grand Canada qui est en train de me tourner le dos : on me met dehors partout. N’aie pas peur, continue à écrire, car toute prophétie doit s’accomplir et tu le sais très bien, j’ai besoin de la prière et de l’adoration de ceux qui me sont restés fidèles pour le moment, car l’heure vient où il y aura une autre partie qui va se détacher de mon petit reste. Prie, ma fille, pour ne pas succomber à la tentation du désespoir, de l’infidélité et du doute. Il faut, fille de mon Sacré-Coeur, que tu t’attaches plus que jamais à la Providence trois fois sainte de Dieu le Père et au Sacré-Coeur de ton Jésus-Amour pour te laisser guider par l’Esprit Saint qui est bien à l’oeuvre chez toi et autour de toi. Attache-toi au Sacré-Coeur de Jésus et au Coeur Immaculé de Marie. C’est pour cela que je prends le temps pour t’avertir, toi et tous les miens, comme Je le fais aux quatre coins du monde. N’ayez pas peur, croyez à la Providence, espérez en Dieu votre Sauveur et surtout ne désespérez pas. Gardez votre paix et votre joie. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. à l’abri, nul endroit ne sera épargné… La terre elle-même doit être purifiée pour m’accueillir lors de mon Retour prochain (cf. 2 Pi 3).
Cependant, n’ayez pas peur mes enfants, Dieu ne fait rien sans vous avertir (Am 3, 7). Il y aura aussi des événements
provoqués par l’homme et d’autres par Satan, car il s’est juré de détruire la création du Père trois fois saint, de détruire et
faire perdre l’âme de ses créatures. Il sait bien que sa fin approche, elle est là, ses jours sont comptés. Alors, il soulève
les coeurs des frères contre leurs frères, les nations contre les nations, il provoque des accidents sur la route, dans l’air…
Mais soyez assurés de notre protection, mes enfants d’amour, mes enfants de lumière, mes enfants qui gardent
précieusement la foi, l’espérance et la confiance en votre Père des Cieux. Consacrez-vous au Coeur Immaculé de Marie,
Mère de Dieu et au Sacré-Coeur de Jésus, Fils unique du Dieu vivant et de Marie de Nazareth. Continuez à prier, à
adorer le Saint Sacrement de l’autel, allez à la confession. Vous ne connaissez ni le jour ni l’heure où je serai devant vous ;
restez en tenue de service (Lc 12, 35), mes enfants. Soyez vigilants. Ne vous laissez pas distraire sous prétexte que vous
êtes en vacances… Soyez prévoyants, gardez votre lampe allumée et accrochez-vous au saint Rosaire, c’est votre plus
grande protection !  Merci, mes enfants de prendre mes paroles au sérieux. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du
Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Mère des Douleurs 8 juillet 2011

114 – L’apostasie est généralisée. Le Père est très offensé par ses enfants. Des sacrilèges au Saint Sacrement de l’autel. La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Je suis la Mère des Douleurs. Mon Coeur Immaculé est à nouveau transpercé à la vue de cette grande indifférence
dans les coeurs d’un grand nombre d’enfants. L’apostasie est généralisée, on a perdu la foi et le sens du sacré. Tout est
rendu normal, rien n’est mal, on dirait même que le bien est rendu mauvais, on ne veut rien savoir des Commandements
(Ex 20). Entendre parler de Dieu, de Jésus ou de Marie sa Mère, dérange. On ridiculise tout, on se moque de l’Église, on
blasphème partout. Oh! mes enfants, je suis très affligée car la coupe déborde ! Le Père est tellement offensé par ses enfants qu’il
a créés et qu’il aime tant ! Et vous le savez bien, mes enfants, on ne se moque pas de Dieu (Gal 6, 7). Jésus, mon doux Jésus
est tellement outragé. On commet de grands sacrilèges envers son Auguste Personne dans le très Saint Sacrement de l’autel.
Les saints anges pleurent, ils sont très affligés de ce manque de respect à l’égard de la Présence réelle de Jésus
dans la sainte Eucharistie. Ils sont en adoration continuelle devant tous les tabernacles de la terre, car mon divin Fils est
si oublié. Il attend une visite de ses enfants qui ne viennent pas. Il est seul. Il est là en quête d’une visite et hélas ! on l’oublie, on
ne pense plus à lui, on ne croit plus en lui, on doute de lui, on ne veut rien savoir de lui. Lui qui pourtant vous a tout donné
par amour pour vous sauver. Amen, amen, en vérité je vous le dis, mes enfants d’amour,
priez, priez, priez pour recevoir la grâce de la persévérance finale, pour être dans le tout petit reste des enfants qui iront
jusqu’au bout dans la foi, la confiance, l’abandon et surtout dans l’obéissance aux lois de Dieu, pour être encore dans le
petit reste quand mon Fils reviendra et qu’il dira : « Venez les bénis de mon Père. » (Mt 25, 34)
Oui, mes enfants d’amour, récitez le saint Rosaire, ne sous-estimez pas sa très puissante protection, c’est l’arme la
plus puissante pour ces temps qui sont les derniers. À la fin, mon Coeur Immaculé triomphera. Merci, mes enfants d’ac -
cueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 12 juillet 2011


115 – Les coeurs sont dans la peur, le désespoir, oubliant qu’ils ont un Père plein d’amour. Priez l’Esprit Saint.
Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ
le Seigneur.


Vois-tu, mon enfant, comment de jour en jour, il est plus difficile de garder la paix ? Regarde autour de toi : les coeurs
sont affligés, dans la peur, le désespoir… Et pourtant, je vous ai dit à maintes reprises : priez, priez,
priez, mes enfants. N’y a-t-il rien de plus beau que la prière du coeur, ce dialogue entre la créature et son Créateur, entre
l’enfant et son Père ? Voilà la plus belle prière faite avec un coeur d’enfant, en toute simplicité et grande confiance pour
vivre dans l’abandon filial. Partout dans le monde les enfants vivent dans la peur : peur de l’avenir, peur de la vie, oubliant qu’ils ont un Père plein d’amour pour chacun d’eux, un Père qui attend l’appel de son enfant. N’oubliez pas, mes enfants : quand un pauvre crie, Dieu l’entend et vient à son secours. Il ne peut pas abandonner les enfants qui comptent sur lui, les enfants qui lui
font confiance, les enfants qui ont choisi de suivre son divin Fils, Jésus Christ notre Seigneur.
Donc, mes enfants d’amour, quand l’anxiété vient vous troubler, si la peur ou le stress s’installe… vite, mes enfants,
chantez, louez, priez l’Esprit Saint de venir avec tous ses fruits vous donner la paix, la joie, la confiance et l’amour dans vos
coeurs. Et surtout, mes enfants, bénissez le Seigneur pour tous les bienfaits reçus au cours des années. Prenez conscience
de toutes les fois que sa divine Providence a été là pour vous secourir, sachez-le mes enfants, derrière les mains qui vous
sont venues en aide dans chaque situation difficile, vous avez rencontré la main toute-puissante de Dieu le Père.
Celui qui a choisi l’instrument qui est venu à votre aide, c’est Dieu le Père qui a veillé sur chacun de vous. Confiez-lui
donc tous vos soucis, vos fatigues, vos maladies, vos peurs. Il saura vous libérer, car son fardeau est léger (Mt 11, 2Cool ; c’est
votre Jésus-Amour qui le prendra pour alléger votre charge, votre poids. Venez à Lui vous tous qui peinez, et Jésus le Fils
du Dieu vivant vous soulagera. Soyez bénis, mes chers enfants au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 13 juillet 2011


116 – Avoir une foi absolue au Dieu de l’impossible, s’abandonner à sa Providence, Le remercier chaque jour.
Mes enfants, je vous en prie, gardez la paix et la confiance en votre Père du Ciel. Signe-toi, mon enfant, et écris,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Que votre foi soit plus solide, plus ferme, une foi absolue en Dieu votre Père. Souvenez-vous qu’il est le Dieu de
l’impossible et sa Parole est vérité. Ses paroles donnent la vie, l’espérance malgré toute apparence contraire. Continuez à
avancer dans la foi pure. Souvenez-vous aussi que tout ce que vous demanderez dans une prière pleine de foi, vous
l’obtiendrez. Il faut vous abandonner à la Providence, car votre Père céleste sait ce dont vous avez besoin : ne vous inquiétez
donc pas pour vos lendemains, à chaque jour suffit sa peine (Mt 6, 34). Laisser les inquiétudes à ceux qui n’ont pas
confiance au Père trois fois saint, à ceux qui ne veulent pas le connaître et à ceux qui doutent de sa Toute-Puissance.
Vous, mes enfants de lumière, continuez à prier, à croire, à espérer et à rendre grâce. Il est très important de Le remer cier
à l’avance pour ce qu’on Lui demande : c’est la preuve qu’on est certain d’être exaucé. Beaucoup oublient de dire merci,
merci Père, merci Seigneur. Ils oublient de remercier quand ils reçoivent la grâce demandée.
Oui, mes enfants, c’est moi, votre céleste Maman Marie qui vient ce soir vous encourager, vous dire combien Dieu,
Père, Fils et Esprit Saint, vous aime et vous protège. Soyez assurés de sa protection. Demandez-Lui les grâces de vivre
le saint abandon et de faire progresser votre foi. Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 14 juillet 2011


117 – Comme Dieu a guidé son peuple à la Terre Promise, Il le guidera de nouveau vers la Nouvelle Terre.
La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur.

Oui, mes enfants, je sais que par moment il est difficile de conserver votre paix et votre confiance dans ce monde
rempli de courants de pensées de toutes sortes qui vous conduisent à l’angoisse et au désespoir… Mais je vous redis :
« Tenez bon, mes enfants, accrochez-vous au Sacré-Coeur de Jésus et à mon Coeur Immaculé. Soyez persévérants dans
la prière, l’adoration et demeurez calmes. Laissez passer le vent bruyant pour être attentifs au souffle de l’Esprit Saint
qui vient dans une brise légère vous aider à bien poursuivre votre route.»
Mes enfants d’amour, demandez-lui d’ouvrir vos coeurs pour accueillir les grâces dont vous avez besoin pour bien
passer votre journée, pour recevoir sa protection. Consacrez lui vos journées pour que ce soit Lui, l’Esprit Saint, qui vous
conduise. Soyez fermes dans votre foi, dans vos convictions. Ne vous laissez pas décourager par personne, ou pire encore,
par tout ce que vous entendrez dire. Accrochez-vous à votre Seigneur et votre Dieu, il connaît vos besoins, il sait ce qu’il
fait et n’oubliez pas que tout ce que Dieu fait pour vous c’est ce qu’il y a de meilleur, car le Père connaît chacun de ses
enfants, chacun en particulier. Je vous le répète, encore et encore, faites-Lui confiance
mes enfants. Comme Il a guidé son peuple choisi à la Terre Promise par Moïse (cf. Exode), de nouveau Il vous guidera
vers la Nouvelle Terre et vers les Nouveaux Cieux. Soyez certains qu’Il prend grand soin de ses enfants. N’ayez pas
peur, Il ne peut pas vous abandonner, ni vous oublier. Rappelez-vous que Dieu le Père vous a tout donné en
vous donnant son Fils unique, son Verbe, son Jésus, vrai Dieu et vrai homme. Le Père Tout-Puissant se souvient de Son
amour et de la promesse faite à tous les enfants qui disent : « Père, me voici, je viens pour faire ta Volonté.» (Ps 39)
Jésus EST Celui qui EST. Merci mes enfants, pour votre persévérance et votre fidélité. Recevez ma bénédiction toute spéciale et maternelle au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, Roi des rois 17 juillet 2011


118 – Bientôt, vous devrez faire un choix définitif entre le Ciel et l’enfer. Les grâces nécessaires
accompagnent cette épreuve. La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père. Aujourd’hui, parlons de vos choix, car très bientôt vous devrez être très fermes en choisissant votre réponse en toute liberté à la question qui sera posée à chacun : mon coeur, mon esprit, mon être sont-ils sous l’emprise de l’Esprit Saint ou
sous l’emprise du monde, de la chair ou du démon ? Dès maintenant, soyez vrais et authentiques, mes enfants.
Avant de répondre, faites un examen de conscience et voyez si votre conduite, vos pensées, vos actions et votre vie
sont un reflet de l’Évangile et de l’enseignement que saint Paul vous a transmis dans ses lettres.
Si vous constatez qu’il y a de mauvaises tendances au fond de vos coeurs et que vous souhaitez vous corriger pour
être agréables au regard de votre Dieu et votre Père, vite mes enfants d’amour, appelez l’Esprit Saint, pour qu’Il vienne à
votre secours afin de redresser ce qui est tordu et assouplir vos raideurs. Il est le Père des pauvres et viendra en vos coeurs
pour redresser tout ce qui est faux dans vos intelligences, vos esprits et vos coeurs.
Oui, mes enfants, ouvrez grands vos coeurs pour recevoir la lumière qui éclaire la route que vous devrez suivre en ces
temps de grande confusion, en ces temps où votre foi sera mise à rude épreuve. Faites confiance à l’Esprit Saint qui est
toujours là pour vous donner les grâces nécessaires qui vous conduisent à la vie éternelle. Ne vous laissez pas décourager,
ne vous laissez pas détourner de la vérité, suivez mon Vicaire le Pape Benoît XVI. Priez, priez, priez beaucoup pour mes prêtres, mes évêques, mes cardinaux et pour mes consacrés. Aujourd’hui plus que jamais, ils ont un grand besoin de vos prières. Je vous
les confie, soutenez-les et n’oubliez pas qu’à la fin, le Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère triomphera, tel que prédit
par les prophéties. Continuez à vous confier à l’Esprit Saint, bien à l’oeuvre en ces temps qui sont les derniers. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 19 juillet 2011


119 – La grande apostasie, un signe du Retour imminent de Jésus Christ. Vous trouverez refuge dans l’Arche de
la Nouvelle Alliance : le Coeur Immaculé de Marie.

Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur.

Oui, mes enfants d’amour, le temps presse. Revenez à votre Dieu, votre Père, avant qu’il ne soit trop tard. Profitez,
des dernières miettes du temps de la Miséricorde qui fera bientôt place au temps de la Justice divine, car le mal s’est
infiltré partout, il n’y a plus de respect pour rien. On voit la fraude, la violence généralisée, on a légalisé l’homosexualité,
le lesbianisme, et que dire du fléau de l’avortement : tous ces millions de victimes innocentes tuées chaque année et qui
crient justice au Père trois fois saint !  Oui, mes enfants, à nouveau je pleure des larmes de sang, car je vois la grande apostasie… La perte de la foi est une véritable apostasie : voilà un grand signe de la proximité du Retour Glorieux de mon divin Fils, Jésus Christ, le moment où va s’accomplir la Parole de l’Évangile (Lc 18, 7) : « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre ? » Je veux, mes enfants, vous inviter à méditer ces paroles que mon Fils Jésus a prononcées, ce sont des paroles
graves qui font beaucoup réfléchir et qui vous aideront à bien comprendre les temps que vous vivez. Il faut vous préparer
à sa seconde venue. Jamais auparavant une génération ne fut aussi mauvaise que la génération actuelle qui a dépassé toutes les limites. L’homme a tout détruit en se laissant influencer par l’esprit du malin. Regardez autour de vous et voyez tous les dangers qui vous guettent. Si l’économie mondiale s’effondre, la détérioration de la société suivra rapidement. La famine à l’échelle
mondiale sera à vos portes, les désastres naturels seront un peu partout. Je vous avertis de faire attention de ne pas vous laisser
influencer ou distraire par qui que ce soit ou quoi que ce soit, de vous consacrer au Sacré-Coeur de Jésus et à mon Coeur
Immaculé. Nous serons votre refuge, car je suis l’Arche de la Nouvelle Alliance. Soyez fidèles et obéissants au Vicaire de
mon doux Jésus, le Pape Benoît XVI. Je vous le répète, mes enfants de lumière, le temps approche où vous témoignerez
de votre fidélité et de votre obéissance aux lois divines. Cependant, n’ayez pas peur. Moi, l’Immaculée Conception,
la Mère de mon Seigneur et mon Dieu, Jésus Christ le Seigneur, je suis et je serai avec vous, mes enfants, en ces temps si
difficiles. Convertissez-vous et n’oubliez pas qu’avec la prière vous pouvez tout obtenir. Avec la prière, la conversion et la
pénitence, vous pouvez arrêter tout désastre, toute guerre, TOUT, mes enfants, si votre prière est une prière du coeur.
Voilà l’importance de prier avec le coeur. Souvenez-vous que votre Père est le Dieu de l’impossible ; faites-lui confiance,
aimez-le de tout votre coeur, toute votre âme et tout votre esprit. (Lc 10, 27).
Merci, mes enfants, de me laisser à nouveau vous dire pourquoi l’heure est à la prière et à l’adoration. Oui, l’heure
est trop grave, mais ensemble nous nous approchons de l’heure du triomphe du Coeur Immaculé de votre céleste Maman.
Je vous aime et je vous protège. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 21 juillet 2011


120 – Prier avec le coeur ; parfois un simple regard vers le Ciel suffit. Tout offrir et tout faire pour la Gloire de Dieu. 
Que toute gloire et louange soient rendues à Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Signe-toi et écris, mon
enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Vois-tu, mon enfant, comment le doute essaie d’entrer dans les coeurs des enfants, dans les coeurs qui ont encore un
peu de foi ? Combien de fois vous ai-je dit de prier avec le coeur ? C’est-à-dire que même si ce n’est qu’une courte phrase
dite avec amour, foi et confiance, c’est une belle prière qui monte comme l’encens au Trône Trinitaire.
Parfois on est si fatigué et si accablé qu’un simple regard vers le Ciel suffit comme prière, sans aucun mot. En regardant
le Ciel, c’est le Père que vous cherchez, c’est au Père que vous pensez. Faites tout pour sa gloire. Votre vie devient une offrande
avec ces petites choses faites au long de la journée… Le soir venu, vous avez un bouquet de fleurs à offrir à
votre Seigneur et votre Dieu, les fleurs de vos gestes, de vos paroles et de vos actions, de votre travail, de vos actes de
charité, de patience, d’amour et de foi. Tout, tout ce qui compose votre journée vous pouvez l’offrir, même vos chagrins,
vos soucis et vos distractions. Rien, rien n’est perdu, tout concourt à la Gloire de Dieu.
Chaque jour, mes enfants, il faut accueillir avec joie et grande reconnaissance le don de la vie : c’est le plus beau
cadeau que votre Père vous donne. Le Père vous a créés pour vous aimer et pour qu’à votre tour vous l’aimiez de tout votre coeur, de tout votre esprit, de toutes vos forces en Lui retournant son amour (Lc 10, 27).
Est-ce trop vous demander de demeurer dans la paix et dans la joie ? Soyez comme des enfants qui aiment, qui obéissent, qui
écoutent et surtout qui font grandement confiance à leur père, à leur mère.
Oui, soyez comme des tout-petits enfants qui viennent se blottir avec amour dans les bras de votre cher Papa des
Cieux et dans les bras de votre céleste Maman Marie. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia.

 
Marie, Mère de l’Église 25 juillet 2011
 

121 – Priez pour obtenir la grâce du repentir aux enfants prodigues du monde entier.
 

La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le
Seigneur.


Des jours sombres s’en viennent, car tout doit s’ac complir. Il faut que tout arrive avant le Retour en Gloire de mon
divin Fils, Jésus. Mais n’ayez pas peur, car le Père trois fois saint prend bien soin de ses enfants qui lui ont tout donné,
de ceux qui ont choisi librement de suivre le Christ Jésus. Il a posé sa main puissante sur chacun de vous et il tient ses
promesses. Soyez dans la paix, dans la joie et dans l’Action de grâce pour tant de bienfaits reçus.
Je vous en prie, continuez à prier et à intercéder pour tous vos frères et vos soeurs du monde entier pour qu’au
moment venu ils accueillent la grâce du repentir et qu’ils reviennent avec un coeur contrit en demandant pardon au Père,
leur Créateur, au Fils, leur Rédempteur et à l’Esprit Saint, leur Sanctificateur.
Oui, mes enfants d’amour, j’ai besoin de vos prières pour rejoindre les coeurs endurcis, ceux qui sont fermés à la grâce
et aux appels déchirants du Coeur Immaculé de votre céleste Maman qui veut les sauver tous. Oui, Je veux sauver tous mes
enfants que j’ai enfantés au pied de la sainte Croix, là où j’ai reçu l’héritage de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus
Christ, la maternité spirituelle. Oui, je vous ai tous enfantés, au prix d’atroces souffrances, en voyant mon Enfant cruel le -
ment cloué sur la Croix. Je vous ai enfantés au prix de sa vie au moment solennel où il m’a dit (Jn 19, 26) : « Femme, voici
ton fils. » En ce moment sublime, je suis devenue la Mère de toute l’humanité. Je vous ai tous accueillis avec amour, car oui je vous aime mes enfants. C’est pour cela que je viens vous demander de vous convertir, de faire pénitence, d’aller à la confession
pour être en état de grâce, car je souhaite que vous soyez tous sauvés. Je demande des grâces de conversion pour tous
mes enfants. Chaque pécheur qui vient vers moi, je l’accueille comme l’enfant prodigue. Je le lave de mes larmes, je viens
orner son âme des plus belles vertus comme de fleurs. Je lui apprends la voie à suivre. En le prenant dans mes bras, je
lui apprends l’Évangile pour lui faire connaître Jésus, son frère qui l’a tant aimé, qu’Il lui a donné sa vie pour le sauver,
lui faire connaître le Père, pour qu’il comprenne le grand amour de Dieu le Père qui lui a tout donné en lui donnant
son Fils unique, pour que l’amour filial prenne racine dans son coeur par le feu que l’Esprit Saint vient allumer en lui.
Priez, priez, priez pour tous ceux qui se sont éloignés de la foi, de l’Église. Priez pour les incroyants, priez pour toute
l’humanité, car vous êtes les enfants de Dieu le Père qui vous a tous créés. Revenez à Lui avant qu’il ne soit trop tard !
Merci, mes enfants, d’accueillir mes demandes. Je vous aime et vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

 
Marie, Reine de la paix 26 juillet 2011
 

122 – Soyez dans la joie, car votre délivrance est proche. Demandez à l’Esprit Saint d’augmenter la foi dans vos coeurs.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur. Béni soit celui qui a cru et croit en sa Parole (Jn 20, 29) :
« Heureux soit celui qui croit sans avoir vu! » Oui, mes enfants, que votre foi soit plus grande, plus ferme, qu’elle devienne
inébranlable, une foi à toute épreuve, à l’exemple de votre père Abraham qui a espéré contre toute espérance, qui a cru ;
et Dieu le Père l’a comblé au-delà de ses attentes. Demandez toujours au Saint-Esprit d’augmenter la foi
dans vos coeurs. Dans la période à venir, ce sera d’une importance capitale, car vous serez presque obligés, je dirais, de
marcher dans la foi pure, parfois sans rien comprendre, car de grands changements se produiront.
Oui, mes enfants d’amour, il faut vous exercer à faire des actes de foi, à croire avec une très grande certitude que Dieu le
Père est là pour vous protéger, que sa divine Providence veille sur chacun de ses enfants. Exercez-vous à croire en sa Parole,
son Verbe, son Fils unique Jésus Christ, en suivant ses pas en cette nuit si obscure. Il est là pour vous éclairer la route, lui, la
Lumière du monde (Jn 8, 12), qui vient avec puissance sauver à nouveau ses frères et ses soeurs.
Soyez dans la joie, mes enfants, car votre délivrance est proche (Lc 21, 2Cool. Soyez dans l’allégresse, car l’Esprit et
l’Épouse disent « Viens ». Oui, venez mes enfants d’amour, venez vous rassasier au Coeur Sacré de Jésus, venez vous
réfugier dans le Coeur Immaculé de votre céleste Maman Marie. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia.


Marie, Reine de la paix 27 juillet 2011
 

123 – Jésus est venu par Marie à son premier avènement. Il reviendra par elle, en Gloire, à son second avènement.
Merci, mon enfant, signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Ce soir, je viens vous demander de donner beaucoup d’importance à vous consacrer au Sacré-Coeur de Jésus et au
Coeur Immaculé de votre céleste Maman. De même que j’ai été choisie par le Père Tout-Puissant
pour devenir la Mère de son Fils unique (le Verbe qui a pris chair dans mon sein virginal en son premier avènement, qui
est venu dans le monde, dans le silence d’une nuit froide, Lui, la Lumière du monde (Jn 8, 12), éclairer la plus belle nuit du
monde, celle où le Fils de Dieu a quitté sa gloire auprès du Père pour venir sauver ses frères et ses soeurs de l’esclavage
du péché), de même par décret divin, la très Sainte Trinité m’a choisie de nouveau pour préparer le chemin du second
avènement de Jésus dans sa Gloire par le triomphe de mon Coeur Immaculé.
De nouveau, il va venir à vous tous, ses frères et ses soeurs par moi, sa très Sainte Mère, pour vous sauver en cette
nuit de ténèbres qui a enveloppé le monde du froid glacial de la perte de la foi. Il viendra à nouveau vous éclairer en cette
nuit profonde où la confusion est à son comble. Oui, mes enfants, réjouissez-vous, car la Lumière du monde (Jn 8, 12)
est déjà sur le chemin de son Retour pour vous donner une vie nouvelle. Préparez-vous par la prière, l’adoration et le recueil -
lement, en vous laissant instruire par l’Esprit Saint. Il souffle dans vos coeurs dans une brise légère de son amour feu. L’Esprit
Saint vient vous brûler de son amour pour vous ouvrir à l’amour filial de Dieu le Père, pour vous faire dire Abba, je t’aime,
Abba, je t’adore, Abba, je crois en toi et je te reconnais comme mon seul Dieu, mon seul Père, mon Créateur.
Oui, mes enfants d’amour, laissez-vous enflammer par l’Amour Trinitaire, accueillez en vos coeurs les grâces néces -
saires pour faire le passage où vous laisserez le vieil homme pour revêtir l’homme nouveau (Eph 4, 24), celui qui laissera
toute la place à l’Esprit Saint, l’Esprit de Lumière, l’Esprit de Dieu ; devenez semblables à votre Père, votre Dieu, Seigneur
Yahvé Sabaoth, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Soyez bénis, mes enfants, au nom du Père, au nom du
Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 29 juillet 2011

Sainte Marthe
124 – Toujours s’abandonner dans les mains du Père céleste. En tentation, appelez rapidement la Mère de Dieu. Mon enfant, il te faudra vivre de plus en plus dans le saint abandon. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. N’ayez pas peur, soyez courageux et forts. Persévérez dans la prière. Vous devez tous vivre dans l’abandon entre les
mains trois fois saintes de votre Père céleste, vous devez tous lui faire confiance davantage. Il est là bien présent dans votre
vie, particulièrement dans la vie de ceux qui croient et qui espèrent tout de lui. Soyez plus attentifs aux appels de la
grâce, aux inspirations du Saint-Esprit. Ne vous laissez pas distraire par les embûches que l’ennemi place sur vos routes.
N’oubliez pas qu’il fait tout en ce moment pour vous détourner de la prière, vous fatiguer, vous décourager et vous énerver ;
attention, mes enfants, soyez vigilants, très vigilants. Méditez l’Évangile d’aujourd’hui, surtout sur cette phrase
que mon divin Fils a dite à Marthe (Lc 10, 41) : « Tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire.»
Oui, mes enfants d’amour, laissez de côté les inquiétudes qui viennent agiter tout votre être pour éloigner de vous la
paix, vous faire perdre la confiance, la patience et l’abandon à votre Papa des Cieux, et faire oublier l’essentiel.
Lorsque vous sentez monter une tentation, appelez-moi sans tarder, mes enfants. La Mère du Fils de Dieu est aussi
votre Mère. Je viendrai vous donner la force et les grâces nécessaires pour résister et conserver votre paix.
Une seule chose est nécessaire, mes enfants : gardez votre paix pour accueillir l’Esprit Saint qui vient ouvrir vos coeurs à
l’amour de Dieu le Père et à l’amour de Dieu le Fils. Voilà ce qui est essentiel en ce moment pour chacun de
vous, mes enfants de lumière. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Votre Crucifié d’amour 1er août 2011


125 – Dédiez le mois d’août au Père. Réveille-toi avant l’Avertissement, génération insensée !
La paix soit avec toi, mon enfant, enfin tu es là. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de
Dieu mon Père.

Oui, mes enfants, essayez toujours de garder votre paix, quoiqu’il arrive. Laissez passer les bruits de toutes sortes,
ne vous laissez pas distraire, car l’heure est trop grave. Il faut vous le répéter et répéter pour vous faire comprendre l’ampleur
des dangers qui vous guettent. Quand vous perdez votre paix, voyez les conséquences que vous devez porter, tout le mal
et toute la souffrance que vous vous infligez à vous-mêmes. Par contre, lorsque vous accueillez dans la paix vos épreuves
journalières et que vous venez vers Moi pour me les offrir, pour tout me remettre et pour me laisser la liberté d’agir, je
peux vous aider en vous donnant la force de les surmonter si c’est pour le bien de vos âmes, je peux les enlever et même
réparer leurs conséquences, car je suis le Dieu de l’impossible. (cf. Mc 9, 23)
Faites-moi confiance, mes enfants. Vous allez voir comment vous allez tout traverser allégrement en sachant que vous
n’êtes pas seuls, car je suis là avec vous, mes tout-petits.
En ce premier jour du mois d’août, je vous demande de prier d’une façon très spéciale Dieu mon Père, pour que ce
mois lui soit dédié. Je veux faire revivre dans chacun de vos coeurs une dévotion toute particulière au Père de la miséri corde,
au Père de l’amour. Oui, mes enfants, priez-le avec tout votre coeur et avec toutes vos forces. Priez pour vos frères et vos
soeurs qui sont dans le péché ou incroyants… Ils ont besoin de vos prières, surtout de la récitation de mon chapelet de
la Divine Miséricorde...
Il s’agit de votre dernière occasion pour aider à sauver ces âmes, ces âmes perdues, car le jour de l’avertissement
approche à grands pas. Ne dites pas, mes enfants, qu’on l’annonce depuis longtemps… et il n’arrive pas… Il est là et vous
serez très surpris. Ce n’est pas pour rien ni pour plaisanter que Le chapelet de la Divine Miséricorde est un chapelet adressé à la
Miséricorde de Dieu le Père.

Le 13 septembre 1935, Jésus a dicté ce chapelet à soeur Faustine Kowalska (1905 à 1938), surnommée l’apôtre
de la Miséricorde et canonisée par Jean-Paul II en avril 2000. je vous demande de prier pendant ce mois d’une façon très
fervente le Père Tout-Puissant.

 
POUR PRIER LE CHAPELET A LA MISERICORDE DIVINE, CLIQUEZ SUR LA VIDEO CI-DESSOUS. 
CE CHAPELET SE PRIE TOUS LES JOURS ET NOUS OBTIENT L'INFINIE MISERICORDE DE DIEU 
   
  
 Prenez mes paroles au sérieux, car très bientôt vous pourriez le regretter. L’heure est grave ; priez, adorez, repentez-vous de tout le mal que vous avez commis, allez au sacrement du Pardon pour être en état de grâce le moment venu.
Ne croyez pas que je suis fâché, ou pire encore que je viens avec des menaces… non, mes enfants, je viens avec mon
Coeur transpercé par tant et tant d’indifférence, de doute, de froideur, car j’ai soif à nouveau, j’ai soif de vos âmes, de
votre amour, de vous savoir sauvés. Je veux vous sauver tous, mes enfants, vous que le Père trois fois saint m’a confiés, je
veux vous faire sortir de cette léthargie où un grand nombre d’enfants sont tombés…
Réveille-toi, génération insensée, ouvre ton coeur à ton Seigneur et ton Dieu. Réveille-toi avant qu’il ne soit trop tard,
avant que je vienne dans toute la splendeur de ma Gloire. Reviens dans les bras de Dieu, ton Père, ton Créateur. Reviens
pour recevoir ton héritage d’enfant de Dieu. Regarde ton Jésus qui vient te libérer des chaînes de l’esclavage de tous tes
péchés, de tous tes vices. Oui, mes enfants, ouvrez vos coeurs, écoutez ma voix qui vous appelle, venez à moi, je veux vous
rendre votre liberté pour vous faire goûter la vraie paix, la vraie joie que seul Dieu peut vous donner.
Merci, mes enfants d’amour, d’entendre le cri de mon Sacré-Coeur, de ce Coeur si peu aimé. Je vous aime, je vous
aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de tout-petits 2 août 2011


126 – Conséquences de l’absence de l’enseignement de la foi. Les parents, responsables de la foi de leurs enfants.
La paix soit avec toi (3 Jn 1, 15). Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur.

Je vous en prie mes enfants, priez, priez, priez pour tous ceux qui vont périr en cette grande catastrophe qui est à vos
portes ; le nombre des morts sera tellement élevé. Je souffre de voir tous ces enfants qui ne veulent pas ouvrir leur coeur pour
accueillir les grâces de conversion, de repentir. Pour eux, le mal n’existe pas, tout est bien, tout est normal. Ces enfants
croient fermement qu’il faut vivre sa vie avec le maximum de plaisirs de toutes sortes, car après la mort tout est fini. Pire
encore, un grand nombre croient à la réincarnation. Sottise et stupidité : croire qu’ils vont revenir à la vie dans un animal.
On croit en toutes sortes de choses sauf en la vérité que mon divin Fils est venu vous prêcher, afin de vous faire comprendre
les Saintes Écritures qui vous mènent à demeurer dans le chemin que le Père trois fois saint vous a tracé dans l’Évangile.
Regardez autour de vous tous ces enfants qui passent leur enfance sans que personne ne leur parle de Dieu le Père, de
l’Enfant Jésus et de votre céleste Maman, la Mère de Dieu.
Cette nouvelle génération est agnostique… Tous ces adolescents vivent leur vie en suivant l’esprit du monde où Dieu
n’a pas de place. Ils ont appris à se moquer de Lui, ils ont appris à vivre sans respect pour leurs parents, leur prochain et
surtout sans aucun respect pour Dieu leur Créateur. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas eu de parents pour leur transmettre la
foi, les bonnes valeurs chrétiennes, le respect du sacré. Et ces enfants vivent très souvent dans une révolte qui les amène à la
vengeance. Ils se sentent de trop dans les familles, ils souffrent d’un manque d’amour, car leurs parents n’ont pas su les aimer.
Ils grandissent avec un vide dans le coeur. Matériellement, ils peuvent être comblés, mais il leur manque l’essentiel, l’amour
d’un père, d’une mère et souvent l’amour d’un frère ou d’une soeur, car ils sont enfants uniques. Leurs parents ne veulent
pas donner la vie à d’autres enfants. Refuser de donner la vie humaine par des excuses capricieuses ou précaires est un
outrage à l’ordre divin. Oui, je souffre de voir tous ces enfants qui vont à la dérive, ces enfants qu’on laisse à leur compte… Si vous saviez comment et combien ils souffrent de solitude et d’incompréhension de la part des adultes. C’est pour cela qu’il ne faut pas les juger quand ils se révoltent, quand ils cherchent à s’évader dans les drogues ou autres vices. Priez, mes enfants d’amour, pour tous ces petits enfants et ces jeunes pour leur obtenir des grâces de conversion et aussi pour les parents qui n’ont pas su les éduquer et surtout les aimer. Ils auront à rendre des comptes devant le Juge suprême, le jour où ils seront devant
lui, car ils sont directement responsables de beaucoup de péchés et de tragédies que vous voyez de nos jours.
Merci, mes enfants, de bien accueillir mes demandes de prières. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Votre Sacré-Coeur de Jésus 5 août 2011 
Premier vendredi du mois

127 – Le Règne de la paix viendra par le triomphe du Coeur Immaculé de Marie.
La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.
Oui, mon enfant, en ce grand jour, je viens avec mon Sacré-Coeur transpercé par la souffrance de voir tous ces
enfants qui ne veulent pas ouvrir leur coeur et accueillir les grâces que ma très douce Maman veut y déposer.
On continue de la ridiculiser, elle, la Reine du Ciel et de la terre, elle, le Trône de la sagesse, elle, la Mère de Dieu. On
continue d’ignorer ses demandes, on n’accueille pas ses paroles, on ne croit plus à son Immaculée Conception. Combien de
blasphèmes elle doit recevoir ! Elle pleure, oui, mes enfants, elle pleure… Les statues de ma très Sainte Mère pleurent des
larmes de sang un peu partout dans le monde et cela est un autre signe de la grande tribulation qui est à vos portes.
Mais hélas ! on se moque des larmes que verse l’auguste Mère de Dieu…
Vous avez eu des signes avant-coureurs avec ces oiseaux morts, avec les poissons morts sur les plages un peu partout
dans le monde. Elle vous avait dit : priez, priez, priez, mes enfants, car le calvaire de l’humanité est bel et bien commencé
et ses enfants n’ont pas pris au sérieux ses paroles, sauf le tout petit reste… Et cela me cause une très grande douleur… Elle
vous appelle à la conversion, à la prière, à l’adoration, au sacrement du Pardon pour être en état de grâce, mais hélas ! on
fait la sourde oreille, on pense à tout, sauf à l’essentiel, on a le temps pour tout, sauf pour prier, sauf pour adorer… pour cela
on est trop fatigué, on n’a plus de temps.  Mes enfants, en vérité je vous le dis : je dois permettre qu’arrivent des événements très douloureux sur cette terre à cause des nombreux péchés du monde. Je suis votre Jésus, votre Seigneur et votre Dieu, et tout cela me cause une grande douleur. En plus, le fait de voir ma très Sainte Mère si affligée transperce mon Coeur d’une façon atroce.
J’aimerais tant qu’on l’aime, qu’on la respecte, qu’on la vénère comme la Mère de Dieu. C’est grâce à elle que je suis
venu dans votre monde, c’est par son « fiat » que la Rédemption du genre humain a été possible : dès cet instant, je suis
descendu du Ciel par l’oeuvre et la grâce de l’Esprit Saint qui l’a couverte de son ombre pour recevoir la Lumière du monde
(Jn 8, 12), le Verbe de Dieu le Père, dans son sein virginal. Ce sera à nouveau par elle, par le triomphe de son Coeur
Immaculé que je reviendrai dans toute la splendeur de ma Gloire pour établir mon Règne de paix et habiter parmi tous
les enfants de bonne volonté, pour que la Divine Volonté de Dieu le Père circule librement sur la terre comme au Ciel.
Merci, mes enfants d’amour, merci à vous mes tout-petits d’ouvrir vos coeurs et d’accueillir cette manne céleste. Et moi
aussi je vous dis : priez, priez, priez mes enfants pendant que vous en avez encore le temps. Priez pour mon Vicaire, le Pape
Benoît XVI. Soutenez-le, car il a vraiment besoin de vos prières. Priez pour les évêques, les cardinaux, pour tous les
prêtres et pour les consacrés. Je vous aime. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 10 août 2011


128 – La paix du coeur : un grand cadeau du Ciel.
 

Témoigner sa foi, sa confiance au Père. Que la paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris,
mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils,
 

Jésus Christ le Seigneur. La paix, mes enfants, c’est l’un des plus grands cadeaux que Dieu le Père vous a donnés. Il n’y a rien de plus beau que de voir un enfant qui a le coeur en paix. Son regard est si beau, son sourire est une caresse, tout son être rayonne l’amour, la tendresse, la bonté de son Seigneur Dieu. Observez le regard d’un petit enfant : il est pur, limpide et innocent. Pourquoi ? Parce qu’il a la paix, la joie, la certitude de se sentir aimé et protégé par ses parents.
J’aimerais vous demander, mes enfants, d’aimer davantage Dieu le Père. Il est Amour. Si vous saviez combien Il
aime chacun de ses enfants, oui, chacun en particulier. Il fait ses délices en regardant ses enfants venir à lui dans un
abandon filial. Il tressaille de joie quand il en voit un venir se jeter dans ses bras et partager avec lui tous ses soucis, ses
peines, ses inquiétudes et ses joies aussi. Même s’il connaît tout, s’il sait tout… il aime vous entendre, vous voir près de
lui, vous, ses petits enfants, ses enfants d’amour. Merci de Lui donner toute la gloire qui lui est due, merci
de lui donner une place de choix dans votre vie, la première place, toute la place ; et là, vous ferez tout pour sa gloire à
l’exemple de son Fils unique Jésus. Oui, mes enfants, que votre coeur soit dans la paix en ces jours si troublés et si agités, où les enfants sont pris par l’anxiété et la peur, où l’on pense à tout sauf à demander pardon à Dieu pour tant et tant d’offenses. Partout, on constate le désespoir, la violence, la crainte de l’avenir… Mes enfants, soyez des témoins en proclamant votre
foi et votre joie d’être chrétiens. Témoignez votre paix, votre confiance à votre Père céleste pour que le monde sache
qu’il est parmi vous, qu’il prend bien soin de ses enfants qui croient en lui, qui se confient à Lui. Oui, mes enfants, n’ayez
pas peur de proclamer que Dieu est vivant, qu’il vous protégera peu importe les événements. Ayez la certitude de sa
puissante protection, de sa puissante intervention pour vous guider par l’action de l’Esprit Saint qui vient avec les dons
et les grâces dont vous aurez besoin en ces temps qui sont les derniers.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Roi d’amour 12 août 2011


129 – Ne vous inquiétez donc pas du lendemain.

Celui qui me cherche ne manque de rien. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang, pour la
Gloire de Dieu, mon Père.

Ce soir, méditons cette phrase : je veux, mes enfants, que vous ayez la certitude que votre Père qui est aux cieux sait très
bien ce dont vous avez besoin au plan spirituel comme au plan matériel. Je parle ici de l’essentiel, pas du superflu ni du luxe ;
non, il n’en est pas question. Quand je vous ai appris à prier le Notre Père, je vous ai appris à dire : donnez-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Quand mon Père a fait pleuvoir le pain du Ciel, il a enseigné à Moïse à dire à son peuple de cueillir chaque jour la ration quotidienne selon ce que chacun pouvait manger, car à chaque jour suffit sa peine. (Mt 6, 34)
 

De ceci on va tirer deux leçons :
• La première, c’est que votre Père sait ce dont vous avez besoin. Sa Providence est là bien présente dans la
vie de chacun. Votre Père est un Roi, votre Créateur, le Dieu de l’impossible. Votre Père est l’Alpha et l’Oméga
(Ap 22, 13), il est tout, il est partout, il est en tout…

Alors, mes enfants, pourquoi avez-vous peur du lendemain, pour votre avenir ? Faites-lui confiance.
 

• La deuxième leçon, mes enfants d’amour, c’est que votre Père vous aime tellement qu’il ne peut pas et
surtout ne veut pas vous abandonner, vous son tout petit reste. Les événements commencent à se produire
un peu partout dans le monde. Il faut que cela arrive mes enfants, ils font partie de la grande tribulation
et personne ne pourra arrêter ce que les péchés des hommes ont fait déclencher…
Par la prière, par l’adoration, on peut bien sûr en abréger la durée, en atténuer les dégâts, en minimiser les lourdes
consé quences. Voilà pourquoi ma très Sainte Mère ne cesse de vous demander de prier, d’adorer, de prier à ses intentions.
Elle n’oublie aucun de ses enfants, les vivants et les âmes du purgatoire. Voilà l’importance de cette deuxième leçon.
Quant à l’avenir, mes enfants d’amour, méditez, sur la marche du peuple d’Israël au désert, méditez comment le Père
trois fois saint l’a nourri, a fait jaillir l’eau du rocher, comment il a été présent parmi son peuple, jour et nuit, dans la colonne
de nuée et de feu. Dans sa grande bienveillance, il lui a donné des signes de sa paternelle présence jusqu’à l’arrivée à la Terre
Promise. 
Voyez-vous qu’il arrive ce qui doit arriver ? Gardez dans vos coeurs ces passages de l’Exode qui vous aideront à vivre
dans la paix, dans l’abandon et dans la confiance en ces temps qui sont les derniers. En vérité, je vous le dis, si chaque famille et si chaque enfant lisaient la Bible pour apprendre à mieux connaître Dieu le Père, votre confiance serait plus grande, votre foi plus
solide. Considérez, mes enfants d’amour, comment Il a appris à son peuple à vivre la grâce du moment présent en disant
de prendre chaque jour chacun sa ration quotidienne ; c’est cela que je veux vous rappeler aujourd’hui. Vivez le moment
présent, car hier est fini, personne ne peut rien faire pour le faire revenir, et demain ? Qui d’entre vous peut être absolu -
ment certain d’être là ? Voilà la grande erreur d’un grand nombre de mes enfants.
Une partie des gens sont prisonniers du passé, se sont laissé enchaîner par des fantômes du passé et ces pauvres
enfants traînent de lourdes conséquences dans leurs vies, au plan émotionnel comme au plan physique.
Il y en a d’autres qui ont peur de l’avenir, peur de manquer de quelque chose, en oubliant que celui qui me cherche
ne manque de rien. Et comme ils ne font plus confiance à Dieu le Père, ni à moi votre Jésus, ils gaspillent le temps de vie
qui leur reste. Ils n’ont pas appris à vivre leur aujourd’hui. Ils travaillent comme des fous pour ramasser des richesses.
D’autres ont tellement peur qu’ils ne pensent qu’aux choses matérielles pour assurer leur avenir, et ils oublient l’essentiel :
leur âme, l’état de leur âme, leur vie spirituelle. C’est pour cela que je vous ai dit « Cherchez d’abord le Royaume et sa
justice et le reste vous sera donné par surcroît. » (Mt 6, 33)

Gardez votre paix, mes enfants, pour que votre foi progresse. Croyez en l’amour que le Père a pour chacun de vous,
aimez-le, faites-lui confiance ; oui mes amours, croyez en Celui qui vous a tout donné en vous donnant son Fils unique,
moi, votre Jésus, votre Rédempteur. Je vous en prie, ne vous inquiétez donc pas du lendemain (Mt 6, 34). Soyez bénis
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 15 août 2011
 

L’Assomption de la Vierge Marie
 

130 – La fête de l’Assomption célébrée au Ciel. Donner son fiat pour entrer dans le plan d’Amour Trinitaire. Signe-toi, mon enfant, et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
En ce grand jour de mon Assomption au Ciel, je veux vous remercier pour vos chants, vos prières, pour vos paroles
d’amour envers moi, votre céleste Maman Marie. Merci, merci, mes enfants d’amour.
Oui, aujourd’hui c’est la fête au Ciel où l’Église commémore le jour où je fus élevée dans la gloire du Ciel avec mon
corps et mon âme. Oui, mes enfants, avec mon corps qui avait porté mon Seigneur et mon Dieu, mon Créateur, l’auteur de
la vie. Moi, son humble servante, je suis devenue la Mère de Dieu : le Seigneur fit pour moi des merveilles, saint est
son Nom. Voyez-vous, mes enfants, l’importance de Lui faire confiance, de vous abandonner sans aucune crainte entre ses bras
trois fois saints ? N’ayez pas peur de dire « Oui, Père, me voici » ou simplement fiat. Souvenez-vous que Dieu est votre Père.
Il veut se faire connaître par tous ses enfants, il veut que chacun apprenne à l’aimer d’un amour filial et d’un amour
vrai, Il veut faire des merveilles pour chacun pourvu qu’on le laisse faire.
Voilà d’où vient la nécessité de lui remettre chaque jour votre volonté et votre liberté. Il en a besoin comme instru -
ments pour accomplir son plan d’amour, pour que tous ses enfants acceptent de vivre sans aucune retenue dans ce
mouvement d’Amour Trinitaire où il y aura une harmonie parfaite, car toute la terre sera remplie de sa Gloire et tous les
coeurs seront ouverts pour accepter le règne de la Divine Volonté de Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit
et y entrer. Merci, mes enfants, soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 17 août 2011

131 – Regardez Jésus, le chemin qui conduit au Père. 
Ne vous laissez pas distraire ou influencer. Le temps s’obscurcit, les ténèbres continuent d’envelopper la terre en cette nuit de grande confusion. Signe-toi, mon enfant, et écris couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Regarde autour de toi : on dirait qu’il n’y a pas de porte de sortie, vous êtes tous pris comme dans un cercle vicieux
qui ne laisse personne s’échapper. La violence est partout, la guerre menace d’éclater au Moyen-Orient, les catastrophes
ailleurs… On dirait que la paix n’existe plus, qu’on est en train de l’étouffer.
Seuls quelques-uns qui font partie du petit reste tentent de garder leur paix… Vous devez parfois vous battre contre
vous-mêmes pour conserver un peu de paix dans le coeur et pourtant, je vous l’ai dit : soyez vigilants, ne vous laissez pas
distraire ou influencer par qui ou par quoi que ce soit.

Cessez de regarder à droite ou à gauche du chemin, suivez votre Jésus-Amour (Jn 14, 6), car c’est Lui le Chemin
qui vous conduit au Père. Il est la Vérité en ces temps de mensonges de toutes sortes, il est la Vie en ces temps où
l’esprit du monde veut conduire votre âme à la mort, et même votre corps, car l’ennemi vous déteste. Il veut vous détruire et
vous anéantir, parce qu’il vous hait pour toujours. Priez, priez, priez, mes enfants d’amour, restez en
communion avec votre Seigneur et votre Dieu pour ne pas succomber aux tentations du désespoir, de la peur et surtout
des doutes qui vous conduiraient directement à la perte de la foi ; à ce moment-là, mes enfants, vous n’auriez plus aucune
paix, ni calme, votre confiance serait nulle. Attention, mes amours, vous êtes si fragiles, si vulnérables. Quand les mauvaises pensées vous envahissent, vite chantez, louez, priez, appelez-moi, moi la Mère de Dieu, je saurai vous protéger, vous fortifier.
N’oubliez pas que les attaques et les tempêtes sont de plus en plus fortes ; le but de l’Adversaire est de faire perdre la
foi dans les coeurs des enfants de Dieu. Il sait que sa victoire est là, car s’il n’y a pas la foi, il trouve la porte grande ouverte
pour entrer dans vos coeurs et vous faire périr. Sans la foi vous éloignez de votre vie votre Seigneur et votre Dieu, votre Père.
L’Adversaire vous trouvera sans protection et vous deviendrez une proie facile entre ses griffes.
C’est pour cela que je vous demande de prier, de louer, de porter des sacramentaux sur vous, de dire votre chapelet et
surtout de rester en état de grâce pour devenir de vaillants guerriers prêts à affronter l’ennemi de vos âmes.
Merci, mes enfants, pour vos oui d’amour, merci de votre fidélité, de votre amour. Soyez bénis au nom du Père, au nom
du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Votre Jésus de Nazareth 25 août 2011


132 – L’avertissement est annoncé pour la présente génération.
La paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire
de Dieu, mon Père. Ce soir, mes enfants, méditons cette phrase (Mt 24, 42)
« Veillez donc, parce que vous ne savez pas l’heure ni le jour où votre Seigneur va venir. » On voit passer les jours, les mois,
les années et les enfants de la génération actuelle croient qu’ils ont tout le temps devant eux. Ils sont sûrs que les prophéties
sont annoncées pour une autre génération… Donc, on a le temps de vivre en suivant l’esprit du monde, en suivant la
voie du plaisir. Ces enfants courent à leur perte, car ils ne pensent pas à leur âme, ils ne croient plus à la vie éternelle qui les attend, et laissent de côté Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint- Esprit ; ils ont négligé l’essentiel, à savoir la relation filiale
entre la créature et son Créateur. Oui, mes enfants, je vais revenir à l’heure où vous ne penserez pas que moi, Jésus de Nazareth, le Fils de l’homme, je reviendrai. Je suis déjà sur mon chemin du Retour. Prenez le temps de lire les signes des temps qui sont autour de vous et de les interpréter. Ne soyez pas comme les insensés qui écoutent sans rien comprendre, et les aveugles qui regardent les signes avant-coureurs sans rien voir. Tous sont conscients que quelque chose d’important est sur le point d’arriver… Mais hélas ! ils ne veulent rien savoir, ils ne veulent pas croire que la nature est en train de préparer mon Retour prochain (cf. 2 Pi 3). Ma très Sainte Mère vous a annoncé partout dans le monde de vous préparer, de rester vigilants, de ne pas vous
laisser distraire, de tenir vos lampes allumées (Lc 12, 35), d’essayer de rester en état de grâce. Et pourtant, ses enfants la
ridiculisent, ils ne prêtent pas l’oreille à ses avertissements. Elle est si affligée, elle qui veut les sauver tous… Mon Sacré-
Coeur saigne à nouveau de voir le très petit nombre de ceux qui font quelque chose, aussi petite soit-elle, pour se corriger,
pour revenir à la grâce, pour redresser leur conduite. Oui, mes enfants, je reviendrai ! Tenez-vous donc prêts,
soyez vigilants aujourd’hui plus que jamais, car je vous rassemblerai de partout dans le monde pour vous conduire à la
Nouvelle Terre et aux Cieux Nouveaux que le Père trois fois saint a préparé de toute éternité pour ses enfants de lumière,
ses enfants fidèles à sa loi d’amour, ses enfants qui auront renoncé à leur propre volonté pour accueillir avec amour la
vie dans la Divine Volonté de Dieu le Père.  Oui, mes enfants, je viens. L’Esprit et l’Épouse disent
« Viens ». Oui, mes tout-petits, mon Retour est proche (cf. 2 Pi 3). Amen. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils
et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Sauveur 28 août 2011
133 – Le sang coule au Moyen-Orient.
 

Une guerre mondiale peut éclater d’ici peu de temps. Ma paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, cou -
verte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père.


Heureux ceux qui croient sans avoir vu (Jn 20, 29). Heureux tous ceux qui attendent mon Retour dans la Gloire
avec un coeur contrit, plein d’amour, de foi, de confiance et surtout de paix !
 

Voyez-vous, mes enfants, comment on a perdu le sens de la paix et comment les peuples s’entredéchirent entre eux ?
Ils sont frères, ils ont la même terre qui les a vu naître… et pourtant ils ont noyé leur terre avec tant et tant de sang qui
coule et crie vengeance auprès de Dieu le Père. Ces enfants sont remplis de haine, ils sont aveuglés par l’orgueil, la soif
du pouvoir. L’ennemi leur a rempli le coeur de l’esprit de mort. Priez, priez, priez, mes enfants, pour vos frères du
Moyen-Orient. Une guerre peut éclater d’ici peu, une guerre qui sera pire que la Deuxième Guerre mondiale : une guerre
nucléaire. Oui, mes enfants, priez avec le coeur, récitez votre chapelet pour la paix du monde, pour atténuer les consé -
quences d’un conflit. Vous étiez nerveux pour cet ouragan Irène (la veille), et je t’avais dit hier, mon enfant, qu’il ne serait pas aussi fort qu’on l’attendait… qu’il serait seulement un avant-goût de ce qui vient… car les plus désastreux sont à venir. Il y a eu même des gens qui se sont moqués… Attention, mes enfants ! Les éléments de la nature sont déchaînés, ils vous préparent petit
à petit. Ne soyez pas incrédules, car vous pourrez avoir de grandes surprises.
Priez, je le répète, car le temps presse. Tenez-vous prêts, continuez à faire de l’adoration pour recevoir les grâces néces -
saires pour traverser toutes les intempéries, les épreuves que vous devrez tous subir. Mes enfants, allez à la sainte messe et
recevez la sainte Eucharistie qui vient vous fortifier et nourrir votre âme.
Oui, mes enfants, venez à moi, votre âme a soif de moi, votre Seigneur et votre Dieu. Venez comme vous êtes, Je vous
attends au sacrement du Pardon qui vous prépare à recevoir le Roi des rois. Venez, mes tout-petits, laissez-vous combler
de ma paix, car ma paix je vous la donne. (Jn 14, 27) Oui, Je veux que vous gardiez ma paix pour la transmettre
à tous ceux qui sont et seront autour de vous. C’est pour vous tous que je dis : « Heureux les artisans de paix, ils seront
appelés fils de Dieu. » (Mt 5, 9) Merci, mes frères et mes soeurs, d’accueillir ma paix, d’accepter d’être canal de paix pour tous les enfants de Dieu le Père qui ont perdu la paix. Merci d’être des instruments dans l’invisible. Par votre adoration, le Père peut rejoindre les coeurs les plus éloignés de ses enfants, pour que l’amour et la vérité se rencontrent en eux, que la justice et la paix s’embrassent (Ps 84, 11) et que la paix règne à nouveau dans leurs coeurs. Merci de votre grande générosité !
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 29 août 2011


134 – On fait tout pour occulter le nom de Jésus.
 

Mes choisis sont la lumière dans l’obscurité. Vous êtes le sel de la terre (Mt 5, 13). Signe-toi et écris,
mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Voici ce que mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus, attend de chacun de ses frères et de ses soeurs : que vous soyez
le sel qui donne le goût de suivre les pas de l’Agneau sans tache, l’Agneau de Dieu. Vous devez, par l’exemple de votre
vie, donner le goût de suivre Jésus en ce temps où l’on ne veut rien savoir de lui, où l’on fait tout pour occulter son saint
Nom, car le nom de Jésus dérange. Par votre paix, par votre joie vous donnerez le témoignage que Dieu est vivant, qu’Il
est bien présent parmi ses enfants, que c’est Lui qui vous donne la force, le goût d’avancer chaque jour sur la route que
le Père vous a tracée. Oui, mes enfants d’amour, vous êtes la lumière du monde (Mt 5, 14) en ce temps de grande obscurité. Voilà pourquoi vous devez faire de l’adoration pour recevoir la lumière, pour devenir des lampes rayonnantes de lumière : ainsi votre lumière brillera devant vos frères et vos soeurs pour qu’ils puissent sortir de cette nuit profonde de la grande confusion où ils sont
tombés. Merci, mes enfants, de continuer à prier, adorer et surtout, merci de vous laisser instruire pour devenir des témoins qui
donnent le goût d’être chrétiens et enfants de Dieu le Père. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Eucharistie 30 août 2011


135 – Les préoccupations personnelles sont des obstacles à la grâce. Mieux se préparer pour communier.
Si tu savais, mon enfant, la joie que j’ai de communiquer avec les âmes très dociles aux appels de la grâce. Signe-toi
et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus Christ, le Seigneur des seigneurs.
Aujourd’hui, parlons de la difficulté de mes enfants à s’abandonner totalement entre les bras de Dieu le Père. Que
de fois mon divin Fils Jésus vous a dit d’accueillir d’abord vos soucis, vos peines, vos chagrins, pour les remettre entre ses
mains, de lui faire confiance, de tout attendre de la Providence qui prend soin de chacun de ses enfants…
Et pourtant, vous avez encore de la difficulté à vous abandonner ; dans votre vie, vous donnez trop de place à vos
préoccupations et cela, mes enfants, c’est un empêchement pour recevoir les grâces que votre Seigneur Dieu veut déverser
en votre âme…  Vous, les enfants de lumière, demandez à l’Esprit Saint cette grâce de savoir vous abandonner pour plaire à votre
Seigneur. Sachez reconnaître vos limites et, avec humilité, demandez l’aide de votre Jésus. Oui, demandez-la, mes enfants,
car il vous a dit : « Tout ce que vous demanderez à mon Père, en mon nom, il vous l’accordera. » (Jn 16, 23) Demandez-lui
le saint abandon pour que vos coeurs soient en paix, dans le calme, la sérénité et la joie.
Quand vous allez à la sainte Messe, allez-y avec un coeur libre, laissez de côté toutes les préoccupations futiles qui
vous empêchent de bien vous préparer à la sainte Communion. Pensez à Jésus qui vient en votre coeur. Que votre esprit soit
tout à lui, que votre âme se languisse d’amour pour Jésus Eucharistie. Donnez-Lui toute la place. Cessez de l’offenser. Préparez-vous avant de communier pour qu’il trouve l’amour, la reconnaissance et une grande ferveur dans vos coeurs. Ne soyez pas du nombre des enfants qui vont communier avec un coeur rempli de toutes sortes de problèmes, ce qui blesse profondément son Sacré-Coeur… Cela, mes enfants, c’est une erreur, car les préoccupations personnelles amoindrissent l’amour, et vous font perdre
beaucoup de grâces. Il y a des grâces spéciales que vous pouvez recevoir uniquement à la communion, des grâces qui
vous transforment pour devenir des êtres spirituels à l’image et à la ressemblance de Dieu Trinitaire.
Réfléchissez, mes enfants, et prenez la résolution de mieux vous préparer chaque fois que vous allez recevoir le
Roi des rois dans la sainte Communion. Ce faisant, vous consolerez beaucoup le Coeur Sacré de Jésus.
Merci de bien accueillir mes enseignements, et surtout merci de bien accueillir les grâces que mon doux Jésus veut
déverser en chacune de vos âmes. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 2 septembre 2011

Premier vendredi du mois
136 – Se laisser dépouiller de tout ce qui ne vient pas de Dieu pour Lui donner toute la place.
La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus Christ le
Seigneur.

Mon enfant, connais-tu l’importance de vous laisser dépouiller, non seulement de vos vieilles habitudes et de vos
mauvaises pensées… mais de tout ce qui vous empêche d’avancer dans la foi pure ? C’est pour réussir à vivre le
moment présent et recevoir les grâces que l’Esprit Saint veut déverser en chacun de vos coeurs.
Vous devriez, mes enfants, vous exercer à vivre votre aujourd’hui dans une grande confiance en votre Père des
Cieux, sachant qu’il est là pour vous soutenir, vous protéger, vous guider, vous consoler, car des temps plus difficiles sont
à vos portes. Oui, mes enfants d’amour, il faut vous préparer pour devenir forts, pour arriver à passer à travers cette grande
épreuve où la foi sera remise en question. En vous laissant dépouiller de ce qui ne vient pas de Dieu, vous allez voir avec
le regard de Dieu, avec un coeur pur, un coeur de pauvre, car il n’y a rien de plus beau qu’une âme de pauvre : elle devient
héritière du Royaume des Cieux. Cette âme a bien appris à donner toute la place à Dieu, son Père ; son seul désir est de
lui plaire, de vivre dans sa Divine Volonté. Elle accueille chaque journée comme le plus beau cadeau que son Père lui
offre ; elle l’accueille dans l’abandon, sachant que tout concourt à la Gloire de Dieu. Elle ne se fait pas de souci, elle
reçoit les grâces du moment présent. En vous laissant dépouiller de tout ce qui ne vient pas de Dieu, vous pouvez avancer plus facilement sur la route que le Père vous a tracée. Votre fardeau devient plus léger, vous apprenez à vivre votre présent sans vous soucier du lendemain. (cf. Mt 11, 2Cool Dans les temps à venir, il va falloir, mes enfants, vous habituer à vivre dans la foi pure, cette foi qui vous fait tout attendre de la Providence, avec la certitude qu’elle vous protège, qu’elle est là parmi vous, que jamais elle ne vous abandonnera. Priez, priez, priez, mes enfants et demandez au Seigneur d’avoir une foi plus grande pour vivre votre quotidien. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 

Marie, Mère de Dieu 3 septembre 2011 
Premier samedi du mois.


137 – Vos groupes de prière sont devenus des paratonnerres qui vont contrecarrer les forces du mal.
En ce premier samedi du mois, signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur.

Hier, on a parlé des fruits que produit le dépouillement. Même si c’est douloureux, il vous aide à grandir spirituel -
lement, il vous donne la maturité spirituelle. Vos coeurs deviennent plus réceptifs à accueillir les grâces et les fruits
que l’Esprit Saint veut vous donner. Vous devenez plus souples devant l’Agir Trinitaire. Peu à peu, vos raideurs disparaissent et vous devenez des instruments malléables entre les mains du divin Potier qui travaille avec soin l’argile que vous êtes, pour vous transformer en vases communicants par lesquels Dieu le Père va donner son amour aux enfants qu’il va placer sur votre route.
Dieu le Fils va transmettre sa Parole de vérité à ceux qui sont entrés dans la nuit de la grande confusion actuelle et
Dieu l’Esprit Saint va faire jaillir la lumière pour dissiper les ténèbres qui entourent cette nuit froide de la perte de la foi.
Oui, mes enfants d’amour, vous êtes tous appelés à devenir des vases communicants, des êtres de lumière qui portent le
flambeau de la foi pour que le monde sache que Dieu est vivant, bien présent en chacun de vous tous. Il faut que les enfants de ce monde comprennent que Dieu est vivant, qu’il y a encore des enfants qui prient, qui croient, qui adorent… Voyez-vous, mes enfants, l’importance des groupes de prières, des cénacles, des groupes d’enfants qui font de l’adoration ?
En vérité, je vous le dis, mes enfants, vos groupes sont devenus des paratonnerres qui vont contrecarrer les forces du
mal. Avec votre prière, vous soutenez le monde, avec vos prières et vos louanges, vous obtenez des grâces de miséri -
corde, de repentir pour vos frères et vos soeurs qui sont dans le péché ; oui, avec vos prières je peux visiter les coeurs qui sont
endurcis, fermés à la grâce. Je parcours le monde. Bien sûr que j’entends vos demandes, que je m’occupe des vôtres… mais, quand vous priez à mes intentions avec générosité, je peux aider ceux qui sont en danger de perdre leur âme et intercéder pour eux. Je peux obtenir des grâces pour ceux qui frôlent l’enfer et même si c’est à la dernière seconde de leur vie, grâce à vos
prières, vos offrandes, vos sacrifices, un coeur peut s’ouvrir et reconnaître le mal qu’il a fait en ignorant Dieu son Père,
Dieu son Créateur. Merci, mes enfants d’amour, je vous encourage à continuer à vous unir pour prier, adorer et louer. Mes enfants, n’oubliez pas les paroles de Jésus : « Là où il y a deux ou trois personnes réunies en mon Nom, je suis là au milieu d’eux » (Mt 18, 20). C’est la promesse que mon divin Fils vous a faite. Merci d’être le sel de la terre (Mt 5, 13), de donner le
goût de prier, de méditer la Sainte Bible, de devenir la lumière qui éclairera vos frères et vos soeurs autour de vous. Merci de
bien accueillir les paroles de l’humble servante du Seigneur, moi, qui ai vécu toute ma vie dans le dépouillement le plus
total pour vivre à l’ombre de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils, mon Jésus. J’invite chacun de vous à donner son oui à l’exemple de votre céleste Maman. Je vous aime. Je vous bénis avec une bénédiction toute spéciale et maternelle en ce premier samedi du mois, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint- Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 5 septembre 2011
 

138 – C’est Jésus qui exerce son Sacerdoce par le prêtre au sacrement du Pardon.
Ne pas attendre à la dernière minute.

Merci, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Préparez-vous, mes enfants, pendant que vous avez le temps à faire un bon examen de conscience pour aller après
au sacrement du Pardon, et être en état de grâce. Car vous ne savez pas le moment où le maître de votre maison, de votre
âme, sera devant vous pour vous faire voir les fautes, les péchés, les omissions que vous avez commis envers Dieu,
envers vous-même et aussi envers votre prochain. Ne soyez pas comme les vierges folles (Mt 25) qui ont
attendu à la dernière minute pour aller chercher de l’huile. Dans un langage symbolique ici, je peux dire : elles sont allées
chercher l’huile du pardon à la dernière minute et vous savez la suite…
Quand elles sont revenues, il était trop tard, la porte était close… Réfléchissez un peu, mes enfants d’amour… faites
ce que votre céleste Maman vous demande. Demandez l’aide de l’Esprit Saint, il se fera un plaisir de vous aider ; vous
allez rester surpris de voir comment il va vous rafraîchir la mémoire…
N’ayez pas peur, mes enfants, souvenez-vous que lorsque vous allez rencontrer le prêtre pour recevoir le sacrement du
Pardon, c’est Jésus que vous allez rencontrer. Quand un prêtre exerce son ministère, c’est Jésus que
revêt le prêtre, le prêtre est fondu dans la personne du Christ. C’est le Christ Jésus qui exerce Son sacerdoce en lui ; le prêtre,
comme une petite goutte, se perd dans l’océan de la miséricorde de Dieu le Fils pour qu’au moment où vous recevez
l’absolution, vous receviez les torrents de l’amour miséricordieux de Dieu le Père qui vous accueille comme l’enfant
prodigue ; et tout cela s’opère par la puissance de l’Esprit Saint, l’amour du Père et du Fils vous enveloppant à l’instant
même où vous recevez l’absolution. Voyez-vous, mes enfants, le grand prodige qui se produit devant vos yeux ? Voyez-vous la grandeur d’un prêtre au moment où il exerce son ministère ? Allez, mes enfants, en toute simplicité, en toute confiance
et surtout en toute humilité au sacrement du Pardon. N’allez pas tomber dans le nombre de ceux qui disent : Oh non !
qu’est-ce qu’il va penser de moi ? Ou pire encore : il me connaît trop, je ne peux pas lui dire mes péchés. Non, mes enfants…
non… C’est Jésus que vous allez rencontrer, c’est à Jésus que vous allez avouer vos fautes, vos péchés.
Faites-Lui confiance, je vous en prie. Et, ne reportez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui. Souvenez-vous
que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Merci mes amours, de vous laisser instruire, de vous laisser préparer pour la prochaine rencontre avec votre Dieu d’amour lors de son second avènement. L’amour fait les premiers pas pour venir à la rencontre de ses enfants. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Votre Sacré-Coeur de Jésus 6 septembre 2011

139 – L’importance de la prière du coeur, avant, pendant et après la journée, à l’exemple de Jésus.
Ma paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu, mon Père.

Aujourd’hui, parlons de l’importance de la prière du coeur. Je vous ai dit : « Quand vous priez, allez dans votre chambre,
fermez la porte, puis, dans le silence de votre coeur, priez votre Père qui est là dans cet endroit secret. » (Mt 6, 6). Cela veut
dire que lorsque vous priez, choisissez un moment pour tout quitter, vous débarrasser de tous soucis, de toute affection,
de tout ce qui vous empêche d’être seul avec votre Père qui est aux Cieux. Ensuite, vous devez fermer la porte à toute
parole qui ne s’adresse pas à votre Père, à toute image, à tout sou venir qui veut vous distraire pour entrer en oraison. Car
la prière du coeur est une oraison, un dialogue d’amour, de confiance, d’abandon entre les bras de votre Père.
Oui, c’est vrai, il connaît tout, il sait tout, il sait très bien ce dont vous avez besoin avant que vous lui adressiez
vos demandes… mais comme un bon papa, il aime écouter ses enfants, il aime les recevoir avec son amour, sa bonté, sa
tendresse. Oui, il vous accueille les bras grands ouverts lorsque vous priez avec le coeur. Votre prière est plus profonde, car
elle est marquée d’une grande simplicité, d’une grande humilité, d’un amour confiant.
Suivez mes pas, mes enfants, je vous en prie. Méditez ma vie, mes allées et venues, essayez d’imiter votre Jésus. Moi,
Je me suis toujours retiré pour prier à l’écart avant de commencer ma journée, mes enseignements, mes rencontres, etc.
Et le soir venu, Je me retirais à nouveau pour remercier le Père trois fois saint pour tant de merveilles accomplies, car c’était
le Père qui faisait tout en moi, par moi et avec moi, avec l’Esprit Saint. N’oubliez pas, mes enfants, que là où est le Fils,
le Père et le Saint-Esprit sont aussi présents dans l’unité de l’Amour Trinitaire.
Essayez de trouver un moment pour prier, pour rencontrer votre Père pendant votre journée… Vous allez voir comment
après avoir goûté l’amour, la paix, la joie que seul Dieu peut donner, vous allez vous-mêmes chercher et trouver d’autres
moments d’intimité où vous irez en votre chambre intérieure et y fermerez votre porte, afin d’être à l’écart seul avec Celui
que votre coeur aime, pour qui votre âme se languit… qui est votre tout, votre Abba d’amour… (cf. Mc 14, 36)
Merci, mes enfants, soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus de Nazareth, fils de Marie 8 septembre 2011

La Nativité de la Vierge Marie
 

140 – La Vierge Marie intercède pour chacun de ses enfants jusqu’à la dernière seconde de leur vie.
Un grand jour où l’Église commémore la Nativité de la Vierge Marie, ma très Sainte Mère. Signe-toi et écris, mon
enfant, couverte de mon Précieux Sang.


Oui, mes enfants, soyez dans la joie, l’allégresse, et unissez-vous aux choeurs des anges pour chanter et proclamer
les joies, les vertus, les merveilles que le Très-Haut a déposées dans la créature la plus pure que la terre a portée, la petite
Marie de Nazareth, le plus beau joyau de Dieu le Père, son chef-d’oeuvre, l’Immaculée Conception, la nouvelle Ève qui
a changé la destinée du monde avec son « fiat» ! Grâce à elle, je suis venu dans le monde. Grâce à elle, j’ai
pris chair par l’oeuvre et la grâce de l’Esprit Saint. Soyez très reconnaissants envers elle, aimez-la de tout votre coeur. Elle
ne cesse d’intercéder pour tous ses enfants, oui, pour tous… tous les enfants que le Père a créés… Ils ont tous une place
dans le Coeur Immaculé de Marie. Elle intercède pour chacun de ses enfants jusqu’à la dernière seconde de leur vie.
Remerciez très souvent Dieu le Père de vous avoir donné sa Fille bien-aimée. Remerciez Dieu le Fils de vous avoir
donné au pied de la croix sa très sainte Mère comme votre Mère et remerciez Dieu l’Esprit Saint de vous avoir donné
son Épouse Immaculée, l’humble petite Marie de Nazareth. Qu’elle soit la source de votre joie, de votre paix. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère de l’Église 12 septembre 2011


141 – L’Église va vivre une grande persécution.


Les sectes ont proliféré partout dans le monde. Vous devez continuer à avancer dans la foi pure. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
 

Plus le temps avance, plus vous devez tout regarder avec le regard de la foi. Il faut demander à l’Esprit Saint de venir
fortifier votre foi, d’augmenter votre foi. C’est d’une importance capitale, car un jour proche, vous serez tous soumis à
une dure épreuve ; ce sera un temps comme je l’ai annoncé à La Salette et à Fatima, où l’Église vivra une grande per -
sécution : les fidèles seront dispersés comme les brebis qui courent de part et d’autre en cherchant les bergers… mais
ceux-ci ne seront plus là… Elles seront apeurées et entreront dans d’autres bergeries, elles suivront des voix trompeuses,
elles se laisseront prendre aux pièges sans aucune résistance. Voyez-vous le grand danger qui est à vos portes ? Si vous
n’avez pas une foi ferme, solide, absolue, vous ne serez pas capables d’aller jusqu’au bout de ce combat. Il faut que vous
soyez fidèles aux Commandements de Dieu (Ex 20), fidèles à la voix du Vicaire du Christ, le Saint-Père Benoît XVI, fidèles
aux saints sacrements pour rester en état de grâce et avoir la force nécessaire pour demeurer sur le bon chemin ; fidèles à
votre sainte mère l’Église catholique, apostolique, fondée par mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur des seigneurs.
Pourquoi aborder ce point ? Pour vous faire prendre conscience de toutes les sectes qui ont proliféré partout dans
le monde. Toutes ces sectes qui ont comme but de détruire le Christ dans son Église, en détruisant tout ce qui est sacré,
tout ce qui rappelle le nom de Jésus, Fils du Dieu vivant… et hélas ! combien d’enfants ont quitté la vraie religion pour
entrer dans la porte large qu’offrent la franc-maçonnerie, le Nouvel Âge, les Rose-Croix et tant d’autres groupes… !
Priez, mes enfants, priez pour tous ces enfants qui sont devenus aveugles, se laissant guider par d’autres aveugles. En
ces temps que vous vivez, on ne croit plus au péché, tout est permis, le mal n’existe plus, l’enfer n’existe plus, le démon
est devenu un héros… Le bien est devenu le mal, les justes sont devenus des sots aux yeux du monde. Parler de Dieu,
c’est gênant ; prier, c’est chose du passé. Regardez autour de vous combien d’églises sont fermées ;
on dit que c’est par manque de prêtres… mais la triste réalité c’est que les églises sont presque vides, le troisième Commandement est pratiquement oublié, on a exclu le Seigneur du jour qu’il s’est réservé. Il vous a laissé six jours et pour le
septième, Il vous a demandé de l’honorer, de méditer sa Parole, d’aller à la sainte messe et de nourrir votre âme avec la sainte
Eucharistie. Priez l’Esprit Saint, mes enfants, demandez-Lui la foi, la persévérance finale pour aller jusqu’au bout et être dans
le petit reste de Yahvé, par amour pour votre cher Papa des Cieux.
Et quand son Fils reviendra, vous serez du bon côté lorsqu’il vous appellera « Venez les bénis de mon Père, recevez
votre héritage, le Royaume des Cieux». (Mt 25, 34) Il reviendra, mon Fils, comme il l’a promis. Préparez-vous à sa rencontre.
Merci, mes enfants, de vous laisser préparer, car le temps presse. Je vous aime, je veux vous sauver tous. Soyez bénis au
nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.


Marie, Reine de la paix


L’harmonie parfaite règnera sur la terre quand la Divine Volonté circulera dans les coeurs.
Aimez votre Père des Cieux : voilà ce qui devrait être votre seul souci. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du
Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.

C’est l’Amour de votre Père qui va vous aider à suivre ses Commandements (Ex 20), à rester sur le bon chemin et
surtout à rester fidèles à votre engagement à l’Église. Regardez et méditez la vie de Jésus. Il faisait tout par
amour de son Père. Il vivait pour accomplir la Volonté de Celui qui l’avait envoyé. Il se retirait à l’écart pour être avec son
Père, lui parler, l’écouter, l’adorer. Voyez-vous, mes enfants ? C’est l’Amour qui habitait son coeur, l’Amour qui avait pris
toute la place, car le Père est Amour comme saint Jean vous l’a dit en 1 Jn 4, 16 : « Dieu est Amour ».
Il a créé ses enfants par Amour, pour les aimer, et pour qu’à leur tour ils l’aiment de tout leur coeur, de toute leur âme,
de tout leur esprit et qu’en l’aimant, ils apprennent à aimer leur prochain. Voilà ce que mon divin Fils est venu vous apprendre (Jn 13, 34) : vous aimer les uns les autres comme il vous a aimés d’un amour filial, sans égoïsme, sans envie, sans rancune, sans
colère. Voyez-vous l’harmonie parfaite qui règnerait sur la terre si tous les hommes suivaient les préceptes que Dieu
le Père leur a donnés ? Tous les Commandements (Ex 20) sont fondés sur l’amour, le respect d’autrui.
C’est pour cela que Jésus vous a dit (Mt 7, 12) : « Tout ce que vous désirez que les autres fassent pour vous, faitesle
vous-mêmes pour eux ». Si les hommes prenaient le temps de méditer et de vivre cette courte phrase, ah ! comme le monde
serait différent. Il n’y aurait pas de guerres, de crimes, de querelles, de blasphèmes… Ce serait le monde comme le
Père l’a voulu au commencement : monde de paix, d’amour et de joie.
Oui, mes enfants, il faut prier pour que l’amour règne sur la terre, que les coeurs s’ouvrent à l’Amour Trinitaire, pour
qu’enfin la Divine Volonté circule librement sur la terre comme au Ciel et qu’à l’exemple de Jésus, les enfants du Père
arrivent à tout faire pour la Gloire de Dieu. Merci, mes enfants, soyez bénis au nom du Père, au nom
du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des Douleurs 15 septembre 2011


142 – Je reste debout au pied de votre croix.
 

Par sa mort sur la Croix, Jésus vous a rendu la vie (Cf. 1 Co 15). Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux
Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur.


Moi, la Mère des Douleurs, je suis restée debout au pied de la croix (Jn 19, 25). Je ne me suis pas révoltée, j’ai accueilli
la Volonté du Père trois fois saint, celle d’être associée intimement aux souffrances de son Fils, pour devenir la coré-
demptrice, c’est-à-dire, que je devais être unie à toutes les atroces souffrances que mon divin Enfant devait endurer
pour opérer la rédemption du genre humain. J’ai dû supporter le supplice inouï de voir mon Fils dans l’agonie, de voir mon
Seigneur et mon Dieu mourir cloué sur la croix… 
Bien sûr que je pleurais en silence, je priais, je suppliais Dieu le Père de me laisser mourir à la place de mon Fils, car je
portais sur mon corps, de façon mystique, toutes les plaies de sa Passion… Je Lui ai fait l’offrande de mon Coeur Immaculé
broyé, déchiré par toutes ces souffrances. Oui, je lui ai tout offert pour le salut des pécheurs… Et au pied de la croix,
je méditais les paroles du vieillard Siméon, les paroles que j’avais méditées pendant toute ma vie. À ce moment,
mon coeur a été transpercé si profondément, si atrocement par l’épée de la mort de mon Fils… mon Dieu… ma vie…
Mon coeur a cessé de battre au moment solennel de la mort du Christ.
Merveille de la grâce ! Le Père m’a redonné le souffle de vie ; mon Fils m’a donné la force ; mon divin Époux, l’Esprit
Saint, m’a soutenue pour qu’à mon tour je devienne la Mère de l’Église pour soutenir les disciples et tous les enfants de
Dieu le Père, de génération en génération. Pourquoi vous ai-je parlé de ma souffrance ? Pour vous faire comprendre, mes enfants, qu’après celles de mon Fils, il n’y a pas eu de souffrances plus grandes que les miennes. Je suis la Reine des martyrs… Je suis votre Mère, vous êtes mes enfants ; et je vous demande de venir à moi, votre maman Marie
aux moments de souffrances, de peines, d’incompréhension, de trahison, de solitude. Je vous aime, mes tout-petits, je saurai
vous écouter. Je veux vous apprendre à trouver un sens à votre souffrance, car rien n’est perdu, tout concourt à la Gloire de
Dieu. N’ayez pas peur de souffrir, jamais le Seigneur ne va vous demander au-delà de ce que vous pouvez endurer…
Il vous connaît tous mieux que vous-mêmes. Faites-moi confiance, je prie pour chacun de vous,
j’intercède pour vous auprès du Trône Trinitaire, je suis très attentive à vos demandes, à vos besoins. Laissez-moi prendre
soin de vous, de vos enfants, de vos familles, de vos amis et de vos frères et vos soeurs qui sont dans le besoin. Je suis la Mère
des Douleurs et je viens vous dire à vous qui êtes éprouvés par tant de souffrances : ne crains pas, mon enfant, maman est
là, je reste debout auprès de toi, je suis là au pied de ta croix. Jamais je ne t’abandonnerai, ensemble nous allons accueillir
toutes les souffrances… et les grâces nécessaires pour les surmonter ; ensemble nous allons tout offrir pour la Gloire
de Dieu. Je vais t’apprendre, mon enfant, la valeur de la souffrance et la valeur de l’offrande.
Médite, je t’en prie, les paroles de mon Fils (Mt 11, 2Cool : « Venez à moi, vous tous qui peinez et qui ployez sous le
fardeau, et moi je vous soulagerai. » Oui, mes enfants d’amour, je viens vous soulager avec mon Fils Jésus.
Arrêtez de tout garder dans vos coeurs, cessez de vous révolter. Dans un acte de foi, tournez-vous vers le Seigneur
et donnez-lui tout : vos soucis, vos problèmes, vos maladies, tout, mes enfants. Laissez-le agir en vous, autour de vous et
vous verrez comme son fardeau est léger. (Mt 11, 2Cool Abandonnez-vous, mes enfants… appelez-moi, votre
céleste Maman, je vous donnerai les grâces nécessaires pour tout traverser ; votre coeur sera libre de toute angoisse, de
tout stress, de toute peur… votre coeur sera plus léger avec la paix et la joie que seul Dieu peut donner.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 18 septembre 2011


143 – Chaque enfant a une mission unique dans le Corps mystique. Ne pas se comparer aux autres.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur (Mt 21, 9).
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur.
Chaque enfant est unique, chaque enfant a du prix aux yeux du Seigneur, chaque enfant a une mission spéciale à
accomplir pendant son séjour sur la terre.

Vous devez cesser de vous comparer les uns aux autres. Vous faites partie du Corps mystique qui est l’Église, et
comme vous êtes tous uniques, c’est normal que chacun ait ses dons, ses charismes, ses talents selon sa mission.
Savez-vous, mes enfants, que la jalousie, l’envie et la division sont entrées dans plusieurs groupes de prière au
point où ceux-ci ont dû fermer leurs portes ? Vous devez être très vigilants, prier Saint Michel Archange, vous couvrir
du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus, louer son saint Nom et surtout invoquer l’Esprit de lumière, l’Esprit de
vérité, l’Esprit d’unité, pour que l’Esprit de Dieu vienne vous envahir.
Vous êtes tous frères et soeurs, suivez Celui qui est à la tête, Jésus Christ le Seigneur, suivez ses pas… Je vous donne
ces conseils, car en ce moment plusieurs groupes de prière ont abandonné. Ils ont ouvert la porte à l’esprit de division
et vous savez très bien, mes enfants, que les jours de notre ennemi sont comptés. Il est enragé contre tous les enfants du
Père, spécialement contre ceux qui croient, qui prient. Alors il fait tout pour vous détourner de la prière, il fait tout pour vous
empêcher de prier ensemble.  Attention, mes enfants, ne vous laissez pas vaincre, ne vous laissez pas distraire et surtout ne vous laissez pas décourager. Rappelez-vous que là où vous serez deux ou trois réunis au nom de Jésus, il est là au milieu de vous. Peu importe si vous êtes nombreux ou peu nombreux. Le monde a besoin de vos prières, le Ciel a besoin de votre prière d’intercession, vous êtes devenus des paratonnerres contre les forces du mal.
Laissez agir l’Esprit Saint, laissez-vous combler de ses dons et de ses charismes, l’Église a besoin de vous. Oui,
l’Église a besoin que ses enfants proclament leur foi, l’appartenance à leur sainte mère l’Église catholique. Soyez fiers
d’être les enfants de Dieu le Père, proclamez votre foi en Jésus Christ le Seigneur, appelez et priez l’Esprit Saint qu’il vienne
renouveler la face de la terre, pour que le monde comprenne que Dieu est vivant, qu’il est très présent parmi ses enfants.
Merci, mes enfants d’amour, de continuer à prier, à adorer et à louer votre Seigneur et votre Dieu. Merci de continuer à
donner le goût aux autres de prier, merci d’être le sel de la terre (Mt 5, 13). Merci de votre persévérance. Soyez bénis au
nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 19 septembre 2011
144 – Les sciences occultes et les fausses doctrines enchaînent les âmes. Se faire libérer par un prêtre.
 

Vous êtes la lumière du monde (Mt 5, 14). Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Comme mon Fils Jésus vous l’a dit : soyez la lumière, mes enfants, en cette nuit de ténèbres, en cette nuit obscure
de la grande confusion qui règne partout dans le monde.


Regardez autour de vous comment vos frères et vos soeurs se laissent tromper, comment ils suivent les voix qui
ne viennent pas du Ciel. On croit à tout et en tout, sauf à la saine doctrine. Mon Coeur Immaculé est très affligé à la
vue du grand nombre d’enfants qui se sont laissé enchaîner par les sciences occultes sous toutes ses formes, par le Nouvel
Âge… On vous fait croire que ces pratiques ne font aucun mal et au contraire que c’est bon pour la santé, pour être en forme,
pour garder l’autonomie, que les techniques sont sécuritaires, etc. Regardez combien de personnes de tout âge sont tombées
dans ces pièges, même les enfants dans les écoles. Or, on vous cache ce qui est derrière cela.
Satan lui-même se camoufle en ange de lumière et vous fait croire aveuglément au yoga, au reiki, au tai-chi, au
toucher thérapeutique, à l’ésotérisme, au transfert d’énergie et à tant d’autres choses qui ont comme but de vous éloigner
totalement de votre Seigneur et votre Dieu, votre Père.

Saint Paul vous a dit : « Le temps viendra où les gens ne voudront plus écouter la saine doctrine, mais suivront
leur propre désir, ils se donneront des maîtres en quantité »
(2 Ti 4, 3). Voilà le temps où vous êtes rendus. On se laisse influencer par toutes sortes de fausses doctrines qui vous conduisent à renier votre foi, votre appartenance à l’Église catholique dirigée par le Vicaire que mon doux
Jésus a choisi pour vous guider en ce temps si difficile : le Pape Benoît XVI.
Discernez ce qui plaît au Seigneur, je vous en prie, mes enfants, et ne prenez aucune part aux oeuvres stériles des
ténèbres, car le Seigneur vous a dit : « Tu n’auras pas d’autres dieux que Moi. Je suis le Seigneur, ton Dieu. » (Dt 5)
Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard, allez vous faire libérer par un prêtre, allez au sacrement du Pardon.
Même si vous l’avez fait une fois par curiosité, par insécurité, par ignorance ou pour vous amuser, il est très important de
prendre mes paroles au sérieux. N’ayez pas peur, vous allez constater comment vous allez vous sentir mieux après avoir
rencontré un prêtre qui saura vous libérer de toute séquelle ; n’oubliez pas que c’est le Christ Jésus que vous allez ren -
contrer dans la personne du prêtre. Merci, mes enfants, de bien accueillir les paroles de votre
Maman Marie qui veut vous préparer à votre prochaine rencontre avec mon Seigneur, mon Dieu, mon Fils, mon Jésus,
qui vous a dit : « Je suis la Lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie»
(Jn 8, 12). Suivez-Le, mes enfants, suivez ses pas, pour qu’à votre tour vous soyez la lumière pour tous vos frères et vos
soeurs qui sont dans les ténèbres pour le moment. Priez, mes enfants, pour ceux qui se sont laissé aveugler
par les mauvais esprits ; priez pour que l’Esprit de Lumière vienne laver ce qui est souillé, guérir ce qui est blessé et
redresser ce qui est faussé. Merci, mes enfants d’amour, je compte sur vous pour m’aider à sauver tous mes enfants qui ont tant besoin de vos prières. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 24 septembre 2011


Enseignements sur l’adoration


145 – Toutes les armes nécessaires au combat spirituel sont disponibles, à commencer par le Précieux Sang.
Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur.
Tu verras, mon enfant, comment dans les temps à venir le nombre d’enfants qui prient va aller en décroissance ; malgré
cela, il ne faut pas se décourager, il faut garder la flamme de l’amour, l’amour que vous donne Celui qui vous a aimés le
premier. Si tu savais comment aujourd’hui son Sacré-Coeur a tressailli d’allégresse, car Jésus aime que ses enfants méditent le
chapelet. Il aime voir qu’il y a encore des enfants qui pensent aux mystères de sa vie sur la terre, qui les vivent, qui méditent
la vie de sa très Sainte Mère, moi, l’Immaculée Conception. Merci, mes enfants, de consoler son Coeur si peu aimé.
Merci pour le temps que vous consacrez à l’adorer, le vénérer, le louer. Savez-vous que c’est le temps le plus précieux, le
temps qui a le plus de valeur, celui que vous donnez à votre Dieu et Seigneur ?
Merci, mes enfants, de laisser monter en vous cette soif d’Amour Trinitaire, cette soif qui vous rend plus souples à
l’agir de l’Esprit Saint, qui prépare et enflamme les coeurs qui s’ouvrent et peuvent dire (Ps 39) : « Oui, Père, me voici pour
faire ta Volonté. Oui, Père envoie sur nous ton Esprit pour nous apprendre à devenir de vrais adorateurs en esprit et en
vérité, pour nous apprendre à t’adorer et à t’aimer, de tout notre coeur, de toute notre âme et de toutes nos forces ; des
enfants qui loueront ton saint Nom, qui le béniront jour et nuit, des enfants qui seront des fils de lumière, des enfants qui
vivront le premier commandement en plénitude. » (Jn 4, 24)
Soyez braves, mes enfants, pour affronter avec courage et audace ces jours de grandes tribulations qui surviendront.
N’ayez pas peur, vous aurez tout ce qu’il faut pour affronter l’ennemi.
Mon doux Jésus et moi, sa très Sainte Mère, nous avons mis à votre disposition toutes les armes nécessaires ; à vous de
vous en servir. Vous allez constater la protection et le pouvoir du saint Rosaire, du chapelet de la Miséricorde, de la prière à
Saint Michel et surtout du Notre Père. Il vous a tout donné en vous donnant son Fils unique, et son Fils vous a tout donné
en donnant sa vie en rançon de la vôtre.N’oubliez pas, mes enfants, qu’Il a versé jusqu’à la
dernière goutte de son sang pour vous. Profitez-en, couvrez-vous du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus. C’est l’arme
la plus puissante qu’il vous a donnée, son Sang, le bouclier contre toutes les forces du mal. Invoquez son Précieux Sang
et continuez votre route, même sans rien comprendre, dans un abandon total.
Enfin, mon tout petit reste, soyez fidèles à la prière, à l’adoration, aux saints sacrements, aux lois de Dieu, à la voix
qui vous dirige, le Saint-Père Benoît XVI, et vous allez voir comment vous allez traverser la grande tribulation qui est à
vos portes dans la paix, la joie, le calme et la sérénité, car vous êtes du côté du vainqueur.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Roi d’amour 26 septembre 2011


146 – L’illumination des consciences sera une grâce insigne pour en ramener plusieurs à la vérité.
Que la paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de
Dieu mon Père.


Mon Coeur est triste jusqu’à la mort ; il est à nouveau lacéré et fait l’objet d’outrages et de blasphèmes de la part de
tous ces enfants qui ne veulent plus suivre les Commandements que Dieu, mon Père, vous a donnés et qui valent de génération
en génération (Ex 20). Les enfants de ce monde ont osé ridiculiser mon Père pour avoir institué ces Commandements
comme normes de conduite. Cela mes enfants, c’est un péché très grave, car « on ne se moque pas impunément de Dieu, le
Créateur, le Dieu Tout-Puissant. » (Gal 6, 7)
Du Ciel, on voit cette noirceur, cette pestilence qui émane de la terre et le Ciel en frémit d’horreur. On ne veut plus rien
savoir de Dieu le Père. Ses enfants sont allés jusqu’à nier son existence, ils ne le reconnaissent plus comme leur Créateur,
ils inventent de fausses théories pour justifier la création. C’est vrai que le Seigneur est lent à la colère et plein
d’amour (Ps 103, Cool, mais la génération actuelle a dépassé toutes les limites. Le mal est légalisé partout, le mal est devenu
normal, tout est entré dans les moeurs et approuvé par le courant du modernisme.
Quand je pense à tous mes petits enfants qui en sont victimes. Oui, de pauvres petites victimes, car les adultes
ont volé leur innocence : la pudeur n’existe plus, on ridiculise la pureté.
Mon Sacré-Coeur saigne à nouveau, car Je sais ce qui s’en vient : la souffrance va atteindre son paroxysme à tous les
niveaux. Tout ce que vous avez vécu jusqu’à aujourd’hui n’est rien comparé à ce qui s’en vient. Et pourtant, nous vous avons
avertis tant et tant de fois et vous n’avez pas pris au sérieux nos paroles, vous n’avez pas voulu changer de conduite, et en
vérité je vous le dis, mes enfants, l’heure est trop grave, l’heure est à l’adoration ; il faut jeûner et prier pour atténuer un petit
peu tout ce qui est déjà déclenché. Écoutez les appels déchirants de ma très Sainte Mère ;
l’heure du grand silence approche aussi, où le Ciel va se taire, les révélations vont cesser. Prenez mes paroles au sérieux.
Mes enfants, je vous appelle à la conversion, changez votre conduite, allez au sacrement du Pardon, récitez le Rosaire,
jeûnez, priez, faites pénitence pour être en état de grâce, car vous ne savez pas le jour ni l’heure où chacun de vous doit
paraître devant Moi. Je vous parle ce soir pour vous préparer spirituellement.
Préparez-vous, mes enfants, car l’heure approche, priez pour tous vos frères et vos soeurs du monde entier. N’oubliez pas
que vous formez une seule famille sans distinction de race, de langue, de croyance, que le Père vous a tous créés… même
si l’on en doute. Vous le savez très bien, au fond de vous-mêmes ; votre âme le sait, elle se souvient de lui, son Père, son
Créateur. Mon Retour est imminent : vous allez tous entrer très bientôt dans ce mouvement de l’illumination des consciences.
Remerciez ma très Sainte Mère de vous avoir obtenu cette grâce insigne pour vous ramener à la vérité, pour que vous
sachiez où vous ont conduits vos péchés. Oui, je dois revenir avant que le petit reste ne diminue encore. Appelez-Moi mes
enfants d’amour, que vos cris montent jusqu’au Trône Trinitaire : « Maranatha, viens Seigneur Jésus » (1 Co 16, 22), que
vos coeurs ne cessent de M’appeler. Courage, mes amours, je viens. Relevez la tête, je viens sauver mon tout petit reste. Persévérez jusqu’au bout, mes fidèles. Recevez mon baiser de paix. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 27 septembre 2011
 

Saint Vincent de Paul
 

147 – Avec charité, aidez ceux qui seront en panique lorsque les événements majeurs vont commencer
à arriver. Merci, mon enfant, d’être attentive à mon appel. Signe toi  et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils,
Jésus Christ le Seigneur.


Aujourd’hui, parlons de la charité, la plus belle des vertus. L’amour dirige les actions, les gestes, les paroles, l’amour de
votre Seigneur et votre Dieu vous conduit à tout faire pour la Gloire de Dieu, vous amène à aimer votre prochain et à lui
venir en aide. Par la charité, on vient servir un vieillard, on rend visite aux malades, on écoute l’appel de détresse des pauvres, des marginaux, des exclus du monde. La charité nous pousse au don, au service pour suivre les pas de Jésus qui n’est pas venu
pour être servi, mais pour servir. C’est par amour pour lui qu’on arrive à servir même ceux qui nous font souffrir d’une
façon ou d’une autre, car en chaque être vivant on voit les traits du Seigneur. C’est sur cette charité que je vous invite à méditer ; développez en chacun de vous la serviabilité, l’entraide, sans rien attendre en retour. Même si ce n’est qu’un petit geste posé
par amour cela fait toute la différence, car le Père voit dans le secret de vos coeurs. Tout ce que vous avez fait à l’un de ces
petits, c’est à Lui que vous l’avez fait (cf. Mt 25, 45). Ce sont les paroles de votre Seigneur. Mettez-les en pratique. Méditez aussi la vie de saint Vincent de Paul, lui qui a vécu la charité à un très haut degré, lui qu’on appelle le père
des pauvres, spirituellement et matériellement. Oui, mes enfants, demandez à l’Esprit Saint de venir
raviver en vous la charité pour faire fleurir la serviabilité. Ce sera extrêmement nécessaire dans les temps à venir quand les
événements majeurs vont arriver et que vous devrez venir en aide à vos frères et vos soeurs qui seront sous le choc, en
panique. Ils auront faim, soif ou seront blessés. Ou simplement, il faudra avoir la charité de prier davantage pour les
sinistrés, les soutenir par vos prières. Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fil s et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Mère des affligés 30 septembre 2011


148 – Des jours de douleurs viennent pour l’humanité pécheresse. Prier et se convertir avant qu’il ne soit trop tard. Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Voici venir des jours de douleurs pour cette humanité si pécheresse. Je vous ai avertis aux quatre coins du monde
et vous, vous lisez sans comprendre. Vous ne mettez pas en pratique les enseignements que le Ciel vous donne. Je pleure,
je verse des larmes, des larmes de sang, mais vous ne prenez pas au sérieux mes appels…
On veut connaître l’avenir par curiosité. Si je vous donne des prophéties, c’est pour vous convaincre de la nécessité de
prier, de faire pénitence, de vous convertir et de revenir à votre Père céleste avant qu’il ne soit trop tard.
Vous verrez, mes enfants, qu’une plaque indienne fera naître des vagues géantes dans l’océan, la terre tremblera et la
mort sera présente. La puissante turbulence des mers va effrayer toute l’humanité.
Priez, priez, priez. Si je vous instruis ainsi, c’est pour vous préparer et pour vous avertir de ce qui s’en vient. J’aurais
voulu retenir plus longtemps le bras de la Justice du Père, mais de jour en jour le monde court à sa perte… Quand
l’homme se croit supérieur à Dieu son Créateur, il choisit son sort.
Mes enfants, aux moments de détresse, priez le Chapelet de la Miséricorde, récitez et méditez le Rosaire, couvrez-vous
du Précieux Sang de mon divin Fils et intercédez de tout votre coeur pour ceux qui périront, pour que leur coeur s’ouvre à la
dernière seconde de leur vie et qu’ils accueillent la grâce du repentir. Priez aussi pour tous les sinistrés.
Prenez au sérieux mes paroles, écoutez le cri déchirant d’une Maman qui veut sauver tous ses enfants. Faites la paix
avec votre Seigneur, votre Dieu et votre Père. Revenez à lui, restez en état de grâce, soyez vigilants.
Merci, mes enfants, je vous aime, je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.


Jésus, Maître de l’univers 2 octobre 2011


149 – Tout va s’arrêter pour laisser l’Esprit Saint vous envahir.
 

La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu
mon Père. Je suis le Maître de l’univers. C’est Moi qui ai fait le Ciel et la terre, c’est moi qui suis descendu du Ciel, qui a pris
chair pour devenir l’un de vous et opérer le mystère de votre rédemption. Mes enfants, c’est moi votre Jésus qui viens vous
dire combien je vous aime, combien vous êtes aimés du Père, ce Père qui n’est qu’Amour pour ses enfants de la terre. Oui,
je suis venu pour vous redonner la vie, la liberté, votre dignité d’enfants de Dieu.
Je suis venu aussi vous apprendre à suivre la vérité en respectant et accomplissant les Commandements que mon
Père vous a donnés (Ex 20). Je vous ai donné l’exemple, mais hélas ! les enfants de la génération actuelle font tout pour
oublier le prix que j’ai payé pour votre rédemption. On ne pense plus à mon affreuse Passion. Je suis devenu l’opprobre,
la risée de mon peuple… Les siècles ont passé et, à nouveau, je suis devenu la risée de mes adversaires, les grands de ce monde. Je souffre à nouveau la cruelle agonie du Jardin des Oliviers, car je vois où vous a conduits l’entêtement à rester dans vos
péchés : tout est devenu légal, normal, tout est permis. Vous verrez, mes enfants, comment tout va basculer d’un moment
à l’autre. Priez, mes enfants, préparez-vous, car vous êtes entrés dans une nouvelle étape de la purification de la terre. Tournez- vous vers moi et vous serez sauvés ; oui, revenez à moi de tout votre coeur, profitez des dernières miettes de ma miséricorde,
ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui. Je viendrai comme un voleur (Ap 3, 3), à l’heure où
vous ne pensez pas que ce mouvement de la miséricorde de Dieu va commencer. Tout va s’arrêter au Ciel et sur la terre
pour laisser l’Esprit Saint vous envahir et vous montrer où vous ont conduits vos péchés ; vous serez tous devant Moi,
votre Jésus ; vous saurez que je suis le Fils du Dieu vivant, son Fils unique, son Verbe.
Jour de joie pour mes tout-petits et jour d’horreur pour ceux qui se sont éloignés de moi. Venez à moi, mes enfants, Je
vous attends, je vous aime, je meurs d’amour. Je viens mendier votre amour, revenez à moi par amour, non par la peur que
vous allez ressentir ce jour-là… un reste reviendra oui, mais ce n’est qu’un reste qui reviendra. Et vous serez là, mon tout
petit reste pour les accueillir, les évangéliser, leur apprendre à connaître Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit.
Vous serez là, mes enfants, les nouveaux apôtres formés par ma très Sainte Mère, l’Immaculée Conception, vous serez là
pour leur donner le désir de suivre votre Jésus-Amour et venir à ma suite.
Merci, mes amours, merci de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du
Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 3 octobre 2011


150 – Marie parcourt le monde pour préparer ses enfants à rencontrer le Fils de Dieu.
Profitez, mes enfants, du temps dont vous êtes bénéficiaires en ce moment. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte
du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur.


Prenez le temps de méditer les enseignements que vous recevez, mes enfants. Goûtez ce miel ruisselant qu’est la Parole
de votre Dieu et la parole que vous adresse votre céleste Maman. Comme je vous ai dit auparavant, le Ciel va se taire un
jour, les messages, les prophéties, les enseignements, les apparitions vont cesser. En vérité, je vous le dis : que dans toute
l’histoire de l’humanité, il n’y a pas eu autant de révélations que dans le temps où vous vivez. Je parcours le monde pour
aller vous rejoindre mes enfants, pour vous préparer à votre rencontre prochaine avec mon doux Jésus. Je prépare son
chemin pour que vous soyez prêts. Je vous demande de revenir à votre Dieu, votre Père, de vous convertir, de rester en état
de grâce, de prier, d’adorer, de jeûner. Faites pénitence, mes enfants. Il faut réparer pour toutes les offenses, les sacrilèges,
les péchés qu’on a commis et ceux que l’on commet. Ne gaspillez pas votre temps, je vous en prie. Un jour
vous devrez rendre compte du temps que le Seigneur vous a donné. On dit que les anges pleurent le temps que vous avez
perdu… et c’est vrai, mes enfants ; consacrez du temps à votre vie spirituelle, revenez à la source, suivez le Bon Pasteur qui
vous amènera vers de verts pâturages, sur des prés d’herbe fraîche, il vous fera reposer ; méditez sa Parole qui est la voix
qui vous guide. Oui, mes enfants, méditez en vos coeurs les paroles du Seigneur ; suivez mon exemple, j’ai tout gardé dans mon Coeur Immaculé et j’ai médité jour et nuit. Voilà ce qui m’a soutenue pendant mon séjour sur la terre. Laissez-vous préparer, mes
enfants. Soyez comme des éponges qui se laissent imbiber de cette manne céleste pour qu’à l’heure du grand silence vous
puissiez vous souvenir de tant des bienfaits reçus. En méditant les passages de la Sainte Bible vous allez constater comment
Dieu le Père a été toujours présent auprès de son peuple, comment celui qui se tient près de Dieu ne craint rien et ne
chancelle jamais. Que le Seigneur soit le rocher qui vous abrite, que votre confiance soit plus forte en Celui qui vous a tout donné en vous donnant son Fils unique. Voyez, comme est bon le Seigneur et qu’Il vous attend tels que vous êtes. Il désire de vous un
soupir, un acte de contrition, un petit geste de repentir, une visite au confessionnal…
Revenez à lui, pendant qu’il reste du temps, faites votre examen de conscience, jamais vous ne le regretterez. N’oubliez
pas qu’il est écrit (Ps 31) : « Heureux celui qui est absous de ses péchés et acquitté de ses fautes. » Prenez le temps de vous
préparer au sacrement du Pardon, demandez à l’Esprit Saint de faire lumière en chacun de vous pour rafraîchir votre
mémoire et en toute simplicité, en toute humilité, allez à la rencontre de mon divin Fils, Jésus, qui est dans le prêtre pour
vous accueillir.  Merci, mes enfants d’amour, de vous laisser préparer à cette rencontre avec le Fils de Dieu qui sera devant vous, un jour prochain. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 5 octobre 2011
 

151 – Vous aurez une grande tâche à accomplir auprès de ceux qui voudront revenir dans les bras
de Dieu le Père.

Merci, mon enfant, de répondre à mon appel. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur. Je suis dans la joie de vous voir avancer comme des petits enfants qui se laissent guider par leur Mère. Continuez, je vous en prie, de nous laisser vous préparer, vous enseigner et aussi, à l’occasion, vous corriger. J’ai reçu la tâche de préparer tous les enfants de lumière, ceux qui ont dit « Oui, Père, me voici, je viens faire ta Volonté. » (Ps 39)
Quand l’heure va sonner, vous devrez être prêts pour aller porter la Bonne Nouvelle à ceux qui auront faim et soif
de la Parole de Dieu, à ceux qui auront compris tout le mal qu’ils ont fait à leur prochain et le mal qu’ils se sont fait à eux-mêmes,
à ceux qui voudront revenir dans les bras de Dieu le Père, leur Créateur.
Vous devrez être prêts à les accueillir, les écouter, les soutenir, les pacifier, leur redonner l’espérance. Comme vous
le voyez, vous aussi, vous aurez une grande tâche à accomplir ; et pour ce faire, pour rayonner la lumière, l’amour, la con -
fiance, votre coeur doit être rempli pour pouvoir donner ce que vous avez reçu dans l’adoration, la prière, dans les moments
de silence pour écouter la voix du Seigneur. Oui, j’ai besoin de votre temps ; laissez-moi vous instruire, vous former ; il faut
que votre coeur soit dans la paix pour aller pacifier les coeurs angoissés ; il faut que votre foi soit ferme, inébranlable pour
aller leur transmettre le flambeau de la foi ; il faut que votre patience soit à toute épreuve pour ne pas vous laisser décou -
rager. En d’autres mots, il faut que vous soyez branchés sur le Sacré-Coeur de mon divin Fils pour devenir doux et humbles
de coeur et accomplir votre mission d’amour. Mes enfants, venez vous reposer sur son Coeur, venez
cher cher la force nécessaire, venez chercher la paix que seul Dieu peut vous donner.
Merci, mes enfants, d’être à mon écoute. Merci de vouloir faire en tout la Volonté trois fois sainte de Dieu le Père. Soyez
bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Notre-Dame du Rosaire 7 octobre 2011


Premier vendredi du mois
 

152 – La Sainte Bible, un album de la grande famille des enfants de Dieu.
En ce premier vendredi du mois, signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ le Seigneur.


Remarquez bien, mes enfants, ce n’est pas une coïncidence que ce mois d’octobre, le mois du Rosaire, a débuté avec
le premier samedi du mois, et aujourd’hui c’est le premier vendredi du mois, le même jour où l’Église me célèbre sous le
vocable de Notre-Dame du Rosaire. Je veux attirer votre attention sur le fait qu’on vient de commencer le dernier trimestre de l’année sous ma protection avec la dévotion si chère à mon Coeur Immaculé. Je vous invite, mes enfants, à méditer le saint Rosaire et vivre chaque mystère de la vie de Jésus, Fils de Dieu et de sa très Sainte Mère. Dites-le lentement en goûtant chaque Notre Père, chaque Ave, pensez à ce que vous dites… ne le faites pas en vitesse, je vous en prie, faites-le avec le coeur et, ce faisant, vous verrez que ce n’est pas trop long, vous allez apprendre à puiser des grâces spéciales et des lumières, pour votre quotidien entre autres. Voilà l’importance de méditer chaque mystère. Chaque jour vous puiserez des nouvelles grâces dans cette source intarissable.  C’est la même chose quand vous lisez la Sainte Bible avec votre coeur ; chaque jour, vous trouverez ce dont vous avez besoin pour la journée, pour le moment présent, car la Parole de Dieu est vivante. Le Seigneur a bien dit : tout passera sauf la Parole de Dieu, et chaque parole qui sort de sa bouche ne Lui revient pas sans avoir accompli son dessein.
Demandez à l’Esprit Saint de venir prier en vous, de lire en vous, de vous apprendre à méditer à l’exemple de votre
céleste Maman, de vous donner le goût de la Parole, c’est-à-dire, le goût de lire la Parole de Dieu pour apprendre à
mieux la connaître, pour connaître vos origines, car vous formez la grande famille des enfants de Dieu.
Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Recevez ma bénédiction spéciale et maternelle en ce grand jour,
au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia.

Jésus, votre Sauveur 8 octobre 2011


153 – À l’exemple de Jésus, chaque enfant doit accueillir toutes ses épreuves quotidiennes.
Ma paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu
mon Père.


C’est la Gloire de mon Père que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure (Jn 15, 16). Cela peut vous paraître
difficile, mais si vous méditez les paroles écrites dans l’Évangile, vous allez voir comment J’ai accueilli tous les événe -
ments qui se sont présentés chaque jour, car j’ai vécu la soif, la faim, la fatigue, le froid, la chaleur et aussi les sarcasmes, la
confrontation qu’a subie ma sainte humanité. Qu’est-ce qu’on n’a pas fait pour me mettre à l’épreuve ? Et je continuais
ma route. Cependant, mon Coeur avait mal ; bien sûr que j’ai beaucoup souffert et, pendant ce temps, j’ai tout offert à mon
Père qui était aux Cieux, je n’ai rien gardé pour moi, je vivais dans ce mouvement de tout accueillir et de tout donner pour
féconder ma mission et porter du fruit. Je suis la vigne et vous le sarment. Le sarment doit rester attaché à la vigne pour produire des fruits. Sachez-le, mes enfants, toutes les peines, les fatigues, les persécutions, les maladies, tout arrive aussi pour féconder votre mission. Donc, soyez dans la paix, et accueillez tout dans la paix pour arriver à dire : Seigneur, je ne comprends rien… mais toi, tu sais où tu me conduis. Je sais où je vous conduis pour vous faire porter du fruit, pour nourrir cette foule d’enfants qui vont à la dérive, car ils n’ont personne pour les guider, les éclairer. Oui, j’ai besoin de vous tous, mes enfants, pour annoncer
la Bonne Nouvelle, pour proclamer ma Parole ; J’ai besoin que vous viviez l’Évangile pour donner le témoignage par votre
vie, qu’on me reconnaisse en vous voyant vivre, par votre façon d’être et non par ce que vous pourrez faire. Mes enfants, la
plus grande Gloire que vous pouvez donner au Père trois fois saint, c’est de vivre la vraie vie d’enfant de Dieu, l’enfant qui
écoute, qui essaye d’imiter son Père, l’enfant qui protège l’héritage que son Père lui a légué : la foi, la paix, l’amour.
L’enfant qui suit les directives et les Commandements que son Père aimant lui a donnés pour être digne du Royaume
(Ex 20). L’enfant qui fait tout pour l’honneur et la Gloire de Dieu son Père.
Laissez-moi vous conduire, mes enfants de lumière, je saurai vous fortifier en vous donnant l’Esprit Saint qui vient
avec ses dons, avec sa puissance, pour que vous donniez des fruits en abondance.
Merci, mes enfants, de votre souplesse, de votre oui d’amour. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 13 octobre 2011
 

Anniversaire des apparitions à Fatima
 

154 – Bientôt, la Nouvelle Ère de paix. Il n’y aura plus de larmes, ni de deuils, ni de souffrances.
Voici venir un jour tant attendu. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus
Christ, le Seigneur.


Le jour vient (cf. Ap 7) où vos fronts seront tous marqués du signe de la sainte Croix, où vos coeurs seront burinés avec
le saint Nom de Jésus, le jour béni où les enfants de lumière vont se reconnaître pour former une seule famille, la grande
famille des enfants de Dieu ; le jour où vous allez entrer dans la Nouvelle Ère de paix, d’amour, où la Divine Volonté va
circuler librement sur la terre comme au Ciel. Et Dieu le Père fera ses délices parmi tous ses enfants, Dieu le Fils sera en
chaque coeur qui lui aura ouvert la porte sous la mouvance de Dieu l’Esprit Saint.
Jour béni par la très Sainte Trinité où il n’y aura plus de larmes, plus de deuils, plus de peines ; mais pour arriver à cela
il faut, mes enfants, vous laisser dépouiller du vieil homme, de l’esprit du monde et accueillir l’Esprit de vérité, l’Esprit de
lumière, l’Esprit de Dieu, pour qu’il fasse sa demeure en chacun de vous.
Acceptez, je vous en prie, vos croix de purification, accueil lez vos souffrances avec amour, en sachant que votre
délivrance est proche (Lc 21, 2Cool ; témoignez de votre appartenance au Christ Jésus ; soyez des pierres vivantes de la
Nouvelle Jérusalem. Soyez forts, ne vous laissez pas décourager ; gardez confiance en Celui qui se tient près de vous,
votre Jésus-Amour. Abandonnez-vous dans ses bras comme des petits enfants.
Merci, mes enfants, soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 

Marie, Reine de la paix 14 octobre 2011
 

155 – Les catastrophes qui arrivent sont des conséquences du péché.
Que toute la Gloire soit pour Dieu le Père. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin
Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Priez, priez, priez, mes enfants, pour tous les sinistrés de partout dans le monde, afin qu’ils se tournent vers Dieu,
leur Père, et qu’ils reviennent avec un coeur contrit. Les catastrophes arrivent un peu partout dans le monde,
mais hélas ! on ne veut pas reconnaître que tout cela est la conséquence des péchés : la terre est saturée du sang de tant
d’innocents, mes enfants acceptent de vivre dans toutes sortes de péchés et pire encore ils ne croient pas que le péché existe,
ils ont banni ce mot de leur langage. Tout est permis, même les péchés contre nature. On ne pense pas aux Commandements
(Ex 20), on se moque des lois de Dieu, du Vicaire du Christ, le Saint-Père. On attaque l’Église, on ne la reconnaît plus
comme une Mère. Je suis si triste, mon enfant, de voir cette génération à la nuque raide aller directement à sa destruction, à sa damnation. Nous vous avons avertis de toutes les façons et l’on ne veut pas prêter l’oreille à nos paroles, on ne veut pas prendre nos paroles au sérieux… Alors, mes enfants, il va falloir vous préparer à la rencontre prochaine avec le Fils de Dieu, quand
vous allez entrer en ce mouvement de la miséricorde de Dieu. Préparez-vous, ne remettez pas à demain ce que vous pouvez
et devez faire aujourd’hui ; restez en état de grâce, je le répète, pour ne pas être surpris, car tout va arriver au moment où vous
l’attendez le moins. Soyez vigilants, lisez entre les lignes, les signes des temps qui sont autour de vous. Écoutez les paroles d’une Maman qui veut sauver tous ses enfants, ceux qui sont près d’elle… mais aussi tous ceux qui sont loin d’elle, car je vous aime.
Priez, priez, priez, mes enfants, pour tous vos frères et vos soeurs du monde entier. Soyez bénis au nom du Père, au
nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Roi d’amour 15 octobre 2011


156 – Le chaos sera très grand pour mon peuple infidèle.
 

La présente génération verra l’illumination des consciences. Ma paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, cou -
verte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu, mon Père.


Je viens ce soir avec mon Sacré-Coeur entouré d’épines. On m’inflige à nouveau le cruel supplice de la couronne
d’épines ; mon Coeur saigne de voir le refus du grand nombre d’enfants d’obéir aux lois divines. Je vous ai suppliés de
vous convertir, de revenir dans les bras de Dieu le Père ; je vous ai avertis d’être très vigilants, de ne pas vous laisser
influencer par rien ni personne, de profiter des derniers moments de la miséricorde divine. Oui, je me répète : il le faut
pour vous faire comprendre que tout est suspendu au-dessus de vos têtes.
Regardez autour de vous : le monde est devenu comme une marmite qui va exploser d’un moment à l’autre ; regardez
tous ces soulèvements aux quatre coins de la planète, le chaos sera très grave pour mon peuple infidèle ; les gouvernements
vont réagir, tout se déchaînera en même temps… On règle tout par la violence, mes enfants sont très désorientés ; je
dois tout purifier, je dois venir avant que mon tout petit reste devienne encore plus petit, car la foi a refroidi dans les coeurs
qui m’aimaient jadis. N’ayez pas peur, mes enfants, je suis et je serai avec vous, car je tiens mes promesses : « Je serai avec vous jusqu’à la fin des temps » (Mt 28, 20).
Oui, bientôt vous me verrez, soyez prêts ! Ne vous laissez pas décourager, tenez bon, vous n’êtes pas seuls : les anges et
les saints sont avec vous, dans la communion des saints. Priez, priez, priez, l’heure est trop grave, il faut que tout
s’accomplisse. N’allez pas dire que c’est une autre génération qui va vivre l’illumination des consciences ; non mes enfants,
c’est vous qui la verrez. Ma Mère et moi, Jésus, nous vous avons demandé de méditer l’Exode. Yahvé n’abandonne pas son peuple… ses enfants ; Il sera avec vous comme un bon Papa, il étend sa main protectrice sur les enfants qui ont choisi de le suivre, ses enfants fidèles, ses enfants amoureux de lui. Ne croyez pas que Je viens vous faire peur, oh non ! Je viens avec mon Coeur ensanglanté pour vous dire : je vous aime, venez à moi votre Jésus-Amour, Je veux vous sauver, Je veux vous prendre par
la main et vous conduire au Père pour ne faire qu’un avec moi, pour qu’en vous voyant, Il voit l’image de son Fils unique, son
Jésus qui a tout fait pour la Gloire de son saint Nom. Merci, mes amours, de bien accueillir mes paroles, les
gémissements de mon Coeur qui meurt d’amour pour tous mes frères et mes soeurs. Soyez bénis au nom du Père, au nom du
Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

 
Marie, Reine de la paix 17 octobre 2011
 

157 – La grande apostasie couvrira la terre.
Le seul refuge sera le Coeur Immaculé de Marie. Bénie sois-tu mon enfant d’être attentive à mon appel. Signe-toi et écris couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur.
 

Voici venir les jours où tous mes enfants seront mis à la rude épreuve de la foi, où la terre entière sera couverte du
voile épais de la grande apostasie. Priez, mes enfants, pour ne pas succomber à la tentation du désespoir, de la peur, de
l’inquiétude et surtout de la perte de la paix. Restez aux aguets, soyez des sentinelles fidèles à leur
poste, car la nuit avance. Venez vous réfugier dans mon Coeur Immaculé, c’est votre seul refuge, dans cette violente tempête
qui est à vos portes. Je viens vous préparer et surtout vous assurer de ma sainte présence parmi vous, malgré toute apparence trompeuse ; vous saurez dans le secret de vos coeurs que jamais mon divin Fils ne vous laissera orphelins, que jamais votre céleste Maman ne vous abandonnera, que votre Abba d’amour ne vous abandonnera pas aux mains des impies.
Vous êtes ses enfants, vous êtes ses bien-aimés, vous êtes le Corps du Christ, les pierres vivantes (1 Pi 2, 5) de la
Nouvelle Jérusalem. Soyez forts, soyez très courageux, mes enfants, pour ce grand combat qui approche à grands pas,
car le monde est sens dessus dessous. Continuez la prière de louange, ne sous-estimez pas la puissance de la louange, elle
est libératrice, pacifie les coeurs angoissés, rallume l’étincelle de la foi, de l’espérance et fait revivre l’amour et la joie dans
les coeurs qui ont perdu le goût de vivre. Avancez au large mes amours (Lc 5, 4), voyez ce qui s’en vient : la nouvelle ère de paix, d’amour, la nouvelle société de l’Amour Trinitaire ; n’oubliez pas, mes enfants, qu’après la grande tribulation ce sera la grande jubilation ; il faut que tout cela arrive pour préparer le Retour en gloire du Fils de Dieu, le Roi des rois, mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus. Soyez bénis de croire à l’Évangile qui est sa Parole, d’être fidèles aux Commandements (Ex 20) que vous a donnés Dieu le Père. Recevez ma bénédiction spéciale et maternelle, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit.
Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 18 octobre 2011


158 – Les enfants de lumière sont entourés de loups ; confrontez-les calmement. L’Esprit Saint fera le reste.
Demandez à l’Esprit Saint de venir visiter vos coeurs. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de
mon divin Fils, Jésus Christ, le Seigneur.


Que votre coeur ne se lasse pas d’implorer mon divin Fils d’envoyer le Paraclet promis. Qu’il vienne avec ses dons, ses
charismes, pour vous préparer à porter la Bonne Nouvelle en ce monde plongé dans la grande confusion, dans les ténèbres
où les enfants se sont laissé aveugler par le mauvais esprit, les sciences occultes, par toutes sortes de sectes.
À vous aussi, mon doux Jésus vous dit (Lc 10, 3) : « Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». Médi -
tons cette phrase, mes enfants de lumière. En ces temps où vous vivez, vous êtes entourés de loups affamés qui veulent
vous anéantir, vous attaquer de tous côtés, vous exterminer ; et pour tant, mon divin Fils vous envoie comme des agneaux.
N’y a-t-il rien de plus doux qu’un agneau : il est calme, il dégage la paix, son regard est serein, il se promène en toute
confiance ; c’est-à-dire, mes enfants, confrontez avec calme sans vous agiter tous les loups qui se présentent à vous. En ce
monde de grande agitation, gardez votre paix. Quand vous rencontrez des personnes en colère, avec des regards de haine,
qu’ils trouvent votre regard serein. Allez en toute confiance annoncer la Bonne Nouvelle, avec l’audace que vous donnera
l’Esprit Saint, avec la douceur d’un petit enfant pour changer la haine en amour, les ténèbres en lumière, par vos paroles qui
feront voir les erreurs par la vérité. Oui, mes enfants, demandez-moi l’audace d’aller proclamer la vérité à tous ceux qui sont tombés dans le désespoir et de faire jaillir dans leur coeur l’espérance qui chasse les doutes et leur redonne à nouveau la foi.
N’ayez pas peur, la moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Jésus a besoin de votre oui… le
reste, c’est l’Esprit Saint qui le fera en chacun de vous. Suivez l’Agneau sans tache, suivez ses pas, faites-lui confiance.
Merci, mes enfants, de votre fidélité. Merci d’intercéder pour vos frères et vos soeurs du monde entier. Soyez bénis au
nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 21 octobre 2011


159 – S’habituer au silence intérieur pour écouter la voix du Seigneur, être dociles aux inspirations du Saint-Esprit. Merci, mon enfant, de répondre à mon appel. Signe-toi et écris couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Il ne faut pas vous laisser distraire par tout le vacarme qui vous entoure. Essayez, mes enfants, d’interrompre quel -
ques instants vos pensées en gardant le silence. Laissez jaillir dans vos coeurs les paroles que mon divin Fils veut vous
faire enten dre : c’est dans le silence seulement que vous allez entendre sa voix.
Commencez par tout lui donner : vos peines et vos joies, vos problèmes et vos réussites, puis faites le vide dans vos
coeurs ; ensuite, commencez à dire son saint Nom de Jésus, pour arriver à vous recueillir. Si une pensée revient à votre
mémoire, ne vous énervez pas, recommencez à dire « Jésus » jusqu’à faire taire toute parole qui ne vient pas de lui. Vous
verrez comment petit à petit vous allez goûter sa paix ; son silence ne vous fera plus peur, tout votre être sera dans la paix.
Pourquoi est-ce que je vous parle du silence ? Parce que dans la période à venir vous devrez être habitués au silence
pour écouter la voix du Seigneur que l’Esprit Saint vous fera entendre. Savez-vous qu’un grand nombre d’enfants ont peur
du silence, qu’ils ne veulent pas se laisser dépouiller du bruit pour entrer en eux-mêmes ? On dirait qu’ils ont peur de se
retrouver seuls, une peur si grande qu’ils fuient la solitude. Mes enfants, je veux vous apprendre la valeur du silence dans
ces temps où vous êtes désorientés par tant de tapage. Venez, venez à mon Coeur Immaculé, venez vous reposer,
refaire vos forces. Je veux vous apprendre le langage des anges et des élus pour qu’au moment de la grande tribula -
tion vous soyez prêts à nous entendre, à vous laisser guider. Rappelez-vous aussi que le moment du grand silence approche
à grands pas. Laissez-moi vous guider pour les étapes à suivre, car vous êtes en formation pour affronter ce qui est déjà commencé. Soyez dociles aux inspirations de la grâce, soyez persévérants dans la prière et l’adoration. Écoutez les conseils de votre céleste Maman. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 22 octobre 2011


160 – Se laisser dépouiller de l’esprit du monde. La Nouvelle Pentecôte viendra vous transformer en êtres spirituels. La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
 

En vous mettant à son écoute, l’Esprit Saint devient votre vie. Heureux l’homme qui vit sous l’emprise de l’Esprit et qui
cherche ce qui est spirituel ; il trouve la perle exquise de la paix, de la vie, de la joie et il la garde précieusement. Avec
ce trésor il peut faire tout pour plaire à Dieu son Père, car l’Esprit de Dieu habite en lui.
Avec la force de l’Esprit Saint, il peut renoncer à l’esprit du monde avec toutes ses convoitises, il devient un vaillant
soldat de l’Armée céleste, il devient une sentinelle fidèle à son poste pour protéger ceux que son maître lui a confiés.
Oui, heureux l’homme qui accueille dans son coeur l’hôte très doux de son âme, bienheureuse l’âme qui arrive à se laisser
dépouiller de l’esprit du monde, de la chair et du démon, qui renonce à tout pour suivre son Seigneur et son Dieu.
À l’époque où vous vivez, ces paroles peuvent vous paraître peu réalistes et difficiles à mettre en pratique… Mais
non, mes enfants, vous êtes déjà en formation, vous avez donné votre oui d’amour et alors, l’Esprit Saint est bien à l’oeuvre en
chacun de vous, les enfants de lumière. Quand l’heure sonnera, vous constaterez le grand changement qui va s’opérer dans
tous les coeurs de bonne volonté au moment de la Nouvelle Pente côte d’Amour où l’Esprit Saint viendra avec sa puis -
sance divine envahir les coeurs des hommes et, par sa force, guérir la faiblesse de vos corps charnels, vous transformer en
êtres spirituels qui trouveront leurs forces dans les sacrements, l’adoration, la prière et le jeûne.
Heureux, heureuses êtes-vous d’accueillir ces paroles qui vous préparent à vivre ce mouvement de la Miséricorde de Dieu.
Merci de votre persévérance ; soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, Roi des rois 23 octobre 2011


161 – Dans un mouvement de la Miséricorde divine, vous allez voir votre conscience, comme Dieu la voit.
La paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de
Dieu mon Père.


Aujourd’hui, parlons de l’Amour de Dieu le Père pour Ses enfants de la terre. Il vous a créés par Amour et Il veut qu’à
votre tour vous l’aimiez de tout votre coeur, de toute votre âme, de tout votre esprit (Lc 10, 27). Il a tout créé et tout
remis entre vos mains pour que vous ayez la vie, que vous soyez heureux, dans la paix, la joie. Il vous a aussi donné ses
préceptes qui ne sont pas un fardeau pesant, ses Commandements pour vous apprendre à vous aimer comme Il vous aime,
à vous respecter comme Il respecte chacun de ses enfants (Ex 20) ; Il vous a tracé la voie pour que vous deveniez amour
et que vous soyez à son image et à sa ressemblance… c’est-à-dire, parce que Dieu est Amour (1 Jn 4, 16), vous aussi vous
deveniez amour…  Mais le péché est venu et a brisé l’harmonie, l’appartenance des créatures à leur Créateur. Ses enfants ont fait
leur choix : les uns ont suivi les voies du péché, du mal… les autres sont restés fidèles à sa loi d’amour. Les générations ont passé et l’histoire se répète. Dieu propose un choix à l’homme et patiemment il attend que l’homme réponde à
son appel. Nous sommes rendus à la génération où l’on approche de la fin des temps et, à nouveau, le Père, dans son grand
Amour, vous envoie son Fils unique, son Jésus et sa très Sainte Mère, pour vous avertir du danger qui vous guette, pour vous
demander de revenir dans ses bras comme l’enfant prodigue, de vous convertir, de faire la paix avec Lui. Il permet des révé -
lations de ma très Sainte Mère ; un peu partout dans le monde, on vous donne des messages, des avertissements. Ma Mère
pleure des larmes de sang, mes statues versent des larmes de sang aussi ; nous vous supplions de toutes les façons de
changer de conduite, de revenir à la grâce, mais les hommes ne veulent pas nous écouter. Maintenant, mes enfants, il ne
reste plus qu’à vous préparer à l’illumination des consciences, car vous avez fait votre choix.
Je vous en prie, profitez des derniers moments du temps qui vous reste pour revenir à l’état de grâce et être prêts au
grand moment où vous allez tous entrer sous la mouvance du Saint-Esprit, dans ce mouvement de la Miséricorde divine
où vous allez vous regarder avec le regard de Dieu. N’ayez pas peur (Mt 14, 27), vous, mes enfants de lumière ; priez,
adorez, et demandez à l’Esprit Saint de venir vous envahir avec ses dons et vous donner la force de traverser ce moment ;
rappelez-vous que le Père n’abandonne aucun de ses enfants qui se confient à lui, qui croient en lui, qui s’abandonnent
à lui. Il sera très présent parmi le petit reste de ceux qui l’auront cherché. Demandez à l’Esprit Saint de vous couvrir de son ombre pour recevoir ce dont chacun de vous aura besoin pour aider ses frères et ses soeurs suite à cet événement de l’illumination
des consciences. Car vous verrez des foules effrayées, je dirais même épouvantées, et vous serez là pour leur donner l’espoir,
les encourager, les évangéliser, car à ce moment-là, leur coeur sera ouvert pour accueillir la Parole de Dieu et recevoir la
lumière qui dissipera les ténèbres. Vous aurez une grande tâche à accomplir avec les apôtres des derniers temps, ceux qui ont un coeur marial, qui ont été formés par le Trône de la sagesse. Ce sera la nouvelle évangélisation, la Nouvelle Pentecôte d’amour pour que l’amour Trinitaire règne dans le coeur des enfants qui auront choisi de suivre Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu l’Esprit Saint par le triomphe du Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère, Marie Mère de Dieu.
Merci, mes enfants, de prendre mes paroles au sérieux. Je vous aime, soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au
nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 25 octobre 2011


162 – Passez plus de temps devant la Présence réelle pour obtenir les grâces nécessaires pendant la grande tribulation.
Il va falloir que vous consacriez plus de temps à l’adoration. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux
Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Pour recevoir la force de persévérer au cours de la grande tribulation, il faudra, mes enfants, passer plus de
temps devant la Présence réelle de Jésus, le Fils du Dieu vivant. Il faut déjà vous laisser pénétrer de cette sève divine
qui coule en abondance, de ces rayons d’amour et de miséricorde qui émanent de la sainte Eucharistie, qui viennent
vous réchauffer en cette nuit de ténèbres qui enveloppe cette terre.
Laissez-vous éclairer par ces rayons de lumière qui jaillissent de son Coeur transpercé. Oui, mes enfants, laissez-vous
transformer peu à peu dans ces instants de grande intimité où vous laissez tout pour être en présence de votre Seigneur
et votre Dieu. C’est le moment le plus important de votre vie, le seul moment où vous lui donnez toute la place, la première
place : votre Dieu et vous, vous et votre Dieu, votre âme et son Créateur, le Créateur et sa créature, Dieu Tout-Puissant
qui se penche, qui vient à la rencontre de son enfant bien aimé.  C’est le moment où tout s’arrête pour laisser votre âme aller à la rencontre de son Dieu, de l’Amour, car Dieu est amour (1 Jn 4, 16). Voyez et goûtez comme il est bon de se laisser aimer
par l’Amour Trinitaire. C’est à cette adoration, à cette communion que je vous invite aujourd’hui, mes enfants. N’ayez
pas peur de vous approcher dans le silence, dans une grande pauvreté de coeur, c’est-à-dire, allez à sa rencontre les mains
vides de vos soucis, de vos peines, de vos tracas pour que l’amour remplisse vos mains avec toutes les grâces, les cadeaux
qu’il a préparés pour chacun de vous. Laissez-vous gâter par ce Père qui n’est qu’amour ; laissez-vous guider par l’Esprit
Saint pour devenir des véritables adorateurs en esprit et en vérité, dans la vérité d’un coeur pur et sans partage.
Laissez-moi vous conduire là où un grand Amour vous attend… dans les bras de Dieu le Père, de Dieu le Fils et de
Dieu l’Esprit Saint qui veut vous donner toutes les grâces nécessaires pour traverser la grande tribulation avec la paix
et la confiance dans vos coeurs, la persévérance et l’espérance dans ce que vous ne voyez pas pour le moment : le triomphe
de mon Coeur Immaculé et le Retour en Gloire de mon Seigneur et mon Dieu, mon Fils Jésus Christ.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, votre Sauveur 28 octobre 2011


163 – Accueillez et préparez ceux que Je mettrai sur vos routes. Merci, mon enfant, de vouloir toujours faire la volonté de
Celui qui m’a envoyé. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la Gloire de Dieu mon Père.
Mon enfant, voici venir des jours de grande désolation, de tristesse et de grande souffrance. Priez, priez, priez, mes
enfants ; ne cessez pas d’intercéder pour toutes ces âmes qui seront devant moi au cours de la période qui vient : elles seront
très nombreuses et, pour ma grande souffrance, elles ne sont pas prêtes à me rencontrer. Ces enfants n’ont pas donné le
temps qu’il fallait pour préparer l’état de leur âme, ils ont donc besoin de vos prières d’intercession.
Merci, mes amours, de votre grande générosité. Merci de prendre le temps de vous préparer vous-mêmes à mon
prochain Retour. N’oubliez pas que je suis déjà sur mon chemin de Retour ; ma très Sainte Mère, les saints anges et même la
nature sont en train de vous l’annoncer. Soyez vigilants, gardez votre espérance pour être dans la paix, gardez votre confiance et tenez bien haut le flambeau de la foi ; que les enfants de ce monde comprennent que je suis vivant dans les coeurs, que l’Esprit Saint est agissant en vous tous, mes enfants de lumière. Soyez des témoins de lumière et par votre témoignage donnez à mes enfants le goût de me suivre, de revenir à la source d’eau vive (cf. Jn 4, 10), de venir se reposer sur les prés d’herbe fraîche (cf. Ps 23) et refaire leurs forces ; qu’en vous voyant ils puissent trouver l’espérance, la confiance de vous approcher pour ouvrir leur coeur et accueillir les paroles de vie que l’Esprit Saint déposera en chacun d’eux. Nourrissez ces enfants fatigués qui auront perdu
tout espoir à cause de tant de souffrance. Mes enfants, restez en tenue de service (Lc 12, 35) pour accueillir ceux que je mettrai sur vos routes. Merci de leur venir en aide et les aider à se préparer eux aussi à ma prochaine rencontre. Recevez ma bénédiction spéciale qui vous enveloppe d’un nouvel élan de force, de paix et surtout, de persévérance. Au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 29 octobre 2011
 

164 – Marie vient nous préparer pour la grande tribulation. Que toute Gloire soit rendue à Dieu le Père. Signe-toi et
écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils Jésus Christ, le Seigneur.
Pour arriver à bien vous recueillir, il faut vous laisser dépouiller de tout ce qui ne vient pas de Dieu, il vous faut
donner et redonner votre liberté et votre volonté pour vivre votre fiat. En le faisant tous les jours, vous allez constater un
grand changement en vous : la paix va s’installer, vous serez plus patients devant les petites contrariétés de chaque jour,
l’agressivité va laisser la place à la douceur ; vous allez mieux gérer votre temps, mieux combattre le stress, et tout cela se
fera grâce à votre fiat. En acceptant de vivre dans la Divine Volonté, vous allez tout accueillir par amour de Dieu le Père, de Dieu le Fils, en l’amour de Dieu l’Esprit Saint. Vous allez vivre une vie de recueillement, être attentifs à la voix du Seigneur, et même si
vous êtes entourés de bruit, votre coeur et votre esprit seront en communion avec l’Amour Trinitaire, dans la paix que seul
Dieu peut donner. Voilà ce que je veux vous apprendre : un grand recueillement où vous allez taire tous vos sens pour que votre âme reçoive les paroles de vie. Avec l’aide du Saint-Esprit tout est possible mes enfants. Aux moments de grandes détresses,
aux moments de prendre de grandes décisions, quand la peur, le stress, le désespoir veulent vous envahir, vous saurez com -
ment entrer au fond de vous-mêmes, vous recueillir et recevoir les grâces, les lumières nécessaires et affronter toute épreuve
dans la paix, le calme, et la sérénité. Je veux vous préparer, mes enfants, pour les jours de grande tribulation afin que vous sachiez comment agir, quoi faire pour tout traverser dans la paix. Il ne faut pas oublier que l’Esprit Saint vient dans une brise légère dans un coeur qui est en paix. Il fait sa demeure dans un coeur qui l’accueille avec amour, dans le silence d’un coeur à coeur.
Merci, mes enfants, de votre oui d’amour. Merci de bien accueillir mes enseignements. Merci de nous laisser vous pré -
parer. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 30 octobre 2011


165 – Ils verront de quel amour le Père les a aimés.

Priez pour ceux qui ne connaissent pas cet amour paternel. La paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris,
couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Le jour vient où tous les enfants de la terre vont com -
prendre qu’ils n’ont qu’un seul Père : leur Créateur. Ils vont regretter de l’avoir rejeté, lui donnant la dernière place dans
leur vie, quand ils lui en accordent une. Oui, ces enfants vont le regretter amèrement. Au moment où ils seront devant Dieu
le Fils, ils verront de quel amour le Père les a aimés, de quel amour le Père les aime, comment Il a attendu le retour dans
ses bras de chacun de ses enfants. Plus ils se sont éloignés, plus Il les attendait ; Il ne s’est pas lassé d’attendre un regard,
un soupir, une pensée, une parole… Voilà ce que le Père a fait depuis tout le temps écoulé.
Vous, mes enfants d’amour, mes enfants de lumière, mes fidèles, aimez-Le de tout votre coeur (Lc 10, 27). Soyez très
reconnaissants envers ce Père qui n’est qu’amour. Venez lui parler, il aime vous entendre. Quand vous le cherchez, Il se
laisse trouver. Il vient faire ses délices avec ses tout-petits ; faites-lui confiance, aimez-le de tout votre esprit. Que toutes
vos pensées, vos gestes soient pour sa plus grande Gloire. Aimez-le de toute votre âme pour que l’Esprit Saint vous fasse
dire : Abba je t’aime, Abba je t’adore, Abba j’ai besoin de toi. Que l’Esprit Saint vous fasse découvrir l’amour, la ten -
dresse, la bonté de ce Père si aimant, pour qu’au moment où vous serez devant son Fils, Il trouve dans vos coeurs l’amour
filial, la crainte révérencielle pour éviter tout mal, pour ne pas lui faire de peine, pour ne pas le faire souffrir.
Voilà ce que mon divin Fils veut trouver dans vos coeurs. Priez pour tous vos frères et vos soeurs qui ont fermé leurs
coeurs à cet amour filial, pour ces enfants qui ne connaissent pas l’amour infini de Dieu le Père.
Merci d’intercéder pour tous ceux qui ne le reconnaissent pas comme leur Père, leur Créateur. Soyez bénis, au nom du
Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 31 octobre 2011
 

166 – Apprendre à s’approcher de Dieu le Père et à dialoguer avec Lui. Béni soit Dieu le Père, qui écoute les humbles. Signe-toi
et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Oui, mes enfants, le Seigneur écoute et répond à tous ceux qui comptent sur lui. Il est très attentif à vos appels,
Il prend soin de tous les enfants qui l’aiment avec un coeur de pauvre, un coeur libre de toute attache. Voilà l’importance
d’apprendre à lui parler, à tout partager avec lui comme votre vrai Père, à le reconnaître comme votre Créateur pour que
votre confiance grandisse de jour en jour, et d’arriver à garder ce dialogue continuel du fils avec son Père, de la fille avec son
Père, à l’exemple de Jésus votre frère. En lisant la Sainte Bible, vous allez apprendre à mieux le connaître, vous allez découvrir de quel Amour Il vous aime et à votre tour vous allez aimer ce qu’Il commande dans ses lois d’Amour ; vous allez comprendre aussi comment par son Amour, avec son Amour et en son Amour, Il tient l’harmonie parfaite dans toute la création. Les lois de l’univers sont régies par son Amour ; la splendeur de sa Gloire est l’Amour, tout a été créé par Jésus-Amour avec l’Esprit d’Amour. Quand saint Jean a compris ce mystère, il s’écria (1 Jn 4, 16) « Dieu est amour ! » Il a compris de quel Amour Dieu le Père l’a aimé. Il a aussi compris que la vie sur terre est un court passage où chaque être humain doit apprendre à aimer son
Seigneur Dieu, accepter, respecter et obéir aux Commandements (Ex 20), vivre l’Évangile et devenir un jour un être
d’amour29, à l’image et à la ressemblance de Celui qui l’a créé. Quand l’heure sonnera de passer de ce monde dans les
bras de son Père, Celui-ci verra dans son âme le visage de son Fils bien-aimé, son Jésus-Amour.
Mes enfants prenez le temps de réfléchir sur l’importance de vous approcher de Dieu le Père qui vous attend tels que
vous êtes. Il est en quête de votre retour les bras grands ouverts pour vous serrer contre son coeur et vous dire « Viens,
mon enfant, je t’aime ». Venez, venez, mes enfants, venez vous blottir contre son Coeur. Merci d’accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 4 novembre 2011


Premier vendredi du mois

167 – C’est dans la paix que les enfants de Dieu traversent les tempêtes et les problèmes de toutes sortes.
Que toute la Gloire soit rendue à Dieu le Père. Signe-toi, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils,
Jésus Christ le Seigneur.


Mes enfants, vous devez apprendre à tout accueillir avec le regard de la foi, même sans rien comprendre, avec la certi -
tude que tout concourt à votre salut. Dans tout malheur qui peut vous arriver, cherchez le bien et pour réussir à le voir, il
faut que vous soyez dans la paix. Ne vous laissez pas troubler, angoisser, et surtout n’ouvrez pas la porte à la colère qui débute
avec la frustration.
Soyez très vigilants envers vous-mêmes. Au lieu de vous énerver, chantez, louez, prononcez le doux nom de « Jésus »,
et vous verrez comment la paix va triompher sur tout autre sentiment. Avec Jésus, vous êtes du côté vainqueur ; en accueil -
lant tout dans la paix, vous allez vivre dans ce monde en homme nouveau (Eph 4, 24), appliquant les béatitudes dès
maintenant, car c’est pour vous que Jésus a dit : « Heureux les pauvres de coeurs, le Royaume des Cieux est à eux. » (Mt 5, 3)
Oui, mes enfants, bienheureux celui qui ne garde rien dans son coeur qui ne vient pas de Dieu, aucun ressentiment,
aucun sentiment négatif ; cet enfant vit en homme nouveau (Eph 4, 24). Le Royaume de la Divine Volonté est dans son
coeur, la volonté du Père y circule librement en lui comme au Ciel, car son coeur est libre de tout partage, son coeur est
tourné vers Dieu son Père. Cet enfant garde l’amour dans son coeur et, par amour pour son Père, il devient un artisan
de paix, il sème la paix partout où il passe, car son coeur est en paix ; même s’il affronte toutes sortes de problèmes, de
tem pêtes, de tribulations, il garde sa paix, il sait que son Père le garde comme la prunelle de ses yeux ; alors, il se sent en
sécurité, car il est le fils de Dieu. En lui s’accomplit cette béatitude « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils
de Dieu. » (Mt 5, 9) Voyez-vous comment le bien peut sortir de chaque mauvaise situation qui se présente dans la vie ? La clé d’or c’est « la paix ». Et pour être en paix, mes enfants, il faut louer, prier, adorer et avoir le coeur tourné vers le Seigneur.
N’oubliez pas que vous êtes dans le monde… mais vous n’êtes pas du monde, vous êtes les enfants de Dieu
(cf. Jn 17, 16). Mon Fils Jésus est venu vous sauver, il a payé le prix de votre rançon, par sa mort il vous a donné la vie,
par sa résurrection il a vaincu la mort. Enfin, mes enfants, gardez votre paix. Méditez mes paroles pour qu’elles descendent dans vos coeurs. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen,
alléluia.

Marie, Reine de la paix 5 novembre 2011
 

Premier samedi du mois
 

168 – Remercier le Très-Haut de tous les bienfaits reçus et à recevoir. Ses trésors sont inépuisables.
Bénis le Seigneur ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits (Ps 103). Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du
Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.


Ce soir, je veux vous faire comprendre la grandeur de cette phrase pour qu’en toute circonstance votre âme ne cesse
de bénir le Seigneur. Que la louange soit sur vos lèvres le jour et la nuit, car il faut remercier le Très-Haut pour tous les
bien faits reçus (1 Cor 1, 5) et aussi à recevoir. Il n’a pas fini de vous combler de grâces ; Ses trésors sont inépuisables : Il veut
combler tous ses enfants au-delà de leurs attentes pourvu qu’on Le laisse faire. Il a tant à vous donner : ouvrez votre coeur pour
recevoir les torrents de son Amour infini. Il attend patiemment que chacun de vous lui ouvre la porte de son coeur. Laissezvous
imprégner de son Amour, laissez-vous nourrir de sa Parole qui est source de vie, venez et goûtez à l’eau vive (cf. Jn 4, 10)
qui coule de son Coeur transpercé. Bénissez le Seigneur pour le don de la vie. Que l’Esprit Saint vous donne le goût de la vivre en plénitude, comme des enfants de Dieu, car il est le Dieu vivant (cf. Mt 16, 16). Il n’est pas le Dieu des morts, mais le Dieu de la vie, sa Parole est vivante, son Esprit Saint est le souffle de la vie. Je veux, mes enfants que vous preniez, chaque jour, le
temps de voir tous les bienfaits que votre Père vous accorde ; des plus petites choses aux plus grandes, il y a une raison
pour tout ce que vous recevez. Tout ce qui se présente à vous pendant la journée, tout, mes enfants, doit concourir au bien
de votre salut. Il ne faut pas s’apitoyer sur soi-même à cause de telle ou telle situation : on l’accueille, on reçoit, on bénit le
Seigneur, on le Loue et on Lui donne tout. Oui, mes amours, on remet tout entre les mains du Très-Haut. Le soir venu, on
remet son esprit entre les mains du Père puis on s’endort en paix, sachant qu’Il prend soin de nous, qu’Il nous donne les
grâces nécessaires pour triompher de tout, qu’Il nous prépare à recevoir d’autres bienfaits.
Voyez comment Dieu le Père est l’amour qui donne ; et si vous avez de la difficulté à le croire, songez combien Il
vous a aimés, qu’il vous a tout donné en vous donnant son Fils unique, son Jésus-Amour, pour vous sauver, vous ouvrir
à nouveau les portes du Ciel pour vous faire entrer dans son Royaume comme ses héritiers, vous redonnant votre dignité
d’enfants de Dieu. Oui, mes enfants, bénissez le Seigneur et n’oubliez aucun de ses bienfaits. Soyez très reconnaissants envers ce Père de tendresse qui vous aime à la folie. Soyez bénis d’accueillir mes paroles, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du
Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Jésus, votre Sauveur 6 novembre 2011


169 – Marie vous prépare à vivre la grande tribulation.


La paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de
Dieu mon Père.

Soyez vigilants, mes enfants, et demeurez prêts pour ma rencontre prochaine. N’allez pas croire qu’il vous reste encore
du temps pour remettre votre préparation à l’année prochaine ou dans quelques années, car vous ne connaissez ni le jour ni
l’heure où le Fils de l’homme viendra. Je vous l’ai dit (Ap 3, 3), je viendrai comme un voleur au moment où vous ne l’attendrez pas. Regardez les signes des temps, voyez comment ma très Sainte Mère est en train de vous préparer à vivre la grande tribulation qui est à vos portes. Prenez Ses enseignements aux sérieux et suivez Ses conseils ; le temps presse…
Invoquez le Saint-Esprit (cf. Eph 6, 1Cool, il attend votre appel, vos prières. Il est le seul qui peut vous guider en cette
nuit obscure de la grande confusion ; il est là avec ses dons et toutes les grâces nécessaires, lui, le grand oublié. Il faut le
prier, car si l’homme ne prie pas le Saint-Esprit de l’aider à vaincre le péché, il ne pourra pas sortir de sa prison : il doit
renoncer à tout ce qui ne vient pas de Dieu pour pouvoir accueillir la lumière du Saint-Esprit. Celui-ci est Dieu et sa
mission est de partager et de distribuer les richesses qu’Il puise en lui-même.
En ce temps que vous vivez, mes enfants, où le mal règne en maître dans les coeurs de tant d’enfants, vous, mes
enfants de lumière, n’oubliez pas sa Puissance divine, priez-le, suppliez-le de venir chasser l’esprit du mal, c’est lui seul
qui peut tout faire.  Consacrez-vous entièrement à Lui, Il attend que l’on se souvienne de Lui. En vérité, je vous le dis mes enfants, actuellement Il est le seul qui peut sauver le monde. Il est urgent qu’on revienne à lui, la troisième Personne du Dieu Trinitaire, qui sera très présent en cette nouvelle Pentecôte d’Amour, avec le triomphe du Coeur Immaculé de son Épouse bien-aimée.  Oui, mes enfants, c’est la Volonté du Père que vous lui prépariez une place d’honneur en vos coeurs, en l’invoquant,
en le priant de vous préparer à mon prochain Retour. N’ayez pas peur (Mt 14, 27), abandonnez-vous entre ses mains, Il est un
Dieu Amour, Il vient éveiller vos âmes, les guider, les protéger ; c’est Lui qui vous conduit vers Dieu le Père et Dieu le Fils, car
Il est le lien entre Dieu et l’âme, entre la vie divine et l’âme. Avec votre oui d’amour, Il saura vous préparer à entrer dans
ce mouvement de la Miséricorde de Dieu : l’illumination des consciences où vous serez face à face avec le Fils de l’homme.
Merci, mes enfants, de ne pas remettre à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui ; merci de continuer à intercéder pour ceux qui ne veulent pas se préparer à mon prochain Retour. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Citation :
 
M arie, Reine de la paix 7 novembre 2011
 
 
170 – La prière du coeur dans le silence d’un coeur à coeur. Allez transmettre la paix à ce monde qui se meurt. La prière, mon enfant, c’est le seul moyen de garder la paix. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon
divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. La prière du coeur est très puissante, elle vous ouvre à la louange, à l’accueil de l’Esprit Saint ; c’est lui qui dissipe les forces des ténèbres qui veulent vous troubler et vous faire
perdre la paix. Mes enfants, il faut avoir cette phrase burinée au plus profond de vos coeurs : « Je dois tout faire pour garder la paix ».
Dans les jours à venir, vous allez comprendre l’importance capitale d’être dans la paix. Un coeur en paix peut
recevoir toutes les grâces que l’Esprit Saint veut lui donner, peut écouter la voix de son Seigneur et son Dieu dans le
silence d’un coeur à coeur. Avec un coeur en paix vous arriverez à tout voir avec le regard de la foi, la foi en votre Père des Cieux, avec une grande confiance. C’est la paix que vous devez opposer à toute révolte des enfants de ce monde où règnent la violence, la méfiance, le mensonge, la colère. Par votre paix vous pouvez approcher et consoler les coeurs angoissés, faire revivre l’espérance dans les coeurs qui ont peur de l’avenir.
Je suis la Reine de la paix, et je veux vous donner la paix pour qu’à votre tour vous alliez la transmettre en ce monde
qui se meurt. La paix n’existe plus. On sait que quelque chose de grave se prépare : le chaos économique à l’échelle mondiale, le danger d’une guerre nucléaire… Mes pauvres enfants ont peur, l’insécurité règne dans les coeurs ; c’est pourquoi j’ai besoin de vous, mes enfants de lumière. Rayonnez la paix par votre façon d’être, soyez des phares de lumière en cette nuit où les ténèbres deviennent de plus en plus épaisses.
Priez, priez, priez, mes enfants, persévérez dans la prière et la louange, quoiqu’il arrive ; soyez braves, défendez votre
paix ; soyez vigilants, affichez votre foi, votre confiance en Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu l’Esprit Saint.
Nous sommes et nous serons avec vous jusqu’à la fin des temps. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom
du Saint-Esprit. Amen, alléluia. 

Marie, Reine de la paix 11 novembre 2011
 

171 – Revenir aux Saintes Écritures et passer par la porte étroite qui conduit au Royaume. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Le temps passe et les enfants de ce monde continuent à ignorer leur Dieu, leur Père. On n’en parle plus, car le seul
Nom de Dieu dérange. On le voit comme un intrus qui n’a plus de place en ce monde qu’il a créé. Le Ciel frémit d’horreur face à l’ingratitude de cette génération pécheresse. Regardez autour de vous, combien continuent à renier
leur foi, et je parle de tous les âges, même de ceux qui sont près de rendre l’esprit. Ils ne veulent pas mourir et vivent une
grande révolte ; ils sont attachés à la vie terrestre et oublient que toutes les maladies sont causées par les péchés.
Mon Coeur Immaculé souffre de constater le petit nombre d’enfants qui se préparent à ce passage de la vie à la mort,
à cette rencontre avec leur Créateur, à la vie qui les attend, la vie éternelle, la vraie vie en Dieu, la fin pour laquelle ils ont été créés : le retour dans les bras du Père. Mes enfants, vous qui souffrez en ce moment, redressez-vous,
relevez la tête, car votre rédemption approche. Oui, redressez-vous, ne vous laissez pas accabler par les maladies,
les peurs, le stress et tout ce qui se passe autour de vous ; il faut que cela arrive avant le Retour en Gloire de mon
divin Fils Jésus. Regardez au large, ne restez pas figés en face de tous les événements que vous vivez en ce moment ; regardez plutôt ce qui s’en vient : la Nouvelle Terre avec les Cieux Nouveaux, l’ère de paix, la vraie paix que seul Dieu peut vous donner. Revenez à la source, la Parole de vie, la Sainte Bible, suivez les préceptes que Dieu le Père vous a donnés, sa loi divine, les Commandements (Ex 20). Ne vous laissez pas détourner du bon chemin. C’est vrai que la porte est étroite : il faut aimer Dieu (Lc 10, 27) de tout votre coeur, de toute votre âme, de toutes vos forces et renoncer au monde, à la chair et au démon, et passer par la porte étroite (Mt 7, 13)  qui vous conduit au Royaume des Cieux, ce Royaume que le Père vous a préparé dès le commencement. Oui, mes enfants, redressez-vous, ayez confiance en Celui
qui vous a tout donné ; relevez la tête pour voir la lueur de sa Gloire, car les Cieux et l’univers la proclament et la terre
tout entière se prépare à accueillir son Créateur. Merci, mes enfants, d’accueillir mes paroles, merci de
prendre le temps de réfléchir, de revenir avec un coeur contrit dans les bras de Dieu le Père. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 12 novembre 2011
 

172 – L’Église vivra son Vendredi saint avec Marie au pied de sa croix. Après sa purification, l’Église sera toute belle, humble et sainte. Rendez grâce au Seigneur pour toutes les merveilles qu’il a faites dans le passé, qu’il fait en ce moment et qu’il fera pour son petit reste dans ces temps qui sont les derniers. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur. Souvenez-vous toujours, mes enfants, des merveilles que
le Très-Haut a faites pour vous. Jamais Il n’a abandonné un enfant qui se confie à Lui. Priez sans vous décourager, sa
Providence est toujours là car Il tient ses promesses. Soyez assurés de son intervention divine, Il agit au moment opportun. Dans les jours à venir, il va vous falloir avancer dans la foi pure, et vivre le saint abandon. C’est pour cela que je vous demande de prier sans vous décourager, de vous exercer à rester en état de grâce, dans la prière, sans oublier de vous couvrir du Précieux Sang de Jésus, votre Sauveur. Le jour approche où vous serez tous soumis à une dure épreuve de la foi. Persévérez dans la prière et l’adoration pour ne pas succomber à la tentation du désespoir, du découragement, de la peur et surtout des doutes sur la présence de votre Seigneur et votre Dieu.
N’oubliez jamais que je serai avec vous aux moments les plus difficiles. Je serai au pied de votre croix pour vous
soutenir, vous encourager, vous donner l’espoir et surtout vous prendre dans mes bras quand vous serez épuisés. Oui, Maman Marie sera avec vous comme je le fus avec les apôtres et les disciples dans les premiers temps de l’Église. Je serai avec vous pour accueillir cette Église qui est malade présentement ; mais après sa purification elle sera toute belle, sans ride, humble, pauvre, sainte, obéissante à la voix du Seigneur ; elle sera la mère de tous les enfants que son Fondateur lui a confiés. Priez, mes enfants, pour votre sainte Mère l’Église, car très bientôt elle vivra elle aussi son Vendredi saint. Priez pour que le temps en soit abrégé. Priez pour que tous les consacrés restent unis à la vigne.
Merci de votre générosité, merci de votre amour. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-
Esprit. Amen, alléluia. 

Jésus, Lumière du monde 14 novembre 2011
 
173 – Consacrez-vous à mon Sacré-Coeur et au Coeur Immaculé de Marie. Voici venir le soleil de justice (Ml 3, 20). Signe-toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.
 
 
Je suis la Lumière du monde qui vient vous éclairer dans cette nuit de grande confusion. Suivez mes pas, mes enfants,
sans vous arrêter à regarder à droite et à gauche. Ne tenez pas compte des bruits de toutes sortes ; ne vous laissez pas
distraire, car la nuit devient de plus en plus sombre ; serrez-vous les coudes et suivez-moi, vous mes fidèles, mon tout
petit reste. Fixez ma Lumière, de peur que vous ne trébuchiez dans un des nombreux pièges que les mauvais esprits sèment sur vos chemins. Il se fait tard, préparez-vous, faites des provisions avec l’huile de la foi, gardez vos lampes allumées (Lc 12, 35), allumées par la Parole de Dieu et gardez la confiance en Celui qui vous a tout donné. Laissez-vous instruire par le Trône de la Sagesse, ma très Sainte Mère ; elle saura vous préparer avec toutes les grâces dont vous aurez besoin ; elle connaît les besoins de chacun de ses enfants pour accomplir la mission que Dieu le Père lui a confiée.
Elle est la nouvelle Arche que l’Esprit Saint vous envoie en ces temps qui sont les derniers. Venez, mes enfants, entrez
dans son Coeur Immaculé, votre seul refuge, venez avant que les portes ne se ferment. Consacrez-vous à mon Sacré-Coeur et à son Coeur Immaculé et vous serez à l’abri de toutes les intempéries, de toutes les tribulations, des mauvais esprits qui par courent le monde pour la perte de vos âmes. N’ayez pas peur (Mt 14, 27), je suis là près de chaque
enfant qui me cherche, qui me prie, qui m’appelle. Je suis là pour vous protéger, vous guider, car je suis le Chemin, la
Vérité et la Vie (Jn 14, 6)… Qui me suit aura la lumière de la vie éternelle. Venez à moi pour vous réchauffer en cette nuit froide, venez vous reposer sur mon Sacré-Coeur pour refaire vos forces. Laissez-moi vous guider vers le Royaume où Dieu le Père vous attend, vous ses bénis. (cf. Mt 25, 34) Soyez dans la joie, car votre délivrance est proche
(Lc 21, 2Cool. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 15 novembre 2011
174 – Laissez-vous aimer pour apprendre à aimer comme Lui. L’hymne à l’Amour de saint Paul.
Merci, mon enfant, signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
 
Venez, mes enfants, venez vous recueillir avec un coeur pur au pied du tabernacle où mon doux Jésus a fait sa demeure ;
venez lui tenir compagnie et partager avec lui votre journée, vos joies, vos peines, vos inquiétudes. Il vous attend, car il
aime voir ses enfants près de lui. Là où est Jésus, le Père y est aussi avec l’action du Saint-Esprit.
Laissez-vous aimer pour apprendre à aimer comme lui. Savez-vous qu’un grand nombre d’enfants ne con naissent pas
le véritable amour, la beauté de l’amour, l’amour tel que le décrit saint Paul (1 Co 13) dans son hymne à l’amour ? Cet
Amour est l’essence de Dieu, car Dieu est Amour (1 Jn 4, 16) ; et quand on apprend à aimer comme Dieu le Fils nous l’a
appris, à ce moment rien ne saura nous séparer de l’Amour, l’amour pour Dieu est si grand qu’il change toute notre
existence. On voit avec le regard de Dieu ; on agit par amour de Dieu ; on vit pour plaire à Dieu ; on voit en chaque être
humain l’oeuvre de Dieu ; enfin, toute la création nous parle de Dieu. On devient comme un enfant qui se laisse émerveiller par tout ce qui l’entoure : il vit d’alléluia en alléluia, rien ne peut le séparer de l’amour de son Père, il vit par lui dans une communion d’amour filial. C’est à cet amour que Jésus veut vous faire goûter quand vous êtes devant lui. En ce temps où règnent la haine, la violence, la colère, la méfiance, il veut que vous deveniez des êtres
d’amour pour apporter la paix, la joie de vivre, l’espérance, la confiance. Voilà les fruits de l’amour, les fruits de l’Esprit Saint, les fruits qui vous aideront à passer en paix ces temps de grandes
tribulations. Votre coeur sera rempli d’amour, de paix, qui feront grandir en vous la foi et la confiance en votre Père du Ciel. Oui, mes enfants, laissez-vous aimer par Celui qui vous a aimés le premier, Celui qui a fait les premiers pas pour venir à votre rencontre, Celui qui vous a aimés jusqu’à la folie d’une mort sur la croix, votre Jésus-Amour. N’ayez pas peur qu’il soit exigeant envers vous. Merci, mes enfants, d’accueillir tout l’amour qu’il veut déverser dans vos coeurs. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Votre Jésus-Amour 17 novembre 2011
175 – Heureux êtes-vous si vous gardez la foi qui donne tout ce qu’il vous faut dans les épreuves.
Pourquoi doutez-vous de mon intervention divine ? Signe toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour
la Gloire de Dieu mon Père.
 

N’oubliez pas que je suis le Dieu de l’impossible. Tout ce que vous demanderez dans la prière avec un coeur d’enfant,
avec persévérance, avec foi, soyez assurés que vous l’obtiendrez. N’ayez pas peur (Mt 14, 27) du lendemain. Même si rien ne paraît bouger, sachez que c’est le moment où l’Esprit Saint agit le plus. Ce que votre Père regarde c’est la confiance qui habite en vos coeurs, la persévérance de vos prières, l’abandon à sa Divine Providence.

Ne vous découragez pas, réjouissez-vous du don de la foi que l’Esprit Saint a déposé en chacun de vous. Pourquoi est-ce
que je vous parle de tout cela ? Pour vous rappeler que vous n’êtes pas seuls. Si vous gardez votre foi, heureux êtes-vous,
car vous saurez rester debout jusqu’à la fin de cette rude épreuve de la foi, vous serez de vaillants soldats prêts à
défendre la vérité, la Parole de vie. Vous serez au premier rang pour afficher votre appartenance à Yahvé, votre Père, avec le flambeau de la foi, la cuirasse de la foi, le bouclier de la foi. Voyez-vous comment en ces temps que vous vivez la
foi est d’une importance capitale ? Si vous avez la foi, vous avez tout ce dont vous aurez besoin pour traverser toutes
les épreuves. Par vos prières, vous allez tout attendre de votre Père des cieux ; par votre persévérance, vous allez toucher
son Coeur d’une façon spéciale. Votre prière sera un dialogue d’amour confiant, d’amour ardent pour votre Dieu et votre Père. N’ayez pas peur (Mt 14, 27), mes amours. Quoiqu’il arrive, accueillez tout avec amour, dans la paix, et déposez tout entre les mains de votre Jésus-Amour. Votre prière je la fais mienne et c’est moi qui la présente à mon Père, pour qu’en mon Nom il vous accorde les grâces dont vous avez besoin. Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles qui
sont des paroles d’espérance. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 
 
Jésus, Roi de l’univers 20 novembre 2011
Fête du Christ-Roi
 

176 – La Nouvelle Pentecôte d’Amour répandra les dons de l’Esprit Saint sur toute la terre.
C’est moi le Roi de l’univers, qui viens vous parler. Signe toi et écris, mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour
la Gloire de Dieu mon Père.
 
C’est moi qui viens vous rassembler de toutes les nations pour faire de vous, mes enfants de lumière, un peuple saint qui
accueille le Royaume de la Divine Volonté, où Dieu le Père sera honoré, adoré et glorifié par tous les enfants qui lui don -
neront la première place dans leur vie, où ses enfants vivront les dix Commandements qu’il leur a laissés, où ses enfants
l’aimeront de tout leur coeur, de toute leur âme et de toute leur force. (Ex 20)
Oui, je viens vous rassembler des quatre coins de la terre. Personne ne sera oublié : Je prendrai soin de chacune de mes
brebis. Je vous conduirai au bercail, car vous suivrez ma voix ; je viens éclairer vos chemins, refaire vos forces et vous mettre en lieu sûr à l’abri de cette tempête qui se déchaîne partout dans le monde : la perte de la foi.
J’irai moi-même vous chercher pour vous faire revivre en vous redonnant un souffle nouveau dans la nouvelle Pentecôte
d’Amour où l’Esprit Saint répandra sur vous ses dons. Vous accueillerez à nouveau la vraie vie en Dieu, celle que le Père
a déposée en chacun de vous pour faire de vous les héritiers du Royaume des Cieux.
Je viens dans toute la splendeur de ma Gloire ! Vous me verrez bientôt, car je viens restaurer ma Seigneurie parmi mon
peuple saint, mon peuple choisi de toute éternité. Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles, merci
de bien accueillir tout l’amour que je dépose dans vos coeurs. Recevez ma bénédiction spéciale en ce grand jour, au nom
du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 21 novembre 2011
 
177 – C’est le Roi des rois que l’on reçoit à la sainte messe. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang
de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur, pour la Gloire de Dieu son Père.
Aujourd’hui c’est une fête au Ciel : le jour où mes parents Joachim et Anne m’ont présentée au Temple, la demeure du
Très-Haut, jour béni où je me suis consacrée totalement à mon Seigneur Dieu, mon Père. Je me suis prosternée pour l’adorer et lui demander de me bénir par la main du prêtre qui m’a accueillie. Quelle joie mon coeur a vécue au moment où je quittais le monde pour me consacrer à son service ! Je voulais le vivre par lui, avec lui et en lui.
J’aimerais, mes enfants, qu’à chaque fois où vous allez à la sainte messe, votre coeur se prépare dans la joie pour cette
rencontre où vous allez recevoir le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, votre Créateur et votre Dieu. Pensez à ce grand privilège de recevoir dans vos coeurs votre Dieu, un privilège que même les saints anges n’ont pas !
Qui est l’homme, pour que le Seigneur l’aime tant ? Hélas ! vous ne comprenez pas encore la richesse, la grandeur de cette grâce inouïe. Et merveille des merveilles, cette grâce vous est offerte en tout temps. Vous qui la recevez chaque jour, mes enfants, j’aimerais qu’elle devienne votre joie, la source de votre vie. Que l’Eucharistie soit un feu d’amour qui vous saisit, qui vous transforme en êtres d’amour pour qu’un jour je puisse vous présenter devant le Trône Trinitaire et dire : Père, voici tes enfants qui se sont consacrés à ton service, ils veulent aussi vivre par toi, avec toi et en toi, pour ne faire qu’un dans l’unité du Saint-Esprit. Merci, Père, de les accueillir. Ils viennent se prosterner devant toi pour t’adorer et recevoir ta bénédiction toute spéciale en ces temps qui sont les derniers. Comme mes parents m’ont présentée au Temple, je viens moi, aussi, te présenter tous mes enfants qui ont dit : « Oui Père, je viens faire ta volonté. » (Ps 39)
Je suis votre céleste Maman et je prends soin de chacun de vous ; je veux que vous soyez avec moi, là où je suis, dans
le Royaume des Cieux. Merci, mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 25 novembre 2011
 
178 – Comme Il a sauvé le peuple hébreu, Il vient sauver son peuple et le préparer au passage
vers la Nouvelle Terre. Béni soit le Père Tout-Puissant, le Seigneur Sabaoth. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
 
 
Que toute la création acclame le Seigneur par des hymnes de louange et de joie (Ps 66). Prosternez-vous et adorez Celui
qui est, qui était et qui vient. Acclamez-le de tout votre coeur, de toute votre âme et de toutes vos forces pour que le monde comprenne qu’il est vivant et agissant en chacun de vous. Comme il a sauvé le peuple hébreu, il vient sauver son
peuple choisi (cf. Jn 15, 19) : vous, ses enfants fidèles qui croient en lui, qui comptent sur lui, qui espèrent tout de lui.
Il vient vous rassembler de toutes les nations pour vous préparer à faire ce grand passage vers la Nouvelle Terre où le mal
n’existera plus, où vous serez tous, les enfants d’une même famille, oui, la grande famille des enfants de Dieu où règnera
le partage, l’entraide, l’unité, la paix, la joie, l’amour filial pour donner au Père trois fois saint l’honneur, la Gloire et la
louange qui lui sont dus. Redressez-vous, mes enfants, soyez vigilants, car le Seigneur vient sauver son petit reste qui a persévéré dans la prière, l’adoration et qui a suivi et observé ses lois divines, les Commandements. (Ex 20)
Relevez la tête, ne vous laissez pas distraire ou décourager, car votre délivrance est proche (Lc 21, 2Cool. Oui, le
Seigneur vient, à lui Haute Gloire et louange éternelle. Réjouissez-vous, bientôt vous le verrez, gardez courage. Soyez
bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Marie, Reine de la paix 26 novembre 2011
 
179 – L’illumination des consciences sera un événement unique dans l’histoire du genre humain. Préparez-vous et allez au sacrement du Pardon. Que la paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.
Heureux celui qui veille dans la prière en ces temps si troublés où l’on fait tout pour vous détourner de la prière, de
l’adoration, du recueillement et surtout pour vous empêcher de trouver le silence qui vous amène à une vie d’intériorité
pour entendre la voix de votre Seigneur et votre Dieu. Heureux celui qui persévère dans la prière et qui ne se
laisse pas décourager ni accabler par toutes sortes de soucis et d’épreuves ; il saura échapper à tout ce qui doit arriver, car il aura une foi inébranlable, une confiance absolue en Dieu son Père ; il saura vivre le moment présent en sachant que son Père est là pour le protéger, le guider, le rassurer. Heureux êtes-vous, mes enfants, si vous arrivez à rester
éveillés dans la prière en cette nuit si profonde de la grande apostasie. Vous serez dignes de paraître debout devant le Fils
de l’homme quand vous allez entrer dans ce mouvement de la Miséricorde de Dieu, l’illumination des consciences.
Restez en état de grâce, demandez l’aide de l’Esprit Saint pour faire un bon examen de conscience. Préparez-vous et
allez au sacrement du Pardon ; ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui, car l’heure approche
à grands pas ; vous le verrez en temps et lieu. Écoutez les conseils de votre céleste Maman ; je veux vous aider à vivre
cet événement unique dans l’histoire du genre humain ; vous n’avez pas la moindre idée de ce que vous allez vivre d’ici
peu. Soyez vigilants, restez éveillez et priez, priez, mes enfants pour tous vos frères et vos soeurs du monde entier, priez avant qu’il ne soit trop tard. Merci, mes amours, d’accueillir mes paroles. Je vous aime et je serai avec vous pour toujours avec Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu l’Esprit Saint. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.
 

Marie, Reine de la paix 27 novembre 2011
 
Premier dimanche de l’Avent
 
 
180 – Ne regardez pas le mal qui vous entoure. Regardez en avant, votre délivrance est proche.
Voici que nous sommes rendus au temps de l’Avent. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de
mon divin Fils Jésus Christ le Seigneur.
 

Vous attendez le jour où il viendra avec toute la splendeur de sa Gloire, jour béni pour tous les enfants de lumière
qui ont su persévérer dans la prière, la foi, l’espérance. Jour de joie pour tous ceux qui ne se sont pas laissé endormir par
l’esprit du monde, de la chair et du démon, en cette nuit obscure de grande confusion.
Veillez, mes enfants, priez, priez, priez pour aller jusqu’au bout dans ce combat contre les forces du mal. Ne regardez pas
le mal qui vous entoure, regardez en avant ce qui s’en vient, votre délivrance est proche (Lc 21, 2Cool, relevez la tête, ne vous apitoyez pas sur vous-mêmes. Que ce temps de l’Avent soit une douce attente et serve à vous préparer à accueillir dans vos coeurs votre Seigneur et votre Dieu, mon Fils Jésus-Amour.
Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

Jésus, Sauveur du monde 29 novembre 2011
 

181 – Je viens vous libérer de tous vos esclavages.
 

Accrochez-vous à mon Coeur et à celui de ma Sainte Mère. La paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris,
mon enfant, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu, mon Père.
Voici venir des jours de justice et de paix. Méditons cette courte phrase : en ces temps qui sont les derniers, la justice
fleurira (Ps 71), car j’ai entendu le cri des pauvres (Ps 34), des opprimés, de ceux qui ont perdu tout espoir… Oui, je viens vous délivrer de tous vos esclavages, je viens vous éclairer la route. Ouvrez vos coeurs, renoncez à tout ce qui ne vient pas de moi, laissez-moi faire ma demeure dans vos coeurs pour que l’Esprit Saint vienne restaurer tout votre être et vous donner un coeur de chair, un coeur qui soit greffé à mon Sacré-Coeur pour le rendre doux et humble de coeur. À mon école devenez des artisans de paix, cette paix que seul moi votre Dieu peut vous donner (Mt 5, 9).
Oui, mes enfants, voici venir des jours de paix, mais avant qu’ils n’arrivent vous devrez passer des jours de grandes
tribulations où votre foi sera mise à grande épreuve. C’est pour cela que je vous demande de renoncer à tout mal, d’accueillir le bien, de me laisser vous préparer, vous instruire, vous guider.
Accrochez-vous à mon Sacré-Coeur et au Coeur Immaculé de ma très Sainte Mère et ensemble nous arriverons aux jours
de paix où il n’y aura aucune place pour le mal. N’oubliez pas, mes enfants, le Seigneur saura vous récompenser, vous qui désirez de tout votre coeur, de toute votre âme et de toutes vos forces, mon Retour dans la Gloire (cf. 2 Pi 3).
Je viens, mes tout-petits, je viens vous délivrer ; gardez courage, soyez forts, car grande sera votre récompense. Soyez
bénis, au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alléluia.

 
 

 
 




Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Ven 18 Jan - 14:49 (2013)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. Education catholique & instruction scolaire
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.