Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Demain jeudi 18 mars à Paris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Index  .::. Actualité de la famille et manifestations

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Scarlett


Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2008
Messages: 1 125
Féminin

Message Posté le : Mer 17 Mar - 10:52 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant

http://renaissancecatholique.org/Reception-de-Mme-Veil-a-l-Academie.html


Communiqué
Réception de Simone Veil à l’Académie Française : une honte pour la France
Rassemblement à Paris, quai du Louvre, Jeudi 18 mars 2010 à 14h

Rassemblement quai du Louvre (M° Pont-Neuf – Louvre-Rivoli) jeudi 18 mars à 14 h
Attention ! A la demande de la Préfecture de police, le lieu de rassemblement n’est plus quai Conti mais QUAI DU LOUVRE.



Le nom de Simone Veil restera dans l’Histoire attaché à la loi qui, en France, a légalisé l‘avortement. Ce n’est pas en raison de ses qualités d’écrivain que le concert des médias a salué l’entrée sous la coupole de l’ancienne ministre de la Santé de Jacques Chirac, mais parce qu’elle serait le symbole de la libération de la femme. Rappelons les faits. La dépénalisation de l’avortement qui, au fil du temps, est devenue un droit de la femme encore plus exigeant que les fameux droits de l’Homme, a été obtenue au terme d’une formidable campagne de désinformation allant jusqu’à avancer le chiffre de 300 000 avortements annuels clandestins. Aujourd’hui, il y a 200 000 avortements chirurgicaux par an. Ce serait la première fois qu’une loi libéralisant une pratique entraînerait une diminution de cette pratique. Ce mensonge initial ouvrait la voie à la banalisation du crime.
  • Crime contre Dieu, seul maître de la vie et de la mort.
  • Crime contre la dignité de la nature humaine : le respect de la vie humaine innocente est la clé de voûte sur laquelle repose toute organisation sociale respectueuse de la vraie nature de l’homme. Cette clé abattue, tout
    s’effondre : ’Si une mère peut tuer son enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entre-tuer les uns les autres ?’ n’hésitait pas à dire Mère Teresa lors de la cérémonie de remise du Prix Nobel de la Paix (Oslo, 1979). C’est la raison pour laquelle nos sociétés deviennent des jungles où le plus fort écrase le plus faible. Qui dira le poids des souffrances des femmes à qui on a menti, en leur faisant croire qu’un avortement n’était pas plus grave qu’une opération de l’appendicite ? Ainsi, l’inéluctable prise en compte du syndrome post-avortement sera un des axes majeurs du développement de la médecine gynécologique des décennies à venir.
Quant à la pseudo-libération de la femme, Bernanos avait depuis longtemps observé qu’il s’agissait essentiellement de la libération de la braguette.
  • Crime contre la nation : depuis 35 ans, 7 millions de personnes ne sont pas nées, avortées avant leur naissance. Elles font cruellement défaut à nos caisses de retraite et pèsent négativement, par leur absence, sur ’la relance par la consommation’. Il y a inter-action réciproque entre natalité et prospérité : ce n’est pas par hasard que les ’Trente glorieuses’ correspondent au baby-boom.
Cette loi, bâtie sur le mensonge, n’entraîne dans son sillage que mort et désolation. Elle a fortement banalisé dans notre pays la culture de mort, qui ne cesse de se développer. ’Ne vivez pas dans le mensonge’ tonnait Alexandre Soljenitsyne, alors que le mensonge était le lot quotidien de ses concitoyens consentants, piégés par un conformisme de survie humain mais débilitant.
Renaissance Catholique s’associe à la manifestation de protestation qui aura lieu le jeudi 18 mars, devant l’Académie française à 14 h, quai du Louvre.

Avec les associations présentes, Renaissance Catholique s’élève solennellement contre un hommage indu qui portera atteinte à l‘honneur d’une institution au prestige jusqu’ici unanimement reconnu, fondée de plus par un Cardinal respectueux, par définition, de la loi naturelle et divine.
Tract des associations participantes


_________________


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Mer 17 Mar - 10:52 (2010)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Paul Henry


Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2008
Messages: 117
Localisation: France (anciennement) catholique

Message Posté le : Jeu 18 Mar - 11:53 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant

Et le Sarko qui vient d'annoncer qui viendrai pour cette occasion. Et d'Ormesson, catholique de pacotille, qui va prononcer l'éloge de la Veil. Simone Veil ou quand la victime se fait bourreau. Des fois je regrette bien que la sainte Vierge retienne encore le bras de Son Fils.
_________________
"C'est le plus bel honneur qu'on puisse faire à la jeunesse de lui dire qu'elle est vouée à la pureté et à la grandeur." André Charlier.

Labor improbus omnia vincit.


Revenir en haut
              

Scarlett


Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2008
Messages: 1 125
Féminin

Message Posté le : Ven 19 Mar - 09:38 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant

La manifestation a été un succès, semble-t-il.

Les forces de l'ordre étaient en nombre, face à des gens peu désireux de troubler l'ordre public et ne clamant que des "Je vous salue Marie"
Il s'agissait peut-être de dangereux délinquants déguisés qui n'auraient pas hésité à caillasser les hommes en bleu voire à sortir un couteau ou une arme à feu ?


Le même jour était jugée une femme ayant étouffé et étranglé six de ses enfants : quinze ans de prison.
Après tout, les psy disent qu'il s'agit d'avortements tardifs alors ... Pourquoi quinze ans ?

Je dois dire que tout cela est affligeant et la coïncidence des deux dates est véritablement effrayante.
_________________


Revenir en haut
              

zélie


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 1 679

Message Posté le : Ven 19 Mar - 11:50 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant

pater familias y était et n'a pas semblé aussi enthousiaste : pas grand monde ne s'était déplacé .

Revenir en haut
              

Mardyck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 2 676
Localisation: Allier
Masculin

Message Posté le : Sam 20 Mar - 10:12 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant

18 mars 2010 : entrée de la culture de mort à l’Académie française par le Docteur Xavier Dor de Sos-Tout-Petits.



"La culture de mort est entrée dans notre société en 1967, le 28 décembre, jour anniversaire du massacre des Saints Innocents. L’auteur de la loi qui a autorisé l’usage de la pilule et la contraception est Lucien Neuwirth, franc-maçon, ce qui n’a jamais effrayé le gaullisme, même vieillissant.

La loi avait été précédée le 23 septembre de la même année par une redéfinition, dans le Code de la santé publique, du mot « médicament » : substance permettant de soigner et, éventuellement, guérir, mais aussi « capable de modifier les fonctions organiques ». Les choses iront si loin que l’on parlera d’IVG médicamenteuse, mortelle pour l’enfant et non sans danger pour la mère.

La pilule qui s’oppose à la fécondation a été présentée comme moyen d’éviter un avortement. En réalité – tout est là – la contraception n’a d’autre but que la libération sexuelle séparant la sexualité et la fécondité.

La chose est si claire que le MFPF (Mouvement français pour le planning familial) a inscrit dans ses statuts : art. 1-5, « le droit à la contraception et à l’avortement ».

La contraception est une guerre déclarée à la chasteté, à la fidélité, à la maîtrise de soi, ouvrant la porte à la débauche et au meurtre.

Restait la loi de 1920 qui poursuivait et condamnait l’avortement. Il fallait compléter la loi de 1967. Suivit une campagne effrénée des féministes. Giscard, pour se faire élire à la présidence en 1974, fit le tour des loges. Et ce fut la loi Giscard-Chirac-Veil, dite loi Veil. Elle fut votée le 29 novembre à 3 h 40 du matin : la gauche avait fait bloc et la droite avait apporté le tiers de ses voix. La loi fut appliquée le 17 janvier 1975.

D’où viennent les lois de 1967, 1975 et les suivantes ? Elles sont les filles de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1789, art. 6, tiré du Contrat Social de Jean-Jacques Rousseau : « La loi est l’expression de la volonté générale. »

L’homme, désormais, décide lui-même du bien, du mal, du vrai et du faux, du juste et de l’injuste. Il ne dépend plus de la raison droite, celle d’Aristote et de saint Thomas d’Aquin mais de la raison seule, celle des Encyclopédistes et de Robespierre.

L’Académie française a été fondée sous Louis XIII par un cardinal respectueux de la loi divine. C’est maintenant le règne des Droits de l’homme sans Dieu, d’une République qui donne le droit à l’élimination des plus faibles.

En abrogeant la loi de 1920, faisant ainsi sauter le dernier verrou, la loi Veil n’a pas fondé la culture de mort mais elle l’a consacrée. Sa consécration est un sacrilège et ce sacrilège est celui de la transgression de la loi divine et de la loi naturelle, non par changement de civilisation mais par sa négation : l’élimination du plus faible et de l’innocent.



La loi a tout perverti :

La justice. En dépouillant de toute protection juridique l’enfant non né de moins de 10 semaines : on peut le considérer et le traiter comme une chose.

La médecine. Pour être sans danger, l’avortement doit être propre. Le crime doit être médicalisé. Le serment d’Hippocrate est expurgé. Toute la profession est sinistrée. Actuellement, plus de 95 % des gynécologues font des avortements. Aucun d’eux ne peut devenir chef de service s’il n’accepte pas d’en pratiquer. La clause de conscience est reconnue aux médecins mais non aux pharmaciens.

Le langage. L’Académie est la gardienne de la langue française, claire et belle. La règle ici est la confusion, celle de Babel :

— si l’article 1er de la loi affirme le principe du respect de la vie dès son « commencement », c’est pour, aussitôt, y déroger.

— la contraception – pilule, implant, stérilet – ne s’oppose plus ou guère à la fécondation mais à la nidation de l’œuf : elle tue un œuf dans le sein de sa mère. L’avortement est si précoce qu’il passe inaperçu. On appelle contraceptif ce qui, en fait, est le plus souvent abortif.

— médecin-assassin, médicament-poison font d’étranges figures. Le mensonge cache l’homicide.

La conscience. Madame Veil, le 3 mars 1975, un mois et demi après la parution de la loi, a déclaré au Times : « En modifiant la loi, vous pouvez modifier fondamentalement le modèle du comportement humain. Cela me fascine. »

La maternité, la paternité, la fratrie, la famille. Une femme peut tuer son père, sa mère, son voisin, c’est gravissime. Mais elle seule peut tuer ou faire tuer son propre enfant. La maternité est inscrite au plus profond d’elle-même et y porter atteinte, c’est la dénaturer. La loi permet de tuer mais ne permet pas de s’en consoler. Le père renonce à sa paternité, la fratrie est prise entre le soupçon, la crainte et la violence : « Et si cela avait été moi ? »

La recherche scientifique. La période embryonnaire, dans l’espèce humaine, dure 8 semaines. La loi est donc un trésor pour tous ceux qui veulent manipuler l’embryon. La liberté de recherche scientifique doit être absolue « contre les interdits moraux » (Alain Bauer). On peut rappeler ici les libertés que prennent les comités d’éthique et les lois bioéthiques.

L’Etat, mené par la franc-maçonnerie et le laïcisme, a fait sienne, sans discontinuité, la culture de mort, chaque gouvernement apportant sa pierre ; il est responsable de millions de morts de futurs citoyens. Servitude des médias, mainmise sur l’Education…

L’Eglise a été contaminée largement. D’après Madame Veil elle-même, la loi ne serait pas passée si les évêques s’y étaient opposés plus fermement. Prudence, pour ne pas dire lâcheté, de nos pasteurs. « Laïcité apaisée », silence des paroisses – complicité même : dans le journal la Croix du 1er avril 1993, un Vendredi Saint, Madame Veil était célébrée : « Prima donna inter pares », « haute figure morale », « grande figure morale ». Pas un mot sur l’avortement.

Et que dire des catholiques qui utilisent le stérilet ?

Madame Veil a ses partisans, mais au-delà, il y a tous ceux qui ont pour elle de l’admiration et même de la dévotion. Il faut y voir, semble-t-il : l’image de son passé douloureux, l’audace – terrible – de briser un interdit pour libérer la femme… mais à quel prix !

Les honneurs dont elle ne cesse d’être comblée par les pouvoirs publics successifs… L’intérêt des politiques, des féministes, du Planning, des chercheurs, des industriels, des arrivistes…

Mais le plus important est le conditionnement des esprits, celui-là même dont elle parlait lors de son interview au Times : « modifier fondamentalement le modèle du comportement humain », celui dont parlait Orwell dans son livre, 1984, à propos de Big Brother : « 2 + 2 = 5. Je ne te dis pas de le dire, je te dis de le penser. » Il ne s’agit plus ici de Staline mais de la franc-maçonnerie, du mondialisme, du grand capitalisme, de l’athéisme, libéral ou marxiste, de l’anarchie.

Simone Veil a choisi d’en être le symbole populaire. L’a-t-elle fait de gaieté de cœur ? On a du mal à le penser. Nous ne sommes pas là pour la juger, elle ne porte pas toute seule la responsabilité mais ses actes sont horribles.

Orwell terminait son livre en parlant de son héros malheureux, Winston, par cette dernière phrase : « Il aimait Big Brother. » Il faudrait plutôt parler d’aliénation ou de syndrome de Stockholm : on aime la main qui vous frappe.

Xavier Dor
"

Source : La Porte Latine.
_________________
"Je porte une croix ? Deo gratias !"

Pourquoi la Tradition Catholique ? Pour ça !


Revenir en haut
              

Mardyck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 2 676
Localisation: Allier
Masculin

Message Posté le : Mar 13 Avr - 06:04 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant


La déchéance de Jean d’Omesson donne un relief particulier
au silence des évêques de France…
 
Le jeudi 18 mars, l’Académie française a reçu à son treizième fauteuil Madame Simone Veil, le ministre de la Santé qui fit légaliser l’avortement en France le 17 janvier 1975. Ce n’est pas en vertu d’une production littéraire que la haute institution, jadis garante de la pureté de la langue et de l’honneur de la France, l’a accueillie en son sein. C’est bien en raison de son engagement politique qui reste étroitement lié à la loi à laquelle elle a laissée son nom, celle qui, depuis trente-cinq ans, tue près de 300 000 enfants dans le ventre de leur mère chaque année.
Entre ces innocents industriellement massacrés parce que l’arbitraire leur a dénié le statut d’être humain et les puissants qui, à la suite des tyrans d’autres temps, ont despotiquement décidé que certaines existences ne valaient pas la peine d’être vécues, nous devons en conscience venir au secours des victimes du caprice contemporain. Aucune situation d’exception ne saurait légitimer la mort d’une personne sans défense.
Dans ces conditions, les hymnes chantés à la gloire de cette reconnaissance suprême de l’avortement par ceux-là même qui devraient la dénoncer, constituent un scandale :
Entendre Jean d’Ormesson, accueillant au siège qu’occupait son oncle, ancien ambassadeur auprès du pape Pie XII, parler de « victoire historique » à propos de la loi légalisant l’avortement est un scandale. Utilisant sa naissance, son nom et son intelligence pour défendre le meurtre et pour faire de sa nouvelle « consœur » une héroïne ; condamnant l’Église au travers de l’affaire si médiatisée et si tronquée de Recife, l’écrivain a participé à la déconsidération de sa maison.
Lire dans le journal La Croix, organe officieux des évêques de France, des extraits [1] du discours de Jean d’Ormesson sans qu’aucun émoi de la rédaction ne soit manifesté à l’égard de ceux qui sont depuis des années purement et simplement assassinés constitue également un scandale.
Enfin considérer que la Conférence des évêques de France a observé un silence absolu alors que Simone Veil s’est elle-même félicitée de la complicité silencieuse de leurs prédécesseurs en 1975 est un nouveau scandale de la part de ceux qui devraient normalement défendre la vie que Dieu confère aux hommes.
Ainsi expliquait-elle :
« Avec l'Eglise catholique, les choses se sont mieux déroulées que j'aurais pu le craindre. [...] je me suis entretenue avec le prélat en charge de ces problèmes au sein de la hiérarchie catholique. Il n'a pas tenté de me dissuader. Il exprimait le voeu que la liberté de conscience soit assurée dans la loi et que nul ne puisse obliger un médecin ou un soignant à pratiquer une IVG. Il est vrai qu'à cette époque, l'Eglise de France était très ouverte ».
C’est pourquoi, en accueillant au fauteuil de Paul Claudel l’auteur de cette loi infanticide aux côtés du chef d’État qui l’a signée, l’Académie française endosse le plus honteux des discrédits.
Oubliant sa fondation par le cardinal de Richelieu, insultant les grandes figures qui, de Bossuet à Albert de Mun, lui avaient conféré son aura et son honneur, la coupole mazarine s’apparente désormais à l’antichambre de celle du Panthéon.
Face à la masse de vies délibérément interrompues, le titre d’immortel n’en devient que plus pathétique.
 
La Porte Latine
 
[1] "C’est une joie, Madame, et un honneur de vous accueillir dans cette vieille maison". Lire le discours ici
_________________
"Je porte une croix ? Deo gratias !"

Pourquoi la Tradition Catholique ? Pour ça !


Revenir en haut
              

Angèle


Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2008
Messages: 2 392
Localisation: Yvelines
Féminin

Message Posté le : Mar 13 Avr - 08:16 (2010)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris Répondre en citant




_________________
Christus Vincit, Christus Regnat, Christus Imperat.


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 09:29 (2016)    Sujet du message : Demain jeudi 18 mars à Paris

Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. Actualité de la famille et manifestations
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.