Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Ein Feind ist unser und einer allein
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Index  .::. De tout et de rien

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Dim 19 Oct - 20:35 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant




Magnifique introduction du film "Joyeux Noël" avec des poèmes plus qu'évocateurs de la Weltanschauung française, allemande et anglaise.


+ In Hoc Signo Vinces +

Duc d'Albe


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Dim 19 Oct - 20:35 (2008)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Dim 19 Oct - 21:01 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Okay Bien vu...
_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Dim 19 Oct - 21:32 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Mon poème "préféré" reste celui des anglais (traduction approximative):


Pour effacer du globe toute trace de l'Allemagne et des Huns (allemands)
Nous devons exterminer cette race - ne pas en laisser un seul vivant
N'écoute pas les cris des enfants, tue les - y compris les femmes
Sinon ils se relèveront un jour mais s'ils sont morts, ils ne le pourront pas.


On sent l'influence des "maitres" de Londres derrière - suivez mon regard.

+ In Hoc Signo Vinces +

Duc d'Albe


Revenir en haut
              

Walfroy


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2008
Messages: 872
Localisation: Europe
Masculin

Message Posté le : Lun 20 Oct - 19:51 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Duc d'Albe a écrit:


Magnifique introduction du film "Joyeux Noël" avec des poèmes plus qu'évocateurs de la Weltanschauung française, allemande et anglaise.



J'ai assez apprécié le film malgré un fin un peu outrancière dans la dénonciation de l'embrigadement des hommes d'Eglise (ici, seuls des anglicans apparaissent) dans la propagande de guerre.
Même s'ils ne furent pas exempts de tout reproche comme supplétifs inconscients du pouvoir occulte dans la préparation des populations au grand massacre européen que fut la première guerre mondiale.

Une des raisons de la non-réaction des catholiques aux inventaires et autres persécutions anti-chrétiennes était qu'il ne fallait surtout pas se diviser entre "bons français" alors que l'Allemagne toute entière (le grand prétexte qui marche à tous les coups) menaçait à nos portes...
_________________
"Tout homme est l'addition de sa race"
BLANC DE SAINT BONNET


Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Mar 11 Nov - 18:12 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant



Revenir en haut
              

Maxime


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 1 114
Localisation: Partout en France en ce moment!
Masculin

Message Posté le : Mar 11 Nov - 22:22 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Ça fait des mois que je cherche cette vidéo!!!
Merci!

J'avoue que j'ai encore du mal à saisir le pourquoi de la haine germano-albione du début du siècle dernier.
_________________
"Souffir plutot que mourir, telle est la devise des hommes."
Jean de La Fontaine


Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Dim 16 Nov - 19:44 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Extrait de la brochure « Les travailleurs face à l’armée », de Jean Authier, supplément au n° 78 de « L’Union Pacifiste », dans les années « 70 » (postface de Bernard Clavel) :



Les marchands de canons, dont les principaux étaient Schneider en France et Krupp en Allemagne, étaient étroitement unis en une sorte de trust international dont le but secret était d'accroître l'immense fortune de ses membres en augmentant la production de guerre, de part et d'autre de la frontière.
A cet effet, ils disposaient de moyens puissants pour semer la panique parmi la population des deux pays, afin de persuader chacune que l'autre n'avait qu'un but : l'attaquer.

De nombreux journalistes, des parlementaires, étaient grassement rétribués par eux pour remplir ce rôle. D'ailleurs, un important munitionnaire français, de Wendel, député de surcroît, avait pour cousin un autre munitionnaire allemand, Von Wendel, siégeant au Reichstag. Ils étaient aux premières loges, dans chaque pays, pour acheter les consciences et faire entendre leurs cris d'alarme patriotiques.

Tout ce joli monde - marchands de canons, journalistes et parlementaires - parvint aisément à lancer les deux peuples dans une folle course aux armements que rien ne devait plus arrêter, jusqu'à ta guerre. Leurs Chefs d'Etat respectifs, loin de les freiner, les encourageaient. Et notamment notre Président de la République, Raymond Poincaré, un Lorrain, élevé dans l'idée de revanche et prêt à n'importe quel mensonge, à n'importe quel forfait, pour reconquérir l'Alsace et la Lorraine. C'est pour ces différents motifs que les soldats allemands et français allaient s'entr'égorger.

On leur avait appris à se haïr, alors que les munitionnaires et les états-majors, fraternellement unis, suivaient avec satisfaction, à l'arrière, les déroulements du drame qu'ils avaient conjointement déclenché.

Pour bien approfondir cette immense duperie, et pour que tous nos lecteurs comprennent que le "patriotisme", et la "défense du territoire" ne sont que des mots creux servant à couvrir les plus abominables tripotages, il convient de raconter l'histoire du bassin de Briey, car elle est caractéristique, symptomatique, et, à elle seule, devrait dégoûter à jamais les peuples de prendre les armes.

Les mines de fer de Briey-Thionville étaient à cheval sur les frontières du Luxembourg, de la France et de l'Allemagne.

La famille franco-allemande de Wendel en était propriétaire. Ce bassin était d'une importance capitale pour le déroulement de la guerre. M. Engerand, dans un discours prononcé à la Chambre des députés, après le conflit, le 31 janvier 1919 dira : « En 1914 ; la seule région de Briey faisait 90 % de toute notre production de minerai de fer ». Poincaré lui-même avait écrit autrefois : « L'occupation du bassin de Briey par les Allemands ne serait rien moins qu'un désastre puisqu'elle mettrait entre leurs mains d'incomparables richesses métallurgiques et minières dont l'utilité peut être immense pour celui des belligérants qui les détiendra ».

Or, il se passa un fait extraordinaire : Dès le 6 août 1914, le bassin fut occupé par les Allemands sans aucune résistance.
Plus extraordinaire encore : le général de division chargé de la défense de cette région, le général Verraux, révéla par la suite que sa consigne (contenue dans une enveloppe fermée à ouvrir en cas de mobilisation), lui prescrivait formellement d'abandonner Briey sans combat.

La vérité, connue longtemps après, était la suivante : une entente avait été passée entre certains membres de l'état-major et des munitionnaires français, pour laisser le bassin aux mains des Allemands, afin que la guerre se prolonge (les Allemands n'auraient pu la poursuivre sans le minerai de fer), et que les bénéfices des marchands de canons soient accrus.

Et vive la légitime défense au nom de laquelle on s'étripait un peu partout sur les champs de bataille !
Mais cette histoire - combien édifiante ! - n'est pas terminée.
Pendant tout le conflit, il n'y eut pas une seule offensive française contre Briey ! Ce n'était pourtant pas faute d'avertissements !

En effet, en pleine guerre, le Directeur des Mines envoyait la note suivante au sénateur Bérenger :
« Si la région de Thionville (Briey) était occupée par nos troupes, l'Allemagne serait réduite aux quelques 7 millions de tonnes de minerais pauvres qu'elle tire de la Prusse et de divers autres Etats, toutes ses fabrications seraient arrêtées. Il semble donc qu'on puisse affirmer que l'occupation de la région de Thionville mettrait immédiatement fin à la guerre, parce qu'elle priverait l'Allemagne de la presque totalité du métal qui lui est nécessaire pour ses armements ».

L'état-major français et le Président de la République furent abondamment avertis de ces faits.
Des dossiers complets sur cette affaire furent même fournis à Poincaré par le député Engerand.
Poincaré refusa d'intervenir. L'Etat-Major refusa toute offensive du côté de Briey.

A défaut d'offensive, de reprise du terrain, on aurait pu bombarder Briey pour rendre inutilisables les installations.
Au contraire, des accords secrets furent passés entre états-majors allemands et français, afin que les trains remplis de minerai se dirigeant vers l'Allemagne ne fussent, en aucun cas bombardés.

En passant, disons que, bien entendu, ces mêmes états-majors avaient décidé également de ne pas détruire leurs quartiers généraux respectifs... Ces deux bandes de gangsters étaient "régulières" !
Des aviateurs français, néanmoins, désobéirent aux ordres reçus et lancèrent quelques bombes sur les installations de Briey.
Ils furent sévèrement punis.

Et savez-vous par quel intermédiaire les directives secrètes d'interdiction de bombarder avaient été données ? Par un certain lieutenant Lejeune - tout puissant, quoique simple lieutenant - qui, dans le civil, avant la guerre, était ingénieur attaché aux mines de Jœuf et employé de M. de Wendel.

Pour conclure nous ne saurions mieux faire que de citer Jean Galtier-Boissière -Histoire de la Guerre 14-18:

« Pour ne pas léser de très puissants intérêts privés, et pour éviter d'enfreindre les accords secrets conclus entre métallurgistes allemands et français, on a sacrifié, dans des entreprises militaires inefficaces, des centaines de milliers de vies humaines, sauf sur un point : Briey-Thionville, dont, durant quatre années, l'Allemagne en toute tranquillité a tiré les moyens de continuer la lutte ».
Mais la famille franco-allemande de Wendel faisait des bénéfices !


Source: http://gestadei.bb-fr.com/divers-culture-sports-loisirs-f5/verites-cachees-sur-la-grande-guerre-t2468.htm


Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Dim 16 Nov - 19:50 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Ajoutons à cela l'uniforme français, fabriqué par des industriels dont je tairais l'appartenance raciale, qui fut une merveilleuse cible pour les mitraillettes allemandes et ce jusqu'à fin 1915 !! Mais peu importe qu'ils tombent par centaines de milliers, ce ne sont que des Catholiques. Les J-M comptaient les sous et se frottaient les mains pendant que les peuples Francs et Germains se faisaient une guerre fratricides, à cause de l'alliance J-M.




Revenir en haut
              

Maxime


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 1 114
Localisation: Partout en France en ce moment!
Masculin

Message Posté le : Dim 16 Nov - 19:57 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Ajoutons à cela la volonté des J-M de faire tomber le dernier empire catholique du continent, j'entends l'empire austro-hongrois, afin de mieux pouvoir étendre leurs diaboliques tentacules et ce pour le malheur du monde.
_________________
"Souffir plutot que mourir, telle est la devise des hommes."
Jean de La Fontaine


Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Dim 16 Nov - 20:47 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

L'empire Austro-Hongrois était le dernier protecteur naturel du Pape. C'est grâce à l'intervention des Habsbourgs que Rampola (membre de l'OTO) n'a pas été élu Pape - au lieu de cela nous avons eu l'élection providentiel de St-Pie X !

Revenir en haut
              

Maxime


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 1 114
Localisation: Partout en France en ce moment!
Masculin

Message Posté le : Dim 16 Nov - 22:47 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Mais après WWI, tout a été fini.
Quelqu'un aurait la traduction du poème allemand?
_________________
"Souffir plutot que mourir, telle est la devise des hommes."
Jean de La Fontaine


Revenir en haut
              

Walfroy


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2008
Messages: 872
Localisation: Europe
Masculin

Message Posté le : Mar 18 Nov - 08:57 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Très bonne initiative Duc d'Albe !
Il faut détruire ce mythe de la première guerre mondiale !

Avez vous des informations sur l'origine régionale des troupes allemandes engagées sur le front ?, c'est à dire savez vous si l'Etat major prussien a fait comme le parisien : envoyer principalement sur le front des populations à forte tradition catholique pour contribuer à déchristianiser encore plus l'Europe.
_________________
"Tout homme est l'addition de sa race"
BLANC DE SAINT BONNET


Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Mer 19 Nov - 09:14 (2008)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein Répondre en citant

Poème allemand:


Nous avons un seul et unique ennemi
Déjà il taille la pierre tombale de l'Allemagne
Son sein est haineux et tourmenté
Le scélérat s'apprête déjà à commettre cet attentat
Son nom, tu le connais, c'est l'Angleterre



En ce qui concerne votre question, cher Walfroy, je ne connais pas assez la matière pour vous répondre. Les régiments et divisions allemandes de la seconde guerre, et donc je suppose également de la première, étaient organisés et triés par région.

Le plus grand méfait de l'Empire prussien, lors de la première guerre, est pour moi, outre le fait d'avoir joué le jeu, le fait d'avoir financé la révolution dite russe (quand on sait que 95% des bolchéviques sont...) avec le soutien des puissants Rothschilds. On connait les conséquences pour les orthodoxes et catholiques de ces régions...


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 22:52 (2016)    Sujet du message : Ein Feind ist unser und einer allein

Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. De tout et de rien
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.