Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Un clip trop mimi!
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Diététique  .::. Allaitement maternel ou artificiel
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
zélie


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 1 679

Message Posté le : Ven 31 Oct - 21:29 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

oui à la sortie de la messe il a sauté sur le .... du coin pour lui demander s'il avait été allaité ...
Sans blague votre pirouette est un peu facile non?  "J'en connais pas donc ça n'existe pas " , vous savez très bien que sur un tel sujet comme sur d'autres tabous il n'y aura aucune étude ...

Se dire qu'un petit garçon de 4/5/6ans qui téte encore sa mère aura peut être des problèmes pour se situer dans sa vie affective plus tard ne parait pas déraisonnable ...


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Ven 31 Oct - 21:29 (2008)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Marina


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2008
Messages: 247
Localisation: Berry
Féminin

Message Posté le : Ven 31 Oct - 21:38 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Moi, ça ne me choque pas.
D'un point de vue esthétique, la musique est très adaptée aux images.
D'un point de vue technique, on peut voir les différentes positions pour l'allaitement et la bonne prise du mamelon : pas seulement le petit bout mais l'aréole entière, sinon ça fait mal et l'allaitement est un échec.
Je ne suis pas spécialement pudique. Je comprends que cela puisse choquer quelques hommes parce que le sein n'a pas que le caractère nourricier, mais je suppose que les dames du clip ne vont pas se promener torse-nu dans les magasins, ce serait hors contexte.
Cela dit, on voit sur les panneaux publicitaires des dames habillées qui sont bien plus suggestives et qui me choquent par leur regard ou leur posture!

Je pense que l'allaitement c'est bien jusqu'à 3 ans, l'âge où souvent les enfants entrent à l'école et se séparent petit à petit de leur doudou.

Cela dit je n'ai pas dépassé 13 mois d'allaitement avec mon dernier mais ce n'est pas fini.

Je constate que mon petit garçon n'est pas le seul à mordre sauf qu'en plus, il griffe, comme un chat sur un coussin...
_________________
Veritas!


Revenir en haut
              

Rita


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2008
Messages: 3 121
Localisation: Allier

Message Posté le : Sam 1 Nov - 14:00 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Zélie, disons que quand on lit ceci,

Pater familias a écrit:

Pour les petits garçons allaités très tard, on peut aussi franchement se poser la question qui a du tous vous effleurez l'esprit : si ca ne va pas en faire des homosexuels plus tard.


on présume qu'à défaut d'avoir de sérieuses études à portée de main, on peut au moins témoigner en disant "j'en connais un ou deux".
Personnellement, je pense qu'il n'y a pas besoin d'être allaité très longtemps pour avoir du mal à "couper le cordon" et que ce n'est certainement pas l'allaitement maternel la source de la plupart des problèmes affectifs que nos contemporains peuvent rencontrer, c'est le moins qu'on puisse dire.

Un allaitement très long peut peut-être favoriser (n'étant pas psy, j'en suis réduite aux suppositions douteuses) ce genre de léger problème , mais de là à dire que ça en fait des homos, hum...

De toutes façons, vous en connaissez beaucoup dans nos contrées des enfants allaités après 3 ans, vous?
Même après 2 ans c'est difficile d'en trouver, alors pour le reste...
_________________
Criez, criez! Le silence salit tout. (Ste Catherine de Sienne)


Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:02 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

 
Citation :
Dossier de l'allaitement n°49 
Allaiter plus de 12 mois
Breastfeeding beyond 12 months- An historical perspective. Y Piovanetli. Pediatr Clin Nonh Am 2001 ; 48(1) : 199-206.
L'Académie Américaine de Pédiatrie recommande un allaitement de 12 mois et plus. L'OMS ci L'UNICEF recommandent un allaitement de 2 ans et plus. Or, une étude récente menée auprès des pédiatres a constaté que seulement 37% j'entre eux recommandaient d'allaiter jusqu'à 1 an. Dans une autre élude, 25% des médecins décourageaient activement l'allaitement au-delà de 2 ans, et estimaient que c'était à la mère de décider du moment du sevrage. La plupart des pédiatres laissent donc leurs conceptions purement culturelles interférer avec les recommandations objectives des services de santé. Dans cet article, l'auteur fait le point sur les aspects historiques et scientifiques de l’allaitement pendant plus de 12 mois.
Un allaitement de plusieurs années était la norme autrefois. Chez les Hébreux, l'enfant était sevré vers 3 ans. Des textes religieux tels que le Talmud ou le Coran recommandent un allaitement d'au moins 2 ans. Une durée de 2 à 3 ans était courante chez les Grecs et les Romains. Les vertus curatives du lait humain étaient reconnues, pour traiter les problèmes ophtalmiques par exemple, en Chine, en Inde, en Egypte... Avec 'introduction progressivement de plus en plus précoce d'autres aliments, les professionnels de santé ont contribué à un sevrage de plus en plus rapide de l'enfant dans les pays occidentaux. Au 18eme siècle, Cadogan, un médecin anglais, s'élevait contre la pratique du don précoce des aliments solides et contre le placement des enfants en nourrice.
Le raccourcissement de la durée de l'allaitement est devenu alarmant dans les pays occidentaux pendant le 19ème siècle. Les pratiques d'alimentation infantiles sont devenues la principale cause de mortalité infantile, cl celle de la création de la pédiatrie en tant que spécialité médicale. A cette époque, les médecins recommandaient encore un allaitement de 9 à 12 mois, le sevrage définitif ne devant pas intervenir pendant les grosses chaleurs. Cet abaissement de l'âge du sevrage s'est accompagné d'une augmentation de la morbidité et de la mortalité. Il a fallu attendre la médecine «moderne» et les découvertes bactériologiques pour voir baisser l'incidence des pathologies liées au non-allaitement et au sevrage précoce. Mais la sortie de laits mieux adaptés a fait entrer en jeu les intérêts commerciaux, et a induit une nouvelle baisse du taux de l'allaitement et de sa durée.
Des anthropologues ont tenté d'estimer la durée - normale » de l'allaitement dans l'espèce humaine. Dans la plupart des cultures traditionnelles où l'allaitement reste la norme, l'enfant est habituellement allaité jusqu'à 2 à 4 ans. [...] Il est intéressant de constater que c'est vers 5-6 ans que survient l'éruption de la première molaire, et que le système immunitaire de l'enfant atteint sa pleine efficacité, De ce point de vue, un sevrage intervenant à cet âge se ferait à un moment où l'enfant a atteint un certain niveau d'autonomie sur le plan physiologique.
Un certain nombre d'études ont constaté que l'impact protecteur de l'allaitement vis-à-vis de certaines pathologies infectieuses durait aussi longtemps que l'allaitement. Par ailleurs, les taux lactés de facteurs immunologiques restent stables pendant la seconde année de lactation. Des études ont retrouvé un impact à long terme sur certaines maladies chroniques, qui était d'autant plus important que l'allaitement avait été long. Un allaitement long serait encore plus important pour les enfants vivant dans les populations défavorisées, où l'hygiène est mauvaise, et où les autres aliments disponibles sont de médiocre qualité ; le lait maternel continue à protéger l'enfant vis-à-vis des pathologies diarrhéiques, et apporte des nutriments de haute valeur ; de nombreuses études dans les pays en voie de développement ont montré que la santé et la croissance des enfants étaient meilleures lorsqu'ils étaient toujours allaités que lorsqu'ils étaient complètement sevrés.
Dans les cultures occidentales, l'allaitement long est rarement bien vu, et la mère pourra trouver nécessaire de cacher le fait qu'elle allaite toujours pour éviter la désapprobation. Des mères ont été accusées d'abus sexuel ou de mauvais traitements à enfants parce qu'elles avaient choisi un allaitement long. Il faut espérer que toutes les découvertes faites sur l'intérêt de l'allaitement changeront cet aspect des choses, et aideront l'allaitement long à redevenir la norme dans les sociétés occidentales. « II a de la chance, l'enfant qui continue à téter jusqu'à 2 ans»- Coello-Novello, pédopsychiatre américain.



_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:06 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

 
Citation :
 Les historiens et les anthropologues confirment bien évidemment que chez de nombreux peuples, l'allaitement long, jusqu'à 2, 3 ou 4 ans, était la règle (3) , et qu'il l'est encore dans maints endroits du globe.
Les archéologues s'intéressent eux aussi au sujet depuis quelque temps, et font des découvertes intéressantes.
C'est ainsi que la paléoanthropologue Estelle Herrscher, étudiant des squelettes d'enfants enterrés dans la nécropole Saint-Laurent de Grenoble, a montré, grâce à l'analyse de certains isotopes qui signent la consommation de lait maternel, qu'à la fin du Moyen Age, le sevrage débutait vers 2,6 à 3,3 ans (4) , alors qu'au 18 e siècle, l'allaitement durait moins longtemps, avec des conséquences sur la santé : un état sanitaire plus déficient à l'époque moderne qu'au Moyen Age, et une croissance meilleure des 5-9 ans au Moyen Age.
Au Guatemala, d'autres archéologues, s'appuyant eux aussi sur l'étude des isotopes dans l'émail dentaire de squelettes dont l'âge allait de 500 ans avant JC à 1500 de notre ère, avaient conclu que les enfants de ces époques commençaient à consommer des aliments solides avant l'âge de 2 ans, et continuaient à être allaités pendant la majeure partie de la période de minéralisation des prémolaires (2 à 6 ans) (5).



Publié dans Allaiter Aujourd'hui n°37, mise à jour Allaiter Aujourd'hui n° 70, LLL France 2007



(3) Piovanetti Y, Breastfeeding beyond 12 months – An historical perspective, Pediatr Clin North Am 2001 ; 48(1) : 199-206. Dans beaucoup de cultures, les enfants pouvaient même continuer à avoir accès au sein jusqu'à un âge bien plus avancé : jusqu'à 12 ans, par exemple, dans les civilisations précolombiennes ( Guzmán Peredo, Miguel (éd.), Pr á cticas médicas en la América antigua , Ediciones Euroamericanas , 1992 ) et chez les Esquimos.
(4) Herrscher E, Alimentation d'une population historique : analyse des données isotopiques de la nécropole Saint-Laurent de Grenoble (XIII e -XV e siècle, France), Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris 2003, tome 15, fascicule 3-4.
(5) Wright LE, Schwarcz HP, Stable carbon and oxygen isotopes in human tooth enamel : identifying breastfeeding and weaning in prehistory, Am J Physical Anthropology 1998 ; 106(1) : 1-18.


_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Angèle


Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2008
Messages: 2 392
Localisation: Yvelines
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:17 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Bon, ça fait 5 pages que je vous lis,et j'ai regardé une partie du petit film.
Pour ma part, c'est simple : allaité un enfant de 4, 5 ou 6 ans, c'est trop. Pourquoi? je n'ai pas d'études sérieuses à vous sortir là, de dessous mon chapeau. Je le sens, c'est tout. Vous me direz que ce n'est pas une raison suffisante.
Mais le simple fait de voir le regard d'un enfant changer sur votre nudité en dit long sur sa relation qu'il a avec vous, et qui, c'est normal, évolue dans le temps. Je considère donc qu'à un certain age, les seins redeviennent ma propriété et donc partie de mon intime. (j'ai testé , si si.(sans le faire exprès hein!)....j'ai vu le regard de mon fils changer sur moi, et ça fait tout drole!)
Allaité un enfant pendant 2 ans me semble pas mal déjà (pour celles qui y arrivent). Pour ma part, quant un enfant commence à marcher, voire carrément gambader, je ne me verrais plus le mettre au sein (on atteint là les 18 mois max). J'aurais l'impression d'etre devenue une tétine géante, à la limite du doudou consolateur.
Maintenant, je ne dis pas que j'ai raison, je parle juste avec mon coeur.
_________________
Christus Vincit, Christus Regnat, Christus Imperat.


Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:20 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

J'ajouterai que dans une culture ou le sein est avant tout sexuel (on voit peu de femmes allaiter en public, encore moins des "grands" bébés de plus de 6 mois), l'enfant qui ne verrait que ça est très tôt conditionné pour le voir comme tel. Sans doute qu'un enfant qui a l'habitude de voir autour de lui, sa maman et d'autres femmes, allaiter, n'aura pas ce problème de confusion. En gros, si vous même ne voyez la poitrine féminine que comme sexuelle, alors vous transmettrez celà à votre enfant. Inversement, si vous montrer avant tout l'aspect nourricier du sein, l'enfant trouvera ce rôle évident. Ca l'aide même à différencier papa de maman. (maman porte les bébés et les nourris, papa travaille pour nous faire tous vivre).


 
Citation :

Dans l'Express du 09 octobre 2003, le Pr Marcel Rufo répondait à une interview où il précisait :

Un sein qui allaite n'est pas un sein sexué. Lorsque la maman recommence à avoir des relations sexuelles - le plus tôt est le mieux - elle ne peut pas allaiter et se faire caresser un sein : ça ne se partage pas, un sein. Je suis en plein combat avec mes consoeurs Edwige Antier et Christiane Olivier, qui tiennent des propos bizarres : il faut allaiter son bébé jusqu'à 1 an. Moi, je crois qu'au 3ème mois on peut le mettre à la crèche et reprendre le travail. Et lorsque je vois un garçon de 4 ans téter encore sa mère, je le signale au juge.
Quand un gosse touche les seins de sa mère, elle doit lui dire : «Non, laisse-moi. Ce sont nos jouets à nous, ton papa et moi. Toi, tu as ta voiture.»


Les seins de maman = ma petite voiture...
_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:22 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Angèle, je trouve moi aussi qu'allaiter 5/6 ans un enfant dans notre société, ça ne le fait pas, parce que à cet âge comme vous le dîtes, et bien il sait que le sein est "attractif" pour ces messieurs. Comment pourrait-il l'ignorer vu la façon dont on le placarde partout... De là à dire que ça en fait des homosexuels...
_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:31 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

 
Citation :
Publié dans Allaiter Aujourd'hui n° 58, LLL France 2004

Le Pr Soulé est professeur honoraire de psychiatrie de l'enfant à l'Université Paris V, ancien médecin chef du Centre de guidance de l'Institut de puériculture de Paris
Allaiter aujourd'hui - Chez nous, le plus souvent, les différences d'expériences de l'enfant et de la mère selon qu'il y a ou non allaitement au sein sont minimisées, voire niées. Si l'on se risque à en parler, on se fait très vite accuser de vouloir " culpabiliser les femmes qui ne veulent ou ne peuvent allaiter ", selon la formule consacrée. Qu'en pensez-vous ? 
Pr Soulé - Je pense que lorsqu'on assimile allaitement au sein et allaitement au biberon, on oublie ou on refoule un certain nombre d'éléments qui existent dans le premier et pas dans le second.
Quand on a commencé l'observation des mères avec leurs bébés par la vidéo, on ne pensait pas à dire aux femmes : " Si c'est l'heure de la tétée, n'hésitez pas à lui donner ". C'est plus tard, notamment sous l'influence de certains d'entre nous, qu'on a reconnu que la situation la plus naturelle, c'est effectivement l'allaitement maternel. A ce moment-là, on a constaté des différences, qu'on peut notamment étudier sur les vidéos.
Je parlerai tout d'abord de la posture, de la façon de tenir l'enfant, très différente au sein et au biberon. Or, on sait maintenant que le système vestibulaire, qui donne des informations sur la posture, est mature dès la naissance (et peut-être même avant), et que donc le bébé est très sensible à la façon dont on le tient.
Il est évident aussi que la tétée au sein met le bébé en contact direct avec certains éléments qu'on sait très importants dans l'établissement de la relation mère/enfant : le contact de sa joue avec le sein de sa mère, la sensation de chaleur, l'odeur bien entendu. Il est au contact des odeurs qui viennent du cou de la mère, de son aisselle, de son sein, alors qu'avec le biberon, ni la mère ni le bébé ne sont dénudés, et qu'on peut même le donner à distance.
Un troisième élément, qu'on passe généralement sous silence, c'est tout l'aspect des sensations, du plaisir que la mère éprouve quand elle donne le sein : elle sent la bouche du bébé sur son mamelon, elle a cette sensation de se vider dans le corps de son bébé. L'interaction biologique, qui a lieu pendant la vie fœtale entre le fœtus, le placenta et le corps biologique de la mère, se continue après la naissance quand il y a allaitement au sein : la mère met une glande de son corps dans la bouche de son bébé, elle met dans le corps de son bébé une sécrétion de son corps. Tout cela est bien entendu absent dans l'allaitement au biberon. Quelle que soit la qualité du biberon et quelle que soit la qualité de la relation mère/enfant, il y a là des choses qu'on ne peut pas remplacer.
Cette expérience du sein, on peut trouver tout un tas de raisons pour dire qu'elle n'est pas fondamentale. Mais il y a peut-être là des choses qui vont se retrouver dans la suite de la vie et de l'interaction mère/enfant.
Peut-être les mères qui donnent le biberon, sentant qu'elles se privent de certaines choses et qu'elles privent sans doute aussi le bébé d'un certain vécu, essaient-elles de compenser, par exemple en ajoutant du sucre dans le biberon,comme on donnerait un bonbon. 
AA - Que pensez-vous de l'attitude des psychiatres et psychologues ? 
Pr Soulé - J'ai connu l'époque où l'on n'interrogeaient pas les mères sur ce qui s'était passé très tôt dans la vie, quand elles venaient consulter pour des difficultés avec l'enfant. Par la suite, on y a fait attention, mais très peu s'intéressent encore à ce qui s'est passé au moment de l'allaitement : savoir si la mère a donné le sein ou le biberon, pendant combien de temps, comment elle a vécu ça. Pourtant, quand on aborde le sujet, elles peuvent en parler longuement, et ça apporte beaucoup.
Je pense que ça a à voir avec les sentiments du psychiatre face à l'allaitement. Si c'est une femme, elle a allaité ou pas. Si elle a allaité, elle sera sans doute plus en mesure d'en parler à la mère, mais elle craindra peut-être de la culpabiliser et n'insistera pas. Si elle n'a pas allaité, elle aura peut-être de la difficulté à poser la question à la mère. Si c'est un homme, qui par définition n'a pas eu le vécu de l'allaitement, il sera peut-être gêné et passera rapidement. Homme ou femme, on est aussi renvoyé à son propre allaitement ou non-allaitement en tant que bébé.
Bref, on voit qu'on est tout de suite confronté à des éléments que nous, nous appelons le contre-transfert, et qui sont très importants : à certaines intonations, à certaines questions plus ou moins bien posées, la mère va percevoir inconsciemment que le psychiatre ou la psychologue en face d'elle a telle ou telle position, et risque donc de rester au bord de la confidence. Si elle sent au contraire une compréhension, elle sera amenée à parler de ça, et je pense que c'est important pour essayer de comprendre la genèse des troubles pour lesquels elle vient consulter. 
AA - Une des choses que je voulais aussi aborder avec vous, c'est la question de l'allaitement long. Il y a actuellement un large consensus chez les psys français pour dire qu'au-delà d'un certain âge (variable selon les auteurs), l'allaitement n'est plus utile, voire devient nocif (3). Ce qui fait justement que des femmes n'en parlent pas aux thérapeutes, de crainte d'être mal jugées. Vous qui avez dit avoir été allaité dix-huit mois, qu'en pensez-vous ? 
Pr Soulé - Peut-être justement parce que je suis concerné, ayant été allaité longtemps, je n'ai pas tellement réfléchi au sujet. Ceux qui sont contre un allaitement long y voient une dépendance mutuelle entre la mère et l'enfant qui empêcherait celui-ci de devenir autonome, ils pensent que la mère veut prolonger indûment les sensations qu'elle éprouve en allaitant, que cela maintient trop l'enfant dans une atmosphère maternelle, etc. Mais sincèrement, je n'ai pas d'opinion arrêtée sur le sujet d'un point de vue scientifique. Je ne connais pas les recherches sur la durée de l'allaitement.
En tout cas, dans les consultations, je pense qu'il faudrait ajouter des questions sur la durée de l'allaitement, sur les raisons de son arrêt ou de sa poursuite. 
AA - Justement, si l'on parle de l'arrêt de l'allaitement, que pensez-vous de la vision très noire du sevrage véhiculée dans les écrits psys, qui parlent par exemple d'un " temps de frustration extrême, de séparation […] ressenti comme un traumatisme ou compris comme une punition, des représailles aux attaques de haine de l'enfant " ? Pour moi, cela renvoie à une forme particulière de sevrage, précoce et brutal, et pas du tout à un sevrage progressif, où l'enfant se détache du sein à son rythme à mesure qu'il grandit. 
Pr Soulé - Je trouve cette définition effectivement caricaturale. Elle s'inspire de la pensée de Melanie Klein, où le sein n'est pas le sein réel mais un sein mythique. Quand on parle de " bon sein ", de " mauvais sein ", des " attaques contre le sein ", de la peur d'une " contre-attaque du sein ", c'est de la théorie, ce n'est pas basé sur la vie objective, ce n'est pas vraiment ce qui se passe dans la réalité quotidienne du vécu maternel et du vécu de l'enfant. Cela dit, je pense que dans le vécu des parents, tout ce qui va dans le sens d'une autonomie de l'enfant (le sevrage du sein, la marche debout, plus tard la première mobylette !) peut être vécu comme une perte, un deuil, même s'ils s'en réjouissent par ailleurs, car ils ne sont plus alors " tout " pour l'enfant. 

 
 

_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Christine


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 843
Localisation: France
Féminin

Message Posté le : Sam 1 Nov - 23:34 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

 
Citation :
 Is Breastfeeding Protective Against Child Abuse and Neglect? The Biology of Nurturance Explored. L Strathearn. 14th International Congress on Child Abuse and Neglect, Denver, July 10, 2002.
traduction : LLL France
D'après les résultats d'une étude menée par le Dr L Strathearn (Texas, USA), le risque de maltraitance des enfants par leur mère est d'autant plus faible que l'allaitement est long. La durée de l'allaitement est aussi corrélée à la gravité des sévices : plus l'enfant est allaité longtemps, moins les sévices éventuels sont importants.
Cette étude prospective a porté sur 7695 mères. On a recueilli des données sur la longueur de l'allaitement à partir de la naissance. Les enfants ont été suivis pendant 14 ans, et tout signe de sévices a été noté. 838 enfants ont subi divers sévices, et au moins un rapport officiel de sévices a été établi pour 584 enfants. Le risque de sévices était moins important chez les enfants ayant été allaités pendant au moins 4 mois que chez les enfants ayant été allaités pendant moins longtemps ou ne l'ayant pas été du tout. En fait, après correction pour toutes les autres variables confondantes, la durée de l'allaitement était le facteur prédictif le plus important pour le risque de sévices physiques. Les autres rincipaux facteurs de risque étaient le fait que la mère soit célibataire, alcoolique, ou qu'elle ait un niveau d'instruction bas. La durée de l'allaitement n'avait pas d'impact sur le risque de sévices émotionnels ou sexuels sur les enfants.
Il est possible que les mères les plus susceptibles de maltraiter leur enfant soient aussi celles qui ne souhaitent pas allaiter. Par ailleurs, le climat hormonal de l'allaitement (prolactine et oxytocine) modifie les réponses physiologiques et psychologiques maternelles, ce qui peut abaisser le risque de maltraitance. La mère qui allaite est habituellement plus encline à répondre aux besoins de son enfant ; les mères qui allaitent longtemps le font habituellement parce que la relation d'allaitement est gratifiante, et que cela donne une tonalité plus positive à leur relation avec leur enfant. Ces mécanismes biologiques pourraient expliquer qu'une mère qui a été maltraitée pendant son enfance sera plus encline à maltraiter ses enfants à son tour. Quoi qu'il en soit, L Strathearn estime que c'est une raison supplémentaire d'encourager les femmes à allaiter.


Publié dans Les Dossiers de l'Allaitement n° 57, LLL France 2003


_________________
L'âme de votre âme, c'est la Foi.


Revenir en haut
              

Rita


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2008
Messages: 3 121
Localisation: Allier

Message Posté le : Dim 2 Nov - 13:40 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Christine a écrit:
 
" Dans beaucoup de cultures, les enfants pouvaient même continuer à avoir accès au sein jusqu'à un âge bien plus avancé : jusqu'à 12 ans, par exemple, dans les civilisations précolombiennes.et chez les Esquimos. "


Hé bé ma pauvre Christine on a encore du chemin à faire, nous!

Merci pour ces textes très intéressants.
_________________
Criez, criez! Le silence salit tout. (Ste Catherine de Sienne)


Revenir en haut
              

Marina


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2008
Messages: 247
Localisation: Berry
Féminin

Message Posté le : Dim 2 Nov - 15:38 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Je ne pense pas que l'allaitement long donne plus tard des tendances homosexuelles.
Le sein sera pour le garçon un merveilleux souvenir, s'il s'en souvient!

Les homosexuels n'aiment pas le corps des femmes mais quand ils font l'amour, ils se font l'amour à eux-mêmes, en miroir!
Le sein n'est pas du tout un fantasme pour eux et s'ils s'en affublent c'est pour s'en moquer ou tourner les femmes en ridicule. car enfin, nous ne parlons pas comme eux. nous n'avons pas cet accent qu'ils prennent et qui fait plus que précieux!

 En revanche, l'absence du père, de l'image du Père ou bien si le Père est bouffé littéralement par une mère castratrice...oui!

Plus simplement, le plaisir désordonné, à tout prix, et des "expériences sexuelles" du style "toujours plus loin" parce que je ne suis pas comblé et que je ne sais pas où je vais...oui, doublement oui,.
_________________
Veritas!


Revenir en haut
              

Mireille


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2008
Messages: 123
Localisation: Champagne

Message Posté le : Mar 25 Nov - 16:03 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Brunhanne a écrit:


Je vais peut-être paraître très prude mais oui, ce clip m'a, peut-être pas choqué, mais au moins répugné et dégoûté (je n'ai d'ailleurs pas réussit à le voir jusqu'au bout). En tout cas, il ne me donne pas envie d'allaiter. Je m'explique: je considère que l'allaitement est un moment intime et privé entre une mère et son enfant et UNIQUEMENT entre ces deux personnes. Voilà pourquoi lorsque j'allaite, je me retire seule dans une pièce avec mon bébé.


Certes, je suis extrêmement pudique mais je pense qu'aucune d'entre nous sur ce forum n'a l'habitude de montrer ses seins à tout le monde. Or pour allaiter, vous êtes obligés de sortir un sein (d'ailleurs dans le clip, toutes les femmes ont les seins et le torse complètement nu. Je n'ai personnellement jamais enlevé tout mon corsage pour allaiter. C'est donc bien de l'exhibitionnisme) et certaines femmes le font allègrement devant de parfaits inconnus sous prétexte d'allaiter. Je suis désolée mais que ce soit pour allaiter ou non, on ne montre pas ses seins aux gens. Il faut bien toujours penser que nous vivons dans un monde où le sein est devenu quasi exclusivement à connotation sexuelle et un homme, quelqu'il soit ne verra pas dans un sein allaitant uniquement un moyen de nourrir l'enfant mais un "organe" sexuel qui peut lui donner envie.



merci merci merci ! cela fait plaisir à lire ! Je suis entièrement d'accord avec vous , et j'ai horreur que l'on "déballe la marchandise" même pour un motif louable , sous les yeux de mon mari. Il est très simple d'allaiter en toute discrétion ( vivent les étole, et même le chèche pour le mamans fafs) .l'allaitement dans ce cas n'est une gêne pour personne.
_________________
J'aime mon Berger Allemand

Ainsi, qui que tu sois, ô homme, toi qui juges, tu es inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque tu fais les mêmes choses, toi qui juges.

St Paul aux romains


Revenir en haut
              

Rita


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2008
Messages: 3 121
Localisation: Allier

Message Posté le : Mar 25 Nov - 18:51 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Mireille a écrit:
merci merci merci ! cela fait plaisir à lire ! Je suis entièrement d'accord avec vous , et j'ai horreur que l'on "déballe la marchandise" même pour un motif louable , sous les yeux de mon mari. Il est très simple d'allaiter en toute discrétion ( vivent les étole, et même le chèche pour le mamans fafs) .l'allaitement dans ce cas n'est une gêne pour personne.

Moi, ça ne me gène pas le moins du monde, il arrive régulièrement à moi et à mon mari de nous trouver en présence d'amis dont la femme allaite, je sais parfaitement que ça n'intéressera pas mon homme, et qu'à la limite, il s'en fout. C'est une des raisons pour lesquelles je l'ai épousé: La confiance.
_________________
Criez, criez! Le silence salit tout. (Ste Catherine de Sienne)


Revenir en haut
              

Angèle


Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2008
Messages: 2 392
Localisation: Yvelines
Féminin

Message Posté le : Mar 25 Nov - 23:17 (2008)    Sujet du message : Un clip trop mimi! Répondre en citant

Je co signe derrière Marina !
_________________
Christus Vincit, Christus Regnat, Christus Imperat.


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 18:38 (2016)    Sujet du message : Un clip trop mimi!

Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. Allaitement maternel ou artificiel
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 5 sur 6
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.