Ce forum s'adresse avant toute chose aux familles de confession catholique romaine. Il se veut être un espace d'entraide, de conseils, de soutien et d'amitiés pour toutes les familles qui veulent éduquer et instruire leurs enfants dans la vraie foi.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Pastor angelicus
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Forum de la Famille Catholique Index du Forum  .::. Index  .::. Espace prières et pèlerinages

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Mireille


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2008
Messages: 123
Localisation: Champagne

Message Posté le : Jeu 25 Sep - 14:56 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Pastor angelicus


L’Eglise a donné à saint Thomas d’Aquin le surnom de Docteur angélique, tant la rigueur de sa raison s’accompagnait de la douce lumière de la foi. On dit que Jean XXII, qui le canonisa, répondit au Préfet de la Congrégation pour les saints – ou à celui qui, à l’époque, remplissait cette fonction – qui objectait qu’il manquait, pour cette canonisation, un miracle : chaque argument de Thomas, est, à lui seul, un miracle.

Il y a, chez Benoît XVI, une même douce lumière. Ce qu’il enseigne, en théologie, en histoire, en philosophie morale, en exégèse, est tellement clair, doux et simple que l’auditeur se demande pourquoi il ne l’avait pas pensé, lui-même, auparavant. Il n’impose pas une vérité qu’il apporterait, toute faite… Il charme les esprits et les cœurs, pour les conduire, avec lui, à cette même vérité, et, sur le chemin, prêtant attention à nos hésitations, à nos difficultés, à nos misères, il nous aide à les surmonter, comme si lui-même les connaissait aussi. Il passe devant, et, en même temps, il marche à côté. Il encourage, et quand il le faut, il reprend, corrige, secoue, « à temps et à contretemps », comme dit saint Paul, et toujours, selon l’apôtre des nations, « en instruisant ». L’intelligence de celui qui écoute n’est jamais rebutée, méprisée, mais, au contraire, sans cesse sollicitée. « N’êtes-vous pas intelligents ? » demande Notre Seigneur à ses disciples. Le Créateur a déposé, en nous, cette faculté spécifique à l’homme – animal raisonnable ; Benoît XVI nous demande sans cesse d’en user. De là, vient cette paix supérieure, car le trouble, l’inquiétude, la mauvaise conscience sont d’abord les conséquences du mépris ou du mauvais usage de l’intelligence.

Ce sont les anges qui sont préposés à la garde de notre intelligence.

L’histoire commence dans les temps pré-chrétiens, quand Ulysse – « l’homme aux mille tours » –, celui dont le nom ouvre le plus ancien récit de notre histoire, l’Odyssée, veut rentrer dans sa patrie, et voir, un jour, monter les fumées de sa terre. Dans son voyage plus qu’incertain sur la mer infertile et vineuse, contre les dieux qui ont juré sa perte, au milieu des monstres et des imbéciles, de nombreux méchants et de rares amis, vers la maison du retour, c’est Athéna, la déesse-vierge, messagère de Zeus, qui le conduit, en lui inspirant ce qu’il doit dire et faire.

Benoît XVI est trop pétri de cet héritage grec pour n’en avoir pas recueilli la lumière. L’Attique est d’abord une lumière, la lumière de l’ordre, une mesure.

« Athènes est une modeste bourgade, petite sous-préfecture au bord de la Méditerranée », disait Alphonse Daudet. Mais, dans cette cité qui n’en impose ni par la taille ni par le nombre, les hommes ont discerné ce que les autres, plus riches, plus nombreux, plus puissants ne savaient pas, « que le bonheur n’est pas dans l’abondance des choses, mais dans l’ordre des choses ».

Ils ont célébré l’avènement de « la douce qualité ». Ils ont utilisé la force de la raison. Ils ont été, par là, vraiment « heureux ».

Ils ne l’auraient pas été – Homère l’atteste – sans le secours d’une messagère – vierge et fille du Roi des Cieux.

Deux mille cinq cents ans après, héritier non plus seulement de cette sagesse, mais du trésor incomparablement supérieur de la Révélation, le Vicaire de l’Homme par excellence – « Ecce Homo » – qui est aussi le Fils de Dieu, vient sur la terre de France, nous confirmer, nous encourager, et nous reprendre aussi, dans notre difficile, périlleuse et parfois désespérante navigation.

La paix ! Tel est le premier bien qu’il apporte. Non pas celle que le monde donne, à force de compromis, de bassesses et de trahisons, celle mensongère et suicidaire, des trente deniers, mais celle que le Christ nous a laissée, au moment d’accomplir notre Rédemption. Depuis deux mille ans, l’Eglise, qui est « Jésus-Christ répandu et communiqué », subit à l’intérieur, comme à l’extérieur, les assauts répétés de l’Enfer. La barque de Pierre semble prendre l’eau. Jésus dort, et nous crions de peur. Pierre, chargé de confirmer ses frères vient, comme le messager du Très-Haut, indiquer, encore une fois, où est le Nord, où il importe de jeter les filets. Et il le dit, non dans une langue impérieuse qui exigerait l’assentiment par le seul argument de l’autorité, mais en faisant appel à ce qu’il y a, en nous, de plus humain, de plus noble, ni la crainte, ni la concupiscence, mais la raison. Ainsi l’humaine mémoire, réconciliée avec elle-même, quitte un lourd souci. Non, la raison n’est pas contre la foi, ni la foi contre la raison. Le royaume des cieux ne méprise pas « les doux royaumes de la terre ». Il les transfigure. L’action devient le prolongement de la prière et la prière, l’action de grâces après la lutte. Les choses sont remises à l’endroit. Il faut des prêtres pour donner les sacrements.

« On ne dira jamais assez que le sacerdoce est indispensable à l’Eglise, dans l’intérêt même du laïcat. Les prêtres sont un don de Dieu pour l’Eglise. Les prêtres ne peuvent déléguer leurs fonctions aux fidèles en ce qui concerne leurs missions propres » (discours de Benoît XVI aux évêques de France – Lourdes 14.09.2008). Il faut une catéchèse pour former les catéchistes. Cette catéchèse « n’est pas d’abord affaire de méthode, mais de contenu, comme l’indique son nom même : il s’agit d’une saisie organique (kat-echein) de l’ensemble de la révélation chrétienne, apte à mettre à la disposition des intelligences et des cœurs la Parole de Celui qui a donné sa vie pour nous ». Il faut une liturgie pour célébrer le sacrifice de la Rédemption, et ces trésors devraient être objet d’amour, d’études et de respect, et non occasion de conflits et de haines. L’obéissance est une douce vertu, quand elle n’est pas la servilité de l’esclave, mais l’adhésion joyeuse de l’esprit du disciple. « J’ai été amené à préciser, dans le Motu proprio Summorum Pontificum, les conditions d’exercice de cette charge, en ce qui concerne la possibilité d’utiliser aussi bien le missel du bienheureux Jean XXIII (1962) que celui du pape Paul VI (1970). Des fruits de ces nouvelles dispositions ont déjà vu le jour, et j’espère que l’indispensable pacification des esprits est, grâce à Dieu, en train de se faire. Chacun, sans exception, doit pouvoir s’y sentir chez lui, et jamais rejeté. Dieu qui aime tous les hommes et ne veut en perdre aucun nous confie cette mission de pasteurs, en faisant de nous les bergers de ses brebis. Nous ne pouvons que Lui rendre grâces de l’honneur et de la confiance qu’Il nous fait. Efforçons-nous donc toujours d‘être des serviteurs de l’unité ! » (Discours aux évêques de France – Lourdes 14.09.2008).

Avant la venue du Saint-Père, et même pendant son passage, on nous a seriné, de tous côtés, que la France, la France laïque, la France gallicane, la France du coq gaulois, est une exception, et que le Saint-Père devait comprendre, tolérer, et admettre notre petit caractère. Combien tout cela apparaît maintenant ridicule, voire odieux ! N’essayons pas de cacher nos fautes, nos misères, nos reniements, nos lâchetés. Ils auraient mérité le fer et le feu, et ils ont, par douce miséricorde, été balayés par le sourire et la parole. Les anges sont pure intelligence et nos petits calculs soi-disant habiles, ne résistent pas au sourire aigu de leur béatitude.

L’ange de Reims sourit avec ses yeux, comme Benoît XVI, quand sa parole va révéler et mettre par là en déroute les calculs tortueux.

Nous n’avons pas été abandonnés. Dieu nous a envoyé son ange, pour nous libérer des méchants et nous ramener dans la demeure du Père – marchons à sa lumière, et, sur la terre comme au Ciel, nous entendrons le frémissement de cette brise qui annonce le retour dans la patrie, l’air le plus doux qui soit.

JACQUES TREMOLET DE VILLERS


Article extrait du n° 6675 de Présent du Mercredi 17 septembre 2008



Merci , maître....




_________________
J'aime mon Berger Allemand

Ainsi, qui que tu sois, ô homme, toi qui juges, tu es inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque tu fais les mêmes choses, toi qui juges.

St Paul aux romains


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Jeu 25 Sep - 14:56 (2008)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Duc d'Albe


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 348
Masculin

Message Posté le : Jeu 25 Sep - 19:56 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Alors là, bravo - il fallait le faire...

Revenir en haut
              

Mardyck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 2 676
Localisation: Allier
Masculin

Message Posté le : Jeu 25 Sep - 21:29 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

"Ce qu’il enseigne, en théologie, en histoire, en philosophie morale, en exégèse, est tellement clair, doux et simple que l’auditeur se demande pourquoi il ne l’avait pas pensé, lui-même, "
C'est pourtant vrai que je me demande encore pourquoi je n'avais pensé avant que les musulmans devait avoir leur place dans la société ; ni comment je n'avais jamais pensé approuver la déclaration des droits de l'homme ; ni comment je n'avais jamais pensé distinguer le politique du religieux pour favoriser la liberté religieuse (celle de l'islam entre autres) ; non vraiment je ne sais pas...

Il y en a qui ont vocation à se faire berner par la Franc-Maçonnerie et à devenir Dhimmi, il n'y a pas à dire...
_________________
"Je porte une croix ? Deo gratias !"

Pourquoi la Tradition Catholique ? Pour ça !


Revenir en haut
              

Pater familias


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2008
Messages: 340
Localisation: Pré carré capétien
Masculin

Message Posté le : Ven 26 Sep - 00:16 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Je ne supporte pas Présent.
_________________
TIMEO DANAOS ET DONA FERENTES


Revenir en haut
            MSN   

Hahasiah


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2008
Messages: 1 375
Masculin
Avertissement :: Avertissement

Message Posté le : Ven 26 Sep - 00:21 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Pater familias a écrit:
Je ne supporte pas Présent.


Bah Présent a quand même eu son heure de gloire, il fut un temps où il y avait de très bons articles, un numéro spécial sur la falange notamment... Et un nombre de pages plus important ! Aujourd'hui c'est vrai que ça fait surtout nostalgique de l'Algérie Française...


Revenir en haut
              

Mireille


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2008
Messages: 123
Localisation: Champagne

Message Posté le : Ven 26 Sep - 08:43 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Nul n’aura la naïveté de croire que le passage du Pape en France va résoudre les innombrables difficultés de l’Eglise en France ! Et s’il s’en trouvait, je ne partage pas leur optimisme euphorique. Il ne s’agit donc pas ici d’analyser ou de faire la synthèse de toutes ses paroles. Il est beaucoup trop tôt. Il s’agit de suggérer ce que le passage du pape en France a réveillé dans nos cœurs de catholiques…
Cela dit, ce fut une « sacrée » bouffée d’oxygène que nous efforcerons de respirer le plus longtemps possible ! Même si le pape a eu le courage d’aborder nombre de sujets qui fâchent (laïcité, culture chrétienne, liturgie, vocations etc.) il l’a fait avec une telle délicatesse et un tel à propos que les contents ne peuvent se vanter, ni les mécontents contester. C’est la manière propre d’agir de ce pape qui se hâte si lentement que son mouvement est à la fois imperceptible et inexorable : irrésistible quoi. Il le fait sûrement exprès : on ne prend pas en main l’Eglise universelle en la brusquant, jusqu’à la briser, pas plus qu’il ne faudrait baisser les bras devant des difficultés insurmontables à vue humaine.
Mais quel est donc le secret de ce Pape surprenant, fort et faible, charitable et résolu, clair et mystérieux, tout à la fois ? Et ceci n’est pas une tactique, un moyen (même bon) de dernière minute, une contrefaçon, un ersatz. Le Pape Benoît XVI est pieux, il transpire la piété, il la véhicule, la rend communicative, aimable en sa personne. Or ce produit-là ne s’improvise pas, ne se fabrique pas pour les besoins de la cause : on l’a ou on ne l’a pas. Nous avons un Pape pieux, quelle grâce inouïe ! Je ne veux pas faire ici de stupides ou hasardeuses comparaisons…
« Pour grands que sont les rois, ils sont ce que nous sommes
Et peuvent se tromper comme les autres hommes ».
En nous bornant aux qualités, et pour cause, on ne peut exiger d’un homme, fût-il pape, qu’il les ait toutes. Seul leur Maître à tous les peut réunir. En revanche, il est décisif pour l’Eglise que son pape ait, au bon moment, la qualité indispensable. Je ne suis pas de ces irénistes inconditionnels qui affirment que c’est toujours le cas, par intervention du Saint-Esprit. Quelle blague ! Le meilleur des mondes n’est jamais que celui de Leibnitz …Ou celui d’Huxley ! La théologie catholique nous indique le contraire ; le péché peut tourner au bien de son auteur, certes, mais en lui-même il ne fait que du mal. Ira-t-on dire que les fautes d’Alexandre VI et ses scandales publics (comme de marier sa fille Lucrèce, conçue durant son cardinalat, devant un parterre de 300 évêques) furent une bonne chose pour l’Eglise ? Quoiqu’on puisse dire aussi qu’il fût un très bon administrateur, parfaitement respectueux de la Foi et des sacrements, et lucide, avec ça, sur son propre compte.
Cette qualité requise impérieusement peut donc faire défaut. Tout saint qu’il fût, et canonisé ensuite, saint Célestin V dut abandonner le gouvernement de l’Eglise, dont il démissionna, pour incapacité notoire à la gouverner. Enfermé « pieusement » par son successeur au château Saint-Ange, il y mourut comme un misérable tolard.
Il me semble que, après une époque caractérisée par l’impiété généralisée des 40 dernières « glorieuses » ( !), la qualité principale d’un pape voulant remettre de l’ordre, sans courir le risque de tout casser et de tout engloutir, est bien cette piété, et la vraie. Rien n’était donc certain, d’emblée. Mais notre pape aime Dieu, son Fils Jésus-Christ, la vierge-Marie, l’Eglise, les prêtres, les vocations, la liturgie, la vérité… On peut toujours faire des déclarations en ce sens, gesticuler les fondamentaux, réciter des leçons, chercher une bonne note, ça ne trompera personne. Les foules, en particulier les petits dans la foule, ne s’y méprennent jamais. Comment se fait-il que ce pape, qu’on disait doctrinal, rigide, « panzer » ait autant, voire plus, attiré les foules enthousiastes et recueillies que son très charismatique prédécesseur ? Il n’est pas jusqu’à la 6ème chaine qui n’ait rapporté la chose, c’est vous dire ! La vie intérieure du pape Benoît, seizième du nom, transparait sur son visage, dans son regard, par son sourire (tout sauf travaillé), dans ses gestes un peu gauches et d’autant plus vrais.
On sait les griefs que nous faisons à la forme ordinaire du rite romain, et précisément celui-là de ne pas porter à la piété ou même, dans le concret des célébrations existentielles, de l’entraver. Eh bien, le pape actuel réussit à lui-seul ce tour de force de réintroduire, dans ce rite qui en est dépourvu, une piété personnelle (non pas rituelle) qui en ferait oublier la superficialité ! Tout ce qu’il touche est grave, serein, intemporel, simple, radieux. On le croit aisément quand il explique alors qu’une cérémonie liturgique n’est jamais assez belle, devant être le reflet de la liturgie céleste de la Jérusalem d’en haut : on s’en fait une belle idée à le voir célébrer. Tous ceux qui ont assisté à ces liturgies en ont été saisis (et moi-même aux vêpres de la cathédrale de Paris ; faut dire qu’ils avaient mis le paquet : Laudate Mariam qui couvrait le grand-orgue déchainé, Tu es Petrus de Monteverdi, Magnificat en ton royal et Te Deum alterné à la parisienne). Le recueillement des foules était saisissant, quoique leur nombre le fût aussi.
Avec Benoît XVI, les idéologies qui nous ont fait tant de mal se meurent : il les assassine tranquillement par la présence de Dieu qu’il promène avec lui. Et que ce prodige vienne du plus intellectuel des papes (du moins à ce qu’on en disait pour le desservir) est remarquable. Nous savions déjà que son élection relevait du miracle. Mais c’en est un aussi grand que de le voir manœuvrer avec autant de douceur que de fermeté et, surtout, de grâce, de charme. Et voila bien ce qu’il fallait à l’Eglise. La fermeté sans charme aurait tout cassé. Le charme tout seul n’a jamais rien donné.
La France vient donc de découvrir en la personne du pape cet heureux mélange de l’un et l’autre qui désarme les malveillants, réconforte les pusillanimes et …relance l’œcuménisme, le vrai ! Les anglicans frappent à la porte de l’Eglise, les orthodoxes s’en rapprochent. Les catholiques déserteurs vont probablement réfléchir sur leur cas et il y a fort à parier que ce pontificat va remplir peu à peu cette Eglise « où chacun doit avoir sa place ». Bizarre ? Non, logique : en redonnant confiance à ceux du dedans, on attire ceux du dehors, tant il est vrai que personne n’aime intégrer une boite en difficulté, embarquer sur un vaisseau qui coule (« prend l’eau de toutes parts » selon l’expression même du Cardinal Ratzinger).
Rien n’est réglé, tout reste à faire, l’Eglise devra combattre jusqu’à la parousie. Mais un coin de ciel bleu s’est dégagé soudainement, un rayon de soleil divin s’est posé sur nous. La grâce conjuguée de la Vierge-Marie de Lourdes et du vicaire d’un Christ qu’on devine ressuscité. Le blanc et le bleu se sont rejoints. Ce voyage 2008 du pape en France restera placé sous le signe de la piété, celle d’un pape qui, par son humilité et sa science conjuguées, lui rend ses lettres de noblesse.
Et si cette piété avait un autre nom ? Sainteté, par exemple ?



Abbé Philippe Laguérie
_________________
J'aime mon Berger Allemand

Ainsi, qui que tu sois, ô homme, toi qui juges, tu es inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque tu fais les mêmes choses, toi qui juges.

St Paul aux romains


Revenir en haut
              

Walfroy


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2008
Messages: 872
Localisation: Europe
Masculin

Message Posté le : Ven 26 Sep - 09:16 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant


_________________
"Tout homme est l'addition de sa race"
BLANC DE SAINT BONNET


Revenir en haut
              

Mardyck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 2 676
Localisation: Allier
Masculin

Message Posté le : Ven 26 Sep - 09:21 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

l'abbé Laguérie a écrit:
Et si cette piété avait un autre nom ? Sainteté, par exemple ?

Saint Benoit XVI priez pour nous, si je comprends bien ?

Penser qu'un pape puisse être saint parce qu'il est pieux, ce qui est quand même le "service minimum" pour un pape, c'est dire où en est l'Eglise.

Mais qui sait ? Peut-être un jour y aura-t-il de bonnes raisons pour qu'il soit saint ? Ne désespérons de rien, qui peut le dire à l'avance ?

Il est quand même étrange que l'abbé Laguérie parle que le pape ne peut aplanir d'un coup de baguette magique tous les problème de l'Eglise, ce que nul ne conteste surtout pas moi ; mais qu'il omet de parler de la promotion que fait ce même pape sur cette effrayant théorie qu'est l'égalité des religions et de la lèche (il n'y a pas d'autre mot) qu'il fait au grand profit de l'islam ? Et ça le pape n'était quand même pas obligé de le faire, problèmes au sein de l'Eglise ou non.

Pas très objectif comme texte...
_________________
"Je porte une croix ? Deo gratias !"

Pourquoi la Tradition Catholique ? Pour ça !


Revenir en haut
              

Pater familias


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2008
Messages: 340
Localisation: Pré carré capétien
Masculin

Message Posté le : Ven 26 Sep - 23:57 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Un texte comme celui de l'abbé Laguerie n'est pas sérieux, c'est vraiment ridicule, un tel ravissement d'imbécile heureux est vraiment offensant pour ceux qui souffrent de ce que les autorités conciliaires usurpatrices leur font subir.
_________________
TIMEO DANAOS ET DONA FERENTES


Revenir en haut
            MSN   

Scarlett


Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2008
Messages: 1 125
Féminin

Message Posté le : Sam 27 Sep - 09:05 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Le sujet IBP (et annexes) n'était-il pas un sujet "à éviter", selon les consignes de Zebigboss ? 


J'écris cela car je sens la tension monter (et je doute que les messages à venir fassent changer d'avis l'une ou l'autre partie)


Hop, j'hésite mais j'envoie tout de même ; ne vous fâchez pas.
_________________


Revenir en haut
              

Mardyck


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2008
Messages: 2 676
Localisation: Allier
Masculin

Message Posté le : Sam 27 Sep - 09:28 (2008)    Sujet du message : Pastor angelicus Répondre en citant

Je ne pense pas, le sujet à éviter est le motu proprio en lui même, pas la diffusion de textes ou d'activités de telle ou telle fraternité. Sinon, nous ne pourrions plus parler de grand chose, ni faire d'annonce pour un pèlerinage ou une récollection.

De plus il me semble que le ton est parfaitement courtois, certains disant qu'ils apprécies ces textes et disant pourquoi, d'autres disant qu'ils ne l'apprécient pas et disant pourquoi.

Mais il est évident que si quelqu'un sortait des bornes de la bienséance les modérateurs (dont je suis) agiraient en conséquence. Encore que dans le cas présent je ne vois pas ce qui pourrait déraper.
_________________
"Je porte une croix ? Deo gratias !"

Pourquoi la Tradition Catholique ? Pour ça !


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 07:49 (2017)    Sujet du message : Pastor angelicus

Revenir en haut
              

   Forum de la Famille Catholique Index du Forum .::. Espace prières et pèlerinages
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.